28/02/2017

France, l’avenir en marche solidaire

Capture d’écran 2017-02-28 à 15.46.12.png

                                                 capture d’écran:blog Mediapart

République Solidaire, le parti fondé le 19 juin 2010 par Dominique de Villepin avait rassemblé au-delà de différences ou autres divergences idéologiques. L’enthousiasme initial des adhérent(e)s était réel, il s’était peu à peu érodé pour certain(e)s et pour les derniers fidèles, c’est par une lettre qui leur avait été adressée par le fondateur du parti, qu’ils ont dû y mettre un terme.

Je suis empêché de me présenter à l’élection présidentielle, faute des parrainages requis. Ainsi débutait la missive adressée par Dominique de Villepin à toutes celles et ceux qui lui avaient accordé énergie, temps et confiance.

Fin avril 2016, lors de la parution de cet ouvrage, n’importe quel internaute pouvait encore lire, sur le site personnel de Dominique de Villepin, comment il avait été Empêché, la lettre qu’il avait écrite y figurant dans son intégralité.

Mais voici que, par on ne sait quel concours de circonstances, quelques jours à peine après la sortie du livre, l’accès au site du Fondateur de République Solidaire révélait que le site était en reconstruction. 

De longs mois durant, il est demeuré inaccessible, tout autant la lettre où Dominique de Villepin expliquait, entre autre, qu’il resterait au service des Français.

Est-ce dans ce sens que, présenté comme « retraité chiraquien », on le dit prêt à se mettre En marche? Et avec lui, son ancienne camarade de la promotion Voltaire pour un Désir d’avenir?

Après tout, se mettre en marche, solidaire, a peut-être un avenir... Lequel, aux Françaises et aux Français d’en décider.

 

25/02/2017

Genève et ses députés ou quand la Russie enflamme la haine

 

La Tribune de Genève publie en Lettre du jour de son édition de ces 25-26 février, le point de vue d'un député dit d’Ensemble à Gauche.

Ce qu’on découvre dans cette missive blesse l’image que j’ai encore de mon canton et de mon pays, au-delà du fait qu’elle est une pure insulte à un peuple et à son Président.

Je veux parler de la Fédération de Russie et de Vladimir Poutine qui, dans cette Lettre du jour, n’a pas même droit à un prénom.

Qui plus est, l’auteur de ladite Lettre du jour, définit qui sont les amoureux de la Russie et ce que représente la remise de l’Ordre de l’Amitié à Guy Mettan, son collègue député au Parlement genevois:

Un jour de deuil pour  celle de la commune paysanne, de la révolution de 1917 et de l’insoumission permanente. Une génuflexion honteuse devant le servage, la bureaucratie, les uniformes et les prisons. Aux amoureux de la Russie en lutte pour la justice sociale et la liberté des peuples, je dédie la version russe d’une chanson antifranquiste (L’Estaca), popularisée à Moscou après la répression des manifestations de 2012 contre les fraudes électorales...

Ce à quoi on a droit, ici, est une insulte à la République et au Canton de Genève, à la Confédération Helvétique et à la Fédération de Russie.

 

24/02/2017

Au pays de Heidi, on voit l’ours russe

  

La Suisse, résumée à ses montres, ses banques et son chocolat ou, à ses banques, son chocolat et ses montres, ou encore, à son chocolat, ses montres et ses banques, lequel de mes compatriotes s’en réjouit sinon s’en satisfait?

La Suisse, pays de Heidi, de Guillaume Tell ou de Winkelried, qui s’en contente?

Aucun de nous, lorsqu’on évoque notre patrie en persils termes, n’est-il tenté de préciser qu’elle est un peu plus riche que cela? Que son Histoire vaut mieux que d’être réduite à autant d’images ou de personnages de légendes?

Et si tel n’est pas le cas, si mes compatriotes n’ont cure de donner d’autre reflet de leur pays, est-ce à dire qu’ils se moquent de ce qu’en pensent autant d’experts avisés pour s’exprimer de manière aussi réductrice?

