02/04/2016

Après Palmyre ...

2D818E13-D471-411D-9B13-6273F58E91D0_w900_r1_s.jpg

Ce besoin de prendre des gants pour évoquer, soit le président syrien, soit le président russe est assez récurrent chez les éditorialistes ou autres chroniqueurs qui se risquent à ne pas suivre la doxa ambiante.

Voici qu'on parle de Vladimir Poutine comme de quelqu'un de brutal.

Cette façon de présenter un chef d'Etat semble vouloir amender le fait d'en dire malgré tout du bien.

Ce genre d'énoncé révèle l'approche feutrée de journalistes qui, certes, ont envie de se distinguer de la pensée dominante.

Cependant, comme soucieux de ne pas trop s'engager à défendre un homme qui inspire autant de spécialistes, les voici qui naviguent entre le besoin d'exposer leur point de vue tout en affichant bien le cadre moral à l'aune duquel ils le situent.

Cela se conçoit et on ne va pas se plaindre d'entendre, ci-après, un éditorialiste s'exprimer dans ce sens.

La question reste, néanmoins, de savoir si la brutalité est vraiment toujours là où on voudrait la situer.

A écouter ci-après:

http://www.rts.ch/play/radio/six-heures-neuf-heures-le-sa...

 

01/04/2016

La Russie "menace", les Etats-Unis réagissent...

un-chinois-plaide-coupable-du-piratage-de-sous-traitants-de-l-armee-americaine_5570169.jpg

Aïe, voici que la Russie menacerait...

Il est vrai qu'à la suite des attentats qui ont frappé en France, en Belgique mais aussi dans tant d'autres pays du monde, un déploiement de brigade américaine s'impose.

A en croire L'Express, et BFMTV, les Etats-Unis auraient donc pris les mesures ad hoc:

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/face-a-la-menace-r...

http://www.bfmtv.com/international/europe-une-brigade-ame...

Ouf!

Nous voici enfin protégés des agressions russes.

Pour Palmyre, on oublie, les Russes n'y sont pour rien. 

Ni l'un des leurs qui y a sacrifié sa vie et permis la libération de ce joyau de la culture.

Honneur à lui qui a rejoint pour l'éternité Khaled al Assaad, mort décapité.

C'était en août 2015:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/08/19/khaled-al-assa...

 

29/03/2016

Piteuses pitances

Ce-paysage-est-extrait-d-un-livre-de-photographies-de-James-Hill.jpg

La guerre est devenue le pain quotidien des Russes, tel est l'intitulé d'un article de ce journal qui, autrefois, osait s'auto-présenter comme Quotidien suisse de référence.

La disparition de cette estime auto-proclamée par Le Temps -qui publie donc cette appréciation de ce qui nourrirait chaque jour les Russes- ne relativise pas pour autant ce que sont les références publiques suisses en matière d'information.

Car si Le Temps ne se distingue pas par son objectivité, ce media est libre de ses opinions. 

Au contraire, les chaînes publiques d'information, elles, se doivent de ne pas privilégier la partialité des points de vue.

Or il n'en est rien.

Car le quotidien de qui finance les chaînes publiques de télévision et de radio, n'a pour tout écho de la Russie, que celui qui lui est imposé.

Le relever et le signaler aux concernées est suivi, dans le meilleur des cas, d'un accusé de réception, sinon, de silence. 

Si la démocratie et la liberté d'expression se manifestent de cette manière, on comprend d'autant la nécessité de tant de nos zélés journalistes de refuser le débat.

 

28/03/2016

Torture, le récit à Charline, Suissesse de la Croix-Rouge

cvnvtkzuaaadxqj.jpg

La torture, où qu'elle se pratique mobilise nombre d'organisations gouvernementales ou pas.

Certains pouvoirs en place sont pointés du doigt, certains procès qui s'y déroulent sont médiatisés, les choix qui sont opérés pour traiter de tel ou tel sujet relèvent de critères variables.

Le fait est qu'où qu'elle sévisse, la violence aveugle choque.

