Cette paix tant discutée entre Ukraine et Russie

Imprimer Pin it!

La politique, en tant que telle, on peut concevoir que la pratiquer soit un plaisir. C'est lorsqu’elle est relayée par les médias, qu’elle prend une tout autre dimension.

Et sur ce blog, vous le savez, c’est avant tout le relai médiatique accordé à certaines postures et autres prises de position qui est débattu.

Aussi bien a-t-il souvent été question de la Russie dite « de Poutine » tant elle alimente un peu tout et n’importe quel discours chez nous, en Occident.

Que le Président actuel de la Fédération de Russie déplaise est une chose.

Que l’on constate, par contre, à qui nos médias accordent crédit pour renforcer sinon confirmer que l’on a tout intérêt à se détourner et de sa politique et de son pays, une autre.

En voici un nouvel exemple tandis que deux quotidiens de référence, Le Monde et la Tribune de Genève, publient cet interview d’un cinéaste dont il a été question sur ce blog.

Pour que chacune et chacun s’en fasse sa propre idée, voici comment Oleg Sentsov s’exprime au sujet de Volodymyr Zelenski, Président ukrainien.

Le cinéaste déclare, en effet, « avoir honte de ce Président et être fier des bataillons (néonazis). Il veut simplement les remercier, grâce à eux les Ukrainiens ont encore leur pays » .

Alors, nous présenter cet homme qui remercie des ultra-nationaliste pour services rendus à la patrie comme célèbre réalisateur qu’on récompense d’un prestigieux Prix, c’est comme vous voudrez.

Commentaires

  • Merci d'avoir fait de cette information un sujet de votre blog!

  • Bah, je suis certain que dans quelques années on n`en parlera plus. Les susceptibilités nationalistes ukraines sont encore telles maintenant que meme dans le retrait annoncé de Poutine des territoires du nord les nationalistes ukrainiens voient une offense. Il faudrait juste que l`Europe cesse d`encourager cette susceptibilité a fleur de peau et reconnaisse que les deux petites républiques indépendantes au nord et la Crimée avec leurs populations tres majoritairement russes n`auraient pu rester sous le drapeau ukrainien que contre la volonté de leur population. Tout ca finira par etre accepté par tout le monde mais il faut du temps. Pensons seulement au cas de l`Alsace...

  • Le probleme vous savez, madame Favre, est en grande partie du au fait que les multinationales agricoles européennes et américaines qui ont déja réussi a empoisonner les terres fertiles en Europe Centrale qui, de ce fait, exigent de plus en plus de fertiliseurs chimiques pour conserver le rendement or les fertiliseurs coutent de plus en plus cher a mesure que la potasse s`épuise. Résultat des courses, les agro-lobbies font le forcing pour intégrer l`Ukraine et ses terres encore relativement intacts dans l`UE afin de pouvoir non-seulement mettre la main sur ces terres (ca c`est facile) mais aussi récolter les milliards de subventions agricoles européennes qui iraient avec. Cependant, les statuts de l`UE excluent l`intégration d`un pays tant que celui-ci est en état de conflit et certains ont cru que le moyen le plus simple de mettre un terme a ce conflit était de forcer la main a Poutine, ce qui était a l`évidence une idée idiote. Maintenant, il faut faire machine arriere en évitant de completement perdre la face ce qui implique une certaine progressivité dans la normalisation des relations avec la Russie.

  • Merci de ce regard sur la situation, Jean Jarogh.

  • En fait, l’interview de Sentsov de laquelle je parle est réservée aux abonnés, je viens d’en indiquer maintenant le lien en bleu dans le sujet.

    Si l’article ne vous est pas accessible, le titre à lui seul « Poutine ne veut pas la paix » permet déjà de comprendre que le nationalisme ukrainien salué par le cinéaste doit sans doute être considéré comme acte pacifique face au belliqueux russe...

  • Je l´ai lu. J´ai eu l´impression en le lisant que S. lui-meme ne croit plus du tout au retour des deux républiques et de la Crimée mais qu´il est coincé dans son engagement tellement médiatisé et n´aspire plus qu´a se faire oublier. C´est surement un homme intelligent et courageux, tout comme Poutine, mais il a perdu et il semble le comprendre.

    Dans mon commentaire ci-dessus, le en début de troisieme ligne est de trop.

Les commentaires sont fermés.