06/10/2016

L’Ukraine et le Donbass, regards sur une guerre qui n’en finit pas

Capture d’écran 2016-10-06 à 15.55.57.png

capture d’écran de: http://www.investigaction.net/entretien-avec-petro-simone...

Voici que l’on reparle du sud-est de l’Ukraine dans quelques médias mainstream.

Il semble que le point de vue soit soudain plus nuancé.

C’est, à en croire Xavier Moreau, analyste français vivant à Moscou, que le narratif occidental qui a dominé jusqu’à maintenant, serait mis à mal.

Le fait est que la libération du journaliste Ruslan Kotsaba qu’il évoque dans cet interview accordée au Think Tank Katehon est révélatrice:

https://www.youtube.com/watch?v=9ka1FXW1M1M

Menacé d’une peine susceptible d’aller jusqu’à 22 ans de prison, le journaliste ukrainien s’était exprimé sur l’image que son pays donnerait de son arrestation. Il en avait été question ici:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/17/la-democratie-...

Sur l’ensemble de la situation, le point de vue de Petro Symonenko indiqué en lien sous l’image qui illustre ce sujet ne manque pas d’intérêt non plus.

L’interview de ce secrétaire général du parti communiste d’Ukraine se déroule en deux parties.

A lire pour comprendre comment l’ensemble des enjeux a été escamoté sinon masqué par nombre de médias occidentaux.

Le rappeler n’est certes qu’un euphémisme.

16:16 Publié dans Air du temps, Guerre, Humanité, Occident, Politique, Ukraine | Tags : ukraine, donbass, guerre | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

01/10/2016

Alep autrement

Capture d’écran 2016-10-01 à 21.20.58.png

 capture d’écran de: http://www.tdg.ch/monde/moyen-orient/Le-principal-hopital...

 Dans le précédent sujet de ce blog, un extrait de propos tenus par l'islamologue Bassam Tahhan sur Alep a été cité.

En commentaire, a été posté l’ensemble de l’entretien accordé par cet homme de Lettres qui revient, entre autre, sur l’appellation de boucher attribuée au Président syrien.

Il est important de suivre ces quelques vingt minutes que dure l’interview de Bassam Tahhan.

Ne serait-ce que pour saisir la complexité d’enjeux qui obligent à une prise en considération moins partielle et partiale que celle qui est ressassée par les représentants de la communauté internationale:

https://www.youtube.com/watch?v=Awe2ASdZExs

Dans ce sens, quand nombre de commentateurs dénoncent la propagande qui caractériserait l’information livrée par certains pays, on se demande si la conscience de leurs semi-vérités à eux -sinon de leurs mensonges- les effleure.

Au bénéfice du doute, ils ont droit.

Mais le public auquel ils s’adressent est lui aussi en droit de savoir ce qui se passe et non ce qu’on lui impose de savoir.

 

Alep, rappel et autres considérations

Capture d’écran 2016-10-01 à 00.07.32.png

                                                  capture d’écran Twitter #bassamtahha

Certains le connaissent, il est islamologue, politologue et professeur de Lettres arabes.

Bassam Tahhan est Franco-Syrien.

Alors que la situation à Alep alerte tant de médias, voici ce qu’il en dit:

https://twitter.com/hashtag/bassamtahhan?src=hash

Mais qui ignorerait, encore, que l’information, pis, l’émotion soit sélective?

A leur corps défendant ou pas, les journalistes qui contribuent à répercuter des points de vue orientés vont au-delà de l’information. 

Ils jugent et décident qui est victime de qui et comment.

Pendant ce temps-là, la vie s’en va mais comme ils savent à cause de qui et pourquoi, ils continuent de montrer du doigt les mêmes.

Puisse ce sinistre procédé cesser avant qu’il ne soit trop tard, c’est ce qu’il ne reste plus qu’à souhaiter à autant de martyres en Syrie et partout ailleurs où l’innocence est prise en otage.

 

02/09/2016

Quand les Russes étaient en Californie...

Capture d’écran 2016-09-02 à 16.08.48.png

capture d’écran de l’article indiqué en lien au bas du sujet

Un pan d’Histoire de la Californie et de la Russie est évoqué dans un article du grand quotidien suisse Le Temps.

Suivi de trois questions, pour la deuxième, à peine orientée, la réponse qu'y apporte le Professeur Liebich est bienvenue.

