La Professeur Vaissié et l'écrivain journaliste Ackerman engagées en faveur de la justice et de la paix entre Russes et Ukrainiens...

Imprimer Pin it!

A un commentateur de mon précédent sujet de blog qui faisait mention de la liberté d’expression, j’ai répondu que le problème soulevé dans mon propos n’était pas la liberté d’expression mais la caution apportée à la malhonnêteté intellectuelle.

Et que si celle-ci devait être considérée comme liberté d’expression, dans ce cas, on pouvait oublier toute déontologie universitaire, et journalistique.

Vous avez lu, dernièrement aussi sur ce blog, comment Galia Akerman s’exprimait sur la Russie est comment elle relisait l’Histoire.

Vous avez aussi lu, ici, comment la justice a considéré diffamatoire un passage du livre de Cécile Vaissié, « Les Réseaux du Kremlin » 

Pour votre information, voici cette Universitaire qui aime à rappeler son statut, engagée aux côtés de Galia Akermann en faveur de la Justice et de la paix.

Tout comme je suggérais de redéfinir le sens du terme courage, je pense que ceux de justice et de paix mériteraient qu’on s’y arrête. 

Commentaires

  • J'ai rencontré Mme Galina Ackerman, qu'une seule fois en 1989 pour l'interview au service Russe de Radio France : les jeunes chercheurs Russe étaient encore exotiques. Sur le ton du chauffeur de taxi new-yorkais elle m'a renseigné, qu'avec l'invitation professionnelle (au Congres médical) je pouvais sans perdre du temps demander la carte de séjour en France. En conversant avec elle j'étais quand-même gêné par son cynisme très naturel. [On parlaient russe] l'histoire de sa fausse émigration en Israel avec la France en tête ; "le plèbe tunisien" qui lui tant agaçaient la-bas ; déménagement en France : "Et comment avez-vous reçu votre appartement a Paris ?", -- "Par piston [po blatou]", -- "Et comment vous êtes entre en service ?", -- "Par piston [po blatou]". A vrai dire, dans les milieux d'intelligentsia de Moscou cette expression "po blatou [par piston]" est connu, mais inutilisable. De toute évidence, Mme Ackerman doit continuer calomnier son pays d'origine pour rester parmi les "pistonnées de service", même au prix d'oublier que ses grands parents ont survécu la guerre grâce au peuple russe et grâce a la victoire de son armée, qu'elle peut maintenant se permettre le luxe a mépriser pour continuer faire les petits plaisirs a ses "pistonneurs".

  • Si édifiant ...

    En raison d’un bug qui agit de manière aléatoire, votre commentaire ne m’était pas parvenu, raison pour laquelle il n’est publié qu’à l’instant.

    De tout coeur merci de ce témoignage, Cher Pavel!

  • "Vous avez lu, dernièrement aussi sur ce blog, comment Galia Akerman s’exprimait sur la Russie est comment elle relisait l’Histoire."
    Et voici comment je m'exprime à mon tour sur la Russie:
    https://www.youtube.com/watch?v=o4Oai5nJ1Wo

    Sept minutes de pur bonheur.

    Les gens sont jaloux. Des minables qui ne savent pas apprécier l'intelligence, la classe, la beauté, la culture, la vraie, pas celle bidonnée et mensongère qui nous vient de l'autre côté du marais.

  • "Pour votre information, voici cette Universitaire qui aime à rappeler son statut, engagée aux côtés de Galia Akermann en faveur de la Justice et de la paix."
    Ca commence plutôt bien:
    "guerre russo-ukrainienne fait chaque jour toujours plus de victimes"
    Bravo! Ces pacifistes ont compris que le Donbass était... russe! Car la guerre, c'est l'Ukraine qui agresse le Donbass. Et rien d'autre.

    " des documents de convergence signés par une cinquantaine d’intellectuels russes, ukrainiens et européens de l’Oues"
    Hum, et il y a des nouveaux Russes parmi les signataires?