Ci-dessous, un entretien avec un prisonnier, réalisé par Laurent Brayard, interviewé ici à diverses reprises pour son engagement dans le Donbass.

L'homme qu'il interroge lui fait part de ce qu'il a vécu. A la fin de son récit, il évoque une Suissesse prénommée Charline.

Cette femme l'a questionné sur les conditions de sa détention, il lui a tout raconté, déclare-t-il à Laurent Brayard. Et de préciser que Charline travaille à Donetsk pour la Croix-Rouge.

Puisse le récit de Vitali à Charline avoir déjà trouvé son écho en Suisse! Car de précédents prisonniers torturés et libérés lui avaient aussi parlé de leurs conditions de détention...

https://dnipress.com/en/posts/lukraine-des-tortures-abjec...

 

24/03/2016

Le monde, entre terrorisme et pragmatisme?

camp.jpg

Entre La France est en guerre de François Hollande, le Tous en terrasse clamé après les attentats du 13 novembre à Paris et la lettre d'une jeune-fille de Montréal qui répondait à ce slogan, on n'est qu'en présence de réactions dont peu sinon aucune ne risque d'impressionner les terroristes.

Quand Dominique de Villepin nous explique que la solution politique devrait être privilégiée, on aimerait le croire.

Or lorsqu'il déclare que face au terrorisme, il ne peut y avoir de victoire, le pessimisme semble prendre le pas sur tout autre forme de réponse:

http://trends.levif.be/economie/politique-economique/face...

 Il va de soi, cependant, que ce constat ne peut être pris comme caution de tout acte terroriste quel qu'il soit.

Mais entre les déclarations tonitruantes des uns, le moralisme et la candeur des autres, on n'est pas plus avancé sinon loin du compte.

Un candidat au suicide est résolu. Sa détermination reste sourde à toute déclaration de guerre ou appel angélique quelconque.

Dans ce cas, limiter les dégâts resterait-elle la visée la plus pragmatique qui soit?

  

16/03/2016

"L'un des meilleurs connaisseurs de la Russie"

1023406954.jpg

Ce 15 mars, notre chaîne publique suisse RTS a commenté le retrait partiel des forces armées russes.

Après un bref rappel des faits, Darius Rochebin a sollicité l'avis de l'un des meilleurs connaisseurs de la Russie.

L'homme interrogé par le présentateur vedette du téléjournal suisse est l'auteur d'un ouvrage formulé sous forme de question, Que veut Poutine?

Paru le 3 mars aux éditions du Seuil, l'ouvrage est ainsi présenté:

http://www.seuil.com/livre-9782021286663.htm

Nul doute que le regard porté par Jean Robert Jouanny soit idéal pour un Occident friand de publications qui apportent les réponses attendues.

Monsieur Jouanny est conseiller technique du cabinet de George Pau-Langevin, ministre des Outre-Mer:

http://www.outre-mer.gouv.fr/?-les-membres-du-cabinet-de-...

 

15/03/2016

Syrie, la décision de Vladimir Poutine commentée ici et là

895ab071a30f849dd7730d0264943.jpg

Pour faire plaisir à d'aucuns, voici un peu de cette propagande dont la Russie aurait le secret.

Dans l'article indiqué en lien ci-dessous, chacune et chacun aura tout loisir, ainsi, de découvrir comment diverses rédactions occidentales réagissent à l'annonce du retrait partiel des troupes russes de Syrie.

On sait tout le bien que nombre de perroquets occidentaux pensent de la Russie.

Il existe, néanmoins aussi quelques esprits plus subtils qui savent dépasser la condescendance sinon le mépris affiché pour le président russe et le pourcentage de citoyens qui lui est favorable.

A lire, ci-après:

https://fr.sputniknews.com/international/2016031510233803...

 

06/03/2016

Honneurs rendus, appel émis

ces-personnages-controverses-qui-ont-perdu-la-legion-dhonneur.jpg?itok=H8FxF7It

On l'a vu, la France décore.

Elle décore le Prince d'un pays qui exécute sans trop de problèmes.

