19/03/2016

Crash d'un Boeing de FlyDubaï, Rostov-sur-le-Don en deuil

 

1586675.jpg

Nouvelle catastrophe aérienne, nouveau deuil pour autant de proches et de familles de victimes.

L'accident s'est produit tôt, ce 19 mars, dans le sud de la Russie.

L'avion, en provenance de Dubaï, transportait cinquante-cinq passagers et sept membres d'équipage.

Tous de nationalités diverses, on compte quarante-cinq Russes, huit Ukrainiens, deux Indiens et un Ouzbek, deux Espagnols, un Colombien, un Chypriote, un Kirghiz et un citoyen des Seychelles.

Une enquête criminelle a été ouverte.

https://francais.rt.com/international/17504-crash-avion-r...

Rostov-sur-le-Don se situe non loin de la frontière entre la Russie et l'Ukraine.

Au vu du contexte international, puisse tout doute être levé quant aux circonstances qui ont ôté la vie à ces soixante-deux personnes.

Puissent les leurs trouver soutien et réconfort.

 

 

16:17 Publié dans Air du temps, Avaries, Humanité, Russie | Tags : crash, flydubaï, rostov-sur-le-don | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

18/03/2016

Que veulent nos chaînes publiques d'information?

565.png

Pour parodier le titre de l'ouvrage d'un récent invité d'une chaîne de service public qui s'interroge sur ce Que veut Poutine?, la question vaut aussi d'être posée à ces médias eux-mêmes.

Que l'Occident se présente -encore- comme garant de liberté d'expression et s'affiche en parangon de démocratie semble relever de plus en plus de la seule formulation.

Car si la presse dite libre est en droit de distiller sa propagande, il n'en va pas de même d'un service dit public.

Or pas un jour ne passe sans que l'information de service public ne se fasse l'écho de personnalités sélectionnées pour distiller la parole qui convient.

Cette tendance entache non seulement la réputation des chaînes publiques d'information mais salit sinon trahit la confiance que lui accorde, encore, la société qui contribue à les financer.

 

17/03/2016

Vladimir Poutine "mais"...

Capture d’écran 2016-03-17 à 13.32.07.png

Hier, suite à un échange avec Darius Rochebin sur Twitter, j'ai acheté l'ouvrage de Jean-Robert Jouanny.

Animée par le besoin de débattre de la Russie et de tout ce qui s'en dit et s'écrit, je me suis donc consacrée à la lecture de Que veut Poutine?

Pour notre présentateur-vedette de la chaîne d'information publique suisse, Jean-Robert Jouanny serait fort bon connaisseur de la Russie et très nuancé.

La question à discuter -si discussion il y avait avec Darius Rochebin- serait celle de savoir ce qu'il entend par très nuancé.

Car si nombre d'éléments énoncés dans son ouvrage par Jean-Robert Jouanny se vérifient, ils sont le plus souvent suivis d'un mais.

Autrement dit, reste à savoir si l'appréciation émise par le journaliste suisse relève de ce mais. Car ce mais est le seul fait du regard porté par l'auteur du livre Que veut Poutine?

Dans ce cas, citer des éléments conformes à la réalité pour aussitôt les éclairer selon un prisme orienté par l'auteur fait de son livre une approche qui n'a rien d'objectif.

Un tel titre, Que veut Poutine? range Jean-Robert Jouanny aux côtés d'un Michel Eltchaninoff, qu'il cite d'ailleurs pour son inestimable travail de philosophe.

Nous voici sauvés!

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/01/27/bhl-bis.html

16/03/2016

"L'un des meilleurs connaisseurs de la Russie"

1023406954.jpg

Ce 15 mars, notre chaîne publique suisse RTS a commenté le retrait partiel des forces armées russes.

Après un bref rappel des faits, Darius Rochebin a sollicité l'avis de l'un des meilleurs connaisseurs de la Russie.

L'homme interrogé par le présentateur vedette du téléjournal suisse est l'auteur d'un ouvrage formulé sous forme de question, Que veut Poutine?

Paru le 3 mars aux éditions du Seuil, l'ouvrage est ainsi présenté:

http://www.seuil.com/livre-9782021286663.htm

Nul doute que le regard porté par Jean Robert Jouanny soit idéal pour un Occident friand de publications qui apportent les réponses attendues.

