Gilets jaunes, un mouvement complexe

Imprimer Pin it!

Les coquilles existent, en l’occurrence, celle qui figurait dans cet article en était car elle vient d’être corrigée.

Le fait est que lorsqu’on lisait que Jérôme Rodrigues, l’une des figures du mouvement des Gilets Jaunes, subissait des « menaces de morts » on devinait, bien sûr, de quoi il s’agissait. 

Il n'empêche, « menaces de morts »  ou « menaces de mort » , ce n’est pas tout à fait pareil. L’essentiel étant ailleurs, ce détail était susceptible d’être zappé.

Il ne l’aura pas été et c’est tant mieux.

Car il s'agit là de réagir au sens. Parce qu' à force de ne plus discriminer, on s’habitue. Et s’habituer à l’indifférencié, c’est cautionner un univers où tout est susceptible de se valoir.

Et quand tout se vaut, tout devient possible.

Tel n’aura pas été le cas dans cet article, reste à savoir ce qu’il en sera de l’avenir qui y est annoncé en noir...

 

Commentaires

  • Tout le monde l'a dit depuis le début. Les gilets jaunes ne veulent pas de direction, pas de ligne politique ? Eh bien maintenant, on les assimile aux black blocks. Des gens qui ne sont intéressés que par la casse à tout prix. Les ennemis de toute personne qui a qqch entre les oreilles. Ils l'ont bien voulu, qu'ils en payent le prix. Dire de Macron qu'il est abominable, c'est une chose. Le prouver une autre. Ce que nous voyons d'ici, c'est que Macron essaie de tirer la France de l'ornière. Quand on est addict au caniveau, c'est évidemment une catastrophe...
    Merde aux gilets jaunes !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel