Victoire, Histoire et sélection

Imprimer Pin it!

Un pouvoir en place et là pour y rester, donc s’imposer et imposer. Le contester est la norme qu’il contrôle selon les moyens à sa disposition.

Dans ce sens, que d’aucuns manifestent leur (res)sentiment face à tel ou tel de ses agissements ne risque pas de l’ébranler.

Dans l'une de ses récentes interventions, le Président français a lu la lettre d’un jeune résistant condamné à mort et en a sélectionné les passages, impératif horaire obligeait, selon le quotidien français « Libération » .

De la même manière a-t-on trié les invité(e)s agréé(e)s au sein de la coterie qui a célébré le 75e anniversaire du débarquement de Normandie. Les raisons avancées ont dû convaincre

Ainsi se labourent les champs d’une victoire... 

Commentaires

  • Bonjour Hélène, comme toujours un article qui analyse très bien ce qui se passe de par le monde. "la tendance" actuelle réécrire l'histoire et gommer certains intervenants lors de cette si funeste seconde guerre mondiale. en l'occurrence gommons la Russie, qui sous Staline a participé à la lutte contre les nazis, avec de nombreux morts. Toute cette clique d' hypocrites, invitée à la commémoration du débarquement en Normandie, me révulse. Pauvre Russie. Je trouve cela terrible d'oublier ce pays qui eut tant de morts pour notre liberté.

  • le débarquement en Normandie n'a pas été déterminant dans la libération de la France: c'est le débarquement en Provence qui stratégiquement le fut.

  • "le débarquement en Normandie n'a pas été déterminant dans la libération de la France: c'est le débarquement en Provence qui stratégiquement le fut." (arthur)

    C'est suggérer que les deux débarquements avaient des objectifs * stratégiques * différents.

    Quels étaient alors les objectifs stratégiques propres à chaque débarquement ?

  • Le bal des hypocrites tire à sa fin, les bouteilles sont vides et les rats déjà présent commencent à se repaître des restes de la fête. Un vent vrai venant de l'est pourrait bien remettre tout ce "beau monde" face à ses froides responsabilités. A force de faire semblant d'y croire plus personne n'y croît. L'Europe du comédien de lycée va devoir faire face à la vraie tragédie des peuples.

  • Eh bien, Norbert Maendly, vous voilà en verve!

    On lit, dans vos propos, non seulement un constat que vous dressez sans complaisance mais aussi, un avenir que vous profilez bien sombre...

    Ne nous le souhaitons pas et pourtant, vous le savez, j’ai plusieurs fois cité, sur ce blog, ce poème d’Alexandre Blok, http://bibliotheque-russe-et-slave.com/Livres/Blok%20-%20Les%20Scythes.htm

Les commentaires sont fermés.