Monsieur Jouanny est conseiller technique du cabinet de George Pau-Langevin, ministre des Outre-Mer:

http://www.outre-mer.gouv.fr/?-les-membres-du-cabinet-de-...

 

15/03/2016

Syrie, la décision de Vladimir Poutine commentée ici et là

895ab071a30f849dd7730d0264943.jpg

Pour faire plaisir à d'aucuns, voici un peu de cette propagande dont la Russie aurait le secret.

Dans l'article indiqué en lien ci-dessous, chacune et chacun aura tout loisir, ainsi, de découvrir comment diverses rédactions occidentales réagissent à l'annonce du retrait partiel des troupes russes de Syrie.

On sait tout le bien que nombre de perroquets occidentaux pensent de la Russie.

Il existe, néanmoins aussi quelques esprits plus subtils qui savent dépasser la condescendance sinon le mépris affiché pour le président russe et le pourcentage de citoyens qui lui est favorable.

A lire, ci-après:

https://fr.sputniknews.com/international/2016031510233803...

 

13/03/2016

Honneur et République

Liberte-egalite-fraternite-tympanum-church-saint-pancrace-aups-var.jpg

Cette France qui s'indigne de l'honneur fait au Prince héritier saoudien par son Président a encore du souci à se faire.

Car pour 2017, François Hollande a toutes ses chances.

Si Marine Le Pen parvient au second tour face à lui, le Front républicain se lèvera comme pas un et redonnera cinq ans à l'actuel Président français.

Certes, le parti LeRépublicains veille. En admettant qu'un de ses candidats évince François Hollande au premier tour, dans ce cas, son actuel mandat trouvera un terme en 2017.

Le fait est que Marine Le Pen semble davantage incarner l'épouvantail idéal tandis qu'elle apparaît comme figure du mécontentement français.

Cela dit, l'Honneur fait au Prince par le Président de la République française, s'inscrit à la suite de précédentes marques d'allégeance.

Liberté, égalité, fraternité, voilà une devise qui, peu à peu, risque de ne plus renvoyer qu'à elle-même.

11/03/2016

Femmes, ici et là

56df1b59c46188863a8b4569.jpg

Voici qui pourrait, peut-être intéresser notre journaliste qui n'a vu, aux femmes d'Arabie saoudite que la seule interdiction de conduire tandis que la Russie serait championne en matière de sexisme au travail...

http://www.dalieko.com/russia-has-largest-number-of-femal...

Il est vrai que dire de l'Arabie saoudite qu'elle serait championne en matière de sexisme au travail sous prétexte, soi-disant qu'il faut les protéger, aurait sans doute eu un autre écho.

Cela dit, travailler l'information ne s'invente pas. Et nos journalistes ne sont pas en reste.

Ils affichent ainsi leurs valeurs. 

Il est toutefois une propagande qui ne dit pas son nom et qui ose s'appeler information.

http://livestream.com/GvaPressClub/desinformation2016

 

09/03/2016

Lettre à une femme journaliste

 

Madame,

Vous exercez une profession que vous êtes peut-être certaine de pratiquer au mieux et vous avez sans doute raison. 

Car votre évocation des droits des femmes dans le monde a été lumineuse.

Par les propos que vous avez tenus, hier soir au téléjournal de la RTS, c'est la mise en scène de l'information que vous avez illustrée:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/03/08/les-droits-des...

Etre reconnu pour service rendu à son employeur est un honneur.

Qu'il vous grandisse ou non, c'est l'information et le public auquel vous la destiniez que vous avez méprisés.

Bien à vous,

Hélène Richard-Favre

  

03/03/2016

Parler de la Russie et de Poutine à Auray...

Auray-Bretagne.jpg

La scène se passe en France.

Plus précisément, en Bretagne, dans le Morbihan.

La France, on le sait, ne contrôle pas ses citoyens comme s'y emploient d'autres pays.

Nombre de reportages ou autres articles ont souvent évoqué le sort réservé à tel ou tel citoyen au comportement douteux dans un régime certifié non démocratique. 

Or voici que des élèves ont été auditionnés par la gendarmerie française sur l'enseignement que leur dispense un de leur professeur.

Non, il n'est soupçonné d'aucun crime ni d'aucun méfait quelconque. Il a juste parlé de la Russie et de Vladimir Poutine.

