30/07/2015

Cervantes, esclave à Alger.

rais_mr.jpg

Ils étaient entassés, pouvant à peine bouger dans la saleté, la puanteur et la vermine, et beaucoup mouraient avant d'atteindre le port.

Il ne s'agit là d'aucun migrant fuyant le régime ou la misère de son pays. Il s'agit de Chrétiens - de Juifs parfois aussi- que leurs maîtres musulmans avaient capturés et ramenaient avec eux:  http://library.flawlesslogic.com/slavery_fr.htm

Si l'esclavagisme des Blancs fut maintes fois évoqué, il n'en va pas de même de celui dont ils furent, eux aussi, les victimes.

Trois siècles durant, des centaines de milliers d'Européens furent réduits à l'esclavage.

Pour en savoir d'avantage sur le sujet, la lecture de l'ouvrage du Professeur Robert C. Davis, Christians Slaves, Muslim Masters: White Slavery in te Mediterranean, the Barbary Coast and Italy, 1500-1800, est instructive.

On y apprend, par exemple, comment le prix d'un Chrétien avait chuté alors qu'après une expédition menée par les Algériens dans le Sud de l'Italie, on pouvait troquer un Chrétien pour un oignon.

De ces années sombres de l'Histoire, on a peu témoigné.

Les conditions dans lesquelles étaient détenus les Chrétiens sont bien décrites dans cette video qui évoque aussi les cinq ans de bagne de Miguel de Cervantes:

https://www.youtube.com/watch?v=ol0ud_fHvjc
 

28/07/2015

Qui a volé qui et depuis quand?

eugene-delacroix-prise-constantinople.jpg

 

Le 12 avril 1204, la quatrième croisade, en manque de fonds pour rejoindre l'Egypte et la Palestine pour libérer Jerusalem des Musulmans, se dirige vers Constantinople.

Autant les marchands vénitiens -au service desquels se sont mis les Croisés- que ceux-ci, voient l'occasion de briser la puissance commerciale et religieuse de Byzance.

La rivalité entre Latins et Grecs, entre la Rome catholique et la Byzance orthodoxe -qui fut à l'origine du schisme d'Orient- se concrétise là de la manière la plus sinistre qui soit.

http://www.guillaume-villeneuve-traducteur.fr/spip.php?ar... 

 A chacune et à chacun d'en tirer les conclusions souhaitées. Le fait est que dans la mémoire grecque, ce passage occidental en leurs terres n'a pas été oublié.

Car il a tant affaibli l'empire romain d'Orient qu'il a permis sa chute, en 1453.

La suite, on la connaît, quatre cents ans de domination ottomane et une guerre pour l'indépendance soutenue par les Puissances dont les intérêts ont été évoqués ici:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/20/pas-de-testicu...

Dire que l'Histoire se répète est, pour certains, un euphémisme. Le fait est que le besoin de puissance ne lésine jamais sur les moyens.

 

27/07/2015

Dostoïevski

analyse-holbein-le-christ-mort.jpg

Invitée à parler de Dostoïevski dans le cadre de Journées qui lui sont consacrées chaque année à Saint-Pétersbourg, outre son bref séjour à Genève, j'ai évoqué comment ce qui a été appelé "haut mal" ou "mal sacré" -je veux parler de l'épilepsie-  travaille et tisse son oeuvre. 

Certains critiques ont mis en relation le déclenchement de l'épilepsie de l'écrivain avec l'assassinat de son père par ses serfs mais d'autres le font remonter à son enfance. Ce serait, en effet, à l'âge de 7 ans que Dostoïevski aurait été frappé par sa première crise.

Il n'est pas difficile d'imaginer la souffrance que ce mal a pu engendrer chez lui, sachant combien la violence de certaines crises peut terrasser et surtout, comment celles-ci peuvent aussi être perçues par l'entourage.

Plusieurs personnages de l'oeuvre de Dostoïevski sont épileptiques, dont le Prince Mychkine et Smerdjakov, fils bâtard de Fiodor Karamazov.

Cela dit, tout distingue ou presque ces deux personnages et c'est là une des raisons qui a motivé mon choix d'en parler.

Si Dostoïevski est mort à Saint-Pétersbourg peu de temps après avoir écrit "Les Frères Karamazov" sous la forme que nous lui connaissons alors qu'il la considérait inachevée, c'est à Genève que Dostoïevski a écrit en grande partie, "L'Idiot".

Or de passage à Bâle, l'écrivain s'est rendu au Musée des Beaux Arts où il s'est très longuement attardé devant le Le Christ au tombeau, de Hans Holbein le Jeune et dont la reproduction figure en illustration de ce sujet.

Il n'est pas impossible que la très forte émotion que Dostoïevski a ressentie à la vue de ce tableau ait pu constituer un des éléments déterminants de l'écriture de "L'Idiot".

http://pl.spb.ru/events/?ELEMENT_ID=2988

14/07/2015

L'offensive européenne

Odysseas_Elytis_1974.jpg

Grec, Prix Nobel de littérature en 1979, Odysséas Elytis s'était un jour exprimé sur l'avenir de l'Union Européenne.

C'était au début des années 1980, à Rome: 

Nous savons que l'idéal européen ne pourra pas se réaliser s'il ne prend pas appui, clairement, sur son socle spirituel, sur les bases des civilisations grecque et romaine, c'est-à-dire la Démocratie et le Droit, à quoi il faut ajouter l'esprit apporté par le christianisme.

Décédé en 1996 à Athènes, le poète aura sans doute déjà pu mesurer le peu d'écho que ses mots rencontraient auprès des instances de l'Union Européenne.

La voix d'Odysséas Elytis, comme celle de tant d'autres humains, a été étouffée.

