Vladimir Poutine selon un éditorial genevois

Imprimer Pin it!

Hier, sur ce blog, j’ai fait mention d’un article qui commentait l’interview accordée par Vladimir Poutine au Financial Times. Réservé aux abonnés, l’article en question n’a pu être accessible à toutes et à tous. S’il était dans la ligne éditoriale de ce qui s’énonce le plus souvent sur la Russie, il n’en était pas pour autant, comme on dit, « assassin ».

Non, il affichait juste ce zeste d’ironie devenue habituelle lorsqu’il est question du Président russe et semblait démontrer que 60% de sa popularité reflétait un fléchissement qui pouvait expliquer la posture prise à l’international par celui qu’on appelle aussi « le Maître du Kremlin » quand ce n’est pas « le Tsar », les métaphores ne manquent pas.

Il en est une, par contre, qui semble avoir plu au responsable de la rubrique « Monde » de ce même grand quotidien genevois qui intitule son article « Poutine, le petit père des populistes ». Vous aurez bien sûr saisi le renvoi à celui qu’on appelait « le petit père des peuples », en d’autres termes, Joseph Staline. Ben oui, quoi, on ne lésine pas, on y va franco!

Et puis, peut-être aussi, a-t-on envie d’afficher sa connaissance de l’Histoire, allez savoir! Quoi qu’il en soit, la comparaison parfois établie entre ces deux chefs d’Etat, l’un de l’actuelle Russie, l’autre de l’ex-Union Soviétique, passe bien auprès de ce public friand d’experts et de spécialistes qui leur racontent la Russie telle qu’ils veulent la voir et telle qu’elle n’est pas tout à fait.

Mais cela, surtout, ne le leur faites pas remarquer, faute de quoi, vous risquez de vous retrouver cloué au ban de la société des grand démocrates et autres défenseurs de droits humains. 

Que Vladimir Poutine affiche une ligne conservatrice, ligne qui est celle d’un grand nombre de Russes n’a rien de nouveau. Qu’on la partage ou pas, qu’on la comprenne ou pas, c’est ainsi. De là à en faire ce que cet éminent journaliste que j’appréciais du temps où il était à la Radio Télévision suisse, de là à en faire donc un rappel -certes par jeux de mots interposés- de son prédécesseur soviétique, il y a un pas qu’il s’est plu à franchir.

Qu’on ne s’y trompe pas, le résultat attendu n’est peut-être pas forcément là tant il existe encore des personnes qui savent faire la distinction entre patriote et populiste. Mais à vouloir tirer la couverture à soi, on ne se couvre pas forcément au mieux. Quoi qu’il en soit, l’article a vocation à être lu du plus grand nombre. Serait-ce la raison pour laquelle son point de vue n’est pas, lui, réservé aux seuls abonné(e)s du journal, mystère. Le fait est que vous pouvez le lire ici.

 

Commentaires

  • Encore un brillant journaliste qui nous assène des poncifs qu'il tente de faire passer pour la vérité. Ces "spécialistes auto-proclammés" ont à mes yeux, perdu toute crédibilité depuis longtemps. J'ai lu l'article, bien que je le considère comme parfaitement inutile, parce que le sujet échappe, à l'évidence, à son auteur.

  • Quand certains journalistes désœuvrées ne savent quoi écrire ils vous disent que Poutine est l'idole des populistes et quand les patriotes gagnent des élections ils vous disent que c'est grâce aux manipulations informatiques de Poutine. La réalité c'est que Poutine c'est de quoi il parle en matière de lutte contre l'islamisme et que son pays à l'inverse d'une Europe en déliquescence culturelle et sociale ne sombre pas dans le chaos d'un communautarisme subversif..

  • Rarement je n'ai lu de tels mensonges (pas la peine d'écrire contre-vérités, il convient d'appeler un chat un chat), une telle ignominie. Alors pour ceux qui ne sont pas abonnés, une analyse:

    "Vladimir Poutine maîtrise parfaitement l’art de la mise en scène."
    Qu'est-ce que cela veut dire? Que nous allons avoir droit à un spectacle? La mise en scène en fait est celle du journaleux, comme nous allons le voir.

    "Alors qu’il posait le pied vendredi au Japon pour le sommet du G20, son interview dans le «Financial Times» faisait déjà le tour du monde."
    Quelle surprise! Mais pourquoi donc? Puisque la Russie n'a un PIB inférieurs à celui du Canada!