Eh oui, voilà un sujet bien dangereux à évoquer en classe, semble-t-il.

Donc on enquête.

A lire, ici:

http://breizatao.com/2016/03/02/auray-morbihan-des-eleves...

 

01/03/2016

Info Spoutnik

kiev-1.jpg

On sait la propension qu'ont -encore- certains à considérer ce blog comme officine de quelque obscur pouvoir ou autre institution russe.

Dans ce cas, leur apporter un peu de grain à moudre leur permettra, peut-être, de redire toute l'estime qu'ils portent à certains sites d'information russes.

http://fr.sputniknews.com/international/20160301/10230202...

Car doit-on le rappeler, en Occident, on a le privilège de disposer de médias qui livrent de véritables informations. 

Sauf qu'à retrouver en boucle les mêmes propos de perroquets, on a le choix.

Soit on les répercute comme nombre d'experts et autres grands connaisseurs de la Russie, soit on les discute au risque d'être taxé de "pro-Russe".

Le fait est que celles et ceux qui s'estiment au top de l'info quand d'autres ne seraient, selon eux, que victimes de propagande, n'échappe pas au regard amusé de certains internautes russes.

Bon, on dira qu'il s'agit de trolls financés pour veiller. En Occident, en aurait-on besoin que cela se saurait. Au nom de la transparence, voyons!

 

27/02/2016

John Kerry "a demandé un temps de réflexion"

8-chretiens-crucifies-syrie-juillet-2014-un.png

Donc si on comprend bien, émettre des réserves sinon des critiques vis-à-vis de l'islam revient à être raciste:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/03/18/l-islam-n-est-...

Tuer des millions de chrétiens, par contre, oblige le secrétaire d'Etat des Etats-Unis à demander un temps de réflexion avant de pouvoir se prononcer sur ce que cela implique sur le plan linguistique.

En effet, Monsieur John Kerry n'est pas certain qu'assassiner des Chrétiens en masse soit un "génocide", nous apprend cet article:

http://coolamnews.com/j-kerry-nest-pas-certain-quassassin...

La quantité n'a jamais fait la qualité, nul ne le niera.

Plusieurs millions de Chrétiens torturés, violés et assassinés ne font pas de leurs bourreaux pis que toute personne critique de l'islam.

Donc John Kerry va réfléchir...

Pendant ce temps-là, les décrétés racistes islamophobes continueront d'être jugés et condamnés. 

Ouf, c'est déjà ça!

 

 

 

26/02/2016

Information et informations

Capture d’écran 2016-02-26 à 15.14.04.png

En cas de conflit, qu'il soit individuel ou collectif, faire feu de tout bois pour attaquer l'autre semble être une constante. 

Les stratégies à cet égard ne manquent pas et parmi elles, discréditer l'adversaire en est une.

Détruire son image est le but le plus souvent visé et les moyens mis en oeuvre sont à la hauteur du talent qui les exploite.

Ainsi en va-t-il de l'information dont on ose toujours et a priori estimer qu'elle repose sur des assertions ou des faits avérés.

Le problème est que toutes les sources ne sont pas toujours accessibles et le seraient-elles qu'elles ne sont pas systématiquement vérifiées.

Que cela soit par la confiance d'emblée accordée, l'absence de curiosité ou la paresse, on ne cherche pas forcément à savoir si ce qui est livré comme information est fondé ou non.

Ainsi et sans qu'on n'y prenne garde, se faufilent la déformation de propos et/ou de faits, leur énonciation orientée ou carrément, le mensonge.

Ces procédés ne datent pas d'hier, certes. Est-là une raison suffisante pour s'en accommoder?

Y réagir est une priorité pour qui ne souhaite pas de notre monde, qu'il ne se résume plus qu'à un théâtre d'ombres:

http://www.geopolitics-geneva.ch/node/83

22/02/2016

La Lituanie ordonne, la France exécute

648x415_membres-paf-police-air-frontieres-faction-06-octobre-2003-zone-attente-aeroport-roissy-charles-gaulle.jpg

La scène se serait-elle déroulée dans un de ces pays dont l'Occident bien pensant se montre toujours plus rapide que son ombre à dénoncer les dérives autoritaires, que déjà la quasi totalité de ses médias en auraient fait leur une!

Or voici qu'un silence assourdissant entoure le refus du sol français à cet analyste et politologue russe invité en bonne et due forme à intervenir dans le cadre d'une conférence internationale à Paris.