Certes, tel est leur droit comme il l’est pour tout citoyen de n’importe quel autre pays ramené à autant de clichés à ne pas prendre en considération.

Sur ce blog, j’ai encore récemment tenu à montrer comment les liens tissés entre Histoire, culture et conception du pouvoir en Russie, étaient autrement plus riches et complexes que ceux dont on se repaît à loisir d’évoquer dans autant de relais d’opinions que de médias qui les inspirent.

Alors, à qui discute toujours la décision prise par le Grand Conseil de Genève, d’autoriser à l’un de ses députés d’être décoré de l’ordre de l’Amitié par la Russie, je vous invite à vous interroger de manière un peu plus subtile sur ce pays dont plus de 80 % des 146 millions d’habitants qu’il compte fait confiance à son Président que vous ne cessez de stigmatiser en brandissant l’étendard des droits humains.

L’ordre qui a été décerné à notre compatriote Guy Mettan est l’orde le plus élevé qui soit.

Mépriser cette décoration comme d’aucuns s’y entendent, c’est mépriser ce qu’elle représente de rapprochement entre les peuples.

 

23/02/2017

Un nouvel invité dans la campagne présidentielle française, théogate en vue?

Capture d’écran 2017-02-23 à 22.00.38.png

                                                                                                      capture d’écran: rfi

Y aura-t-il la même curée médiatique pour la famille du jeune Théo devenu connu sinon célèbre par la violente interpellation policière dont il a été le sujet?

L’affaire a mobilisé jusqu’au Président de bientôt plus aucun Français. François Hollande, en effet, s’est rendu au chevet de Théo, le 2 février dernier pour tenter de le rassurer selon RFI qui nous apprend, aussi, combien ce jeune homme avait toujours été connu pour son comportement exemplaire.

Soit et bien lui en prenne!

Le fait est que Le Parisien révèle une affaire qui risque bien d’alimenter les polémiques et au-delà, En effet, selon le quotidien français, la famille du jeune Théo serait sous enquête financière, pour abus de confiance et escroquerie. 

Il s’agirait de 678 000 euros d’argent public dont on se demande l’usage qui en a été fait.

Aïe...

Mais qu’ont-ils tous, autant qu’ils sont, à être supposés s’être servis dans les caisses de l’Etat?

22/02/2017

Pourquoi devient-il de moins en moins aisé de parler de la Russie

 

La dimension politique susceptible d’apparaître, ici ou là, sur ce blog, dans les sujets traités ou dans les commentaires qui les suivent, n’a jamais été une priorité, quoi qu’en pensent certains esprits futés sinon avisés.

Force est de constater, toutefois, que la question russe est devenue si sensible qu’il semble ne plus être possible d’en parler sans, de fait, être considéré comme propagandiste au service d’un pouvoir qui cumule tout ce qui est contraire aux valeurs revendiquées par nos démocraties occidentales.

Preuve en a été rappelée, icide l’accueil réservé par une certaine presse au discours prononcé par Andreï Makine lors de sa réception à l’Académie française.

Si donc, désormais, la Russie ne peut plus être envisagée que comme pays tenu par celui qu’on n’hésite parfois même plus à présenter comme un dictateur -avec ou sans point d’interrogation  comme il en fut discuté il y a trois ans déjà alors l’information, dans nos démocratie, n’en est tout simplement plus.

Mais peut-être qu’une raison existe à pareille orientation qui ne s’avoue, bien sûr, jamais et qui ne paraît plus échapper à nombre de personnes.

En témoigne cet article qui livre un point de vue non dénué d’intérêt. 

 

19/02/2017

Conférence de Munich pour la sécurité, Donbass, Crimée, OTAN...

Capture d’écran 2017-02-19 à 15.46.31.png

                                                                             capture d’écran: Le courrier du soir

Tandis que se tient jusqu’à ce soir, à Munich, la Conférence pour la Sécurité, un accord de cessez-le-feu au Donbass a pu être négocié dans le cadre du format Normandie.