En 2015, ce ne sont pas moins de 153 personnes, un chiffre inégalé depuis 20 ans selon l'AFP, qui ont été condamnées à mort par l'Arabie saoudite.

Depuis le début de cette année, la 70e personne vient d'être décapitée au sabre ce dimanche.

Après tout si la légion d'honneur revient à des hauts dignitaires de pays qui exercent la justice sans trop d'état d'âme, ceux de l'Ukraine figurent peut-être déjà sur la liste des prochains récipiendaires?

Un journaliste ukrainien est retenu prisonnier depuis plus d'un an pour le seul (mé)fait d'avoir osé prendre position contre la guerre dans le Donbass.

Il en avait été question ici-même alors qu'il était encore libre. 

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/02/washington-etr...

Il a été arrêté quelques jours plus tard, le 8 février 2015.

Le document ci-dessous revient sur cette arrestation et sur l'appel lancé par Tatjana ZDANOKA, députée européenne lettone:

https://www.youtube.com/watch?v=DhO9iHmMKi8

05/03/2016

Après les sauveurs du Thalys et d'autres, le Prince héritier saoudien...

 

p01-1--------------1_922948_large.jpg

Ce 4 mars 2016, François Hollande a remis la Légion d'Honneur au Prince Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz al Saoud.

L'information est publiée sur le site de l'Agence de presse saoudienne officielle:

http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=14...

Selon le site Europe-Israël News, cet honneur rendu par le Président français au Prince saoudien l'aurait été en toute discrétion, sans que cela ne soit publié au Journal Officiel.

Soit et bien en prenne la France!

Il est vrai que l'Arabie Saoudite est une grande démocratie et que ses efforts dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme valent bien la distinction française suprême.

On se réjouit d'entendre et/ou de lire les réactions des communautés et autres associations qui n'ont de cesse de se mobiliser pour le respect de leurs droits.

Quant à la manière d'informer de cet honneur rendu par le Président de la France au Prince d'Arabie Saoudite, à chacune et à chacun d'apprécier.

 

27/02/2016

John Kerry "a demandé un temps de réflexion"

8-chretiens-crucifies-syrie-juillet-2014-un.png

Donc si on comprend bien, émettre des réserves sinon des critiques vis-à-vis de l'islam revient à être raciste:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/03/18/l-islam-n-est-...

Tuer des millions de chrétiens, par contre, oblige le secrétaire d'Etat des Etats-Unis à demander un temps de réflexion avant de pouvoir se prononcer sur ce que cela implique sur le plan linguistique.

En effet, Monsieur John Kerry n'est pas certain qu'assassiner des Chrétiens en masse soit un "génocide", nous apprend cet article:

http://coolamnews.com/j-kerry-nest-pas-certain-quassassin...

La quantité n'a jamais fait la qualité, nul ne le niera.

Plusieurs millions de Chrétiens torturés, violés et assassinés ne font pas de leurs bourreaux pis que toute personne critique de l'islam.

Donc John Kerry va réfléchir...

Pendant ce temps-là, les décrétés racistes islamophobes continueront d'être jugés et condamnés. 

Ouf, c'est déjà ça!

 

 

 

26/02/2016

Information et informations

Capture d’écran 2016-02-26 à 15.14.04.png

En cas de conflit, qu'il soit individuel ou collectif, faire feu de tout bois pour attaquer l'autre semble être une constante. 

Les stratégies à cet égard ne manquent pas et parmi elles, discréditer l'adversaire en est une.

Détruire son image est le but le plus souvent visé et les moyens mis en oeuvre sont à la hauteur du talent qui les exploite.

Ainsi en va-t-il de l'information dont on ose toujours et a priori estimer qu'elle repose sur des assertions ou des faits avérés.

Le problème est que toutes les sources ne sont pas toujours accessibles et le seraient-elles qu'elles ne sont pas systématiquement vérifiées.

Que cela soit par la confiance d'emblée accordée, l'absence de curiosité ou la paresse, on ne cherche pas forcément à savoir si ce qui est livré comme information est fondé ou non.

Ainsi et sans qu'on n'y prenne garde, se faufilent la déformation de propos et/ou de faits, leur énonciation orientée ou carrément, le mensonge.