C'est sur ordre de la Lituanie (!) que l'accès à la France a été interdit à Stanislav Byshok.

Et oui, Union Européenne oblige, la solidarité entre ses membres menacés par l'intrusion de douteux personnages s'active...

La preuve et quelques détails, ci-après:

http://tass.ru/en/politics/858004

 

21/02/2016

21 février 1966 - 21 février 2016, la France...

 

InaEdu00099

La propension du Président de tous les Français à célébrer des commémorations a été relevée ici ou là.

En ce 21 février 2016, difficile de savoir ce que nous prépare François Hollande pour honorer la mémoire de la France.

La journée n'est certes pas encore arrivée à son terme mais aucune annonce quelconque ne semble prévue pour rappeler qu'il y a 50 ans, jour pour jour, son illustre prédécesseur, le Général Charles de Gaulle tenait conférence de presse.

Il y annonçait que la France quittait le commandement intégré de l'OTAN:

http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu00099/con...

Il va de soi que pour le Président d'encore 19 % de Français dits "satisfaits", ce genre de rappel ne risque pas d'être d'actualité. Mieux, en toute discrétion, il a déposé un projet de loi qui va achever le travail entrepris par son prédécesseur.

Et pourtant, en 2008, Monsieur Hollande s'était opposé à la décision de Nicolas Sarkozy de réintégrer le commandement de l'OTAN.

Mais cela, c'était "avant"...

http://www.marianne.net/connu-hollande-veut-reintegrer-pl...

 

19/02/2016

Reflets

1072051-16-destinations-a-avoir-vues-avant-de-mourir.jpg

Donc, on l'a bien compris, l'indépendance des médias en Occident est avérée et permet une liberté d'expression à nulle autre pareille ou peu s'en faut.

Ce qui, selon lesdits médias, est loin d'être le cas dans d'autres parties du monde.

Combien de fois n'a-t-on lu ou entendu évoqué le fait qu'en Russie, par exemple, le Kremlin contrôlait tout et que toute voix d'opposition était muselée?

Pour illustrer comment se déroule un débat sur une des plus importantes chaînes de télévision russe, voici:

http://www.1tv.ru/prj/timewilltell/vypusk/41242

Un des sujets de l'émission -qui date du 22 octobre 2015- porte sur l'emprunt de 3 milliards contracté par l'Ukraine auprès de la Russie et que la première s'est déclarée dans l'impossibilité de rembourser.

Pour en parler, la chaîne de télévision Pervij Kanal a invité, entre autre, une journaliste ukrainienne -qui apparaît à la minute 28- et Maxim Yushin, du journal d'opposition Kommersant.

Certes, les échanges y sont en russe mais ils sont vifs sinon musclés. A travers les seules images, les non-russophones auront de quoi se faire une idée de ce qu'est un débat sur un sujet sensible dans ce pays qualifié de dictature par certains grands connaisseurs.

Pour rappel, en France, toute personne estimée tenir des positions trop favorables à la Russie n'est tout simplement plus invitée sur aucune chaîne de radio ni de télévision.

 

17/02/2016

Indépendance des médias, la France socialiste donne l'exemple

 

 

Medias-3.jpg

Heureusement qu'existe la France, connue pour sa liberté d'expression et l'indépendance de ses médias! 

Rien à voir avec d'autres pays sans cesse dénoncés pour le contrôle qu'exerceraient leurs gouvernants.

Non, en France, on a la chance d'échapper à ces oligarchies sans cesse dénoncées ailleurs et pour cause! 

Ici, par exemple, on apprend combien chacune et chacun respecte le conflit d'intérêts:

https://fr.people.yahoo.com/post/139350858598/la-compagne...

Certes, la liberté de la presse permet d'en faire part. 

Le fait est que cela n'inquiétera sans doute pas les concernés.

A moins que...?

 

16/02/2016

L'islamophobie comme "stratégie"

charia-veut-dominer-le-monde.png

Dans un récent sujet de ce blog avait été citée l'interview d'une sociologue algérienne:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/02/08/la-femme-l-isl...

Il était question, dans ses propos, du fait qu'il existait, dans l'islam, des centaines de lois différentes voire contradictoires. 

