Mise au point (2)

Imprimer Pin it!

Que la « vérité » existe ou non, il est des réalités qui ne trompent pas mais qui demeurent masquées. Pour toutes sortes de raisons est mis en lumière ce qui convient à certains intérêts.

Rien de nouveau, ainsi va le monde. S'y résoudre est un choix, y réagir un autre.

Au tout début que j’ai ouvert ce blog et lorsqu’on me suggérait de m’exprimer sur la Russie, j’ai émis des réserves car à l’époque, je ne me considérais pas en mesure d’en parler.

C’est à force de m’y être rendue au gré des livres que j’ai écrits et qui y ont été traduits et publiés que j’ai pu observer, discuter et commencer à aborder certains sujets. 

Que les opinions émises sur ce blog soient discutées est légitime. 

Mais que je sois présentée comme « femme au foyer » qui a obtenu le statut « d’écrivain publiée » en Russie, ne sert que les besoins de l'«enquête fouillée » d’une universitaire que la déontologie liée à son titre n’a pas inquiétée.

J’ignore ce que recouvre ce statut qui m’a été attribué de « femme au foyer ». Je sais, par contre, ce que signifie le deuil alors que la maladie a emporté trois des hommes qui ont partagé ma vie.

Cette mise au point fait suite à la précédente publiée sur ce blog.

 

Commentaires

  • "Que la « vérité » existe ou non"
    Pour chicaner un peu, disons que la "Vérité" n'existe que pour les croyants, mais qu'elle reste inaccessible, et que les "vérités" correspondent en fait aux "opinions" de ceux qui les proclament ... et parfois, y croient.

  • Oui, Mère-Grand et vous noterez que dans mon sujet que je vous remercie d’avoir commenté, il est question de vérités avec minuscule que je distingue de réalités.

    La différence importe et j’y tiens.

    Car je veille sans cesse à ne pas employer le terme de vérité, que ce soit avec minuscule ou majuscule.

  • J’ajoute qu’à cet égard, mes études et mes travaux de recherche en histoire et épistémologie de la linguistique m’ont beaucoup appris. Tout comme ceux que j’ai aussi menés en analyse du discours politique.

  • @Hélène Richard-Favre
    J'en suis tout à fait conscient et ce n'est pas vous que je comptais éclairer. Mais on peut toujours semer quelques graines de savoir ou de sagesse pour d'autres, on ne sait jamais ce qui peut germer et dans quel terrain.

  • Madame Richard.-Favre,

    Il y a une vérité qui apparaît en vous lisant: vous êtes d'une très grande sensibilité et ceci est pour moi un compliment. Ce n'est pas donné à tout le monde. Et aussi un sens de l'injustice et donc aussi de la justice qui vous honore.

    Apparemment ce sont toujours les mêmes qui permettent de remettre l'église au milieu du village:
    https://fr.sputniknews.com/france/201906181041461777-les-reseaux-du-kremlin-en-france-berruyer-fait-condamner-vaissie-pour-diffamation-une-enquete/

    Nous savons que la presse des milliardaires a choisi son camp qui n'est ni celui de la vérité, ni celui de la justice.

    Il y a aussi ceci:
    https://www.les-crises.fr/condamnation-de-cecile-vaissie-pour-diffamation/

    Du premier lien.
    Berruyer: "Je pense que la plupart des gens reconnaîtront que le travail n’est pas sérieux. C’est pour que chacun puisse en juger que je publierai l’intégralité des débats à la rentrée. Vous verrez, c’est savoureux…»"
    Je me réjouis d'avance. Et je veux savoir comment a été considérée l'allégation de "réseau du Kremlin" qui n'est pas synonyme de "pro-Kremlin" ou "pro-Russe", car un réseau implique une organisation aux ordres de la Russie.

    @Mère-Grand
    "les "vérités" correspondent en fait aux "opinions" de ceux qui les proclament "
    Ah! Donc que la Terre tourne autour du soleil est une "opinion", idem que la chlorophylle permette de synthétiser des sucres, idem que tout corps plongé dans un liquide... Etc.

  • Daniel, merci.

    Merci de vos mots, merci du lien à l’article de « Sputniknews » que je découvre.