    "Le coup du président russe est habile:"
    Forcément un président "populiste" ne peut que délivrer des "coups". Il faudrait expliquer à ce journaleux la différence entre populaire et populiste. Un président populaire est celui qui réalise en (grande) partie la volonté de son peuple.

    "choisir un média occidental de premier plan pour y dire tout le mal qu’il pense de ce même modèle occidental."
    C'est vrai qu'il est beau le modèle occidental qui rémunère parfois via la CIA certains journaleux comme nous l'a appris Udo Ulfkotte. Il est beau ce modèle qui après avoir colonisé la planète, l'avoir pillée, en partie détruite pour assouvir son goût pour le fric, continue de plus belle en semant le chaos dans de nombreux pays (Afghanistan, Irak [aaaah les mensonges du modèle occidental pour justifier l'agression contre l'Irak], Libye, Syrie, Ukraine, Yémen, menaces sur l'Iran...), en détruisant les écosystèmes, la biodiversité et en massacrant la faune et la flore. Un modèle occidental où un animal mort vaut plus qu'une animal vivant. "

    "L’entretien est frappant à plusieurs titres."
    Après le coup, les frappes! Oui, il y a des baffes qui se perdent.

    "D’abord, bien sûr, par son contenu. Vladimir Poutine y assène de violents coups de boutoir contre l’Occident."
    Encore des coups! C'est une obsession! Cela devient psychanalytiquement intéressant, mais ne nous dit rien sur le président russe.

    "À ses yeux, la pensée libérale a perdu sa raison d’être. Le multiculturalisme est un échec, à tel point qu’il laisserait les migrants tuer, piller et violer impunément les Européens."
    Pourquoi, ce n'est pas vrai? Il n'y a aucun cas de femmes violées, tuées par des migrants? Ah, c'est vrai, bien souvent les journaleux me publient pas ce genre d'information, cela pourrait ouvrir les yeux de certaines personnes qui voudraient protéger leur famille. Parfois c'est même l'Etat qui comme en Allemagne, vire des personnes de leur logement pour y case des migrants. Le multiculturalisme? Une belle saloperie qui veut nous faire accepter l'obscurantisme, la soumission des femmes et l'assassinat des apostats. Il est pas beau le multiculturalisme occidental?

    "Quant aux questions de genre, s’il affirme ne rien avoir contre la communauté LGBT, il rejette vigoureusement l’idée que le sexe d’un individu puisse changer."
    Et alors? Son intime conviction sur ce dernier point est sans grand intérêt.

    "Ces propos montrent aussi à quel point la position du maître du Kremlin est passée de la défense à l’attaque."
    Tiens, c'est curieux où vont se nicher les préjugés et la façon de les faire passer: jamais je n'ai lu par exemple le maître de l'élysée ou le maître de la maison blanche. Et toujours ce vocabulaire guerrier: après coups et frappes, maintenant attaque! Tayaut!!! Tayaut!!!

    "Hier, il disait combattre ceux qui cherchaient à convertir les Russes aux valeurs occidentales."
    Et maintenant: combattre. On n'en sort pas. On a vu ce qu'étaient ce modèle ou ces valeurs occidentales qui conduisent à la guerre et à semer le chaos pour le pouvoir et le fric.

    "Aujourd’hui, il veut imposer ses principes aux Occidentaux."
    Par la force? Par l'agression? Sinon imposer ne veut rien dire. Mais évidemment quand un journaleux décrit pareillement un chef d'Etat responsable, tout tourne autour de la force et de l'agression. Que le président russe exprime simplement ce qu'il pense, qu'il présente un simple constat, c'est impensable pour un journaleux. C'est "forcément" une menace, voir une activité criminelle qui se prépare.

    "Tout au long de l’entretien, le dirigeant assume plus que jamais le rôle qu’il s’est fabriqué: celui de petit père des populistes."
    Est-il possible de trouver dans cette logorrhée une seule proposition positive, non diffamante? Je crains que non. Hé, ho, il ne s'est rien fabriqué, il jour le "rôle" qui est le sien et qui est approuvé par une large majorité du peuple russe: la défense du territoire russe menacé par des complots internes et externes. Comme disait l'autre: faut-il que la Russie s'excuse d'avoir son territoire entouré de bases militaires américaines?

    Comme le montre Mme Richard-Favre, le relève, référence à Staline. Mais ouf, nous avons échappé à la référence à Hitler!

    "Et pourtant, Vladimir Poutine croit-il vraiment à ce qu’il raconte?"
    Bien sûr que non! Allez, traitez-le de menteur tant qu'on y est! On ne prête aux autres que ses propres tares.