Mais, précisait Marieme Helie Lucas, les intégristes ont presque réussi à faire accepter l'idée que l'islam, c'est eux (...) et que quiconque s'oppose à leurs élucubrations supposément religieuses s'attaque donc à l'islam même.

Et d'ajouter que le terme d'"islamophobie" illustre leur stratégie: osez me contredire et je vous accuse de haïr l'islam. 

De dire, comme certains, que la réforme de l'islam doit venir de l'intérieur, à lire Marieme Helie Lucas et les combats qu'elle évoque, on comprend ce qui en résulte.

Les femmes récalcitrantes aux lois des intégristes ont été brûlées vives, torturées, décapitées, leurs têtes promenées en parade.

Si la sociologue parle surtout du sort des femmes, difficile de ne pas songer, par exemple, à celui qui était réservé à tout Allemand qui s'opposait au pouvoir nazi. 

Nombre d'Allemands ont été victimes du régime d'Hitler! Les a-t-on aussi invités à réformer les lois en vigueur de l'intérieur?

 

 

14/02/2016

"Si j'ose dire"

snake1247.jpg

Vous pensiez la rhétorique réservée à quelques érudits ou autres savants usagers de la langue?

Détrompez-vous, certains la maîtrisent à merveille quand d'autres savent aussi la relever au passage.

En voici une bel exemple, loin d'être unique pour rendre compte d'une personnalité dont on sait la considération que lui porte la plus grande partie de la classe médiatico-politique occidentale.

Cela se passe dans le cadre d'une émission de géopolitique consacrée à l'OTAN et dont l'invité est Arnaud DOTEZAC, directeur des rédactions de Market Magazine.

A voir ici, dès la minute 9':

http://www.rts.ch/emissions/geopolitis/7388948-otan-a-quo...

Le très rhétorique si j'ose dire de Xavier Colin -qui ose donc dire- n'échappe pas à son invité.

Arnaud Dotézac, factuel, recadre.

 

11/02/2016

La langue, ce bien commun

logo-main.png

 

Il est toujours intéressant de s'arrêter sur des concepts et d'en définir les perceptions. Car ce sont souvent elles qui déterminent nombre de malentendus.

Il existe, pourtant dans la langue, ce qu'on appelle le sens commun. Mais l'on ne peut empêcher les subjectivités de s'en mêler.

A cet égard, il est fréquent d'entendre quelqu'un défendre bec et ongle l'usage d'un terme alors qu'il en est un d'ordre collectif et dont les règles sont fixées.

A une époque où l'on prône le respect à apporter à autrui, considérer l'idiome qui unit une communauté linguistique en est une manière.

S'emparer d'une langue sans tenir compte des règles qui gouvernent son usage, c'est tout simplement négliger tout autre personne qui la pratique.

A l'heure où tant d'échanges sont favorisés par les réseau sociaux, ce n'est pas toujours la compréhension entre celles et ceux qui s'y adonnent qui les domine. 

Non que les arguments des uns ou des autres créent la controverse. Non, pour cela, il faut un débat.

Or quand chacune et chacun décrète que tel mot a tel sens et que c'est ainsi parce qu'elle ou il se comprend, on n'est plus dans l'échange.

On est dans le refus de l'autre. 

23:33 Publié dans Air du temps, Avaries, Culture, Discours, Humanité, société | Tags : langue, communication, société | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

10/02/2016

Entre vérité, vérités et Vérité

hqdefault.jpg

Souvent -et récemment encore sur ce blog- est évoquée la vérité.

D'aucuns lui ajoutent même une sorte d'absolu en l'affublant d'un L et d'un V majuscules.

Décréter de la vérité, qu'elle existe est une manière générale de l'appréhender.

Car si, en effet, la vérité peut apparaître dans une situation donnée, dans d'autres, elle peut ne rester qu'une vérité, sinon échapper.

Alors, affirmer que La Vérité existe peut, certes, tenir lieu d'assertion. Mais sa quête implique l'absolu.

Or se pose la question de savoir dans quelle mesure un absolu se vit. 

 

08/02/2016

La femme, l'islam et la "gauche européenne"

rosefanee.jpg

 

Cette femme rêve-t-elle?

En tous les cas, elle analyse. Et de nombreux éléments sont à retenir des propos qu'elle tient:

http://www.telerama.fr/idees/apres-cologne-nous-voyons-en...