On peut toujours s’interroger sur l’opportunité de tels rappels historiques tandis que le sujet traité concerne deux  grandes puissances dont les relations restent tendues.

N’est-il pas sans cesse martelé le désir d’hégémonie russe sur l’Occident sinon le reste du monde menacé d’être envahi sans la vigilances de nos édiles et autres élus ou relais médiatiques?

Se montrer critique n’équivaut pas à rejoindre le rang des complotistes de service. 

C’est demeurer conscient de forces à l’oeuvre pour orienter et influencer un public qui cherche ses repères dans la saga mondiale mondialisante.

L’Histoire est un passé construit et rapporté selon toutes sortes de critères et de références. En faire part à tel ou tel moment peut être ou ne pas être anodin.

A chacune et à chacun d’apprécier et de comparer les deux versions ci-dessous de la Californie russe:

https://www.letemps.ch/culture/2016/09/02/un-mariage-pres...

 

http://www.america-dreamz.com/info/empire_russe_californi...

 

 

31/08/2016

L’apocalypse semble de mise...

fin-du-monde-09.jpg

Ca y est, la fin du monde ou peu s’en faut a trouvé son porte-parole.

A vrai dire, d’autres avant lui se sont déjà fait entendre sur le sujet. En l’occurrence, le site Slate.fr s’est fait le relai du point de vue exposé par Tobias Stone et lui consacre un article:

http://www.slate.fr/story/122257/veille-cataclysme-histor...

A quoi jouent ces Cassandre? 

Car à suivre ce qui s’énonce et se publie ici ou là sur l’état du monde et son avenir, on n’est pas loin de la catastrophe annoncée.

Ce qui laisse toutefois perplexe est la diversité des responsabilités accordées aux uns et aux autres. 

Le seul point commun entre ces prophètes, par contre, semble être l’absolue nécessité de prévenir le monde qu’il est au bord du gouffre.

En tous les cas, John Pilger dont je citais un article ici-même, se contentait, pour sa part, d’estimer que nous étions déjà en train de vivre la troisième guerre mondiale:

http://voix.blog.tdg.ch/index-3.html

Alors, Trump ou pas Trump, la diplomatie existe!

 

27/08/2016

Russie-Occident, la peur n’a pas changé de camp.

Capture d’écran 2016-08-27 à 13.58.57.png

                    capture d’écran de l’article*: https://www.letemps.ch/monde/2016/08/15/cote-sympathie-vl... 

 

La poutinomania médiatique occidentale semble battre son plein.

Il faut dire qu’en veille d’élections législatives dont La Tribune de Genève nous précise que Le Kremlin verrouille le débat, le sujet mobilise les rédactions de nos quotidiens ou autres magazines.

A tort ou à raison, voici que le correspondant du journal Le Temps, nous raconte que La cote de sympathie de Vladimir Poutine serait en baisse*.

Ouf, de quoi rassurer les inquiets et tant d’autres qui s’évertuent à nous expliquer comment ce tsar gouverne:

http://www.lexpress.fr/actualite/vladimir-poutine-nouveau...

Il est assez remarquable de noter comment les uns et les autres estiment bon de livrer leurs appréciations sur le gouvernement d’un pays -sinon sur le pays lui-même- en l’occurrence, le plus vaste du monde.

Au nom de critères qui doivent sans doute leur apparaître universels, les voici qui se posent en juge et censeurs.  

Du temps de l’ex-URSS déjà, il était d’usage sinon de bon ton de critiquer un système dont on distillait à l’envi le risque.

Or à lire le correspondant du Temps à Moscoucité ci-dessus*, qui, après avoir interrogé différentes personnes conclut de leurs témoignages, Toujours cette peur des ennemis encerclant la Russie, c’est à se demander si la célèbre peur des rouges ne lui rappelle rien.

 

16:52 Publié dans Information, Medias, Occident, Politique, Pouvoirs, Russie | Tags : medias, occident, information, russie, poutine | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

20/08/2016

Bombes nucléaires de l’OTAN: de la Turquie vers la Roumanie?

Capture d’écran 2016-08-20 à 15.07.03.png

A lire différents articles où sont exprimés des points de vue sur les suites que pourrait avoir le coup d’Etat déjoué en Turquie, on entre de plain pied avec le nucléaire et ses risques.

Si d’aucuns relativisent la situation en relation avec la base d’Incirlik où sont stockées des armes nucléaires, d’autres évoquent déjà leur transfert vers la Roumanie.

Quoi qu’il en soit, ces regards sont intéressants par les informations qu’ils transmettent.

Ils mettent aussi en lumière la considération que les Etats-Unis portent à leurs alliés.

Et pour ceux des pays qui le seraient moins ou pas, il paraît difficile de nier les pressions qui les visent.

http://www.atlantico.fr/decryptage/faut-inquieter-stock-a...

https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/ne...

 

16/08/2016

Une journaliste arrêtée en démocratie...

Capture d’écran 2016-08-16 à 17.26.41.png

Burkini par ci, burqa par là, l’actualité se poursuit avec son lot d’informations passées sous silence, c’est selon.

Il faut dire que ce qui semble plus que tout passionner les foules se déroule en bord de mer ou en vue de prochains scrutins.

En Ukraine, pendant ce temps-là, mieux vaut ne pas s’opposer à la Voix de son Maître.

Et comme ledit Maître a conquis le pouvoir au nom de la démocratie, largement soutenu par l’Occident des droits humains, autant ne pas être trop bavard sur ce qui se passe dans ce pays où règne enfin la liberté d’expression.

L’info a été relayée sur quelques sites en russe et en anglais, on la trouve ci-après en français:

http://alawata-rebellion.blogspot.ch

Pour avoir osé dénoncer les crimes commis par des néo-nazis ukrainiens, cette femme publiciste, journaliste et écrivain a été arrêtée.

Il faut dire, aussi, qu’elle défend le statut officiel de la langue russe en Ukraine et s’est montrée favorable au retour de la Crimée à la Russie.

Dans cette démocratie que serait devenue l’Ukraine grâce au Maïdan, cette manière de penser ne semble donc pas recommandable.

 

10/08/2016

Rencontre Erdogan-Poutine, analyses ou partis déjà pris?

 

Capture d’écran 2016-08-10 à 16.34.58.png

Les commentaires relatifs à la rencontre entre les présidents turc et russe, ce 9 août à Saint Pétersbourg vont bon train.

Or qui sait ce qui s’est discuté sinon joué entre Recep Erdogan et Vladimir Poutine en dehors de ce qui en a été communiqué?

Dire de la Turquie ou de la Russie que l’une ou l'autre serait en position de faiblesse ou de force relève de projections.

Tout autant nombre de considérations auxquelles se prêtent quantité de journalistes sur les deux pays et leur président respectif.

Mais on sait combien l’influence à exercer sur les opinions publiques importe, ne serait-ce que pour les préparer à telle ou telle décision.

Anticiper celle qui sera prise par l'Occident relève du pari quand ce ne serait du parti pris.

Car à observer ce qui s'énonce dans ce qu’on appelle media mainstream, on a assez vite la tendance:

http://www.ledauphine.com/politique/2016/08/08/erdogan-et...

http://www.hebdo.ch/hebdo/cadrages/detail/le-flirt-entre-...

 

Erdogan Poutine, au-delà des clichés

Capture d’écran 2016-08-09 à 23.36.42.png

                                 http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/08/09/31002-2016080...

A suivre la manière dont les médias occidentaux commentent la rencontre de ce 9 août entre les présidents russe et turc, on constate peu de variations.

De très nombreux compte-rendus reprennent la même rhétorique, la même analyse pour commenter ce que d’aucuns ont choisi d’intituler l’image du jour.

Or voici que l’auteur d'un article paru sur le site du Figaro, lui, n’hésite pas et convoque Carl Schmitt, juriste allemand qui a vécu de 1888 à 1985 et dont les liens avérés avec le nazisme ne manquent pas d’être rappelés.

Alors que l’accent est mis sur la théorie politique développée par l’intellectuel allemand, il  est évident que le titre donné à l’article fixe le cadre: Poutine et Erdogan à Saint-Pétersbourg ou la revanche de Carl Schmitt.

Se demander en quoi le juriste allemand aurait cherché une revanche est une autre question. Le fait est qu’en insérant son portrait dans l’image du jour, on est au-delà des clichés...

 

04/08/2016

Syrie, au-delà des fanatismes, puisse la diplomatie...

Capture d’écran 2016-08-04 à 11.42.47.png

                                    https://www.youtube.com/watch?v=PXd0tRiRweo

Les explications sur la guerre en Syrie sont aussi nombreuses que les points de vue sont variés.

Parmi les intervenants, sans hésiter, certains prétendent exposer la vérité.

Bien hardi qui ose la détenir quand tant d’intérêts, avoués ou non, sont en jeu!

Quelles que soient les raisons des uns et des autres, toutes sont valables aux yeux de leurs défenseurs, sans quoi, aucun ne se mobiliserait.

Une évidence qui a déjà causé la mort de centaines de milliers de personnes et mis une région à feu et à sang.

Convoquer la diplomatie reste le seul espoir qui vaille.

 

 

24/07/2016

CIO, Russie ou quand certains s'acharnent

IMG_2658.jpg

Alors que le Comité International Olympique a décidé de ne pas exclure la Russie des JO de Rio, il n’est pas inintéressant d’observer comment la décision est présentée par les médias.

Outre Le Matin Dimanche dont le titre de la manchette de l’édition du jour illustre ce sujet,  la RadioTélévision Suisse ne vaut guère mieux:

http://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/19h30?id=7898862

https://www.rts.ch/sport/athletisme/7898000-rio-2016-le-c...

Le parti pris par la télévision suisse romande est sans ambiguïté. 

De la part d’une chaîne publique d’information, serait-ce devenu utopique d’attendre un minimum d’objectivité?

Pour un pays qui doit sa neutralité au Tsar Alexandre Ier, pas de quoi être fier.

Et c’est peu dire. 

 

03/07/2016

La Cour!

 

175686-df7f2ca0a4803da1212e14f4da8bfb5d.jpg

Comment parler d’un événement sans rien en dire qui éclaire ses véritables enjeux, l’article indiqué en lien ci-dessous en donne un bon exemple:

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Istanbul-vit-dans...

Alors qu’on sait comment la Cour Européenne des Droits de l'Homme et Amnesty International ont permis de soutenir un homme qui a répandu la terreur à Istanbul, on fait se répandre en considération des Stambouliotes sur le régime en place dans leur pays.

Le problème, ici, n’est pas le président Erdogan.

Le problème, ici, est l’Occident.

A avoir si bien voulu éviter au terroriste le sort supposé qui l’attendait en Russie, la Cour Européenne des Droits de l’Homme et Amnesty International ont choisi.

Sans doute que s’adresser à des citoyens turcs plutôt qu’aux soutiens institutionnels qui ont permis à Ahmed Tchataev de semer la mort dans l’aéroport d’Istanbul-Atatürk, le 28 juin dernier, engageait moins la rédaction de 20 minutes.

Condoléances et pensée aux proches des victimes.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/07/02/terreur-desinf...

01/07/2016

La Turquie, le monde et tant de questions...

10-sites-turquie.jpg

L’article ci-après vaut ce qu’elle vaut mais ne manque pas d’intérêt:

http://www.20minutes.fr/monde/1877591-20160630-attentat-i...

De même, les commentaires qui le suivent, illustrent-ils non seulement la normale et logique diversité des perceptions mais surtout, l’extrême complexité de la situation.

Car au-delà de Daesh et de ses liens qui ont pu être et sont peut-être encore d’actualité avec la Turquie, il y a l’Arménie et le refus du Président Erdogan de reconnaître le génocide de 1915.

Lors de sa récente visite à Erevan, le Pape François a créé la surprise et l’incident diplomatique.

En effet, alors que dans le discours prévu et écrit qu’il devait tenir, le terme de génocide était absent, voici que le Saint-Père n’a pas hésité à le prononcer:

http://www.slate.fr/story/120163/pape-francois-et-genocid...

Comment ne pas souhaiter voir le monde s’apaiser et la terreur s’estomper?

Voeu pieux ou non, il n’en demeure pas moins le seul à formuler.

 

14/05/2016

Ce 14 mai à Genève...

13177471_10153669039610488_893256447602803417_n.jpg

                                                                             Photo: E. Dutson

 

Le 9 mai dernier, des millions de personnes en Russie mais aussi dans d’autres pays du monde ont défilé, des portraits de leurs ancêtres en mains.

L’an dernier, lors du 70e anniversaire de la victoire sur le nazisme, nombre de personnalités politiques occidentales n’ont pas jugé opportun d’honorer l’invitation qui leur avait été adressée de commémorer l’événement.

Cela n’avait, bien sûr, pas empêché le cortège de défiler, comme chaque année depuis 2012 en mémoire de toutes celles et ceux qui sont tombés lors de la grande guerre patriotiqueвеликая отечественная война, comme l’appellent les Russes.

Cette année, pour la première fois à Genève, a défilé le Régiment immortel, en russe, Бессмертный полк.

Honneur à autant de vies sacrifiées pour sauver l’Europe du nazisme.

05/05/2016

Palmyre, un concert à suivre en direct

proxy.jpg?t=HBhaaHR0cHM6Ly9tZWRpYS5ndWltLmNvLnVrL2E2OTY0NzE5MGUwNTM2MmYyZDQ3MmRjNjg2MGZiZjRkYTFiYzdmMzYvMF8xMDBfNDcxOF8yODMyLzQ3MTguanBnFNxJFMomHBSEBhSUAwAAFgASAA&s=xDyec6cWyou4pP-VDDQjcxUR_Ts-Umlwk3H_6SYENnk

En ce jeudi de l’Ascension pour qui en connaît encore le sens tandis que les fêtes chrétiennes ne sont, pour certains, plus que d’énigmatiques désignations de jours de congé, on apprend qu’un concert sera donné sur le site de Palmyre libérée:

https://francais.rt.com/international/20110-musique-orche...

Peut-être que notre élue socialiste Sandrine Salerno, pourfenderesse de droits fondamentaux soi-disant bafoués en Russie alors qu’elle se pose en ardente défenderesse du port du voile pour les « agents de l’Etat » y sera sensible?

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/05/04/les-agents-de-...

Palmyre, reprise aux djihadistes qui torturent et décapitent sans le moindre état d’âme tout ce qui gêne leur avancée, doit son salut à l’armée de celui que l’Occident bien-pensant a pris pour habitude d’appeler « dictateur sanguinaire» . 

Soutenu par les forces armées russes, il a redonné au monde sa Perle du désert.

Difficile, en de telles circonstances, de ne pas penser à celui dont on a dit qu’il avait incarné Palmyre, je veux parler, de Khaled al Assaad auquel il a été rendu hommage ici:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/08/19/khaled-al-assa...

 

23/04/2016

Hurler avec les loups

 

hurlensemble.jpg

 

Il n’y a rien d’interdit à déplorer que le regard de nombre de médias occidentaux se porte de manière orientée sur la Russie et son président.

Il est bien plutôt navrant de constater les clivages que certains journalistes cultivent à souhait au nom d’intérêts précis.

Car s’en prendre à une personnalité au nom de valeurs qu’elle ne respecterait pas ne relève pas toujours des meilleures intentions. 

Ainsi, n’est-ce pas forcément en faveur de telle ou telle politique menée que réagir s’impose. Mais tout simplement contre le parti pris inavoué qui se drape d'humanisme ou autres droits humains à rappeler.

Un exemple éloquent à cet égard apparaît dans le cadre de la procédure de destitution entamée contre Dilma Rousseff en 2015.

Sans considérer l’encore actuelle présidente du Brésil comme innocente ou blanche colombe, il vaut toutefois la peine de s’arrêter sur l’intérêt qu’ont certains à l’attaquer:

http://www.itele.fr/monde/video/dilma-rousseff-une-destit...

Dans ce sens, réaliser que toute lutte menée contre une personnalité en vue ne s’inspire pas toujours de valeurs dignes de ce nom, rendrait certains moins prompts à hurler avec les loups.

  

21/04/2016

La France du coeur et de la mémoire

1209869_syrie-larmee-du-regime-reprend-palmyre-a-daech-web-021799148372.jpg

Dans cette soupe médiatique que nous servent tant de journalistes occidentaux pour nous expliquer ce qu’est la Russie et ce qu’elle devrait viser à être, il existe quelques résistants qui refusent d’avaler ce plat quasi quotidien.

En voici un bel exemple, donné par un couple français. 

Puisse son geste être relayé par le plus grand nombre tant il sort du cadre fixé par la politique des uns et des autres.

De tels cas ne sont pas uniques.

Nombre de personnes savent faire la part des choses entre ce qu’on leur impose comme regard et celui qu’elles privilégient au fond de leur coeur et de leur mémoire.

Une action telle que celle qui est à découvrir dans l’article ci-après en est une des plus belles preuves:

https://fr.sputniknews.com/international/2016042010244070...

 

03/04/2016

L'après-Palmyre, c'est maintenant!

ob_6cbbad_nagorno-karabak.jpg

Le Caucase connaît une nouvelle flambée de violence.

A lire les médias inspirés par l'Agence France Presse (AFP), autrement dit, la plus grande partie de nos sites d'information occidentaux, la Russie, bien sûr, serait en cause de par ses tensions avec la Turquie.

Or, ni l'Occident ni la Russie n'ont intérêt à voir s'enflammer cette partie hautement sensible du Caucase qu'est le Haut-Karabagh.

C'est pourquoi, aussi bien Paris que Washington et Moscou ont appelé au cessez-le-feu.

Mais comme le relève l'auteur de l'article ci-dessous, le Président Erdogan ne ménage pas sa peine pour se faire entendre.

Et de rappeler les déclarations du Roi Abdallah de Jordanie, selon lesquelles la Turquie serait à l'origine des attentats de Paris, le 13 novembre 2015 et de ceux de Bruxelles, le 22 mars dernier:

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/04/ca-chauffe-au...

Palmyre reprise, reprise de la violence...

 

01/04/2016

La Russie "menace", les Etats-Unis réagissent...

un-chinois-plaide-coupable-du-piratage-de-sous-traitants-de-l-armee-americaine_5570169.jpg

Aïe, voici que la Russie menacerait...

Il est vrai qu'à la suite des attentats qui ont frappé en France, en Belgique mais aussi dans tant d'autres pays du monde, un déploiement de brigade américaine s'impose.

A en croire L'Express, et BFMTV, les Etats-Unis auraient donc pris les mesures ad hoc:

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/face-a-la-menace-r...

http://www.bfmtv.com/international/europe-une-brigade-ame...

Ouf!

Nous voici enfin protégés des agressions russes.

Pour Palmyre, on oublie, les Russes n'y sont pour rien. 

Ni l'un des leurs qui y a sacrifié sa vie et permis la libération de ce joyau de la culture.

Honneur à lui qui a rejoint pour l'éternité Khaled al Assaad, mort décapité.

C'était en août 2015:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/08/19/khaled-al-assa...

 

30/03/2016

Encore un expert, c'est le printemps!

Capture d’écran 2016-03-30 à 12.29.39.png

 

Notre pain quotidien n'a rien à envier à celui que vend Le Temps à ses abonnés.

Sauf que la fabrication du pain quotidien destiné au citoyen lambda, est financée par ses propres deniers.

Voici une chaîne d'information qui nourrit de sa bonne parole le public qui la soutient et lui fait confiance. 

Hier, pas moins de deux émissions nous ont livré leur production. Dans l'une, s'y exprime un auteur qui connaît bien la Russie et dans l'autre, une professeur qui nous parle des réseaux du Kremlin en France.

Depuis la reprise de Palmyre par l'armée syrienne, on observe une immense reconnaissance de la part de l'Occident à la Russie.

Mais on a l'habitude! Nos spécialistes nous ont déjà mille fois raconté comment et par qui la deuxième guerre mondiale avait été gagnée.

Preuve en est l'incontournable Michel Eltchaninoff qui nous a expliqué comment Vladimir Poutine avait mis en scène son absence aux commémorations d'Auschwitz.

Par respect envers les dizaines de millions de victimes soviétiques, je n'indiquerai pas le lien à l'émission dans laquelle est intervenu ce grand connaisseur de la Russie.

 

 

29/03/2016

Piteuses pitances

Ce-paysage-est-extrait-d-un-livre-de-photographies-de-James-Hill.jpg

La guerre est devenue le pain quotidien des Russes, tel est l'intitulé d'un article de ce journal qui, autrefois, osait s'auto-présenter comme Quotidien suisse de référence.

La disparition de cette estime auto-proclamée par Le Temps -qui publie donc cette appréciation de ce qui nourrirait chaque jour les Russes- ne relativise pas pour autant ce que sont les références publiques suisses en matière d'information.

Car si Le Temps ne se distingue pas par son objectivité, ce media est libre de ses opinions. 

Au contraire, les chaînes publiques d'information, elles, se doivent de ne pas privilégier la partialité des points de vue.

Or il n'en est rien.

Car le quotidien de qui finance les chaînes publiques de télévision et de radio, n'a pour tout écho de la Russie, que celui qui lui est imposé.

Le relever et le signaler aux concernées est suivi, dans le meilleur des cas, d'un accusé de réception, sinon, de silence. 

Si la démocratie et la liberté d'expression se manifestent de cette manière, on comprend d'autant la nécessité de tant de nos zélés journalistes de refuser le débat.