2 novembre, entre lumières et ombres

Imprimer Pin it!

Un rayon de soleil éclaire ce 2 novembre où la mémoire des défunts est rappelée et honorée.

Elle ne l’est bien sûr pas partout, ni par toutes et tous dans les pays qui cultivent cette tradition. Car s'il est un rapport que chacune et chacun vit à sa manière et au plus profond de son intimité, n’est-ce pas celui qui lie à la mort?

L’être cher, arraché par tel mal contre lequel il a lutté ou pas, trop tôt disparu ou parti en paix, autant de départs vers l’inconnu auxquels les proches réagissent de façon diverse.

Selon telle ou telle croyance, ce qui suit la vie terrestre devrait réjouir.

Comment en être certain sinon en ayant, peut-être, reçu de quoi s’en convaincre? Heureux soient celles et ceux qui ont vu ou entendu leurs défunts leur dire que « tout allait bien »!

Cela existe, paraît-il.

Mais le contraire aussi, manifesté par autant d’apparitions de « revenant(e)s ». Quoi qu’il en soit et pour ma part, j’ignore où sont partis tant d’êtres qui m’étaient chers.

Je pense à eux.

 

Commentaires

  • Bonsoir Mme Hélène Richard-Favre,

    Votre article chapeau est très touchant inclus le super très joli lien en bleu :"Je pense à eux!". J invite ceux qui n ont pas cliqué dessus de le faire, ils ne seront pas déçus du voyage!

    Je me permets de penser aussi à vos chers qui sont partis dont un être très cher à Vous parti pendant cette période de l automne soit il y a une année soit 2 ans (je ne me souviens plus précisément, navré.......)


    Bien à Vous Mme,
    Charles 05

  • Merci de votre pensée qui me touche beaucoup, Charles 05.

    Oui, c’était il y a deux ans, en effet, après une succession d’autres...

  • "Selon telle ou telle croyance, ce qui suit la vie terrestre devrait réjouir."
    Devrait, mais ce n'est pratiquement jamais le cas.

    Les êtres chers ne sont jamais totalement morts tant que nous pensons à eux. Ils vivent en nous. Pensez à eux une fois dans l'année, c'est de la pingrerie.

    Pour le reste, laissons les morts enterrer les morts, selon la formule célèbre de qui vous savez, mais là aussi presque jamais mise en pratique.

    Je pense aussi à eux (16'56"):
    https://www.dailymotion.com/video/x93ib2

    Sacré Kurosawa! Quelle leçon! Il a tout compris. Merci Akira!

    Comme un lien avec Chostakovitch.

    Madame Richard-Favre,
    Merci de m'avoir fait repenser au village des moulins à eaux!

  • Daniel,

    De toute beauté, ce que vous nous offrez-là « Comme un lien avec Chostakovitch. » Merci à vous!

  • Madame Richard-Favre,

    C'est Akira Kurosawa qui nous l'offre. Le nous impliquant tous ceux qui se sentiront en harmonie avec son propos.

  • Avez-vous remarqué qu'on ne voit presque jamais le ciel dans ce "rêve"?

    Mais on parle des étoiles.

    Très signifiant à mon humble avis.

  • ... Les étoiles que l’on voit d’autant mieux quand la nuit est noire... dit l’homme, centenaire...

  • Très jolie citation, Mme Hélène Richard-Favre :" Les étoiles que l’on voit d’autant mieux quand la nuit est noire... dit l’homme, centenaire..."

    Ceci me fait venir à l esprit ce qu a dit Antoine de Saint Exupéry: " Moi je possède les étoiles, puisque jamais personne avant moi n'a songé à les posséder".

    Bien à Vous.
    Charles 05

    Le petit prince (1943) - Antoine de Saint-Exupéry

  • "Sacré Kurosawa!"
    Heureux de retrouver ce nom, qui évoque aussi celui de Toshiro Mifune, son acteur favori.
    Son nom a marqué toute une génération (et même plus) de cinéphiles, comme celui de Bergman plus tard. Pour moi, c'est à sa première sortie à Genève, au cinéma ABC de place de la Fusterie que j'ai eu le coup de foudre pour ce cinéma qui inspire si bien dans les images de la nature les ambiguïtés et la violence de sentiments humains.
    P.S. Il va de soi que les mots me manquent pour exprimer ces sentiments d'autan. Leur force est plus facile à évoquer que leur coloration, si je puis utiliser ce terme pour un film en noir et blanc.

Les commentaires sont fermés.