Il entrera en vigueur ce 20 février tandis que de violents affrontements avaient repris entre indépendantistes de Luhansk et de Donetsk et forces gouvernementales de Kiev.

Cependant, après la demande de Donald Trump à la Russie de restituer la Crimée à l’Ukraine, il semble que le chemin vers la paix soit encore parsemé d’embûches.

Pour rappel et s’agissant de l’intention exprimée en 2014 déjà par Petro Poroshenko de récupérer la péninsule qui avait choisi de rejoindre la Russie par referendum, les avis exprimés étaient le plus souvent clairs et sans ambages. Il en avait été question ici

Sur cette problématique des Etats à l’indépendance sinon au statut controversés, cette analyse est particulièrement éclairante.

On y lit, en tous les cas, la complexité de situations aussi sensibles qu’explosives mais tout autant, les intérêts que certains ont à les entretenir.

Et cependant, à Munich, on discute et on signe.

18/02/2017

Rideau!

Capture d’écran 2017-02-18 à 18.09.00.png

Après l’annonce de la disparition d’un grand titre de la presse suisse française et de la menace qui pèse sur un de ses quotidiens autrefois de référence, Le Temps pour ne pas le nommer, l’émotion est réelle.

Cela dit et au-delà de l’empathie que l’on ressent pour autant de personnes qui ont oeuvré au plus près de leur conscience, la question des critères de licenciements se pose.

Ici, apparemment, rien de politique dans le choix opéré par le groupe propriétaire des deux titres dont parle cet article

Ce n’est pas comme ailleurs, dans autant de pays dont on ne cesse de nous rappeler combien ils se mêlent de tuer toute liberté d’expression.

Pis et comme le laisse entendre l’image qui illustre ce sujet, quand le gouvernement de tels pays s’ingère dans les affaires d’autres.

Ce dessin, d’une rare doigté, est signé d’un grand nom du journal Le Temps, visé par les mesures de réduction de personnel.

Monsieur Chapatte, si sensible à ce qui se passe sur la scène internationale, saura peut-être donner un même éclat à la fin de partie qui se joue tout près de chez lui pour autant de ses collègues.

17/02/2017

La Crimée, l’Ukraine et le mémorandum de Budapest

Capture d’écran 2017-02-17 à 10.35.52.png

Entendre ou lire en boucle que la Russie a envahi l’Ukraine, occupé la Crimée pour, ensuite, l’annexer semble ne pas déplaire à nombre de rédactions de médias en tous genres.

Pas plus tard encore que ce 15 février, un journaliste sportif se mêlait d’une affaire qui n’avait strictement rien à voir avec le sujet qui rassemblait les invités d’un plateau de télévision.

Le débat tournait autour de l’opportunité ou non d’organiser les JO 2026 en Suisse et voici ce chef de la rubrique des sports évoquer la Crimée occupée après avoir bien précisé que les JO de Sotchi avaient été un désastre.

Mais heureusement que, parmi mes compatriotes, il s’en trouve encore à ne pas porter ce même regard buté sinon volontairement orienté sur une situation autrement plus complexe.

Il va de soi que l’appréhender avec d’autres paramètres que purement idéologiques, nécessite un recul que le temps ou l’intérêt médiatique semblent refuser.

Parler de liberté d’expression, en l’occurrence, sera peut-être revendiqué mais quand elle se fait l’alliée de pure désinformation, on est en droit de s’interroger sur les intérêts qu’elle poursuit.

Alors, pour qui souhaite en savoir un peu plus sur ce qu’il en est de la Crimée, voici un article fouillé et référencé

16/02/2017

Ukraine, un écrivain russe au front

Capture d’écran 2017-02-16 à 12.08.16.png

                                                              capture d’écran: Agoravox, Lettre de Donetsk

De l’aspiration au dialogue entre parties adverses à la passe d’armes, on reste encore dans l’échange, même musclé.