    "Lui qui cultive sa proximité en Europe avec des partis d’extrême droite souvent islamophobes gouverne environ 10% de musulmans dans son propre pays."
    Il ne cultive rien du tout. L'extrême droite en Russie est dans l'opposition. Il dialogue avec ceux qui veulent bien dialoguer avec la Russie et d'autant mieux qu'ils s'opposent aux sanctions contre la Russie, sanction qui en d'autres temps vaudraient déclaration de guerre. Il faut au contraire admirer la patience et la responsabilité du dirigeant russe.

    "Lui qui met en garde ses ennemis lorsqu’il dévoile ses armes de pointe s’appuie sur un produit intérieur brut inférieur à celui du Canada."
    Merci, merci, merci! De dévoiler qu'il n'y a que le fric, le pognon qui vous intéresse. Les fameuses valeurs occidentales! Dont les journaleux sont de fervents défenseurs. Oui, il a annocé ces nouvelles armes qui emmerdent les USA pour éviter une agression contre la Russie. Les journaleux ignorent que des plans existaient du temps de la guerre froide pour frapper "préventivement" toutes les capitales et les plus grandes villes des pays de l'Est. Les villes, pas les centres militaires. Les Russes n'ont pas oublié.

    "Lui qui annexe le territoire d’un pays voisin bénéficie du respect que d’autres grandes puissances accordent encore un peu au droit international."
    Ca, c'est la cerise sur le gâteau. Les journaleux, contrairement à l'extrême droite européenne, sont anti-démocratiques et ne respectent pas la volonté du peuple criméen d'être un membre de la Fédération de Russie avec un statut de large autonomie. Quant au droit international, parlons-en! En fait les journaleux n'en parlent que quand il s'agit de vilipender la Russie. A-t-on lu les journaleux sur le respect du droit international à propos de l'Afghanistan, de l'Irak, de la Libye, de la Syrie, des coups d'Etat constamment orchestrés par le "modèle occidental"? Les a-t-on lu sur l'annexion de Chypre Nord, de la Cisjordanie, du Golan? Non, jamais.

    "Pour l’instant, les forces contestataires qui secouent l’Occident jouent en faveur du président russe. Mais si elles venaient à triompher, il pourrait regretter de les avoir encouragées."
    Conclusion totalement gratuite, le journaleux se fait prophète à la petite semaine, sans aucun argument à l'appui de celle-ci. Et diffamante, car le président russe, n'a rien besoin d'encourager. Ce d'autant moins qu'il a son analyse - pour moi tout-à-fait correcte - de la situation en occident. Mais comme le journaleux ne voit cette analyse que comme des "coups" et que chez nous tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes grâce aux valeurs et au modèle occidental, il ne peut que se mettre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude.

  • @Mme Hélène Richard-Favre, Merci pour votre article-chapeau plein du bon sens!

    De même pour @Vive le peuple Russe

    C est un plaisir de vous lire.

    Bien à Vous!
    Charles 05

  • Cher journaliste du pays de Calvin, Marc Allgower à la calvicie naissante , vous auriez grand besoin d'une paire de lunettes car les vôtres semblent taillées dans des culs de bouteille. En effet, aujourd'hui LE vrai "Petit Père des Peuples", celui qui nous ruine et nous massacre pour notre bien, cher ami, celui qui nous impose d'une main de fer la "Dictature du Profitariat ", c'est , LA BANQUE UNIVERSELLE . On l'entend d'ailleurs hurler dans les campagnes "PARASITOCRATES DE TOUS LES PAYS UNISSEZ-VOUS" ( contre Poutine bien sûr, ce populiste qui a sucré sa licence de banque à la Rothschild sur toute la Russie ! Non mais quel toupet ! Comme dirait Jean Jacques Rousseau ( encore un gars qui aimait la Suisse) vous l'avez mis dans l'Émile et vous me le copierez cent fois.

  • Sur les moeurs mainstream, la mise au point qui s'impose:
    https://youtu.be/0qZYvr_2FIY?t=1687

  • Cet "éditorialiste" a-t-il conscience qu'il prépare les mentalités à une agression contre la Russie?

    Autrement cet "éditorial" est tellement indigent qu'il ne mérite que mépris.

    Merci à Vive le peuple Russe! pour ce morceau d'anthologie, catégorie stupidité, pour les non-abonnés.