Ces procédés ne datent pas d'hier, certes. Est-là une raison suffisante pour s'en accommoder?

Y réagir est une priorité pour qui ne souhaite pas de notre monde, qu'il ne se résume plus qu'à un théâtre d'ombres:

http://www.geopolitics-geneva.ch/node/83

14/02/2016

"Si j'ose dire"

snake1247.jpg

Vous pensiez la rhétorique réservée à quelques érudits ou autres savants usagers de la langue?

Détrompez-vous, certains la maîtrisent à merveille quand d'autres savent aussi la relever au passage.

En voici une bel exemple, loin d'être unique pour rendre compte d'une personnalité dont on sait la considération que lui porte la plus grande partie de la classe médiatico-politique occidentale.

Cela se passe dans le cadre d'une émission de géopolitique consacrée à l'OTAN et dont l'invité est Arnaud DOTEZAC, directeur des rédactions de Market Magazine.

A voir ici, dès la minute 9':

http://www.rts.ch/emissions/geopolitis/7388948-otan-a-quo...

Le très rhétorique si j'ose dire de Xavier Colin -qui ose donc dire- n'échappe pas à son invité.

Arnaud Dotézac, factuel, recadre.

 

06/02/2016

Soumission?

testosterone_690x350.jpg

Décidément, certaines parties de l'anatomie masculine semblent prisées pour définir ce que serait un chef d'Etat.

On se rappelle le pas de testicules, pas de cerveau d'Oliver Delamarche à propos d'Alexis Tsipras:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/20/pas-de-testicu...

Voici que Michel Onfray évoque la testostérone du chef de guerre, hélas! -précise-t-il- argument électoral.

Dans un article paru sur le site du Point.fr, le philosophe dénonce l'attitude guerrière de l'Occident qui aurait tué des millions de musulmans et justifierait, selon lui, la réaction des concernés.

Or juste avant cela, le silence observé par notre élite journalistique et mondaine, intellectuelle et parisienne au sujet des agressions sexuelles de Cologne le fait estimer que nous vivrions déjà sous le régime de la soumission

En ceci, indique-t-il, il rejoindrait Michel Houellebecq.

Soit.

Mais à le lire, il semble difficile de saisir où se situe le philosophe.

Car la testostérone du chef de guerre, argument électoral, serait-elle une expression de ce régime de la soumission?

Etrange.

Mais apparemment à l'image d'autres contradictions, au regard du narcissisme égotiste et de l'hédonisme trivial dont il affuble l'occidental.

Doit-on le préciser, Michel Onfray ne s'y reconnaît pas. Non, il serait, lui, un homme d'éthique et de conviction:

http://www.lepoint.fr/chroniques/michel-onfray-houellebec...

 

04/02/2016

Ne ratez pas "dans la tête de Michel Eltchaninoff"

article-2548607-1B13D0CB00000578-823_634x418.jpg

Les réactions ne se seront pas fait attendre après la diffusion du documentaire évoqué dans mon précédent sujet:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/02/02/d-aveugle-et-s...

D'aveugle et sourd à lanceur d'alerte, voici que ce même Obs publie une lettre ouverte à l'adresse du réalisateur du film pour lequel, deux jours plus tôt, il titrait: Ne ratez pas:l'Ukraine, les masques de la révolution.

Ils sont dix-huit journalistes à avoir signé la missive.

Il est précisé qu'ils sont tous connaisseurs du dossier pour avoir travaillé sur place. Comme si le fait d'avoir travaillé sur place était un gage d'honnêteté. Va pour eux et voici leur propos:

http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20160202.OBS3854/...

Cependant, Le Monde ne se veut pas en reste, lui non plus. 

Et cette fois, on n'est plus dans le cadre d'un travail sur place à défendre au nom d'une vérité à en déduire de fait. Non, là, on est carrément dans l'explication, logique, fouillée, argumentée, bref infaillible ou peu s'en faut.

Normal, on est dans la tête de Michel Eltchaninoff*, entre autres signataires de ce brûlot.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/03/sur-canal-...

