Justice - Page 5

  • Abus, trahisons politiques et extrémismes

    Imprimer Pin it!

     

    On l’a constaté, certains se sont réjouis de voir Jérôme Cahuzac condamné. 

    Le journaliste Edwy Plenel s’est félicité d’avoir tiré la sonnette d’alarme, d’avoir donc, en quelque sorte, été ce qu’il semble désormais convenu d’appeler un lanceur d’alerte.

    Si l’ancien ministre du Budget a trahi, il n’est sans doute pas le premier dans son genre.

    Que dire de celles et ceux qui ont promis, promis et promis au nom d’une croissance dont ils allaient s’employer à relever le niveau? En vain.

    Leur trahison a plongé nombre de personnes, de ménages, de familles et d’entreprises dans une misère qui n’a, parfois, plus trouvé d’autre issue que la rue sinon le suicide.

    A ces bonimenteurs, justice n’a pas été rendue sinon, peut-être, par les urnes.

    A cet égard, le rôle des réseaux sociaux a pu être relevé. Mais pour y découvrir haine, insultes et  détournements divers au moins autant qu’analyses, sens critique et débats d’idées raisonnables.

    Alors?

    Sanctionner une politique et la rejeter peut-il encore se concevoir sans risquer l’extrémisme tandis que sa montée s’observe ici et là?

    Poser la question n’est pas y répondre.

     

  • Audiard ou pas, Jérôme Cahuzac ne dormira pas en prison

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2016-12-08 à 16.32.44.png

    Un aimable commentateur de ce blog avait, lui aussi, rappelé au souvenir de Michel Audiard tandis qu’il avait estimé opportun de le citer dans le cadre d’un précédent sujet publié ici.

    Ce Monsieur ne lira sans doute pas cette autre reprise de Michel Audiard puisqu’il a fait part du plaisir qu’il prendrait à ne plus lire ce qui ne lui a, par ailleurs, jamais été imposé mais qu’il a choisi, de son propre gré, faut-il le préciser.

    Bref, voici donc le célèbre dialoguiste français à nouveau cité, cette fois sur Twitter par Bruno Jeudy, rédacteur en chef politique à Paris Match.

    Edwy Plenel, quant à lui, ne cache pas sa fierté d’avoir été l’un des premiers -sinon le premier- à avoir soupçonné Jérôme Cahuzac d’avoir un compte en Suisse et vante l’utilité d’un journalisme d’intérêt public.

    De tels propos tenus par un personnage connu pour sa férocité à se réjouir de voir tomber qui ils poursuit de ses assiduités journalistiques n’étonnent guère:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/04/04/edwy-plenel-brute-humaine.html

    Quoi qu’il en soit,  Jérôme Cahuzac ne dormira pas en prison ce soir.

    L’ancien ministre du Budget fait appel de sa condamnation.

     

  • Couple Cahuzac, curée ou justice?

    Imprimer Pin it!

    10361014-patricia-cahuzac-cette-femme-secrete-qui-a-detruit-l-ancien-ministre.jpg

                                                       http://www.linternaute.com/actualite/politique/1034799-patricia-cahuzac-cette-femme-secrete-qui-a-detruit-l-ancien-ministre/

     

    Le verdict est tombé sur le couple Cahuzac.

    Règlement de compte sur fond de comptes bancaires en Suisse, l’affaire Cahuzac, un triste conte moderne, comme le formule l’intitulé d’un article du journal Le Monde, c’est selon.

    Car pour d’aucuns, les larmes seraient de crocodile et la haine, plutôt de mise. Au-delà de ces manifestations d’humeur, certes discutables, un petit retour en arrière ne manque pas d’intérêt.

    Le 7 avril 2013, ce sujet ci-après, publié ici-même citait un article remis à jour le 10 avril 2013:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/04/07/cope-cahuzac-le-divorce-en-question.html

    Depuis lors, l’ex-épouse Cahuzac a eu le temps de changer et de rechanger de conseil.

    Le fait est que la proximité des familles politiques qui apparaissait alors, en disait sinon en dit encore long sur certaines affinités en matière de pratiques financières.

    Autant de révélations qui rappellent des réalités connues. Mais lorsque la vie privée s’en mêle et s’emmêle, toute personnalité en vue dont les pratiques ou les moeurs seraient discutables, risque davantage.

    N’est-ce là que justice tandis qu’il est attendu d’elles un comportement digne de ce nom, sans doute.

    De là à déchaîner haines, vindictes ou atermoiements de toutes sortes, il y a un pas qui semble souvent largement franchi.

     

  • De la décision du Tribunal arbitral du sport à Dostoïevski...

    Imprimer Pin it!

    topelement.jpg

                 http://www.tdg.ch/sports/actu/maintenant-cio-peut-punir-sport-russe/story/21518524

    La photo ci-dessus et le lien à l’article qu’elle illustre figure en bonne place dans La Tribune de Genève de ce 22 juillet.

    Il y est question de la décision du Tribunal Arbitral du Sport -TAS- de rejeter l’appel des soixante-huit athlètes russes qui demeurent donc exclus des JO de Rio.

    Or voici que le journaliste qui en parle entraîne son public dans une projection assez singulière.

    En effet, convoquer Dostoïevski pour lui prêter une hypothétique oeuvre que lui aurait été inspirée cette Russie du sport en proie à toutes les turpitudes, est une perception de l’écrivain que Daniel Visentini n’hésite pas à partager avec ses lecteurs.

    A toutes fins utiles, ces deux articles indiqués en lien ci-dessous permettront à chacune et à chacun d’apprécier l’envolée lyrique -si elle en est- de l’auteur de l’article consacré à la décision du TAS d’exclure les soixante-huit athlètes russes des JO de Rio.

    https://www.lepetitlitteraire.fr/analyses-litteraires/fedor-dostoievski/crime-et-chatiment/resume

    http://la-philosophie.com/crime-chatiment-dostoievski-resume

  • Orlando, Magnanville, la vie comme elle s’en va

    Imprimer Pin it!

    Eau-fleur.jpg

    On se fait fusiller à Orlando mais le refrain est aussitôt entonné, on n’a pas peur.

    On assassine à Magnanville mais nos médias nous racontent qui est le « meurtrier présumé ».

    Soit!

    On le sait, tuer à l’aveugle au nom de l’Etat islamique, selon Bernard Cazeneuve, ne serait pas un délit...

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/06/27/ce-n-est-pas-un-delit-de-proner-le-djihad.html

    En ce temps de jeûne à vocation spirituelle, on aurait sans doute attendu mieux que pareille boucherie.

     

  • Femmes européennes, devons-nous « trembler » ?

    Imprimer Pin it!

    voile-musulmane-radical.jpg

    Femmes européennes, devons-nous trembler comme l’indique le titre d’un article du site Boulevard Voltaire?

    http://www.bvoltaire.fr/emmanuellefrankl/femmes-europeennes-tremblez-votre-avenir-nest-pas-rose,259858?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

    Celui-ci s’inspire d’un article du Figaro:

    http://www.lefigaro.fr/international/2016/05/27/01003-20160527ARTFIG00231-gb-enquete-sur-les-tribunaux-islamiques-clandestins.php

    A lire ce qui a été publié le 27 mai dernier sur le site du grand quotidien français, on comprend que le sujet soit sensible. 

    On comprend aussi que la manière d’en traiter suscite diverses lectures.

    Le fait est que la présence de tribunaux islamiques clandestins en Grande-Bretagne n’est pas une nouveauté et avait déjà été signalé ici ou là.

    Qu’une enquête soit menée ne présage d’aucune issue certaine.

    De là à prévenir les femmes européennes, il y a un pas que Boulevard Voltaire n’a pas hésité à franchir. 

    A raison ou à tort, l’avenir devrait le dire à défaut du présent...

     

  • Kunduz: un véhicule armé en guise de tribunal

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2015-10-17 à 17.01.58.png

    Les agissement commentés dans ces quelques lignes ci-dessus rappellent au cynisme d'une frange de l'humanité.

    Quand celle-ci ose se présenter comme défenderesse de la démocratie, c'est la démocratie qui est bafouée.

    Les propos comme ceux qui figurent en capture d'écran ci-dessus sont extraits d'un article dont le lien figure au bas de ce sujet.

    On y lit toute l'estime portée à la justice.

    On y découvre de quelle manière elle est honorée.

    Des articles comme ceux-ci pointent la réalité d'un Occident qui passe son temps à dénoncer des gouvernements qu'il qualifie de tous les noms les plus détestables.

    Des articles comme ceux-ci révèlent ce qui s'impose comme valeurs tandis que la mort a frappé des blessés de guerre et des membres du personnel qui s'est consacré à les soigner.

    A lire ici:

    https://francais.rt.com/opinions/8612-presidente-msf-washington-kunduz
  • "Le Temps" édition en ligne de ce 29 août, à Michel Danthe, journaliste

    Imprimer Pin it!

    logo-les-sens-des-mots.jpg?w=700

    Monsieur Michel Danthe cite mon sujet de blog:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/08/23/legion-d-honneur-aux-sauveurs-du-thalys.html

    dans un article mis en ligne sur le site du grand quotidien suisse "Le Temps" de ce 29  août 2015.

    Sa lecture particulièrement orientée et tendancieuse de mes propos m'a obligée à y réagir. Ainsi lui ai-je écrit ce qui suit:

    Monsieur,

    Je vous remercie de me citer. La moindre des politesses eût été de m'en informer comme je m'y emploie moi-même lorsque je cite les propos d'une personnalité quelconque.

    Quant à votre lecture de mon sujet, elle découle d'une grille qui vous arrange.

    La nuance que j'apporte vous échappe à l'évidence mais lorsque l'on veut faire dire à autrui ce qu'il n'a pas dit, les moyens justifient la fin.

    Bien à vous,

    Hélène Richard-Favre

     

    Monsieur Danthe m'a alors répondu qu'il ne voyait pas "ce que la politesse viendrait faire là-dedans".

    Outre une nouvelle incompréhension de sa part des démarches que je poursuis pour tout sujet qui évoque une personnalité que j'estime légitime d'informer des propos que je tiens sur elle, il ajoute ses propres déductions.

    Le voici donc qui m'écrit que je prendrais peut-être "peur" de mes "propres idées" et de "l'écho qu'elles peuvent légitimement susciter dès lors elles sortent (sic! Je cite) du cercle sans doute plus confidentiel qui est le sien habituellement"

    Et comme il ajoute que "c'est avec plaisir que je lirai sous votre plume l'explication de la nuance qui m'aurait échappé", je la lui ai indiquée. La voici:

    Merci de votre réponse rapide, Monsieur.

    Quand j’évoque la règle de politesse, je ne songe à rien d’autre qu’au fait que si je parle d’une personne, je l’en informe car j’estime juste de procéder ainsi.

    Je ne vois donc en rien de quoi je devrais « prendre peur ». Je constate par contre fort bien que vous déformez le sens de mon propos. Car le fait d’avoir exposé une difficulté à "adhérer à ce qui a été raconté » n’a strictement rien à voir avec une perception complotiste de l’événement dont il est question.

    Si vous n’établissez aucune nuance entre une difficulté à adhérer à un récit et son rejet pur et simple en tant qu’il serait « complotiste », j’en suis navrée pour vos compétences linguistiques.

    Car si vous aviez lu mon sujet comme il se doit, vous auriez compris que cette difficulté que j’expose est conséquente à l’embrouillamini des versions livrées par les médias. Elle ne tombe dès lors pas d’un ciel duquel pleuvraient les complots comme vous voulez le laisser entendre au public qui vous lira.

    Quant à votre manière de faire se rejoindre mon sujet et les commentaires qui le suivent, elle démontre bien dans quel esprit particulièrement orienté vous l’avez lu. 

    Détourner son sens vous décrédibilise vous et ne saurait, dès lors, vous honorer.

    Bien à vous,

    Hélène Richard-Favre

  • La France, entre premier décapité sur son sol et premiers chômeurs de l'affaire Mistral

    Imprimer Pin it!

    Les-premiers-chomeurs-de-l-affaire-Mistral_article_landscape_pm_v8.jpg

    Le 26 juin 2015 aura marqué le retour de la décapitation en France.

    On se rappelle dans quelles conditions Hervé Cornara a été exécuté puis comment son bourreau a posté sur les réseaux sociaux un selfie où il s'affichait avec la tête de sa victime.

    Ce retour de la décapitation en France a pu être considéré par d'aucuns comme cas isolé. Comment parer autrement à un tel acte qu'en en limitant la portée?

    Le fait est qu'il a marqué les consciences et n'a pas arrangé l'état de la France.

    Avec l'échec cuisant de l'affaire des Mistral dont il est ici rendu compte*, la France a dévoilé ses préférences.

    A minimiser l'impact du djihad sur son sol et à maximaliser la menace russe loin de ses frontières, le compte est bon.

    Car c'est bel et bien depuis la crise ukrainienne dont tout le mal a été attribué à Moscou que Paris joue à perte.

    Pendant ce temps-là, une nouvelle convocation en justice a ravivé le funeste souvenir du premier nouveau décapité de France:

    http://www.ledauphine.com/france-monde/2015/08/14/condamne-pour-avoir-diffuse-une-photo-de-la-tete-decapitee-d-herve-cornara

     

    *  http://www.parismatch.com/Actu/Politique/Les-premiers-chomeurs-de-l-affaire-Mistral-809991
     
  • "Le président de la République française est le Président de tous les Français, y compris des djihadistes."

    Imprimer Pin it!

    2253101-jeune-demoiselle-recherche-un-djihadiste-mortel.jpg

     

    Difficile de donner tort à Boualel Sansal, écrivain algérien dont l'interview est à lire ici:

    http://www.leprogres.fr/lyon/2015/01/29/la-france-doit-se-reveiller-face-a-la-propagation-de-l-islamisme

    C'est au coeur même de nos démocraties qu'oeuvrent ces apôtres de la terreur. 

    Partout, ils appliquent leurs principes et leurs lois si elles en sont.

    Bien sûr qu'on peut toujours dire qu'à eux seuls, ils ne représentent pas "le mal".

    Bien sûr que "le mal" est incarné par de nombreuses autres pratiques, nul n'est assez naïf pour croire que quelque régime que ce soit incarne le bien à lui seul.

    Il s'agit toutefois de savoir quelles valeurs nous souhaitons.

    Si celles portées par les djihadistes vous enchantent, dans ce cas, rien à dire.

    Et ce ne sont pas les "larmes" de Bertrand Cazeneuve qui y changeront quoique ce soit.

    Ce ministre a beau avoir été ému à l'enterrement d'Hervé Cornara, décapité le 26 juin dernier sur sol français, il n'en a pas moins déclaré que prôner le djihad n'était pas un délit.

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/06/27/ce-n-est-pas-un-delit-de-proner-le-djihad.html

     

  • Quelques informations plus tard...

    Imprimer Pin it!

    a-SELFIE-SYRIE-640x468.jpg

    Quelques informations plus tard, on apprend que l'épouse du décapiteur de l'Isère s'était rendue en Syrie avec lui.

    On apprend que le couple y a vécu.

    On apprend que l'acte de décapitation a été incité par l'Etat Islamique, même si ce dernier ne le revendique pas.

    C'est un article paru dans Le Monde qui fait part de ces éléments.

    http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/06/30/attentat-en-isere-yassin-salhi-mis-en-examen-pour-assassinat-en-relation-avec-une-entreprise-terroriste_4665092_1653578.html

    Rappelons l'étonnement dont l'épouse de Yassin Salhi faisait part alors qu'elle parlait sur les ondes d'Europe 1 en direct:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/06/26/isere-l-epouse-du-terroriste-presume-ils-l-ont-arrete-n-importe-quoi.html

    La justice a mis fin à sa garde à vue.

    Son mari, quant à lui, a été mis en examen pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste.

     

     

  • «Et je rappelle et je rappellerai toujours que les premières victimes de ce terrorisme sont les musulmans».

    Imprimer Pin it!

     

     

    Monsieur le Premier Ministre,

    Ces propos sont les vôtres et ont été cités dans un article paru sur le site du Dauphiné.com.*

    Au risque de vous contredire, non, les premières victimes de ce terrorisme ne sont pas les musulmans.

    Les premières victimes de ce terrorisme sont celles qui meurent, de fait.

    Les premières victimes sont celles dont ce terrorisme prend la vie.

    Les premières victimes sont celles dont la tête est tranchée.

    Les premières victimes sont celles dont la tête tranchée a été fichée sur une grille.

    Quant aux prochaines victimes, elles sont partout.

    Monsieur le Premier Ministre, vous n'êtes certes et comme nul autre, tenu à l'impossible.

    Mais nul, non plus, n'est tenu à déconsidérer la vie d'un innocent décapité.

    Avec respect,

                                                                                                        Hélène Richard-Favre

     

    http://www.ledauphine.com/isere-nord/2015/06/28/attentat-a-saintquentin-fallavier-transfert-attendu-du-suspect
     
    Lettre parue en page 13 de l'édition papier de La Tribune de Genève du 30 juin 2015 et adaptée aux critères de la rubrique "Courrier" qui ne publie pas de Lettre ouverte.
     
  • Platini-Blatter, match nul?

    Imprimer Pin it!

    4dc6b.jpg

     

    La nature humaine n'a pas fini de surprendre et tant mieux.

    On sait l'énergie mise pas Michel Platini pour évincer Sepp Blatter de la présidence de la FIFA.

    On l'aurait même entendu dire qu'il allait le tuer.* Certes, c'est une expression mais tout de même...

    Ce soir, la nouvelle est tombée, Sepp Blatter a été réélu.

    A voir la photo ci-dessus, on cherche l'arme du crime entre les mains qui se serrent.

    Les sourires ne semblent pas de circonstance, pas davantage, les regards échangés.

    L'intensité de cet instant n'a rien du leurre.

    Et l'oeil du photographe qui l'a saisi ne s'y est pas trompé.

     
    http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Sepp-blatter-reelu-a-la-presidence-de-la-fifa/562598

    *http://actu.orange.fr/video/zapping-actu/platini-sur-blatter-je-vais-le-tuer-lagardere-active_CNT000000aAMRU.html

     
     
     
  • De Noé à Sem, laïcité et antisémitisme en question

    Imprimer Pin it!

    505px-Nuremberg_chronicles_-_f_15v.png

    Six  mois de prison ferme pour propos antisémites, telle est la peine qui vient d'être infligée à un citoyen genevois.*

    La définition du terme d'antisémite a varié au cours de l'Histoire.

    Il a été construit en opposition à celui de sémite, lui-même créé à partir du prénom du personnage de Sem, fils de Noé.

    Autant de références bibliques diversement lues et qui suscitent controverses et polémiques.

    Au nom de la laïcité, il a été interdit à des écoliers genevois de participer de manière active à l'oeuvre de Benjamin Britten, L'Arche de Noé. **

    En vertu de la lutte contre la haine raciale, ethnique et religieuse, des propos offensant une des populations dont le nom a été forgé sur celui de Sem, dernier fils de Noé, sont condamnés.

    La Bible et ses personnages n'ont pas fini de faire parler d'eux.

    http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/six-mois-prison-ferme-insulte-juifs/story/19553519
     
    **  http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/dip-coule-arche-noe-benjamin-britten/story/13152952

     

  • "Je reçois régulièrement des menaces"

    Imprimer Pin it!

     

    liberte-egalite-fraternite.jpg

     

    De l'entretien que nous a accordé Laurent Brayard et qui a été publié ici ce 20 mai, deux de ses propos méritent qu'on y revienne tant ils sont lourds de sens.

    J'ai donc souhaité qu'il nous en dise davantage et lui ai encore posé deux questions auxquelles il a bien voulu répondre.

    Laurent, vous avez évoqué la nationalité du Donbass que vous n'hésiteriez pas à demander. Mais existe-t-elle alors que la région appartient encore à l'Ukraine?

     Oui, les autorités locales ont commencé à mettre en place des passeports pour les habitants. De plus, les voitures commencent à être immatriculées avec des plaques nationales comportant le drapeau de la République de Donetsk, j’aurais dû dire, d’ailleurs, la nationalité de la République Populaire de Donetsk (il y a aussi celle de Lougansk). Par référendum, le pays a voté son indépendance il y a longtemps déjà, en 2014. Immédiatement après cela, une assemblée et des députés ont été élus.Les bâtiments officiels portent désormais des plaques du gouvernement, les transports ont modifié les tickets de bus et de tramway aux couleurs de la Nation avec un prix minimum très modeste. Cette région n’appartient plus à l’Ukraine. Selon la déclaration des Droits de l’Homme et d’autres textes internationaux, un Peuple a le droit de disposer de sa destinée, c’est le premier et essentiel droit de tous les peuples à disposer d’eux-mêmes. Toute la propagande des médias français et occidentaux n'y changera rien, c’est un droit sacré. 

    Vous estimez de votre voix que si elle était vraiment entendue, vous seriez bientôt en danger d’une manière ou d’une autre. Pourriez-vous préciser le sens de ce propos?

    Je reçois régulièrement des menaces et de nombreuses insultes venant de France et désormais d’Ukraine. Il y a peu, des activistes pro-Kiev ont établi des listes de russophiles connus qui soutiennent les insurgés du Donbass. Ces listes ont été portées au vu et au su  de tous, un temps, sur les réseaux sociaux. Nous avons été fichés et répertoriés, il était question de nous dénoncer au gouvernement français, de tenter de nous faire taire par l’intermédiaire de plateformes de dénonciation mises en place par le gouvernement français (un relent de Vichy ?) comme Pharos. 

    Dans la rue, j’ai déjà été menacé, une fois, à Dijon, à cause du ruban de Saint-Georges que je porte en permanence. Ces menaces, très explicites, ont été proférées en langue russe par un immigré ukrainien. Avec la loi de surveillance, sans recourir à la justice ou à un juge quelconque, le gouvernement français peut désormais fermer n’importe quel site internet ou page d’un réseau social et passer à des sanctions judiciaires arbitraires. Il s’agit là de la fameuse loi « Je suis sur écoute ». 

     

    En novembre 2013, j’ai reçu aussi une alerte d’un vieil ami journaliste qui m’intimait presque l’ordre de détruire tous mes écrits sur internet si je voulais, un jour, travailler en France, vendre des livres, occuper un poste de journaliste ou de rédacteur.Un article paru dans média-presse-info relatait cette « expérience » vécue.

    Le sentiment de beaucoup de dissidents -car désormais il s’agit bien de cela- est que nous sommes en Résistance, les alertes sont nombreuses, les socialistes parlaient de« nettoyer internet », les discours -particulièrement ceux de Manuel Valls- sont d’une violence inouïe. 

     

    Au vu des fossés qui se creusent et de mon point de vue d’historien, je pense qu’un mouvement vers un régime de répression à bien des niveaux est déjà entamé. Rebsamen annonçait, il y a quelques jours, la mise en place d’une cellule pour faire la chasse « aux chômeurs » malveillants. Je ne parle pas des valeurs démocratiques, Amnesty International dénonce régulièrement la situation, en France, qui se dégrade d’année en année, nous sommes déjà en Europe parmi les mauvais élèves. 

     

    Désormais, en France, nous ne sommes pas loin du délit d’opinion, dans la trouée initiée par le charlisme en janvier 2015. Des heures sombres, à mon avis, se préparent. Le régime actuel, qui sera de moins en moins légitime, n’aura bientôt que deux choix : soit celui de continuer à nous brider, soit celui de céder aux transformations et aux réformes sous la pression populaire. Le gâteau est trop délicieux pour que ses représentants quittent leur place. A mon avis, ils la défendront bec et ongle. 

    Dans les pays occidentaux, notamment aux Etats-Unis, tout une batterie de nouvelles technologies pour réprimer les mouvements populaires et les émeutes, est à l’étude. Canons à son, tactiques et stratégies, guerre urbaine, drones de surveillance et d’intervention… A mon humble avis, tout cet argent dépensé ne l’est pas sans un but avéré. Les Français, pour l’instant, dorment profondément, pour combien de temps, je l’ignore. Pour ma part, mon choix est fait de très longue date, c’est un combat, je le mènerai, il y a de l’espoir, je rencontre beaucoup de Français qui réfléchissent de tous les horizons. La France a encore des ressources pour fonder une République plus juste.  

    Merci beaucoup de nous avoir accordé de votre temps, Laurent Brayard.

    Un grand et chaleureux merci à vous, Hélène, de m’avoir donné la parole.

     

  • Criminel

    Imprimer Pin it!

    justice%20haiti.jpg

    Réglée en trois jours, voici qu'une affaire jugée en appel à Genève laisse certains dubitatifs sinon stupéfaits.

    Accusé d'avoir ouvert le feu sur dix détenus d'une prison du Guatemala alors qu'il était chef des forces de l'ordre de ce pays, l'homme a été jugé à Genève car il était venu s'y installer du fait de sa double nationalité suisse et guatémaltèque.

    Sans entrer dans les détails de ce dossier dont plusieurs irrégularités ont été dénoncées par la défense et continuent de la scandaliser, on retiendra les mots du procureur.

    Celui-ci, en effet, a tenu à rappeler que Genève n'était pas un repère pour les criminels.

    On est bien heureux de l'apprendre.

    Reste encore à définir le statut de criminel.

     

  • Brûlés vifs. C'était il y a un an.

    Imprimer Pin it!

    873604_original.jpg

    Qui ont-ils insulté pour avoir dû subir l'épreuve du feu?

    Quel blasphème auraient-ils commis pour avoir été brûlés vifs?

    C'était il y un an, le 2 mai 2014, à Odessa.

    La Maison des syndicats était incendiée et tout accès extérieur pour la fuir en avait été bloqué.

    A l'intérieur, quarante-huit Pro-russes périssaient dans d'indicibles souffrances.

    Pour le seul fait d'avoir défendu leurs valeurs, ils ont été sacrifiés .

    Une enquête a été ouverte dont les conclusions n'ont toujours pas été rendues.

    Pendant ce temps-là, les proches des victimes attendent.

    Qui s'en soucie?


    Pour mémoire:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/05/03/rts-ukraine-la-rhetorique-a-l-oeuvre.html

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/05/aux-martyrs-d-odessa.html

  • Méditerranée: combien de prochaines "minutes de silence"?

    Imprimer Pin it!

    immigration-nouveaux-drames-en-mediterranee_2329070_418x405.jpg?v=1

    Pour qui n'aurait pas eu l'opportunité de voir, hier soir sur la RTS, l'émission qu'Infrarouge a consacrée à la question des migrants, voici le lien à la video que je vous invite à visionner:

    http://www.infrarouge.ch

    Les interventions n'y sont pas sans intérêt, surtout lorsque le droit y est évoqué.

    Qu'il s'agisse de celui des migrants ou de celui des passeurs qui les propulsent vers un destin plus qu'aléatoire, inutile de dire que les perceptions varient.

    Quant aux doléances ou autres retours sur images passées, elles n'ajoutent qu'émotions allant de la plus grande commisération à l'indifférence quasi absolue.

    Dans ce cas, ajouter les minutes de silence les unes aux autres devient presque une insulte tant à l'égard des victimes qu'à celui des migrants survivants.

    Car leur sort est loin d'être résolu tandis qu'il va devoir se heurter à la radicalisation des positions prises au sein-même de nos sociétés.


  • Où sont les drones pour crimes de masse?

    Imprimer Pin it!

    Naufrage.jpg

    Au nombre de réactions que suscitent le informations qui, chaque jour désormais, nous annoncent la mort de centaines de migrants, la charité sollicitée par certains lanceurs d'alerte est diversement reçue.

    L'émotion, en effet, montre vite ses limites alors que la solution adéquate à adopter face au cynisme de passeurs reste en attente.

    Ajouté au fait qu'entre migrants eux-mêmes, la solidarité ne semble pas forcément dominer, la mort par noyade provoquée s'ajoutant à la misère, les réseaux sociaux et autres sites pourront vibrer de multiples récriminations ou doléances.

    Tant que des criminels oeuvrent en toute impunité et condamnent la Méditerranée à devenir un gigantesque charnier, les autodafés citoyens et autres suppliques n'y feront rien.

    Depuis des années, le problème des migrants existe.

    Depuis des années, les abus de passeurs sont connus.

    Quelle "coalition internationale" s'est-elle mise sur pied-de-guerre pour les combattre?


  • Dénoncer

    Imprimer Pin it!

    7543872.jpg

    Or donc, une dénommée Agnès LECOMTE s'est mis en tête de dénoncer des pages, des groupes et des profils Facebook pour "incitation à la haine".

    Et voici que cette activiste a de quoi se réjouir, elle a reçu le soutien de Cécile VAISSIE qui n'est pas en retard d'une dénonciation à en lire ces lignes... lamentable dénonciation signée d'une certaine Cécile Vaissié...http://fenetressurcour.blogspot.ch/2009/04/le-canard-vaissie-lassaut-de-lile.html

    Il se trouve que la page Facebook que j'ai créée pour interroger la neutralité de la Suisse dans le cadre de la guerre en Ukraine, a elle aussi été retenue sur la liste de la vigilante Agnès LECOMTE. 

    Pas de chance pour elle si elle veut la signaler aux autorités suisses, celles-ci ont déjà été prévenues. Et oui,j'ai moi-même informé le Département Fédéral des Affaires Etrangères (DFAE) de mes divers articles et autres interview. Et ce ne sont pas de simples accusés de réception que j'ai reçus en retour mais des réponses qui ont favorisé un échange de points de vue.

    A l'évidence, la conception de la liberté d'expression doit avoir un autre sens pour Agnès LECOMTE et son admiratrice VAISSIE.

    Etre l'auteure d'un livre sur la liberté* et féliciter la dénonciation, il fallait tout de même y songer. Voici qui est fait.

    http://www.bibliothequesonore.ch/livre/21241


  • Dont acte

    Imprimer Pin it!

    moscou-assassinat-Boris-Nemtsov.jpg

    Tous condamnent l'assassinat survenu ce 27 février à Moscou, de l'homme politique russe, Boris Nemtsov mais déjà se profilent sous-entendus ou autres hypothèses à peine masquées.

    Qui n'attendrait d'explications?

    Ainsi voit-on fleurir, ici ou là, allégations ou autres supputations à même de diriger une opinion impatiente de satisfaire sa curiosité.

    Peu importe comment, l'essentiel étant, le plus souvent, de mettre un nom sur un responsable.

    Tout lui ira, à cette opinion, tant elle a besoin de réponses et tant on s'empresse de lui en fournir. 

    Puisse le temps que durera l'enquête ne pas ouvrir de boulevards à l'accusation gratuite!

    Le monde et la raison ne s'en porteront que mieux.


  • Poroshenko: "Et c'est comme ça et précisément comme ça que nous gagnerons cette guerre"

    Imprimer Pin it!

    140905_xt5wv_porochenko-petro-ukraine_8.jpg


    Dans cette séquence du 19:30 de la RTShttp://www.rts.ch/play/tv/le-19h30/video/le-camp-de-concentration-dauschwitz-a-ete-libere-il-y-a-70-ans?id=6495302

    le journaliste Marc Julmy commente l'absence de Vladimir Poutine de manière aussi objective que l'est celle de ses collègues de la chaîne de radio Espace2 lorsqu'ils évoquent la situation dans l'est de l'Ukraine.

    Normal, on a bien compris que la Russie avait à peu près tout faux dans cette guerre qui perdure en dépit des cessez-le-feu et autres accords jamais respectés.

    Il semblerait bien, toutefois, que depuis que les forces appelées "pro Russes" ou "séparatistes" ont repris l'avantage sur les forces loyalistes, les journalistes semblent très soucieux d'énoncer chaque jour le nombre de soldats tués sinon d'enfants à évacuer.

    Et pourtant, alors que Kiev bombardait écoles, hôpitaux et bâtiments à l'aveugle, combien ont-ils été, ces mêmes journalistes, à rappeler que l'enfance était à évacuer?

    Dans bien des cas, elle n'a tout simplement plus pu l'être, évacuée, cette enfance, brutalement perdue à jamais.

    La terreur infligée aux habitants des villes sous contrôle loyaliste de Kiev, quel media en a rendu compte?

    Et des envolées du président ukrainien Petro Poroshenko sur le sort qu'il réservera aux enfants du Donbass?

    La présidente de la Confédération suisse, Simonetta Sommaruga qu'on voit longuement lui serrer la main dans le reportage cité plus haut, qu'en dirait-elle? 

    A voir, ici:     https://www.youtube.com/watch?v=ZYoOCz65KY8&app=desktop

     

  • Amédy Coulibaly, enfant de la République

    Imprimer Pin it!

    rc3a9pulique_franc3a7ase_-_libertc3a9_egalitc3a9_fraternitc3a9.jpg

    Depuis les attentats qui ont endeuillé les familles et les proches de 17 victimes à Paris, pas un jour ne passe sans révéler son lot de témoignages ou de documents.

    Après avoir appris qu'Amedy Coulibaly avait été reçu à l'Elysée en 2009 par le président d'alors, Nicolas Sarkozy, c'est sur France 2, qu'on découvre des images du futur djihadiste.

    En 2009, en effet, l'émission phare de la chaîne de télévision publique, Envoyé spécialdiffuse un reportage qui remporte un grand succès.

    Intitulé, Fleury, les images interdites, il est ni plus ni moins consacré à Amedy Coulibaly et à son codétenu qui ont réussi à filmer leur vie en prison.

    Coulibaly est aussi interviewé par le grand quotidien français, Le Monde.

    Amédy à l'Elysée, Amédy sur France 2, Amédy dans Le Monde, Amédy, enfant de la République française, a terminé son parcours en combattant et assassin dans un Hyper Cacher de la Porte de Vincennes à Paris.

    A lire, ici:

    http://tvmag.lefigaro.fr/le-scan-tele/polemiques/2015/01/13/28003-20150113ARTFIG00235-en-2009-coulibaly-denoncait-les-conditions-de-detention-a-fleury-merogis-sur-france-2.php
  • Hommage à la diplomatie

    Imprimer Pin it!

    1077738.jpg

                                                       http://itar-tass.com/en/russia/770512


    Libre à chacune et à chacun de penser ce qu'il souhaite de la manifestation de ce jour à Paris. 

    L'humanité ayant besoin d'autre chose que de clivages sans cesse alimentés et excités, j'aimerais, ici, saluer la présence de Monsieur Sergueï Lavrov parmi les personnalités présentes à cet événement.

    Si d'aucunes et d'aucuns condamnent cette "comédie", dans ce cas, tout n'est que comédie et on n'invente rien, tant de penseurs l'ayant déjà dit de par les siècles.

    Alors, que celles et ceux qui "savent" que tout n'est que simagrées, apprennent que des postures plus humbles existent qui tentent le dialogue encore et encore.

    Hommage soit rendu à ces personnalités qui, par leur volonté de ne jamais fermer quelque issue à l'échange, refusent l'attitude hautaine qui s'arroge le savoir sinon la lucidité.

    https://www.facebook.com/RTRussian/photos/a.241783609273038.51757.240228462761886/704821989635862/?type=1&fref=nf


  • Amedy Coulibaly, "présumé" tueur

    Imprimer Pin it!

    ruban_deuil.jpg


    Face au choc, le besoin de parler, d'écrire, de comprendre est légitime.

    Autant d'explications que d'hypothèses ou autres analyses sont inévitables sinon nécessaires.

    Des assassins, des montres, l'humanité en génère, qu'on le veuille ou non.

    Croire aux vertus de l'éducation ou autre intégration ou réinsertion est toujours honorable.

    Le résultat, par contre, reste aléatoire.

    Rédhibitoire, bien sûr qu'il ne devrait l'être. 

    Et pourtant, difficile pour les victimes du "présumé" tueur Amedy Coulibaly, de comprendre ce qu'elles auront à apprendre ici: 

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/01/09/25002-20150109ARTFIG00228-en-2009-amedy-coulibaly-le-tireur-de-montrouge-etait-recu-a-l-elysee.php


  • Poursuivi par Interpol et pressenti pour lutter contre la corruption

    Imprimer Pin it!

    democratie.jpg

    On a pu lire, ici ou là, certains commentateurs occidentaux comparer la guerre en Ukraine à celle qui a opposé la Géorgie à la Russie en 2008.

    Outre le fait qu''il n'y avait rien de comparable entre ces deux situations, relevons que désormais, Tbilissi réagit à la nomination par Kiev de l'un de ses anciens ministres.

    Il se trouve, en effet, qu'Irakli Garibachvili, Premier Ministre géorgien, déplore le fait que l'ancien ministre de la Justice de son pays, poursuivi par Interpol pour, entre autre, abus de pouvoir et mauvais traitements infligés à des centaines de milliers de prisonniers, que cet ancien ministre de la Justice, donc, ait été naturalisé ukrainien pour accéder à un poste au nouveau gouvernement démocratique d'Ukraine.

    Le premier ministre géorgien, en effet, se demande comment il pourra expliquer à son peuple qu'un ancien ministre de la Justice, principal représentant d'un gouvernement criminel qui a condamné 300.000 personnes, soit désormais candidat au poste de président du Conseil ukrainien pour la lutter contre la corruption.

    Tant de personnalités politiques et médiatiques se sont félicitées de l'avènement de la démocratie en Ukraine qu'elles parviendront sans doute à expliquer à qui voudra bien les croire, que la justice des uns n'a absolument rien à voir avec celle des autres.

     

    http://fr.ria.ru/presse_russe/20141223/203291708.html

     

  • Kolomoïsky au 19:30

    Imprimer Pin it!

    91b07d72bd2c89f31cd8c93e1e77247e.jpg

    Igor Kolomïsky sur la chaîne publique de la Radio Télévision Suisse (RTS), c'était ce soir, au téléjournal de 19:30.

    Tout sourire, cet homme est jusqu'à nouvel avis résident genevois.

    Sur le site de la RTS, en effet, on apprend que les Autorités Genevoises auront à se prononcer d'ici la fin de l'année, sur le fait de prolonger ou non le forfait fiscal dont bénéficie cet oligarque qui, par ailleurs, gouverne une province en Ukraine, celle de Dniepropetrovsk.

    Que cet homme soit encore au bénéfice d'un forfait fiscal en Suisse alors que ce pays a présidé l'OSCE toute cette année 2014, tient à je ne sais quelle clause de la neutralité qu'elle doit, en particulier, au soutien sans faille du Tsar Alexandre Ier qui a tout mis en oeuvre à cette fin lors de la signature du Congrès de Vienne en 1815. 

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/03/09/il-faut-poursuivre-le-dialogue-avec-la-russie.html

    Parmi les très nombreux sujets que j'ai consacrés à la crise ukrainienne, nombre d'entre eux ont traité des espoirs que la présidence suisse de l'OSCE a fait naître.

    Plusieurs d'entre eux ont aussi concerné la présence de ce résident genevois et néanmoins gouverneur en Ukraine dont les activités ne sont un mystère que pour qui le veut bien.

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/10/04/geneve-ses-residents-ses-institutions-260426.html

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/08/30/l-ennemi-a-abattre.html

    Il en va de la crédibilité de la Suisse et de ses principes de savoir comment elle les conçoit et entend les appliquer.

    http://www.rts.ch/info/regions/geneve/6373501-en-russie-on-m-accuse-d-etre-responsable-du-crash-du-mh17.html


  • Sie müssen raus - Vous devez partir

    Imprimer Pin it!

    TT-3320226-raus-wegen-asylbewerber.jpg

    Un article, repris du Blick par La Tribune de Genève de ce 3 décembre, risque bien d'agiter les esprits. *

    Une famille du canton d'Argovie a reçu un avis de congé de la part des autorités communales qui la logent.

    L'administration de Moosleerau, en effet, doit répondre à une exigence cantonale relative à l'accueil de réfugiés.

    Alors que la commune semble avoir jusqu'à présent pu y échapper, tel n'est désormais plus le cas.

    C'est pourquoi, dans l'incapacité de loger une famille de réfugiés autrement que dans le seul appartement dont elles disposent, les autorités de Moosleerau sont contraintes d'expulser la famille qui l'occupe.

    Voici une situation de congé qui, envisagée sous tous les angles, ne peut laisser indifférent tant elle apparaît inédite.

    Ne reste plus qu'à souhaiter que dans la pesée des intérêts prévalent sagesse et considération de chaque partie en cause.

    Est-ce là un voeu pieux, on ne l'espère pas tant il serait dommageable de voir cet événement dégénérer en récupérations politiques diverses.

     http://www.tdg.ch/suisse/Une-famille-doit-laisser-son-appartement-a-des-refugies/story/31631356

  • "Dans le pays de Vladimir Poutine"

    Imprimer Pin it!

    Heads-of-INTERPOL-and-United-Nations-meet-on-global-security-challenges.jpg

                                                                http://www.interpol.int/fr/Internet


    Ce matin, sur Espace 2, chaîne radiophonique publique suisse, il est fait mention de l'arrestation demandée par la Russie à Interpol, du milliardaire russe Sergueï Pougatchev.

    Le journaliste énonce la peine encourue par l'oligarque, soit dix ans de prison.

    Or, plutôt que de rester dans le contexte juridique, le journaliste pense utile de recourir à la rhétorique et de préciser que la peine s'appliquera au pays de Vladimir Poutine.

    Certes, Espace 2 n'en est pas à son premier coup d'essai pour user d'un lexique choisi. 

    Lors du massacre de la maison des syndicats à Odessa qui a vu périr des dénommés pro-Russes dans d'indicibles souffrances, cette chaîne de la RTS évoquait le mort de 38 personnes, sans, bien sûr, mentionner de quelles personnes il s'agissait ni, surtout, les circonstances dans lesquelles lesdites personnes avaient péri.

    Pour rappel:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/05/03/rts-ukraine-la-rhetorique-a-l-oeuvre.html

    User de rhétorique pour informer répond à quelle déontologie?


  • Une pensée pour Nabilla

    Imprimer Pin it!

    Nabilla-a-la-Une-de-Paris-Match_article_landscape_pm_v8.jpg

    On ne va pas juger Nabilla, elle le sera.

    On ne va pas refaire son histoire, elle se poursuit.

    Nier le phénomène qu'elle incarne ou le rejeter, c'est refuser la force qui oeuvre à son assise.

    Solide ou non, sa réalité, Paris Match la confirme.

    Nabilla s'impose comme figure d'un monde partagé bien au-delà de l'Hexagone, de Genève ou d'ailleurs.

    Son univers, impitoyable ou non, rassemble.

    Pour le meilleur ou pour le pire, il révèle.

    Quoi, c'est selon.