  • Il y a deux ans, selon un article du Figaro, près de 73% des Français avaient une opinion négative du président russe. À cette époque, en France, on en était au commencement de cette ère de la "dégénérescence en devenir", qu'incarne le jeune Jupiter fraîchement élu. Faut dire que les médias français, bras armés des puissances occultes de la finance et du mondialisme, s’emploient intensément depuis quelques quinquennats, à travailler au corps le cocoricoboy franchouillon, histoire de le faire émerger "postivement" de sa misère glauque, l’instant d’un vote, avant de le rejeter dans son chaos… la suite on la connaît, bonnets rouges, gilets jaunes, etc., ...mais que dans le bruit.

    Pressés comme des citrons, tondus jusqu’à l’os, les BLEUS de la rouspète ne s'améliorent décidément pas. Toujours autant sous pression par les BFM, LCI, TF1, A2, et autres laveries de cerveaux, ils seraient encore 63% contre 37% à déballer sur la Russie et Poutine. Interrogés, ils ne parlent même pas de l’Ukraine - dont ils ignorent si elle se situe entre le Groenland et l’Alaska - mais évoquent soudainement la Syrie où Poutine serait responsable d’atroces boucheries... Gros scoop quand-même, plus 50% des Français sont persuadés que Vladimir Poutine a cherché à influencer l’élection présidentielle en France. C’est-y pas beau ?

    En Russie, au début de l’an 2000, lorsque Boris Eltsine lança son poulain Poutine; ce dernier ne bénéficiait que d’une piètre image dans le pays. Mais Eltsine en démolisseur de l’URSS - bien davantage en insuffisance cardiaque que bourré à longueur de journées -, savait très bien qu’il n’y aurait que Vladimir Poutine pour redonner grandeur et fierté au peuple russe. Eltsine avouait volontiers en catimini qu’il avait passé au crible plus de 20 candidats…

    Selon la Banque mondiale, le PIB russe calculé en dollars a triplé de 2000 à 2006, tandis que la capitalisation boursière a doublé en 2005 et a progressé en 2006 de 53 %. L’orgueil des Russes s’est relevé avec le même entrain.

    Selon un sondage du Washington Post publié en 2016, près de 83% des Russes approuvent la présidence de cet «homme de fer» qui veut que son pays soit une superpuissance respectée.

    Comment expliquer cette attitude populaire vis-à-vis d’un dirigeant que la «communauté internationale» snobe ou considère comme un despote ? Bêtement, Poutine a toujours veillé à soigner son image d'homme du peuple qui comprend son pays.

    D’ailleurs, peu avant sa première élection en 2000, alors qu’il était encore président intérimaire, il avait ordonné un rétro-pédalage sur l’hymne national, en ré-imposant un hymne soviétique profondément remanié. Vladimir Poutine explique dans une interview que cette mesure lui avait valu plus de 30% de gain de popularité... Si ailleurs c'est "du pain et jeux", faut reconnaître qu'en Russie ça serait plutôt "Les coups de coeur d'Alain Morisod".

    Evidemment tout n’est pas si rose économiquement en Russie aujourd’hui, comme presque partout ailleurs… Mais si la Russie traverse une grave crise, c’est notamment en raison des sanctions infligées par la communauté internationale - a l’injonction du requin-pilote yankee - au prétexte de la question ukrainienne.

    Les médias de la « communauté internationale » aiment bien présenter Vladimir Poutine comme quelqu’un qui s’accommoderait bien de la corruption. De lourd soupçons pèseraient sur sa personne (la BBC a mis le paquet avec un documentaire diffusé l’an passé). À l’évidence, ce genre de démarche est insuffisant pour attiser la méfiance des Russes.

    Les Russes ne sont ni plus ni moins anges ou démons que les autres citoyens des économies modestes ou précaires. Ils vivent aussi au quotidien avec la petite corruption; celle du billet glissé à un fonctionnaire pour qu’il ferme les yeux sur quelque chose de pas très régul’. La pauvreté mène un peu à la schizophrénie. Les démunis n'aiment pas la corruption, redoutent le péché, s’indignent du mal, mais se bouchent les yeux et les oreilles lorsqu'îl faut se prémunir d'une tuile qu'il faut éviter.

    Les Russes, tout-de-même un peu connectés avec internet, souffrent dans leur chair que leur pays soit vilipendés par les médias internationaux. Dès lors, ils voient en leur président une figurante puissante et rassurante. Un guide pour leur nation mise à ban si longtemps durant l’ère stalinienne.