 

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/01/27/bhl-bis.html

02/02/2016

D'aveugle et sourd à lanceur d'alerte

odessza_meszarlas.jpg

Et voici que L'Obs, pas vraiment connu ni reconnu pour la considération qu'il porte au président russe -sinon à la Russie elle-même- voici donc que ce media joue les révélateurs sinon les lanceurs d'alerte.

Alors que nombre de voix s'étaient élevées dès 2013 contre la désinformation caractérisée qui visait la situation en Ukraine, une valeureuse journaliste vient nous apprendre que le gouvernement ukrainien serait composé de néo-nazis.

Sacrée découverte que relaie là cet Obs soudain miraculé de la cécité médiatique occidentale qui a permis l'embrasement de l'Ukraine.

Quelle que soit la raison de pareil revirement, elle est évidemment à saluer. Sauf que plus de 9.000 morts plus tard et un pays exsangue, on aurait pu espérer mieux.

Mais L'Obs intitule sans problème Ne ratez pas: "Ukraine, les masques de la révolution":

http://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/2016012...

 

31/01/2016

"Propagande onirique" versus "calembours orduriers de Le Pen"

 

balloon-flight-plant.jpg

Dans le précédent sujet que j'ai consacré au projet de film d'Emir Kusturica, j'ai évoqué la polémique qu'avait suscitée, en 1995, une tribune publiée par le philosophe pas encore élu de l'Académie française, Alain Finkielkraut.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/01/30/kusturica-iour...

Ce défenseur exalté -comme d'aucuns le qualifient- de l'identité française avait, entre autre attaqué le cinéaste sur le fait qu'il avait capitalisé la souffrance de Sarajevo.

La réponse ne s'était pas fait attendre, dans Le Monde du 9 juin 1995, Serge Regourd n'hésitait pas à voir dans le comportement de Finkiekraut, celui de Jdanov, "une sorte de philosophe en chef, le garant de l'idéologie, son interprète le plus autorisé".

C'était sans compter sur l'insistance du désormais élu de l'Académie française à incendier le lauréat de la Palme d'Or pour Underground.

On se rappelle en quels termes a été évoquée l'élection controversée de l'homme de lettres à l'Académie française.

Tandis que l'on commentait son entrée sous la coupole, en effet, certains n'ont pas hésité à la considérer comme celle du Front National.

A lire, dans l'article ci-dessous, comment Alain Finkielkraut s'emparait des calembours orduriers de Le Pen pour appuyer sa mise au pilori d'Emir Kusturica, force est de constater que ce parti tient vraiment lieu d'épouvantail passe-partout:

http://www.liberation.fr/tribune/1995/10/30/la-propagande...

 

 

27/01/2016

Agorintoxe

301B5AB5-8680-4E4F-A6FB-A811451FF05B_w268_r1_cx0_cy6_cw0.jpg

Comment un fait ordinaire est présenté comme la révélation d'un quasi initié.

Reprise d'un article en anglais dont la source n'est pas citée, sa traduction française livrée sur le site d'Agoravox est estimée fidèle au texte original par un commentateur.

Ouf!

Ainsi a-t-on au moins droit à une traduction correcte tandis que le copieur-colleur de l'article enfreint sans le moindre problème l'éthique journalistique si elle existe encore.

Voici les faits:

http://www.rferl.org/content/ukraine-russia-us-nuland-surkov-talks/27490535.html

Et ce qu'ils deviennent:

 http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/que-ca...

 Crédule, paresseux, ou ignare, un public se trouve toujours pour avaler ces informations.

Le fake révélé:

http://www.stopfake.org/en/fake-nuland-warned-surkov-of-a...

 

 

 

24/01/2016

"Une bombe géopolitique, au coeur de la Guerre tiède."

 

ob_3cedd8_ob-041c28-ukraine-geronimo.jpg

Tel est le titre d'un ouvrage que j'évoquais, ici-même et qui est signé par Jean Geronimo. Paru en août 2015 aux éditions Sigest, il a été préfacé par Jacques Sapir.