Mais lorsqu’on en arrive à la prise d’armes et à la commande de bataillon, c’est un pas conséquent qui est franchi.

Un célèbre écrivain russe dont je vous invite à découvrir le parcours peu banal, fait réagir une bonne  partie de l’intelligentsia de son pays et d'ailleurs tandis qu’il a décidé d’aller se battre dans le Donbass.

Comment considérer un tel acte? Pour certains, il peut relever du courage, pour d’autres, de la soumission à un pouvoir en place.

A lire l’article que consacre « Le Temps »  à cet événement, car il en est, il y a de quoi rester perplexe.

Que la lauréate du Nobel de littérature 2015 condamne l’engagement de Zakhar Prilepine en dit long sur cette femme.

En son temps, fervente laudatrice du fondateur de la Tcheka, ancêtre du KGB et de l’actuel FSB elle a tout de même réussi à renier tout ce passé pour outrager un pays.

 

15/02/2017

Ours russe à l’horizon...

Capture d’écran 2017-02-15 à 20.56.27.png

Certain(e)s seront peut-être rassurés de savoir les Etats-Unis moins prompts à se rapprocher de la Russie.

Tandis que, dans ses promesses électorales, le candidat Trump devenu Président, affichait un désir net de dialogue constructif avec la Russie, voici que la raison sinon la trahison l’auront emporté.

Selon la juriste Karine Bechet-Golovko, l’illégalité qui entoure l’éviction de Mickaël Flynn de l’administration américaine ne semble pas vraiment retenir l’attention tandis que fleurissent les analyses un peu partout:

http://russiepolitics.blogspot.ch/2017/02/flynn-sessions-...

Pendant ce temps-là, en France, le quotidien Le Monde, lance un appel exhortant à ne pas laisser la Russie déstabiliser la présidentielle en France.

Nous voici avertis sinon prévenus, nos démocraties sont menacées d’ingérence. Non pas de la Russie que d'aucuns s’attachent à expliquer que ce n’est pas elle qui n’est pas en odeur de sainteté mais juste celle de son Président.

Autrement dit, celle de plus de 80% de citoyens qui lui font confiance.

 

14/02/2017

Quand le Kremlin est servi à tout va

 

A toutes celles et ceux qui considèrent ce qui se publie sur ce blog comme pro-russe, mieux, propagande au service du Kremlin avec, comme cela est parfois mentionné, avantages à la clé, quelques rappels semblent à nouveau s’imposer.

Si écrire pour partager un autre regard sur une actualité que d’aucuns s’ingénient à présenter selon le prisme qui leur convient, revient à être à la solde du Kremlin, c’est dire comment sont formatés les cerveaux d’autant d’analystes s’ils en sont.

En ce moment, à quelques heures de vol de nos capitales, une guerre qui n’a jamais cessé, détruit des vies. Rendre sensible à ce désastre, c’est être pro-russe?

Réduire l’approche autre de ce qui se passe, en ce moment, tout près de chez nous, à de la propagande, c’est afficher une bien étrange conception de l’humanisme dont on brandit à toute occasion les droits à défendre.

Ce qui se passe dans le Donbass est autrement plus complexe que ce que nous en rapportent nombre de nos journalistes.

Merci, encore une fois, à Karine Bechet-Golovko de rendre compte d’une situation qui ne souffre aucune indifférence et encore moins d’approximation:

http://russiepolitics.blogspot.ch/2017/02/zakhar-prilepin...

 

13/02/2017

Monsieur quatre pour cents

 

Certaines et certains semblent très inquiets du sort réservé à l’opposant russe Alexeï Navalny qui vient d’écoper d’une peine de 5 ans de prison avec sursis.

Après qu’autant de parangons de vertu se soient mobilisés en justiciers de François Fillon, que ne se soucient-ils pas, de même, des activités de ce blogueur dont le combat contre la corruption est le fer de lance?