    À la chute du mur de Berlin rien ne change vraiment, mis à part les quolibets de la presse occidentale à l'égard de Boris Eltsine, alors que nos élites de gauche n'en peuvent plus d'encenser Gorbatchev, ce brillant secrétaire général du PCUS déchu... "Qu'est-ce qu'on le regrette, on aimerait tant le voir continuer dans la nouvelle voie"... démocratique... à l'occidentale, LGBT'isée bien entendu.

    Zut ! À la place de ce "dieu" de gauche, il y a ce Boris Eltsine populiste guignol alcoolique...

    L’occident tiraillé entre ses gauches et ses droites, mais majoritairement de droite atlantiste et hégémonique (lorsque les USA mènent le bal), se fraie le champ libre pour agrandir et étendre son joujou "Alliance Atlantique"... Les bases furent jetées pour faire perdurer cette guerre froide que Gorbatchev et Eltsine s'étaient - comme points communs - jurés d'éradiquer.

    En 2015, lors de la commémoration des 70 ans de la victoire sur l’Allemagne nazie, Poutine entend sortir le grand jeu et organise un défilé militaire monstre sur la Place Rouge. Ce fut un flop, l’humiliation extrême. Pas un seul chef d’Etat occidental n’a fait le déplacement. L’homme du Kremlin, autant que le peuple, est offensé. Cette arrogance occidentale ne fait qu’alimenter ce réflexe qu’ont les Russes de se ranger derrière leur dirigeant.

    La méconnaissance des réalités russes est abyssale en occident. Mais une chose est certaine, les maîtres de l’impérialisme atlantiste voient en Poutine l’ennemi qui les empêche de mettre en oeuvre leurs grands desseins géopolitiques.

  • Il est idiot de critiquer Putin car il a tout simplement sauvé son pays des chacals qui, au début des années 90`, voulaient le passer a la moulinette pour s`en partager les morceaux. Il n`aurait certainement pas pu faire cela avec des moyens démocratiques. Cela dit, il n`est pas tres malin non plus de la part de Putin de critiquer la démocratie libérale européenne car la derniere fois que qqn a essayé de jouer au dictateur en Europe cela s`est terminé par des dizaines de millions de morts. Par ailleurs, quand on peut se permettre la démocratie seule une petite minorité de barjos souhaiterait l`autocratie.

  • @Jean Jarogh,

    Avec tout le respect que je vous dois et vous le savez sinon acte, ainsi qu à vos écrits en général, permettez-moi d attirer votre attention que bien que "Putin" pourrait être utilisé, vous n êtes pour rien, mais le dire et le répéter ainsi comme (homme et femme de joie en français) n est pas délicat de votre part surtout quand venant d une personne instruite comme vous. Sauf si vous avez décidé de le traiter ainsi...soit!

    N.B: Je rappelle que le nom de Jean Marc Hérault, ex PM français a été suggéré afin qu il ne soit pas pronnocé Eyro ce qui est en arabe, sauf erreur, qui veut dire vulgairement un "pénis"...et il été traduit comme Eyrolt....(selon le Canard Enchaîné à l époque...)

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Un autre exemple ci-dessous de cette presse pourrie va-t-en guerre. Tulsi Gabbard est LA candidate démocrate anti-guerre. Lors d'un débat, alors qu'elle était à 1% des intentions de vote, elle a crevé l'écran. Mais qu'a fait la presse pourrie? Lisez donc ces liens:

    http://www.unz.com/pgiraldi/tulsi-gabbard-pushes-no-war-agenda-and-the-media-is-out-to-kill-her-chances/

    http://www.unz.com/pgiraldi/who-won-the-debate/

  • Merci à tous de vos contributions, parmi lesquelles, celle d’un « petard » particulièrement en verve.

    Merci d’alimenter ce blog de vos remarques, de vos réflexions et de liens de référence.

  • Je sais pas pourquoi, mais il me semble qu'en démocratie, ca vaut ptet mieux qu'un président élu soit populiste, plutôt qu'élitiste.

    Je dis ça parce que ça me paraît plus difficile de se défendre d'avoir été élu par une élite qui maintient le peuple dans le mensonge, que d'avoir été élu par le peuple qui attend de son président la vérité.

  • Le hic, c`est que les politiciens populistes (je ne parle pas de Putin) sont en général neo-libéraux économiquement, c`est a dire font de leur mieux pour soutenir les intérets des entreprises multinationales. Bien évidemment ils prétendent toujours le contraire (sinon ils ne seraient pas populistes) mais, dans les faits, imposent fiscalement le travail plutot que le capital et font de leur mieux pour liquider tant les services publics que les réglementations protégeant les travailleurs et l`environnement.

  • @Pétard relève que :" Il y a deux ans, selon un article du Figaro, près de 73% des Français avaient une opinion négative du président russe."

    Primo, c est "normal" puisque la Russie est déclarée comme l Ennemi number one sur la planète-terre! Et pourquoi donc est elle responsable de tous les malheurs du monde même la canicule actuelle! Combien de guerre extra-territoriale a t elle faite? Aucune , mais les USA en ont fait 217 depuis leur 250 anées d existence ce qui est égal à environ une moyenne d une guerre par année d existence et ce n est pas fini. Demain les USA en feront une contre le Vénézuela, l Iran, la Chine peut être voire la Russie tant qu on y est, on n est plus à une guerre après.

    Secundo, 74% des français ont une idée négative de Poutine et de la politique de la Russie, selon le Figaro et en 2016, soit! Et Hollande n avait que 4 % d avis favorable donc 96% d avis négatif...ouff on est sauvé et l Honneur est sauf...

    In fine, je me demande si aujourd hui le Figaro ou l Im-Monde nous ponde une statistique sur la popularité de Trump en France, il se peut qu on tomberait sur le cul en insinuant qu il est honnête et génial ! Par contre s ils nous disent que ce Président Voyou a 96% d avis négatif, j espère, je me réjouirais ....

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Vladimir Poutine. On pourrait dire homme providentiel pour la Russie et si les européens étaient moins aveugles, pour l’Europe...

  • Très bien dit @Richard Kohler!

    Poutine est un Homme providentiel même et/ou surtout pour l Europe dite l Union Européenne.

    C est pour cette raison que les USA et leurs alliés serpillières (le Trio bizarre des USA/Saoudie/Netanyahu) ont décrété la Russie comme leur ennemi number one. Même la canicule en Suisse, c est l oeuvre et la faute à Poutine!! Avoir écarté la Russie de ladite Union Européenne qui a continué même tout récemment à alourdir les sanctions contre la Russie c est pour éviter que l Europe+la Russie puissent deviennent la plus forte puissance mondiale, économique, militaire, sociale, politique et culturelle et qui tiendraient tête et dépasseraient de loin la seule ancienne hégémonie américaine en voie d effritement et d étiolement et tant mieux! En tout cas ce n est pas ni Trump ni Netanyahu ni l autre Ben Salmane truc qui sont des Providentiels...

    Bien à vous.
    Charles 05

  • Je ne lis plus beaucoup, ni n'écris avec plaisir comme autrefois, mais mes pensées vous accompagnent.
    Je suis devenue "un vrai travailleur manuel" au champ toute la journée
    ...............................................................................
    A propos...
    Calomniez! Calomniez! Il en restera toujours quelque chose!
    Cette devise, les journalistes la connaissent tous et ils savent surtout le mal que calomnies peuvent faire mais, cela est devenu plus fort que déontologie du métier, plus fort qu'éthique humaine et sociale, cela a transformé une majorité écrasante desdits journalistes en vecteurs de propagande dans le camp des puissants en place et en poste.
    Ils sont devenus toxiques comme le produit qu'ils trimbalent dans leur tête et qui risque de contaminer à grande échelle.

    Je me rends à la plaidoirie de Maître Assous en défense de ses clients. Hautement pédagogique, celle-ci est à la fois démonstration et explicitation de ce que l'élite qui nous dirige veut faire des citoyens honnêtes: cette élite est une sorte de cour d'obscurantistes, de chiens de garde tout autant de mauvaise foi que leurs maîtres menteurs: leur veule narrative venimeuse tient à remplacer le débat et l'évidence. Répétée et amplifiée, elle compte la faire résonner comme une vérité. L'honnête citoyen est à leur merci! Elle l'en dispose de manière discrétionnaire. Si la justice défaille, l'impunité s'installera et elle s'installera pour longtemps, vu l'ampleur des dégradations de notre civilisation.

    Bonne lecture:
    https://www.les-crises.fr/proces-vaissie-la-plaidoirie-assous/

  • Addendum à mon texte juste envoyé à l instant en commentant le bon texte de M. R. Kohler ...

    Sanctions contre la Russie : la «situation ne profite ni à l’UE ni à l’Italie» pour Giuseppe Conte

    https://francais.rt.com/international/63634-sanctions-contre-russie-situation-ne-profite-ni-ue-ni-italie-giuseppe-conte

    Bien à Vous.
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.