  • Rien que le fait de voir associée une Cécile Vaissié à une Galia Ackermann, russophobe compulsive, qui bloque tout interlocuteur s’opposant à sa version des choses (sur Tweeter) donne une idée assez précise des intentions de ces deux harpies. Aucune objectivité ni honnêteté intellectuelle à en attendre.

  • @Daniel
    Je faisais allusions aux vérités du langage commun. En science, le problème ne se pose pas de la même manière, comme vous le savez bien, et il y a une sorte d'interférence entre les deux langages.
    Je me permets donc de compléter ce que j'avais écrit et à quoi vous faites allusion. Il est évident que même ce complément n'épuisera pas le sujet et ne satisfaire pas tous les lecteurs.
    Etant donné qu'en science une "vérité" ne pas être "prouvée", puisqu'elle peut toujours, en théorie, être contredite dans l'avenir, on se contente de ce statut provisoire pour continuer à bâtir l'édifice. On peut dire que le terme ne fait plus partie du vocabulaire scientifique, mais reste cantonné dans celui de la philosophie des sciences et de l'épistémologie en général.
    En réalité, et les exemples que vous donnez le montrent clairement, il y a de ces vérités théoriquement provisoires qui ne sont plus mises en doute et que le langage commun a donc toutes les raisons d'inclure dans les vérités.
    Le mot vérité au singulier pose problème, puisqu'il peut faire référence à une de ces vérités auxquelles vous faites allusion, vérité que j'ai appelé provisoire du point de vue scientifique (et théorique), et il peut aussi, affublé alors d'une majuscule, exprimer la Vérité révélée des dogmes religieux (qui sont absolus dans le temps et l'espace) et celle à laquelle nous aspirons tous lorsque nous parlons de manière franche, honnête, réfléchie et informée.

  • Si je pense comprendre la différence entre vérité et réalité, je ne suis pas à l'aise avec l'usage que nous faisons de cette distinction. S'il y a autant de vérités que d'individus, il en est de même des questions de représentation de la réalité. Il semble que rien n'existe de manière indépendante à l'observateur dont les outils de décodage sont uniques et personnels et dépendent d'une quantité impressionnante de paramètres.
    Je suis donc mal à l'aise lorsqu'on avance la notion de réalité pour lui donner plus de poids. Car même si c'est plus pratique pour tout le monde de considérer une table pour ce qu'elle est, voire une douleur, on reste dans la convention provisoire largement partagée qui devient autrement plus floue lorsque l'on essaie de définir un sentiment, une impression.
    http://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/logphil/notions/verite/esp_prof/synthese/verireal.htm

  • Merci beaucoup de ce lien que vous nous indiquez, Pierre. Il présente bien cette relation qui semble vous incommoder entre réalité et vérité.

    Et oui, un courant de pensée existe, qui préconise que le point de vue crée l’objet... C’est une conception parmi d’autres.

  • Je suis intimement convaincu que nous construisons tous notre réalité au quotidien et qu'il n'y a pas de réalité ultime. Ou, si c'est le cas, elle restera à jamais inaccessible car elle est la condition de la vie. La quête est le moteur qui donne du sens, une direction sans but défini.
    Je suis plus à l'aise avec la notion de vérité qui est moins prétentieuse en ce sens qu'elle vise à manifester une certaine honnêteté, sincérité, sans dogmatisme et dans les limites reconnues, ou pas, de chacun.
    Cette discussion nous ramène à la conscience que personne à ce jour ne sait définir. Nous sommes déjà empruntés lorsque nous parlons de cerveau dont nous commençons seulement à comprendre le fonctionnement. On est perdu lorsqu'on parle d'esprit (mind). Alors la conscience, c'est un gros mot, que d'aucuns assimilent vite à la notion d'âme. Et là on vire dans le religieux, le mystique, l'impalpable qui justifie les tentatives presque désespérées de la philosophie pour faire le lien entre la "réalité" physique et l'appréciation subjective des phénomènes.

  • Je ne résiste pas à renvoyer nos lecteurs à ce billet qui trahissait déjà mes préoccupations. http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2018/01/16/l-idee-de-verite-289021.html

  • Vous avez bien fait de ne pas résister!

    Sujet et commentaires très intéressants et qui alimentent d’autant celui-ci auquel je vous remercie d’avoir renvoyé.

Les commentaires sont fermés.