Des responsabilités en débat

Imprimer Pin it!

L’article indiqué ci-après en bleu rend compte d’une rencontre avec un jeune Français emmené à l’âge de douze ans avec ses frères et soeurs et tout le reste de la famille maternelle et paternelle pour une destination qui, selon ses souvenirs, a été présentée comme celle de vacances.

En réalité, fin août 2014, le père avait décidé de rejoindre l’EI.

Arrivé à Baghouz, Mourad -prénom d’emprunt du jeune homme- raconte qu’il y a perdu ses deux petites soeurs et son père.  J’étais devenu le chef de famille. Alors il y a un pacte avec les Kurdes, pour sortir les femmes, les enfants. J’ai refusé que ma mère, mes frères, mes sœurs partent… Parfois ils disent qu’on va être jugés. Par qui ? Je sais pas… Ils ne savent pas…

Qui est ce « ils », rien ne le précise.

L’auteur de l’article relate ensuite les propos de Mourad selon lesquels il n’aurait jamais vu de représentant du gouvernement françaisEt de commenter ainsi:

« Alors qu’il a été emmené en Syrie au sortir de l’enfance, Paris, qui dispose d’une présence dans le Nord-Est syrien, semble avoir choisi de le laisser disparaître dans l’oubli de sa geôle, comme d’autres mineurs dans les camps fermés, plutôt que de lui porter assistance. Est-ce parce qu’il est mineur qu’il n’a pas été transféré vers l’Irak, comme onze autres Français, condamnés depuis à la peine de mort ? » 

La manière de conclure l’article est aussi émotionnelle que factuelle: « Un garde attend. Il faut partir. Mourad va retourner dans l’ombre. C’est son anniversaire demain : Ma mère ne sait pas si je suis mort ou vivant… » Et le journaliste d’ajouter que « La France non plus. La dernière fois qu’elle l’a vu, il avait 12 ans. » 

La question se pose tout de même de savoir qui est responsable d’un départ volontaire de toute une famille vers l’EI sinon celui qui l’a décidé, à savoir le père! Certes, Mourad n’a rien eu à dire à ce moment-là. Et le voici désormais avec cinq ans d’une vie qui n’a plus rien à voir avec celle de ses congénères français restés, eux, au pays.

La responsabilité de la France face aux siens inclut-elle ce genre de cas de figure, si la réponse était connue, cela se serait sans doute déjà su ...

Commentaires

  • Mme Hélène Richard-Favre,

    Comment voulez vous qu un représentant de la France aille voir ce jeune Mourad ? C est inconcevable car c est la France qui a soutenu les Al Qaydistes en Syrie via leur branche principale en Syrie dite Al Nostra puis récemment Ahrar Acham et de même Daech à ses débuts.

    Navré car je pourrais repèter les arguments et déclarations des Grands Hommes d Etat de la France qui confortent, hélas le fait que la France est devenue un pays pro-terroriste voire mille fois hélas un pays voyou sur ce sujet.

    Vous en voulez ? Il nyaka

    Bien à Vous

  • Je ne puis qu'abonder dans votre sens, ce n'est pas la première fois que que la "Grande muette" se réfugie derrière la raison d'Etat que je qualifierais plutôt de "trahison d'Etat". Comment fermer les yeux sur l'intolaréble ! LE SANG SeCHE DE PLUS EN PLUS VITE, avant même d'entrer dans l'Histoire. Gaël

  • Comment y voir clair ? Si cette communication est authentique, comment s'en assurer ? Dans l'affirmative, combien exactement de mineurs se trouveraient dans le même cas ? Il est inadmissible que la France n'apporte aucune réponse à ces questions . Comme de très nombreux internautes, je me sens complètement impuissante. J"en ai vraiment marre de l'indifférence générale et de cette politique de l'Autruche. C'est désespérant.

Les commentaires sont fermés.