Certes, il n’est pas Français, pas davantage, n’est-il impliqué d’une quelconque manière dans la campagne présidentielle de l’Hexagone, contrairement à celui contre lequel il veut se présenter en 2018 et dont nos journalistes sont si prompts à pointer l’implication comme cela a été évoqué ci-après:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2017/02/09/macron-le-krem...

Pourtant, ces mêmes valeureux apôtres de vérités, devraient savoir comment celui qu’ils font passer pour le principal opposant de l’actuel Président russe, lutte contre la corruption tandis qu’il a été lui-même condamné pour ce qu’il combat.

A cet égard, voici qui éclairera les esprits qui veulent bien se soumettre à un autre éclairage que celui qui aveugle tant de porte-voix préoccupés du destin de cet opposant au poids politique si menaçant.

Avec les 4 % de crédit que la population lui apporte, il est vrai qu’il a de quoi trembler comme l’explique ci-après Karine Bechet-Golovko:

http://russiepolitics.blogspot.ch/2017/02/le-syndrome-nav...

12/02/2017

A l’ombre de nos démocraties décaties

  
Il n’aura fallu que quelques sujets traitant, ici, de la Russie pour que que se déploie à nouveau la panoplie de remarques visant à condamner un point de vue qui diverge d’autant de certitudes acquises et visiblement indéboulonnables.

Tandis qu’une réflexion est proposée qui nuance celle imposée par autant de médias qui prétendent informer, voici qu’elle est aussitôt mise en cause, suspectée d’influence douteuse et d’intérêts conséquents.

Faut-il que toute personne qui s’exprime sur la Russie de manière autre que celle qui la considère aux mains d’un dictateur soit, de facto, engagée à la solde du Kremlin?

En serait-on au point de ne plus saisir le sens d’une approche qui ne demande qu’à ce que l’on cesse de réduire un peuple, une culture et une Histoire à quelques clichés caricaturaux?

En serait-on déjà au point de ne plus comprendre l’intérêt qu’il y a à défendre des valeurs simples d’échanges entre les pays?

Si tel devait être le cas, les idéaux portés par nos démocraties sont vraiment à bout de souffle.

10/02/2017

Non, la Russie ne menace pas l'Occident

Capture d’écran 2017-02-10 à 23.14.40.png

                                                                                                   capture d’écran: Atlantico

Qui veut la guerre? 

Mikhaïl Gorbatchev, que cet Occident tient en telle estime pour avoir été l’artisan de la perestroïka, s’est déjà à maintes reprises exprimé sur le sujet.

Nombre de nos compatriotes ne semblent, par contre, pas avoir bien saisi que depuis des années, le dernier Président de l’ex-URSS rejoint l’actuel Président de la Fédération de Russie sur de nombreux points.

Ils avaient été évoqués, ici: http://voix.blog.tdg.ch/tag/gorbatchev

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/05/09/moscou-hommage...

Mais maintenant que tant d’efforts ont été fournis par la Russie pour solliciter le dialogue avec l’Occident et favoriser la diplomatie plutôt que de se faire face avec des armes, il semble bien que la leçon ait été entendue.

Interviewé sur l’ordre donné par Vladimir Poutine à son armée de l’air de se préparer à la guerre, Roland Lombardi remet, à très bon escient, quelques points sur les "i":

http://www.atlantico.fr/decryptage/vladimir-poutine-ordon...

Et puis, à la sempiternelle et obsessionnelle manière de comparer la Russie de Poutine à l’Allemagne des années 1930, sa réponse est sans équivoque.

Merci à lui tandis que dans le cadre de l’émission C dans l’air citée dans le précédent sujet de ce blog*, les années 1930 ont une fois encore été évoquées, mêlées, qui plus est, aux années de guerre froide.

* http://voix.blog.tdg.ch/archive/2017/02/09/macron-le-krem...

  

09/02/2017

Macron, le Kremlin, l’épouvantail russe retrouve ses couleurs

IMG_1591.jpg

Voici qu’on malmènerait le poulain d’autant de personnalités du monde médiatico-politque qui soutiennent ce candidat hors système.

Ce 8 février au soir, sur le plateau de l’émission C dans l’air, l’inquiétude était manifeste. L’ancien banquier de chez Rotschild, nommé à Bercy par l'encore actuel président en lutte contre la finance, subissait un traitement indigne.

En voilà des manières!

Tandis qu’une campagne impitoyable est menée à charge contre François Fillon, les invités de C dans l’air s’offusquaient du traitement réservé à Emmanuel Macron.

Et de pointer, alors, une ingérence du Kremlin, accusé de relayer des rumeurs à son sujet.

C’est alors, qu’on a droit aux analyses de haute voltige des invités de Caroline Roux. On y apprend, entre autre, que c’est la Russie qui a déclenché la guerre en Ukraine pour occuper le Donbass.*

Mieux, la Russie voudrait détruire l’Allemagne, raison pour laquelle le candidat Macron, grand prédicateur de la messe européenne, serait dans le collimateur des médias russes dits d’Etat.

Décidément, heureusement que Moscou existe et aura fourni le prétexte idéal pour voler au secours de celui que Michel Houellebecq a surnommé le mutant.*

On hésite entre pitié ou chagrin envers autant de partialité à évoquer le destin que tissent ces vertueuses Pénélopes*

 

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2017/02/08/fillongate-la-...

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2017/01/17/quelle-france-...

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/01/21/la-russie-n-a-...

 

08/02/2017

#Fillongate, la Pénélope des sources

 

Capture d’écran 2017-02-08 à 16.31.18.png

                                                          capture d’écran: Les Echos

 

Comment tisser mieux qu'une Pénélope?

Non, pas celle d’Ulysse!

Pas davantage celle de Fillon!

Non, celle qui a le métier en main.

Qui est la Pénélope la plus habile à occuper le temps?

Celle qui en sait les enjeux.

Celle qui en connaît la valeur en retour.

Morale de l’histoire?

La Pénélope des sources d’autant de canards est en train de tisser l’avenir de la France.

 

06/02/2017

#fillongate, Kremlin, le retour!

 

Capture d’écran 2017-02-06 à 21.13.10.png

                                                           capture d’écran RTS

Même la Russie le voit désormais comme un perdant, dit la journaliste qui commente la campagne présidentielle française et la situation dans laquelle se trouve François Fillon dont elle annonce la conférence de presse qui s’est tenue cet après-midi du 6 février.

Et la correspondante à Moscou de la même radio -suisse RTS 1-  de conclure son intervention ainsi:

Il semble bien que les médias russes ont bien l’intention de prendre parti dans cette campagne comme il l’ont fait dans la campagne présidentielle américaine.*

Nous voici rassurés, le Kremlin est toujours bien là qui veille et surveille! 

Mais comme les attaques qui ont visé François Fillon n’ont pas pu lui être imputées, on a eu un bref temps de répit. 

Omniprésente sur nos ondes de radio, sur nos plateaux de télévision et dans nos colonnes de journaux ou de magazines, comment la Russie de Poutine se détournerait-elle de cet Occident qu’elle rêve d’envahir? 

N’a-t-elle pas déjà commencé par l’Ukraine?

Ne lui a-t-elle pas pris la Crimée?

Quant à la Syrie, n’en parlons pas, sans elle, son sort aurait déjà été réglé de longue date.

http://www.rts.ch/play/radio/le-12h30/audio/les-medias-ru...

 

Fillon, la conférence de presse

 

Capture d’écran 2017-02-06 à 19.13.12.png

                                                                                   capture d’écran: Youtube

Voici l’intégrale de la conférence de presse de François Fillon:

https://www.youtube.com/watch?v=XOt7Snghuo4

Que chacune et chacun se fasse sa propre idée alors que tant d’experts et d’analystes s’y sont déjà mis...

Si leurs regards doivent prévaloir sur ce qui est énoncé par François Fillon, soit!

Si la bataille doit continuer, qu’elle se poursuive!

Cela n’ôte rien au fait qu’il s’est exprimé.

Et qu’il ne va pas s’en laisser ainsi conter.

A bon entendeur!

 

#fillongate, avant la conférence de presse annoncée

Capture d’écran 2017-02-06 à 13.21.09.png

                                                                                        capture d’écran: l'express

A défaut de savoir avant 16 heures, ce lundi 6 février, ce que dira François Fillon aux près de deux cent cinquante journalistes qui seront présents à son QG, force est de constater que la leçon de morale qui nous a été donnée depuis des jours et des jours qu’est ressassée l’affaire qui le concerne restera peut-être dans les annales.

Rien n’est moins sûr tant d’autres, avant celle-ci, ont été dispensées au bon peuple.

La manière dont les révélations ou autres déclarations concernant le candidat du parti Les Républicains sont distillées, sélectionnées et diffusées n’illustre que l’habileté sinon le talent de marionnettistes à l’oeuvre.

Le pilonnage auquel est soumis François Fillon en rappelle de nombreux autres. Si la morale doit s’exercer ainsi, autant pour elle et ses suppôts.

Mais on le sait, la fin justifie souvent les  moyens. Rien de nouveau donc dans cette mise à mort d’un programme sinon de celui qui le porte.

 

05/02/2017

Au nom de la France...

Capture d’écran 2017-02-05 à 17.21.52.png

Inutile d’être membre du parti Les Républicains ou fillioniste pour résister à la curée organisée autour de François Fillon et des siens.

S’attaquer de la sorte à un homme au nom d’une éthique de circonstance, révèle surtout ce dont la nature humaine est capable.

On l’avait découverte à l’oeuvre, cette même nature humaine, lors de la chute de DSK. 

Sans avoir jamais apprécié l’ancien directeur du FMI, j’avais réagi à la surexposition médiatique qui avait suivi son arrestation à New-York. Ce n'est pas moins d’une vingtaine de sujets de ce blog que j’avais consacrés à cette affaire.

Car, aussi différente soit-elle de celle qui vise François Fillon, elle avait montré la même vindicte, la même haine, le même acharnement à lyncher.

Si chaque campagne d’élection présidentielle doit présenter son lot de morale pour plomber une candidature, la politique a de quoi se réjouir! Elle a placé à l'Elysée François Hollande en lutte contre celui qu'il désignait comme son adversaire:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/15/l-adversaire-d...  

Elle oeuvre, en ce moment, pour y installer celui qui se brise la voix au nom de la France, de la République et de l’Europe.

 

04/02/2017

#fillongate,#penelopegate, tisser, un métier!

Capture d’écran 2017-02-04 à 15.10.18.png

                                                                                                capture d’écran

Observer qui décrète, ici ou là, sur un réseaux social ou l’autre, se refuser à la vindicte -et c’est un euphémisme- qui vise François Fillon tandis qu’à la faveur de commentaires déposés au gré de ces réseaux, on constate tout le contraire, confirme que le battage médiatique orchestré autour du #fillongate, #peneleopegate, à choix ou les deux, agit au mieux.

L’hypocrisie d’autant de moralisateurs, sinon nés, du moins soudain acquis à certains paramètres éthiques est si manifeste qu’elle n’échappe qu’à qui le veut bien.

Et puis, cette question posée par Jean-Jacques Bourdin sur RMC, le 31 janvier dernier à Buno Retailleau, directeur de campagne de François Fillon au sujet de clients russes qu’il aurait eus ou non tandis qu’il était consultant, est d'autant révélateur de ce souci moral!

Rejoindre la curée et dénoncer tel ou tel comportement de François Fillon et -ou- de son épouse, c’est empoigner le métier à tisser l’habit du candidat programmé.