Il appartient désormais à ses compatriotes d'affronter l'idéal européen qui leur est proposé.

A lire l'article ci-dessous, on peut conjecturer de diverses manières.

Il n'en demeure pas moins vrai que le peuple grec n'a pas encore capitulé.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/07/14/2143483-la-cri...
 

 

10/07/2015

1905-2015

image_preview

 

Il suffit d'écrire quelques lignes où apparaissent les termes d'"islam" ou de "ramadan" pour constater combien les réactions fusent quand elles ne sont pas orientées.

Alors que plusieurs sujets que j'ai traités évoquaient le principe de laïcité, voici que se dressent d'ardents défenseurs de je ne sais trop quelle cause pour accuser et agresser.

On comprend mieux comment des plans d'Etat se confectionnent, soudain, pour protéger certaines communautés au détriment d'autres. 

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/04/18/christianophob...

Depuis que la loi de 1905 a séparé le pouvoirs des Eglises de celui de l'Etat, force est de constater, en effet, que certaines confessions religieuses parviennent mieux que d'autres à s'emparer de l'Etat pour faire valoir leurs droits.

Ainsi observe-t-on une religion se muer en "race" pour, ensuite et selon les besoins, en voir certaines pratiques relever du "patrimoine culturel français".

Non!

La langue est une institution sociale. En bafouer les fondements, c'est mépriser ses garants.

Oeuvrer à la paix inter-religieuse, c'est considérer islam, judaïsme et christianisme comme des confessions et non comme des "races" dont les pratiques relèveraient de quelconques "patrimoines cultuels".

Les mots ont un sens. 

 

28/06/2015

«Et je rappelle et je rappellerai toujours que les premières victimes de ce terrorisme sont les musulmans».

 

 

Monsieur le Premier Ministre,

Ces propos sont les vôtres et ont été cités dans un article paru sur le site du Dauphiné.com.*

Au risque de vous contredire, non, les premières victimes de ce terrorisme ne sont pas les musulmans.

Les premières victimes de ce terrorisme sont celles qui meurent, de fait.

Les premières victimes sont celles dont ce terrorisme prend la vie.

Les premières victimes sont celles dont la tête est tranchée.

Les premières victimes sont celles dont la tête tranchée a été fichée sur une grille.

Quant aux prochaines victimes, elles sont partout.

Monsieur le Premier Ministre, vous n'êtes certes et comme nul autre, tenu à l'impossible.

Mais nul, non plus, n'est tenu à déconsidérer la vie d'un innocent décapité.

Avec respect,

                                                                                                    Hélène Richard-Favre

 

http://www.ledauphine.com/isere-nord/2015/06/28/attentat-...
 
Lettre parue en page 13 de l'édition papier de La Tribune de Genève du 30 juin 2015 et adaptée aux critères de la rubrique "Courrier" qui ne publie pas de Lettre ouverte.
 

23/06/2015

"Ce que nous vivons, vous le vivrez un jour"

 

7141624-10948398.jpg?v=1415124591

 

La prédiction est forte, elle a été prononcée par l'archevêque de Mossoul.

C'est le sénateur honoraire Bernard Seillier qui l'a citée lors de la manifestation de soutien organisée à Paris ce 20 juin dernier en faveur des Chrétiens d'Orient.*

De persécutions pour motifs religieux, l'Histoire n'en est pas avare, loin s'en faut.

Aujourd'hui, si les Chrétiens d'Orient meurent, disent leurs bourreaux, ils en connaissent les raisons.

D'ailleurs, ils ne sont pas les seuls à savoir pourquoi ils sont tués.

Tous les Charlie de janvier 2015 l'ont rappelé.

Mais ce 20 juin dernier?

L'égalité, la liberté et la fraternité les a laissés bien silencieux.

  

http://www.medias-presse.info/ce-que-vivent-les-chretiens...

15/06/2015

Mettre des églises vides à disposition du culte musulman

1138162.jpeg

 

Dalil Boubakeur, Président du Conseil français du culte musulman et Recteur de la Grande Mosquée de Paris était au micro de Jean-Pierre Elkabach ce lundi 15 juin. 

Auteur d'un ouvrage qui paraîtra dans quelques jours, intitulé Lettre ouverte aux Français, Dalil Boubakeur suggère que les églises chrétiennes vides ou abandonnées soient mises à profit des fidèles musulmans.

A cet égard et à l'appui de sa proposition, il évoque le cas de Clermont-Ferrand où une chapelle, restée des dizaines d'années inoccupée, a été mise à disposition par une congrégation de soeurs.

L'argumentation du Président du Conseil français du culte musulman va de la défense de la laïcité qui, je le cite, n'a jamais été la négation de la religion, jusqu'à dire ainsi que Chrétiens et Musulmans ont le même Dieu.

Par ailleurs et encore à l'appui de sa proposition, il explique comment la banlieue défavorisée crée la délinquance, qui, elle-même, encourage à la dérive et à la radicalisation qui a le plus souvent lieu en prison.

Autant d'éléments énoncés par Danil Boubakeur  qui intervenait aussi, ce même lundi 15 juin, dans le cadre d'une "instance de dialogue" créée par le gouvernement qui vise à montrer que l'islam n'est pas incompatible avec les valeurs de la République.

Outre le fait que la loi de 1905 interdit au gouvernement d'entrer en matière sur les affaires internes d'une religion, on se rappellera qu'en 2012, l'Eglise de St Eloi -en photo ci-dessus- avait été mise en vente et avait déjà intéressé le culte musulman pour, ensuite, intéresser une loge franc-maçonne.

L'identité de l'acheteur n'a jamais été révélée.*

http://www.europe1.fr/emissions/l-interview-politique/bou...

 

*http://www.leberry.fr/cher/actualite/pays/pays-de-vierzon...