9 novembre 1989, un mur et une réunion

Imprimer Pin it!

Et voici un nouvel anniversaire de la chute du mur de Berlin. Rappelez-vous, il y a cinq ans, on célébrait en grandes pompes les 25 ans de cet événement.

J’y avais consacré ce sujet de blog.

A le lire, on peut toujours se demander ce qui a changé. Sur le temps long, 5 ans ne sont pas grand chose. Et même un peu plus de 70 ans de communisme, sont une paille face à l’Histoire.

Sauf que cette paille a compté et pas que peu compté.

Alors oui, pour nombre d’entre nous, le 9 novembre 1989 a été un moment unique, chargé d’espoirs désormais un peu douchés comme tant de reportages et autres documentaires diffusés par nos médias nous le font comprendre.

Attribuer les responsabilités à tel fait ou à telle personne est un sport qui se pratique, au mieux par les analystes, au pire, par les moralistes et les censeurs qui distribuent les bons et les mauvais points.

Alors, au-delà d’autant de discours, écoutons-le encore et encore...

 

Commentaires

  • "Et même un peu plus de 70 ans de communisme,"

    Ce n'était pas et n'a jamais été du communisme, mais du capitalisme monopolistique d'Etat. Ce qui n'a pas grand chose à voir.

  • Chère Hélène,

    Vous avez raison, en 5 ans rien n’a vraiment changé, sinon en pire !
    C’est effectivement intéressant de juxtaposer votre blog de 2014 à la célébration de ce jour de 2019.

    Pour une fois, je suis d’accord avec Macron quand il vient de déclarer la faiblesse de l’Europe et de l’OTAN.

    Depuis 5 ans, l’importance de la Chine s’est accentuée, et c’était prévisible. L’Inde ne confirme pas son développement, c’est peut-être un problème culturel.

    Le Kiosque Mercantile qu’est devenu la Maison-Blanche ne fait qu’accentuer le problème et le met en caractère gras, mais on ne peut pas lui en attribuer la responsabilité causale. La faiblesse de l’Europe devient, à mes yeux et au fil du temps, l’élément prédominant, bien sûr alimenté en charbon comme une locomotive à vapeur peut l’être par les autres dissensions économiques et politiques du monde.
    On est en automne, chacun tire ses marrons du feu et la chasse est ouverte. Messieurs les Anglais, pour ou contre le Brexit, vous avez déjà tiré, merci pour le bordel, parce que votre statut d’insulaire à cheval entre les USA et l’Europe que vous exploitez par vos gouvernements depuis des siècles est un fauteur de troubles supplémentaires dont on avait pas vraiment besoin. L’Europe est faible, vous la rendez malade. C’était un sujet de maturité du Collège Calvin en 1968. Rien n’a vraiment changé depuis. Mais en 1968, je l’ignorais encore.
    Bien à vous

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel