Genève - Page 6

  • Enfances en question

    Imprimer Pin it!

     

    Mémoire rendue aux enfances volées* ici, hommage à un jeune homosexuel noyé au XVIe siècle là*, articles et conférences sur les familles arc-en-ciel*, la sensibilisation à l'enfance est de mise à Genève.

    On le sait, le combat se mène ici en Suisse comme récemment en France pour ouvrir le mariage aux couples de même sexe.

    Au nom de l'amour et du droit à l'enfant.

    Ce droit, pour se défendre, peut certes s'évaluer à la mesure d'autres qui ont brutalisé l'enfance.

    Dans ce cas, poser les vraies questions que soulèvent la procréation médicalement assistée et la gestation par autrui auxquelles recourraient les couples homosexuels pour satisfaire leur droit à l'enfant, serait aussi bienvenu que le retour sur images de passés douloureux.

    Un enfant porté par le ventre loué d'une mère vivra-t-il la parentalité comme un enfant arraché par l'Etat à ses parents? 

    Et même, pourquoi comparer sinon parce que souvent les cas d'enfances malheureuses surgissent comme pour signifier qu'elles ne seraient pas le seul fait de familles dites arc-en-ciel.

    Si les tragédies familiales du passé doivent être rappelées, il n’est pas inutile non plus de prévenir celles du futur.

     Car se targuer de défendre l’enfance ne se limite pas à évoquer les dégâts passés d’un Etat. Mais à anticiper les possibles dommages à venir qu’un Etat cautionnerait au nom du droit à l'enfant.

    Texte paru dans l'édition papier de La Tribune de Genève du 18.06.2013 en p.13


    http://www.saintgervais.ch/programme/detail/exposition-enfances-volees-regards-et-temoignages- d-enfants-places

    http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:1lR9N0WXN48J:https://www.ville-geneve.ch/conseil-municipal/objets-interventions/detail-rapport-reponse/%3Fsdl_uid%3D48741%26sechash%3D6d77f685+&cd=1&hl=fr&ct=clnk

    http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/suisse-plusieurs-miliers-enfants-vivent-familles-homoparentales/story/21691211

     

  • Noir

    Imprimer Pin it!

     

    Dans une grande surface commerciale genevoise, un client pose une question sur Genève à un employé, Noir, en l'occurrence.

    Sans hésiter, l'employé rétorque au client:  Je ne suis pas Genevois, je suis Noir.

    Interloqué, le client a tenté de poursuivre l'échange mais l'employé l'a jugé terminé.

    La scène s'est déroulée sans agressivité.


    NB: sujet de blog publié en août 2011 à nouveau soumis à réflexion pour le caractère peu ordinaire du dialogue

  • Prison, controverses et quelle vision du citoyen?

    Imprimer Pin it!

     

    La Tribune de Genève, partage un lien sur Facebook et demande l'avis de ses internautes-lecteurs.

    Le titre de l'article auquel le lien renvoie attire par son aspect insolite sinon incongru.

    Champ-Dollon: demandes de mises en liberté pour traitements dégradants.

    Or à la lecture de l'article, on apprend une des raison qui expliquerait la surpopulation carcérale.

    Pour l'avocate qui dénonce les traitements dégradants, ceux-ci seraient dûs au  fait que des prisonniers resteraient en détention préventive alors qu'ils ont déjà effectué leur peine de première instance contre laquelle, toutefois, le Ministère public ferait systématiquement recours.  

    Alors, guerre de stratégies juridiques alliée à une guerre d'opinions politiques ou réelle vision de la société?

    Pris entre feux opposés, les prisonniers autant que les citoyens en font les frais.

    Quant au titre de cet article, il est loin d'être neutre alors que le sujet dont il rend compte apparaît de manière plus contrastée.


    http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/champdollon-demandes-mises-liberte-traitements-degradants/story/19139576



  • Pussy Riot, Genève-Moscou

    Imprimer Pin it!

     

    Deux informations tombent ce jour sur le site de notre journal préféré.

    La première indique une conférence qui se tiendra ce 4 mars à Genève,

    http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/L-inertie-du-peuple-russe-nous-a-pousse-a-creer-les-Pussy-Riot/story/24062071

    La seconde, un spectacle qui a été interrompu à Moscou,

    http://www.tdg.ch/monde/Le-spectacle-d-un-Suisse-sur-les-Pussy-Riot-stoppe-par-la-police-/story/11683195

    Je me suis souvent exprimée ici sur les Pussy Riot et ne tiens pas à commenter ces deux informations.

    Mais en tant que Suissesse russophile et russophone, je souhaite indiquer le lien à cet interview qui m'avait été demandée par La Voix de Russie.

    http://french.ruvr.ru/2012_08_27/ecrivaine-Helene-Richard-Favre-interview/ 

    Comme on le constatera, je ne m'exprime pas sur la peine infligée aux jeunes femmes.

    C'est en réaction au battage médiatique occidental que j'ai tenu à donner un point de vue moins conforme. 

    Il m'appartient, ce soir, de le publier ici en contrepoint aux informations du jour livrées par La Tribune de Genève.

     

     

  • Genève vous souhaite la bienvenue!

    Imprimer Pin it!

     

    Genève et ses murs...
     

    genève,ordures,voiries

    Quel nom lui donner à ce mur-ci alors qu'il accueille sans relâche depuis des mois, meubles, vaisselle, appareils ménagers, télévisions, bricoles et autres objets en tous genres? 

    De nombreux appels ont été lancés aux personnes en mesure de réagir à ce débarras sauvage.

    Le résultat est là et s'offre au regard de touristes hébétés...

    Et oui, depuis des mois, le même spectacle se répète. Sans relâche pour celui-ci qui a franchi l'année 2012 et ouvert l'année 2013.

    Genève n'est pas une ordure, non. 

     

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/08/12/delicatesses-genevoises-tampax-sur-rue.html

     

  • Cour des Comptes, l'enquête.

    Imprimer Pin it!

     

    Le Grand Conseil accepte qu'une enquête soit menée sur le dysfonctionnement qui a affecté la Cour des Comptes de Genève.

    Hier, Le Courrier évoquait le premier refus de l'enquête demandée en octobre. Il rappelle aussi la perquisition du bureau du juge Daniel Devaud par le Procureur général Olivier Jornot en personne. Action qui n'a pas manqué de surprendre. 

    Mario Togni, qui signe l'article, s'interroge:

    Sans préjuger de leur rôle, des connexions troublantes peuvent toutefois être établies entre les divers protagonistes de l’affaire. La proximité entre le procureur Jornot, le président de la FPLC Florian Barro et Philippe Prost,  administrateur de la RISA, en fait partie. Tous trois sont d’anciens libéraux (aujourd’hui PLR) étroitement liés à la commune de Veyrier. 

    Olivier Jornot a notamment présidé son Conseil municipal, dans lequel siège aujourd’hui Philippe Prost. Florian Barro, ancien vice-président du Parti libéral et dont la famille est bien implantée à Veyrier, préside aussi la banque Raffeisen du Salève, dont Philippe Prost est administrateur. Notons encore la présence d’un certain Stefano Moioli, secrétaire hors conseil de la RISA, qui est aussi un ancien élu libéral de Veyrier. 

    La mise sous scellés du bureau de Daniel Devaud par le procureur général, le 23 octobre, a été jugée «disproportionnée» par plusieurs députés. Cette mise hors d’état de nuire est-elle à mettre en lien avec ce réseau? La question mérite d’être posée dans le cadre d’une éventuelle commission d’enquête.

    Un autre lien peut être tissé entre Stanislas Zuin, président de la Cour des comptes, et Eric Rossiaud, qui joue un rôle important au sein du Conseil de fondation de la FPLC depuis plusieurs années. Outre le fait qu’ils appartiennent au même parti politique (les Verts), ils ont cofondé en 2003 l’Association pour la promotion de l’économie sociale et solidaire (Après-Ge). 

    De nombreuses zones d’ombre résident également sur l’affaire soulevée par le rapport lui-même. Le dossier est délicat, au regard du passé houleux de la Rente immobilière, qui a bénéficié dans les années 1990 de crédits très avantageux de la BCGe – on se souvient du procès retentissant de son administrateur phare, le promoteur Carlo Lavizzari, finalement acquitté. La RISA a échappé à la faillite et a été transférée dans la Fondation de valorisation des actifs de la BCGe (Fonval). Pour 93% de son capital, du moins, alors que quelques actionnaires minoritaires se sont toujours maintenus (les 7% restant). La société dispose encore d’un important parc immobilier.
    Alors que la FPLC a récupéré à bon prix en 2008 ce paquet de 93%, dans le cadre de la dissolution de la Fonval, elle tente depuis d’acquérir les parts restantes pour bénéficier d’une totale marge de manœuvre. Des négociations ont eu lieu, mais le prix des actions accordé aux minoritaires serait surévalué (1000fr.), selon l’audit non-publié de la Cour, qui estime leur valeur au maximum à 600fr.

    (...)

    Au-delà des conflits personnels à la Cour des comptes, l’importance des enjeux pourrait aussi expliquer les tensions et rebondissements extraordinaires de ces derniers mois. 

    http://www.lecourrier.ch/103436/les_zones_d_ombre_de_l_affaire_devaud

    http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/grand-conseil-accepte-enquete-cour-comptes/story/16967973

  • "Pouvoir assassin"

    Imprimer Pin it!

     

    Denis Muller, professeur d’éthique et de théologie aux Universités de Genève et de Lausanne salue la nomination au Prix Luther, des Pussy Riot, victimes du comportement tyrannique de Poutine.

    Soit.

    A quand un Prix Calvin pour honorer les vandales de l’Eglise orthodoxe de Genève?

    Car c'est bien la même cause qui est dénoncée par ces actes profanateurs.

    Cette cause dont le Professeur de morale et de théologie aux Universités de Genève et de Lausanne se félicite pour les courageuses iconoclastes.

    1008458_pic_970x641.jpg

     http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/10/16/rouge-sang.html

     

     

     

  • Genève, élections et réalités

    Imprimer Pin it!

     

    Accomplir son devoir civique par conviction, résignation sinon désabusement indique qu'on le considère.

    S'en abstenir livre pourtant des informations susceptibles d'être débattues

    Car au milieu d'engagements ou autres promesses de candidat(e)s, les choix des électeurs s'opèrent selon des critères qui varient.

    Entre valeurs à défendre ou humeurs du moment, leurs décisions sont-elles toujours déterminantes?

    La question se pose tant les projections des un(e) et des autres restent soumises à l'épreuve des faits. 

    Lutter par conviction, se battre par idéal reste noble.

    Mais la réalité de situations socio-économiques exige des compétences que la fiction véhiculée par le discours ne suffit pas à masquer.

     

  • "Le Matin", clown triste

    Imprimer Pin it!


    COUR DES COMPTES

    17.000 fr. par mois et ils font les clowns

     

    C'est ainsi que Le Matin titre son édition du 26 octobre.

    C'est ainsi que Le Matin déroule l'information.

    C'est ainsi que Le Matin parade dans l'arène médiatique.

    Quand Le Matin fait son cirque, qui singe qui? 

     

  • Daniel Devaud, mon respect

    Imprimer Pin it!

     

    Doit-on se situer à gauche, mieux  -ou pis c’est selon-  à l’extrême gauche pour exprimer sa confiance à Daniel Devaud?

    Sans doute pas car ce magistrat a su s’attirer l’estime et le respect de personnalités issues de divers horizons politiques.

    Qu’il me soit donc permis de témoigner ici de mon respect pour les compétences et la droiture de Daniel Devaud.

    Parce qu’il a osé sonner seul la fin de la « récréation »  à la Cour des Comptes, il a été gratifié d’un seau d’eau et mardi matin, de coups qui ont nécessité l’intervention de la police que le juge Devaud a lui-même dû appeler.

    Le magistrat avait pourtant prévenu que sa sécurité était en danger. On ne l’a pas entendu.

    Pour avoir tenu à remplir au plus près de sa conscience la mission pour laquelle il avait été élu, à savoir l’obtention de la transparence dans la gestion des deniers public, Daniel Devaud est désormais mis à l’index.

    De qui se moque-t-on?

     

    Lettre parue ce jour dans La Tribune de Genève, en page 2

  • "Beria" et le "Shérif"

    Imprimer Pin it!

    Beria serait le surnom de Daniel Devaud tandis que Shérif serait celui de Stéphane Geiger. Ce sont Fabiano Citroni et Fedele Mendicino qui évoquent ces détails dans un article paru dans La Tribune de Genève de ce jour.

    Illustrer de cette manière la personnalité de deux magistrats pour caractériser leur force n'est pas anodin, sachant l'impact que ces figures ont sur l'imaginaire. 

    Du juge Devaud, il a souvent été énoncé qu'il était à l'extrême de la gauche et que ses agissements récents n'étaient que politiques

    Pour ce qui se passait à la Cour des Comptes, on a réduit cela à quelques conflits de personnes alors que le juge Devaud visait au contraire à pointer un dysfonctionnement qui affectait ladite Cour.

    On a refusé d'entrer en matière.

    Le bénéfice de cette attitude, on a pu l'évaluer hier.

    Daniel Devaud est un homme dont l'intégrité et l'engagement au service de ses fonctions a peut-être inquiété.

    Si être loyal doit se solder de cette manière, autant dire que Genève n'a plus que son jet d'eau pour pleurer.

     

    Sur le sujet, http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/10/23/cour-des-comptes-pour-rappel.html

     

  • Cour des Comptes, rappel

    Imprimer Pin it!

     

    A l'heure où la République se retrouve soudain face à une Cour qui ne tient rien de la récréation encore moins du miracle, ce petit rappel de sujets n'est peut-être pas vain.

    Qui se souvient par exemple de certaines controverses qui ont entouré l'élection du Juge Devaud?

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2011/09/02/avec-ou-sans-g-o-s.html 

     

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2011/09/01/soutien-a-daniel-devaud.html

     

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2011/09/06/qui-est-daniel-devaud.html

     

    Quant aux deux derniers sujets que j'ai consacrés à la Cour des Comptes pour attirer l'attention sur ce qui risquait de se produire et qui est arrivé ce jour, ils datent d'il y a quelques jours déjà:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/09/19/geneve-et-ses-jets-d-eaux-troubles.html

     

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/10/17/cour-des-comptes-marche-a-l-ombre.html

     

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/10/19/bcge-ou-l-ombre-sur-la-cour-des-comptes.html

     

  • L'Iran exécute dix trafiquants de drogue.

    Imprimer Pin it!

     

    Sans dresser l'apologie du régime iranien ni de la peine de mort, il n'est pas interdit de s'interroger sur cette pénalité qui touche les trafiquants de drogue.

    Ce d'autant qu'une interview parue dans les colonnes de la TdG du 11 octobre dernier titre,

    Drogue, Maudet veut pourrir la vie des consommateurs.

    En Iran, selon Amnesty International, 344 trafiquants de drogue ont déjà été condamnés à mort au 9 octobre 2012.

    Ces peines sont appliquées en vertu d'une sévère loi anti-narcotique.

    Les mesures envisagées par Monsieur Pierre Maudet en vue de pourrir la vie des consommateurs font pâle figure à côté de cela. 

    La cocaïne se consomme dans tous les milieux sociaux, se vend à tous les coins de rue et pourrit la vie de tous les citoyens.

    Pour rappel, la Suisse bat le record de consommation de cocaïne.

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/08/07/cocaine-la-suisse-en-tete.html

    Dans ce cas, pourrir la vie des trafiquants, est-ce inconcevable?

     

  • Pierre Maudet et les toxicomanes

    Imprimer Pin it!

     

    Ainsi donc Pierre Maudet voudrait-il accroître la répression des consommateurs de drogue.

    Dans son édition des 17-18 octobre, le GHI consacre une pleine page à la toxicomanie.

    Il y est entre autre question du Quai 9, bâtiment vert pomme situé juste derrière la gare Cornavin et qui accueille les toxicomanes.

    Dans des locaux réservés à leur usage, ils ont des conditions d'hygiène optimales pour s'injecter leurs doses de cocaïne ou d'héroïne.

    Ce lieu, m'a-il été dit par une personne qui y travaille et aussi par un jeune homme qui s'y rend, n'accorde pas d'interview aux journalistes. 

    Les mesures annoncées par le nouveau chef de la police genevoise auraient-elle permis à Sarah Zeines du GHI, d'y avoir accès pour parler de ce qui s'y vit et s'y pratique?

    Il va de soi que le problème de la drogue à Genève est grave.

    Ce même jeune homme qui m'a parlé du Quai 9 m'a raconté la facilité avec laquelle il trouve à se fournir en toutes sortes de substances. Dans les 5 minutes, j'ai quelqu'un à qui je peux acheter ce que je veux, m'a-t-il avoué.

    Ce jeune homme, en quelques mois, est devenu l'ombre de lui-même. Il n'a plus de logement et fait la manche. J'ignore si le montant qu'il accumule en une journée équivaut à ceux qu'articule une des personnes interrogées par Sarah Zeines et qui varierait entre 200 et 400 CHF par jour.

    Quoiqu'il en soit,  vouloir augmenter la répression contre les toxicomanes alors que les vendeurs de substances aussi diverses que dangereuses pullulent à Genève et semblent ne pas vraiment craindre d'être appréhendés, reste un mystère.

    Toutes les tactiques sont bonnes pour vendre leur poudre et pis. Lire qu'une des mesures envisagées par Monsieur Maudet serait, par exemple, de retirer le permis de conduire des consommateurs qui viennent s'approvisionner en voiture laisse songeur. 

    Le travail qui s'effectue au Quai 9 revendique l'anonymat pour les consommateurs qui s'y rendent, par respect envers eux. Ainsi chacun se sent-il ou se croit-il préservé à ce niveau-là.

    Certes, la méthode appliquée en ce lieu a été expérimentée ailleurs mais comment être certain que se projeter vers la mort en tout anonymat soit la meilleure manière de lutter contre un mal?

     

  • BCGe ou l'ombre sur la Cour des Comptes

    Imprimer Pin it!

     

    Dans son édition de ce 18 octobre, Le Courrier revient sur le dysfonctionnement de la Cour des Comptes dénoncé par le magistrat démissionnaire, Daniel Devaud.

    L'article de Mario Togni fait référence à la débâcle de la BCGe dont les effets auraient encore des conséquences.

    Ce serait, en effet, le rachat d'actions d'une ex-société de Carlo Lavizarri par une fondation immobilière publique qui expliquerait la dissension entre les magistrats de la Cour des Comptes.

    L'article évoque par ailleurs une entrave à la création de Logements d'Utilité Publique et rappelle que La Tribune de Genève, en début d'année, avait relevé le cas d'un projet controversé de LUP à Lancy.

    Pour en savoir davantage, c'est ici:

    http://www.lecourrier.ch/102628/l_ombre_de_la_bcge_ressurgit_a_la_cour_des_comptes

  • Cour des Comptes, marche à l'ombre

    Imprimer Pin it!

     

    Le magistrat Daniel Devaud quittera ses fonctions le 31 octobre prochain. Il n'ira donc pas au terme de son mandat.

    Sa demande de mettre sur pied une commission d'enquête parlementaire a été rejetée par la majorité des députés du Grand Conseil.

    Car il est évoqué une simple incompatibilité d'humeur entre deux magistrats.

    Le prétexte à ce refus est aussi léger que fut lourd le geste de Stéphane GEIGER.  

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/09/19/geneve-et-ses-jets-d-eaux-troubles.html

    C'est bien sur le dysfonctionnement de la Cour des Comptes que Daniel Devaud a voulu attirer l'attention par sa demande et non sur quelques litres d'eau reçues en prime par son confrère.

    Mais les secrets de la Cour l'ont emporté.

     

     

  • Rouge sang

    Imprimer Pin it!

     

    La couleur de peinture qui a vandalisé les murs de l'Eglise orthodoxe russe de Genève ne doit sans doute rien au hasard.

    Elle doit rappeler la guerre, la violence et la mort. Evoquer un pouvoir assassin.

    Une institution vient d'être nobélisée pour la paix. A la bonne heure! L'Union Européenne est sauve.

    Blanchie de tout sang versé. 

    Ruinés de tous les pays, unissez-vous, réjouissez-vous, aux pays des colombes, les pigeons veillent. 

     

    1685001332.jpg

    http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/L--glise-russe-profan-e-durant-la-nuit-25653186

     

     

     

  • Gorbatchev sur la Syrie

    Imprimer Pin it!

     

    Mikhaïl Gorbatchev, de passage à Genève dans le cadre de ses fonctions au sein du conseil d'administration de son ONG, Green Cross International, accorde un entretien exclusif au Temps du 4 septembre 2012.

    L'interview occupe une pleine page du journal, certes avec le portrait de l'ancien président russe.

    Or, de l'ensemble des sujets traités, seuls deux d'entre eux sont relevés en caractères gras.

    L'un figure dans un encart en une du journal, l'autre en haut de la page où se trouve l'entretien.

    A l'évidence, ce traitement sélectif des propos de Mikhaïl Gorbatchev opéré par Le Temps, vise à décrédibiliser Vladimir Poutine. 

    Car sur le dossier syrien, la position de Mikhaïl Gorbatchev est en total accord avec celle de Vladimir Poutine. Mais ce sujet-là a sans doute dû résister aux caractères gras des intitulés.

    Voici quelques lignes à relever des déclarations de l'ancien président russe à propos de la Syrie:

    Dans le cas syrien, il semble que le Conseil de sécurité pourrait entraîner le monde dans une solution militaire.

    J'apprécie la résistance de la Chine et de la Russie à une telle décision.

    Des intérêts géopolitiques sont en jeu, ils sont ignorés par les medias.

     

  • Genève, ville ouverte

    Imprimer Pin it!

     

    Tout, vous trouverez tout à Genève.

    Misère, richesse, masquées ou non, elles se côtoyent.

    Et puis ici aussi, on boit, on se pique, on se poignarde.

    Au nom de quoi, allez le savoir, le résultat est là.

    Mais l'avenir, où se lit-il?

     

    A Genève, on se tue et on tue.

    La mort ordinaire, c'est au coin de la rue.

    Sans l'odeur du souffre de la guerre mais dans l'anonymat d'une Cité accueillante.

     

  • Pollution civile

    Imprimer Pin it!

     

    A l'heure où tant de conflits embrasent le monde, que représente une vie ordinaire?

    Si peu et pourtant, partout à Genève des voix s'élèvent pour se plaindre.

    D'incivilités quotidiennes courantes à tous les niveaux et dans tous les domaines.

    Mais on nous annonce une nouvelle Constitution. Soit.

    On nous en dit aussi son prix en millions et en heures de travail. Soit.

    Mais qui songe à la gestion de vies quotidiennes polluées par toutes sortes de nuisances ordinaires?

    Les ranger au rang de banalités à considérer comme normales en vertu de l'usage désormais consacré de l'adjectif, non.

    Une vie citoyenne vaut mieux que cela et sait encore distinguer la tolérance de l'abus.

     

     

  • Genève dégoûte même les chiens

    Imprimer Pin it!

     

    Ce dimanche, 19:30, un tampax trône au milieu d'autres ordures et débris de verre.

    Sur la colline de l'Observatoire, quels sont les Gitans venus voir  Les Feux pour y laisser autant d'immondices?

     

    tampax.JPG

    poubelles.JPG
     
     
     
     

     

    ordures.JPG
    chien c..JPG
     

     

    La  protection féminine ensanglantée, c'est sur demande expresse de citoyens excédés d'avoir à subir ce genre de découverte au coeur de la cité, que je l'ai photographiée. Lendemains de Fêtes de Genève ou pas, la ville est sale en dépit de toutes les videos postées sur le site de la voirie, invitant au civisme.

    Pour mémoire:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/03/04/83e9707eb4f6bf408f64b0ff55a15f44.html
    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/03/05/l-image-et-le-territoire.html

    Quant à l'an dernier, même cause et mêmes effets:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/08/12/51ddaf2e92c9c321dbc2e7fe435cdae2.html

     

     

  • Drague ordinaire?

    Imprimer Pin it!

     

    En voici un qui a compris que le bonneteau ne lui rapportait sans doute plus assez. Ainsi et plutôt que de jouer le faux touriste joueur ou au contraire, de s'amuser avec une boulette et trois petites boîtes, il drague.

    Une jeune touriste au charmant visage, peut-être asiatique, en tout cas bien confiante était en grande conversation avec un de ces joueurs de bonneteau tellement vus que les habitués des lieux ne peinent plus à les reconnaître.

    L'homme bonimente et la femme l'écoute. La conversation se déroule en anglais, la jeune touriste curieuse pose des questions comme par exemple "Do you live here?"

    La réponse enchante la jeune femme et très vite le bonimenteur parvient à lui faire sortir son téléphone pour lui faire noter ses coordonnées tandis qu'il n'oublie aucun détail à relever des indications que lui fournit la jeune femme.

    Tout cela se déroule sans la moindre insulte, la femme se sent considérée au point que la scène se conclut par de grands sourires et une embrassade.

    Chacun repart satisfait.

    Ce que réserve le joueur de bonneteau à la jeune femme, elle seule le saura. Ou peut-être la police si elle peut encore quoi que ce soit.  La femme portait d'évidents signes de richesse, elle n'a pas été insultée.

    Si la romance qui s'est déroulée cet après-midi sur les quais de Genève se termine d'une manière moins enchantée qu'elle n'a débuté, cette jeune touriste risque bien de revenir dans son pays avec un souvenir mitigé de cette ville où l'amour paraissait s'inviter pour un avenir radieux.

     

     

     

     

  • Pascal Décaillet

    Imprimer Pin it!

    Monsieur Décaillet a choisi de bannir mon IP de son blog.

    C'est son droit.

    Le mien, de le faire savoir ici et de publier notre échange de messages:

     

    Cher Monsieur,

    J’ai commenté votre sujet sur la citoyenneté mais mon commentaire n’est pas apparu sur le site de la TdG.
    J’ai donc tenté de le reposter mais j’ai été immédiatement redirigée sur votre blog sans que l’on me confirme comme d’habitude que mon commentaire a été envoyé.
    Je n’ai rencontré ce problème qu’avec votre blog.
    Y aurait-il un problème d’ordre informatique ou bien et contrairement à ce que vous m’avez écrit, mes commentaires ne seraient plus les bienvenus?


    Je vous remercie de votre réponse.

    Bien à vous,
    Hélène Richard-Favre

     

    Chère Madame,

    Je n’ai pas apprécié votre dernier message. Et vous prie en effet, en tout cas pour un temps, de bien vouloir ne plus intervenir chez moi.

    D’avance, je vous en remercie.

    Bien à vous.


    Pascal Décaillet




     

     

  • L'image et le territoire

    Imprimer Pin it!

     

    Aux ordures qui jonchent les promenades ici et là, les chiens auraient de quoi s'indigner.

    Car on sait qu'ils aiment à marquer leur territoire. Mais les citoyens qui laissent traîner déchets et détritus sur leur passage, qui les rappelle à l'ordre? Monsieur Maudet avec les clips video postés sur son blog?

    Espace vert.JPG

     

     

     

     

     

  • Pierre Maudet de la Ville à l'Etat?

    Imprimer Pin it!

    Observaatoire.JPG

     

     

    Ce dimanche à 14 heures, sur la colline de l'Observatoire de Genève.

    Et encore, l'ensemble des détritus éparpillés sur la colline et le long de la promenade était-il impossible à saisir en une seule photo, tant il y en avait partout dispersés.

     

    Et cependant, sur le blog de Pierre Maudet,  http://www.pierremaudet.ch/2010/11/23/appeler-la-voirie-un-acte-hautement-citoyen/

     

    Est-ce bien sérieux d'investir de tels moyens avec mise en scène, coulisses, comédies et comédiens pour trouver une ville aussi sale en plein après-midi?

    4.3.12.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • La haine

    Imprimer Pin it!

     

    A lire celle qui s'étale au sujet de Mark Muller, pour ne citer que son cas, il y a de quoi s'interroger sur les motivations et les intérêts qu'elle défend sinon trahit.

    Alimenter une mêlée de manière aussi aveugle n'honore personne et encore moins la morale que l'on prétend servir.

    Même Rémy Pagani, d'après les propos qu'il a tenus dans Le Temps du 16 janvier dernier et que j'ai relayés sur ce blog, ne s'en est pas pris à Mark Muller comme d'autres s'y sont employés.   http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/02/16/pagani-muller.html

    Quant à mon sujet de blog d'hier, il compte quelques commentaires à méditer pour qui le souhaite.

     

     

  • Nouvel Ordre Moral

    Imprimer Pin it!

     

    Ainsi n'aurait-on pas goûté le silence observé par Mark Muller suite à l'affaire qui l'a désormais poussé à démissionner de ses fonctions.

    Il y a un mois et pour rappel, un homme est mort au camp des Indignés des Bastions.

    Ce décès a choqué autant que le silence de huit jours qui a suivi son annonce.

    On a invoqué le respect de la famille du défunt. Certes, il est de mise et nul ne le contesterait.

    Mais les circonstances du décès survenu dans un espace public sur lequel la société a droit de regard, au nom de quel principe lui a-t-on refusé de les connaître?

    Force est de constater qu’un silence n’en vaut pas un autre à Genève.

  • Mensonges, silences et politique

    Imprimer Pin it!

     

    Ainsi parle-t-on au gré de cette blogosphère des mensonges de Mark Muller et des ses silences, de ceux aussi, de Rémy Pagani.

    Les uns veulent le départ de l'un, les autres de l'autre, or entre eux deux, ils ne paraissent pas se reprocher quoique ce soit.

    Qu'on réclame des têtes et que celles-ci s'y refusent, cela se discute.

    Mais qu'entre elles ces têtes se soutiennent, normal, moral ou politique?

     

  • Pagani-Muller-Pagani, pagaille?

    Imprimer Pin it!

     

    Qui se rapelle ou a lu cet article signé Marc Moulin dans Le Temps du 16 janvier 2012, intitulé Mark Muller joue sa tête face à son parti en proie au malaise et qui se concluait:  Etait-il opportun de la part de Mark Muller de s’afficher au MàD, flanqué d’une employée de cette discothèque, alors qu’il avait la charge d’un dossier crucial pour l’établissement? Le MàD a-t-il profité de cette apparente proximité avec un ministre dont il était dépendant pour sa survie? Rémy Pagani, qui n’a pas l’habitude de voler au secours de Mark Muller, estime que tel n’est pas le cas: «Je ne vois pas quel avantage l’une ou l’autre partie aurait pu tirer, répond l’élu d’Ensemble à gauche. C’est moi qui maîtrise le dossier depuis près d’un an.

    Et qui se souvient de l'article d'Olivier Francey, paru dans La Tribune de Genève du 8 février 2012, intitulé, Rémy Pagani, "La Ville n'est pas responsable du drame" et dans lequel on lit que La droite élargie au MCG critique vertement la gestion du dossier par la Ville. «Laxiste», selon le conseiller d’Etat Mark Muller, en visite à la rédaction de la Tribune de Genève hier. «J’aurais fait évacuer le camp après quelques jours. Je précise que je n’attribue aucune responsabilité à quiconque dans ce drame.

    Autrement dit, selon Rémy Pagani,  aucun conflit d'intérêt ne peut charger Mark Muller dans le dossier du Moulin-à-danse car c'est lui seul qui en a la maîtrise par contre, et selon Mark Muller, la gestion du dossier des Indignés a été laxiste mais il n'en rend personne responsable.

    Comprenne qui voudra comme il pourra ce jeu de rôles à responsabilités variables.

    Il n'en demeure pas moins que ces deux dossiers n'ont en commun que les noms des magistrats qui en témoignent ici et que la maîtrise d'un moulin où l'on danse n'a rien à voir avec celle d'un camp où l'on s'indigne.


     

     

  • "Je n'ai pas d'âme"

    Imprimer Pin it!

     

    Ces mots sont ceux de Rémy Pagani dans l'interview qu'il a accordée à La Gazette de Genève le 16 mai 2011.

    Hier, c'est l'adjectif ésotérique, qu'il a employé pour qualifier un débat dans lequel il n'a pas voulu entrer, qui a retenu mon attention:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/02/12/pagani-et-l-esoterisme.html

    Mais ses propos sur l'âme qu'il dit ne pas avoir, difficile de ne pas s'y arrêter aussi.

    Dans cet interview du 16 mai dernier, il déclare écrire pour « remplir son vide intérieur ». « Je n’ai pas d’âme. Mon intérieur est vide, ce « tout » et ce « rien », que j’entoure avec ce que je vois, dis et écris », explique-t-il le regard pensif, la main sous le menton.

    Ce terme d'âme, si quelqu'un ici ou ailleurs était en mal de le définir... Certes, il y a l'étymologie, certes, il y a des approches qui l'ont cerné ou ont  tenté de lui donner un ou du sens.

    On aimerait bien savoir celui que Rémy Pagani lui donne.