Ce qu'énonce cette sociologue algérienne confirme comment les extrêmismes s'alimentent les uns les autres.

Car à lire ce que déclare Marieme Helie Lucas de ce qu'elle appelle gauche européenne, le constat est dressé: incapacité mortifère à soutenir les droits des femmes contre toute agression.

Doit-on y voir l'impossible place à prendre par un modèle de société rappelé pourtant en boucle par autant de ses défenseurs?

Droits et autres revendications sans cesse claironnés semblent en réalité s'effacer derrière la crainte de se voir étiqueté. 

Dans ce contexte, cherchez la femme!

Tel était bien le sens de l'injonction lancée ici-même:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/01/11/cologne-cherch...

Aussi,  lier le sort de la femme à la politique paraît-il bien hasardeux.

 

04/02/2016

Ne ratez pas "dans la tête de Michel Eltchaninoff"

article-2548607-1B13D0CB00000578-823_634x418.jpg

Les réactions ne se seront pas fait attendre après la diffusion du documentaire évoqué dans mon précédent sujet:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/02/02/d-aveugle-et-s...

D'aveugle et sourd à lanceur d'alerte, voici que ce même Obs publie une lettre ouverte à l'adresse du réalisateur du film pour lequel, deux jours plus tôt, il titrait: Ne ratez pas:l'Ukraine, les masques de la révolution.

Ils sont dix-huit journalistes à avoir signé la missive.

Il est précisé qu'ils sont tous connaisseurs du dossier pour avoir travaillé sur place. Comme si le fait d'avoir travaillé sur place était un gage d'honnêteté. Va pour eux et voici leur propos:

http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20160202.OBS3854/...

Cependant, Le Monde ne se veut pas en reste, lui non plus. 

Et cette fois, on n'est plus dans le cadre d'un travail sur place à défendre au nom d'une vérité à en déduire de fait. Non, là, on est carrément dans l'explication, logique, fouillée, argumentée, bref infaillible ou peu s'en faut.

Normal, on est dans la tête de Michel Eltchaninoff*, entre autres signataires de ce brûlot.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/03/sur-canal-...

 

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/01/27/bhl-bis.html

02/02/2016

D'aveugle et sourd à lanceur d'alerte

odessza_meszarlas.jpg

Et voici que L'Obs, pas vraiment connu ni reconnu pour la considération qu'il porte au président russe -sinon à la Russie elle-même- voici donc que ce media joue les révélateurs sinon les lanceurs d'alerte.

Alors que nombre de voix s'étaient élevées dès 2013 contre la désinformation caractérisée qui visait la situation en Ukraine, une valeureuse journaliste vient nous apprendre que le gouvernement ukrainien serait composé de néo-nazis.

Sacrée découverte que relaie là cet Obs soudain miraculé de la cécité médiatique occidentale qui a permis l'embrasement de l'Ukraine.

Quelle que soit la raison de pareil revirement, elle est évidemment à saluer. Sauf que plus de 9.000 morts plus tard et un pays exsangue, on aurait pu espérer mieux.

Mais L'Obs intitule sans problème Ne ratez pas: "Ukraine, les masques de la révolution":

http://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/2016012...

 

31/01/2016

"Propagande onirique" versus "calembours orduriers de Le Pen"

 

balloon-flight-plant.jpg

Dans le précédent sujet que j'ai consacré au projet de film d'Emir Kusturica, j'ai évoqué la polémique qu'avait suscitée, en 1995, une tribune publiée par le philosophe pas encore élu de l'Académie française, Alain Finkielkraut.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/01/30/kusturica-iour...

Ce défenseur exalté -comme d'aucuns le qualifient- de l'identité française avait, entre autre attaqué le cinéaste sur le fait qu'il avait capitalisé la souffrance de Sarajevo.

La réponse ne s'était pas fait attendre, dans Le Monde du 9 juin 1995, Serge Regourd n'hésitait pas à voir dans le comportement de Finkiekraut, celui de Jdanov, "une sorte de philosophe en chef, le garant de l'idéologie, son interprète le plus autorisé".

C'était sans compter sur l'insistance du désormais élu de l'Académie française à incendier le lauréat de la Palme d'Or pour Underground.

On se rappelle en quels termes a été évoquée l'élection controversée de l'homme de lettres à l'Académie française.

