La vague #Metoo

Imprimer Pin it!

Pas un jour ne passe ou peu s’en faut que tel ou tel compte se règle, surtout entre femmes et hommes.

Vous ne les aurez sans doute pas manquées, tant elles ont été médiatisées, les accusations portées par l’actrice Adèle Haenel contre le réalisateur avec lequel elle a tourné à l’âge de 12 ans.

Aujourd’hui trentenaire, elle balance. Au prétexte que, plus tôt, sa voix n’aurait pas porté.

Soit.

Le cinéaste concerné a rétorqué et apporté sa version des faits. Et « le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour agression sexuelle sur mineure » .

L’homme se défend, on le conçoit. Il admet des gestes déplacés, reconnaît l’effroi aussi dans lequel il s’est retrouvé précipité alors qu’il réalisait la portée de ses actes, bref, il s’explique.

Parole contre parole, une fois encore.

Le fait est que lorsqu’on apprend que la jeune femme a attendu de jouir d’une certaine notoriété pour balancer, on est en droit de s’interroger.

Mais surtout, de déplorer ce climat qui divise tant les femmes et les hommes. Bien sûr que la violence sexuelle existe, bien sûr que l’abus sexuel existe, le nier serait très malvenu. 

Mais reconnaître que désormais, la chasse à l’homme paraît ouverte doit aussi être pris en compte.  L’homme n’est pas un prédateur pour la femme. 

Et la femme ne retire strictement aucun avantage à se poser en victime.

 

Commentaires

  • En complément et en sons et images...

    https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/violences-sexuelles-quatre-questions-apres-le-temoignage-d-adele-haenel-contre-le-cineaste-christophe-ruggia_3689475.html

  • Tout à fait d'accord avec vous parce que j'imagine mal "une simple employée" annoncer quelques années plus tar dans les médias "j'ai été violée par XYZ" !!!

    Personne ne voudra la croire et elle devra se brouiller toute seule pour tenter d'obtenir une condamnation, voire quelques centaines de francs voire d'euros en guise de réparation !

  • Thurgovie selon 20 minutes aujourd'hui un agriculteur a été condamné à 10 mois de prison avec sursis pour zoophilie. Un séjour forcé à l'hôpital a permis de le confondre. MEUH too

  • Merci Hélène, seules les femmes pourront corriger ces dérives. Tout ce que les hommes tenteront se retournera contre eux.

  • Il est à conjuguer des désirs, des sentiments et un instinct de reproduction chacun à son temps. C'est bien là une partie du problème. La morale n'est pas assez forte. Au final victimes et accusés sont toutes et tous perdants, comme s'il pouvait y avoir un vainqueur ...

Les commentaires sont fermés.