Je le citais dans le cadre de propos tenus par une personne de référence en Occident tout au moins:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/10/27/abus-mensonger...

Ladite personne, on l'aura maintes fois remarqué, ne manque jamais une occasion de dire tout le bien qu'elle pense de la Russie, ce qui, à l'évidence, est loin de déplaire à qui en a besoin.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/12/08/l-occident-et-...

Dans ce sens et à l'appui de mon propos du 13 novembre dernier, je ne puis que recommander encore une fois, la lecture de l'ouvrage de Jean Géronimo.

Son approche est à découvrir, ne serait-ce que pour la mettre en perspective avec d'autres. Ainsi se forge-t-on une opinion d'autant plus riche et moins unilatérale d'une situation.

Et pour qui souhaiterait en savoir davantage, ce Docteur en économie et professeur à l'Université Pierre-Mendès France de Grenoble vient d'accorder une interview au journaliste russe Arkadij Beinenson.

http://blog.beinenson.news/2016/01/21/495/

 

20:23 Publié dans Air du temps, Avaries, Europe, Guerre, Politique, Pouvoirs, Pratiques, Ukraine | Tags : ukraine, europe, géopolitique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

22/01/2016

L'info en pays neutre et démocratique

bigstockphoto_information_20362351.jpg

Et puisque nos médias se soucient tant de nous rappeler les droits humains, le sort d'enfants ou autres victimes de guerres, pour rappel, ce sujet écrit il y a un an, à quelques jours près:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/01/28/poroshenko-et-...

Cette manière du journaliste de stigmatiser le président russe dans la séquence indiquée en début de sujet, illustrerait-elle une information distincte de celle délivrée par d'autres pays accusés de s'adonner à de la propagande?

Car la propagande dont nos valeureux commentateurs et autres spécialistes du genre créditent, entre autre la Russie, vaudrait bien qu'ils s'interrogent sur celle qui ne dit pas son nom.

S'exprimer en termes convenables n'a jamais impliqué que la réalité à laquelle renvoient lesdits termes corresponde au sens convenu par l'usage de la langue.

En pays dit neutre et démocratique, s'inquiéter d'objectivé ne semble pas être prioritaire.

 

 

21/01/2016

"Leurs enfants resteront dans les caves du sous-sol"

9RIAN_02472921.HR.jpg

Ces propos sont ceux de Petro Poroshenko que je relayais, le 8 septembre dernier, dans un sujet consacré au Donbass, cette région de l'est de l'Ukraine dont on ne parle plus beaucoup.

Alors que le monde entier -ou peu s'en faut- avait découvert la photo d'Aylan, gisant sur une plage turque, je rappelais le sort réservé aux populations du Donbass et le destin que le président ukrainien réservait à leurs enfants:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/09/07/au-coeur-de-l-...

La question de savoir si les médias ne s'intéressaient pas assez aux conditions de vie des populations civiles du Donbass et plus précisément à celles de leurs enfants a enfin été posée.

C'était hier soir, dans le cadre du téléjournal de Léman Bleu qui a porté son attention à la soirée caritative organisée en faveur des enfants du Donbass, ce 23 janvier à Genève:

http://www.lemanbleu.ch/replay/video.html?VideoID=28665

  

14/01/2016

Soirée caritative

 
Tandis qu'en Ukraine, les cessez-le-feu et leur respect se suivent et semblent se ressembler, une délégation française des droits humains s'est déplacée dans le Donbass.

Emmenée par Jacques Clostermann, elle effectue une mission de reconnaissance de la situation afin d'en informer les Français, pour la plupart, dans l'ignorance de ce qui se passe réellement dans cette région.

Il a été souvent question, ici, de relever combien l'information livrée par les médias occidentaux dits mainstream était orientée.

Tandis que Monsieur Clostermann exprime sa consternation face à ce qu'il découvre dans le Donbass et qui a été à maintes reprises signalé ici, j'invite chacune et chacun à prêter attention à cet événement qui aura lieu à Genève, le 23 janvier prochain:

10660135_10208670942793592_5730118578891588733_n.jpg

 

13/01/2016

Syrie, terrorisme et résistance

417688_1.jpg?w=500&h=281

La Syrie, comparée à Stalingrad, telle est la vision d'Andre Vltchek.