Tandis que l'on commentait son entrée sous la coupole, en effet, certains n'ont pas hésité à la considérer comme celle du Front National.

A lire, dans l'article ci-dessous, comment Alain Finkielkraut s'emparait des calembours orduriers de Le Pen pour appuyer sa mise au pilori d'Emir Kusturica, force est de constater que ce parti tient vraiment lieu d'épouvantail passe-partout:

http://www.liberation.fr/tribune/1995/10/30/la-propagande...

 

 

30/01/2016

Kusturica, Iourchenko et le Donbass... à suivre

 

LOUISBENOITGREFFE-1391408642864P1.jpg

C'est Arkadij Beinenson qui le révèle sur son site, Emir Kusturica, s'intéresserait à la biographie du correspondant de guerre dans le Donbass qu'a été Iouri Iourchenko et aurait conclu avec lui un accord relatif à un script. Le poète, scénariste et acteur Iourchenko l'a lui-même confirmé au journaliste russe qui l'indique sur son site:

http://blog.beinenson.news/2016/01/29/kusturitsa-yurchenko/

On sait qu'Emir Kusturica, deux fois lauréat de la Palme d'Or du Festival de Cannes, a apporté son soutien aux populations du Donbass. Pour rappel aussi, le cinéaste, musicien a été interdit de concert, en juillet 2015, par les autorités démocratiques de Kiev.

https://francais.rt.com/international/4422-kusturica-conc...

On se réjouit, dès lors, de savoir quelle sera la réaction du nouvel intronisé de l'Académie française qui n'avait pas eu de mots assez doux envers le réalisateur serbe, primé pour son film Underground.

Alain Finkielkraut avait, en effet, publié une tribune au vitriol dans Le Monde du 2 juin 1995.

Aussitôt suivi dans sa diatribe par l'incontournable BHL, autant dire que le tandem a eu de quoi s'illustrer quand on sait combien de guerre démocratiques le philosophe à la chemise blanche a cautionnées.

 

27/01/2016

BHL bis?

 

Poutine.jpg

Se mettre dans la tête de quelqu'un relève, a priori, davantage de la tentative que de la certitude d'y réussir.

On peut s'y risquer pour diverses raisons, Michel Eltchaninoff, l'auteur d'un ouvrage intitulé Dans la tête de Vladimir Poutine, avait sans doute les siennes.

Paru en février de l'an dernier, cet opus a eu l'heur de plaire à qui de droit. L'écho médiatique qu'il a reçu a permis ainsi de diffuser l'image du président russe qu'un certain Occident aime à entretenir.

Et en Michel Eltchaninoff, autant dire qu'on détient l'homme de la situation.

Apprécier ou ne pas apprécier Vladimir Poutine est une chose, discuter sa politique, une autre. Mais énoncer une somme de contre-vérités pour discréditer un homme est un procédé dont on se demande bien ce qu'il a à voir avec la philosophie, discipline dont se réclame celui qui a risqué ce Dans la tête de Vladimir Poutine.

Invité de Mediapart, Michel Eltchaninoff excelle en magicien-contorsionniste-illusioniste. Au cours d'un débat qu'il mène avec Juliette Cadiot, historienne, il parvient, en effet, à nous présenter un Vladimir Poutine metteur en scène de son absence aux cérémonies d'Auschwitz et brandir à l'appui de sa thèse, la sémantique. Oui, Monsieur le philosophe, journaliste et essayiste français nous explique l'usage que fait du terme fasciste, le chef du Kremlin, balayant sans vergogne l'impact qu'implique cet adjectif dans la mémoire collective russe. 

Par un tour de passe-passe magistral et pour d'autant mieux passer sous silence -sinon nier- l'existence de néo-nazis installés au pouvoir à Kiev, Monsieur Eltchaninoff mène une attaque en règle contre le président d'un peuple qui a sacrifié par millions ses citoyens pour sauver l'Europe du nazisme. 

On n'est plus dans la désinformation, avec ce journaliste, philosophe, essayiste. On est dans la plus pure révision de l'Histoire et sa totale falsification.

https://www.youtube.com/watch?v=iIZACZ7S71M

 

Agorintoxe

301B5AB5-8680-4E4F-A6FB-A811451FF05B_w268_r1_cx0_cy6_cw0.jpg

Comment un fait ordinaire est présenté comme la révélation d'un quasi initié.