    "proposer un règlement pacifique, crédible et complexe du conflit russo-ukrainien qui réponde aux besoins et aux intérêts partagés de l’Ukraine et de la Russie"
    Alors là je dis: "Bravo!"...

    "propositions de lois pour permettre aux sociétés de retrouver le chemin de la démocratie, (...) forcer à l’organisation de nouveaux référendums dans les territoires disputés"...
    Pourquoi nouveaux? Les référendums ont eu lieu partout. C'est uniquement l'Ukraine qui ne les reconnaît pas Et ces "pacifistes"...

    Mais très vite, ça dérappe et les russophobes se manifestent:
    "exige l’arrêt immédiat de la guerre que mène la Fédération russe en Ukraine."
    Ah bon? Il y a des troupes russes en Ukraine? Le mensonge est particulièrement grossier quand c'est l'Ukraine qui attaque la Nouvelle Russie et pas l'inverse.

    Mais il y a mieux:
    "l’application de la loi Magnitsky à l’échelle mondiale."
    Les menteurs veulent promouvoir leur mensonge à l'échelle mondiale, rien que ça! Ils marchent dans les pas du menteur en chef, Browder, l'auteur du coup monté . Bien on a compris que ces soi-disants partisans de la paix veulent la condamnation de la Russie à tout prix.

    "renforcement intellectuel et éthique fondé sur les valeurs européennes."
    Comme l'agression de pays pour y détruire l'Etat et y semer le chaos et la mort... Belle conception des "valeurs" européennes.

    "La libération immédiate d’Oleg Sentsov, des marins ukrainiens emprisonnés ainsi que de tous les prisonniers politiques."
    Comme il se doit, les signataires sont du côté des terroristes et des agresseurs.

    Parmi les signataires 3 Russes qui vivent à l'étranger...

    Qui finance cette officine anti-russe?

  • "cette Universitaire qui aime à rappeler son statut"
    Ne soyons pas trop dur, sourions plutôt de cette innocente petite faiblesse qui se trouve illustrée aussi bien dans nos blogs que dans la tv "people".
    Ainsi un des blogueurs les plus prolifiques de la TdG n'a pas manqué de relever une dizaine de fois, et de diverses manières, qu'il était devenu "docteur ès lettres".
    Dans la fameuse émission "Scènes de ménage", le professeur d'histoire et de géographie totalement inepte d'un des sketches continue d'insister à l'occasion, après l'avoir fait jour après jour, qu'il est devenu "agrégé".
    Dans ces cas-là cela semble avant tout un usage français, qui se retrouve avec toutes sortes de variantes dans diverses autres milieux culturels: le monde anglophone, américain surtout, abonde de gens dont le nom est suivi du célèbre "PhD" (Doctor of Philosophy), les Allemands et Suisse allemands aussi aiment que leurs nom soient précédés (cette fois) de la mention Dr, sans parler des Italiens et latins en général chez qui ce usage de se distinguer du commun des mortels est souvent socialement indispensable.
    Il n'y a guère que tout près de chez nous, en Romandie, et en particulier dans notre Université genevois que ce signe de distinction est (jusqu'à présent) totalement absent, et ce même chez leurs porteur les plus éminents et internationalement reconnus d'entre eux, comme feu le Professeur Jean Starobinski, qui était doublement docteur, en médecine et en littérature.
    J'ajoute que cela ne valait guère face aux nécessités journalistiques, qui ont pendant une dizaine d'années, fait de Tarik Ramadan, avant sa chute du piédestal, le seul "intellectuel genevois" dont il fallait faire mention.

  • "fait de Tarik Ramadan, avant sa chute du piédestal, le seul "intellectuel genevois" dont il fallait faire mention."
    Et à qui il était systématiquement donné du "Professeur". Professeur en harcèlement, oui.

Les commentaires sont fermés.