Certes, son point de vue n'est pas celui qui domine nos médias. Quoi qu'on en pense, il vaut la peine d'être lu:

http://lesakerfrancophone.fr/la-syrie-est-le-stalingrad-d...

Dans un article paru en janvier 2014, ce journaliste d'investigation s'exprimait aussi sur l'islam et les pratiques terroristes de certains de ses courants les plus radicaux.

Qu'on partage ou non cette approche, elle offre un éclairage non dénué d'intérêt.

A lire, toutefois, la haine qui s'étale contre telle ou telle religion sinon toutes, il va de soi que la nuance n'accède plus à certains esprits échauffés.

L'aveuglement des uns comme celui des autres est des plus préjudiciables pour le monde entier.

Cependant, la naïveté n'est pas non plus à entretenir.

Dans ce sens, reconnaître la voracité et la cupidité dénuées de toute humanité de nombre de nos compatriotes occidentaux serait tout aussi judicieux.

C'est ainsi que, selon Andre Vltchek, prêts à tout pour arriver à leurs fins, ils n'hésitent pas à recourir aux services d'extrémismes religieux, laissant impuissants tout autre courant de pensée:

http://www.legrandsoir.info/terrorisme-musulman-a-qui-la-...

 

 

06/01/2016

Face à la guerre

le%20Krak%20des%20chevaliers%20en%20Syrie.jpg

Attisées de l'extérieur avec promesses de vie meilleure à la clé, ainsi se profilent le plus souvent ces guerres qualifiées, d'abord, de civiles avant d'être reconnues comme guerres tout court.

En Syrie comme en Ukraine, tout a commencé par une rébellion contre le pouvoir en place.

Stigmatiser un chef d'Etat et lui trouver tous les défauts possibles pour le renverser est un schéma connu.

Ce qui se passe en Syrie est envisagé par certains comme un conflit inextricable. En huit raisons, l'auteur de cet article explique pourquoi:

http://www.slate.fr/story/112223/impossible-solution-syri...

Même à considérer l'ensemble des paramètres qui entrent en ligne de compte dans le conflit syrien, refuser son issue revient à condamner l'humanité à sa face la plus noire.

Oser l'espoir, c'est refuser qu'elle ne s'y résume.

 

23:31 Publié dans Air du temps, Avaries, Etat islamique, Guerre, Humanité, Politique, Pouvoirs, Syrie, Ukraine | Tags : syrie, ukraine, guerre | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

26/12/2015

Guerre et foi

CXDxMdpWQAAur1M.jpg:large

 

Amnesty International rend des rapports dont on est en droit d'attendre qu'ils soient vérifiés conformes.

Or voici que l'un d'eux n'a pu être confirmé par l'ONU.

Il concerne les frappes menées par l'aviation russe en Syrie.

Amnesty International accuse la Russie d'avoir visé des civils et tué des innocents.

http://fr.sputniknews.com/international/20151223/10205157...

Pendant ce temps-là, en Syrie, on a fêté Noël.

 

 

03/12/2015

Guerres sélectives?

880px-Ongoing_conflicts_around_the_world.svg.png

                            https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_guerres_contempor...

 

Cette carte indique les guerres en cours en 2015.

Toutes ne font pas la une de nos médias.

Les informations livrées par les agences de presse sont reprises par l'ensemble des rédactions et traitées selon leur sensibilité et celle de leur public.

Le fait est que la mort, la misère et la condition humaine en général ne semblent pas avoir droit à la même considération.

Si un tel constat paraît tristement banal, c'est qu'il s'est imposé.

Or s'habituer à ce que des guerres soient médiatisées au détriment d'autres, fausse le jugement.

A moins qu'il ne soit admis de manière tacite que certaines régions du globe méritent plus d'attention que d'autres.

Auquel cas, il serait bon de redéfinir quelques concepts au nom desquels nombre de combats son menés.