Reprise d'un article en anglais dont la source n'est pas citée, sa traduction française livrée sur le site d'Agoravox est estimée fidèle au texte original par un commentateur.

Ouf!

Ainsi a-t-on au moins droit à une traduction correcte tandis que le copieur-colleur de l'article enfreint sans le moindre problème l'éthique journalistique si elle existe encore.

Voici les faits:

http://www.rferl.org/content/ukraine-russia-us-nuland-surkov-talks/27490535.html

Et ce qu'ils deviennent:

 http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/que-ca...

 Crédule, paresseux, ou ignare, un public se trouve toujours pour avaler ces informations.

Le fake révélé:

http://www.stopfake.org/en/fake-nuland-warned-surkov-of-a...

 

 

 

24/01/2016

"Une bombe géopolitique, au coeur de la Guerre tiède."

 

ob_3cedd8_ob-041c28-ukraine-geronimo.jpg

Tel est le titre d'un ouvrage que j'évoquais, ici-même et qui est signé par Jean Geronimo. Paru en août 2015 aux éditions Sigest, il a été préfacé par Jacques Sapir.

Je le citais dans le cadre de propos tenus par une personne de référence en Occident tout au moins:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/10/27/abus-mensonger...

Ladite personne, on l'aura maintes fois remarqué, ne manque jamais une occasion de dire tout le bien qu'elle pense de la Russie, ce qui, à l'évidence, est loin de déplaire à qui en a besoin.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/12/08/l-occident-et-...

Dans ce sens et à l'appui de mon propos du 13 novembre dernier, je ne puis que recommander encore une fois, la lecture de l'ouvrage de Jean Géronimo.

Son approche est à découvrir, ne serait-ce que pour la mettre en perspective avec d'autres. Ainsi se forge-t-on une opinion d'autant plus riche et moins unilatérale d'une situation.

Et pour qui souhaiterait en savoir davantage, ce Docteur en économie et professeur à l'Université Pierre-Mendès France de Grenoble vient d'accorder une interview au journaliste russe Arkadij Beinenson.

http://blog.beinenson.news/2016/01/21/495/

 

20:23 Publié dans Air du temps, Avaries, Europe, Guerre, Politique, Pouvoirs, Pratiques, Ukraine | Tags : ukraine, europe, géopolitique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

22/01/2016

L'info en pays neutre et démocratique

bigstockphoto_information_20362351.jpg

Et puisque nos médias se soucient tant de nous rappeler les droits humains, le sort d'enfants ou autres victimes de guerres, pour rappel, ce sujet écrit il y a un an, à quelques jours près:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/01/28/poroshenko-et-...

Cette manière du journaliste de stigmatiser le président russe dans la séquence indiquée en début de sujet, illustrerait-elle une information distincte de celle délivrée par d'autres pays accusés de s'adonner à de la propagande?

Car la propagande dont nos valeureux commentateurs et autres spécialistes du genre créditent, entre autre la Russie, vaudrait bien qu'ils s'interrogent sur celle qui ne dit pas son nom.

S'exprimer en termes convenables n'a jamais impliqué que la réalité à laquelle renvoient lesdits termes corresponde au sens convenu par l'usage de la langue.

En pays dit neutre et démocratique, s'inquiéter d'objectivé ne semble pas être prioritaire.

 

 

21/01/2016

"Leurs enfants resteront dans les caves du sous-sol"

9RIAN_02472921.HR.jpg

Ces propos sont ceux de Petro Poroshenko que je relayais, le 8 septembre dernier, dans un sujet consacré au Donbass, cette région de l'est de l'Ukraine dont on ne parle plus beaucoup.

Alors que le monde entier -ou peu s'en faut- avait découvert la photo d'Aylan, gisant sur une plage turque, je rappelais le sort réservé aux populations du Donbass et le destin que le président ukrainien réservait à leurs enfants:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/09/07/au-coeur-de-l-...

La question de savoir si les médias ne s'intéressaient pas assez aux conditions de vie des populations civiles du Donbass et plus précisément à celles de leurs enfants a enfin été posée.

C'était hier soir, dans le cadre du téléjournal de Léman Bleu qui a porté son attention à la soirée caritative organisée en faveur des enfants du Donbass, ce 23 janvier à Genève:

http://www.lemanbleu.ch/replay/video.html?VideoID=28665