Marine Le Pen, dores et déjà mise au ban du Front républicain, a-t-elle encore à bien se tenir face à un prédicateur européen?

François Fillon n’est pas même l’homme à abattre mais Emmanuel Macron, celui à adouber.

  

02/02/2017

Un canard laqué de morale pour un duel Macron-Le Pen

Capture d’écran 2017-02-02 à 17.09.27.png

                                                             capture d’écran de: www.alamy.com/stock-photo

Réseaux sociaux, émissions de radio, de télévision, articles, débats, enquêtes bruissent de l’affaire qui vise François Fillon.

Au nom de la morale, on y va, on commente quand on ne rivalise pas d’amabilités ou d’autres considérations de rigueur sinon d’usage pour dire tout le bien que l’on pense de tel ou tel fait ou autre comportement jugé et condamné par la vindicte.

Or c’est là que le bât blesse, précisément.

Car invoquer la morale quand on sait combien s’en jouent et s’en détournent, c’est mesurer le cynisme à l’oeuvre.

Sur l’image qui illustre ce sujet, on reconnaît un parangon de la morale, celui qui a longtemps été surnommé Dany le Rouge.

Affiché aux côtés du rédacteur en chef d’un canard enchaîné, lui aussi à la morale, il hante toujours les plateaux de médias pour partager ses analyses.

Dany le Rouge a dit trouver intéressante la candidature d’Emmanuel Macron. Il a aussi expliqué pourquoi il pourrait voter pour cet ancien ministre et banquier d'affaires. Présenté comme hors système, ce jeune premier réussit l’exploit de rassembler autour de lui toutes sortes de représentants dudit système. Admirable, tout de même tandis que son programme reste en attente...

Estimer de ce candidat qu’il a désormais toutes ses chances tandis que François Fillon est dans le broyeur médiatique relève de la tautologie.

Pour le reste qui concerne, entre autre, la source, la mare ou le marc du canard, quelle importance? Ce qui compte, n’est-ce pas ce qui est en voie d’être atteint?

Un duel Macron-Le Pen a toutes les chances d’être aisé à régler.

 

01/02/2017

Quand le rédacteur en chef d’un canard se pose en justicier

Capture d’écran 2017-02-01 à 00.58.42.png

                                                              capture d'écran

Il n’y a pas d’autre voie que de continuer, dit Monsieur Propreen l’occurrence, le grand justicier de la démocratie sinon son sauveur, le rédacteur de l’hebdomadaire Le Canard Enchaîné:

https://www.youtube.com/watch?v=aObYrKLyBAQ

A suivre ces près de 7 minutes d’interview, chacune et chacun retiendra ce qui lui sied.

Mais autant de questions demeurent sur les raisons de ce zèle soudain à lancer une enquête sur des agissements qui ne datent pas d’hier et qui, pis, touchent d’autres personnalités en vue.

Mener un tel travail d’enquête et nous prévenir que ça va continuer devrait réjouir les détracteurs de François Fillon mais pas tous. Certains demeurent malgré tout choqués par la brutalité et l’insistance de la manière.

Si elle semble d’usage et ne pas indigner outre mesure les rompus du milieu médiatico-politique, c’est dire que le travail que semble tant priser le rédacteur en chef du Canard Enchaîné ne va rien changer.

Alors, abattre Fillon pour l’abattre?

Si c’est à ce jeu-là que certains s’amusent et trouvent du plaisir, la France a vraiment du souci à se faire.

 

 

30/01/2017

#fillongate

 

Ce qui s’appelle désormais, avec #, excusez du peu, #fillongate, n’aurait pas terminé de dérouler le tapis rouge aux révélations.

Selon certaines publications sur les réseaux sociaux, Le Canard Enchaîné de ce mercredi 1er février promettrait du nouveau, cette fois, semble-t-il, sur les relations qu’entretiendrait l’Ancien Premier Ministre avec la Russie.

Sans entrer dans cette affaire qu’il appartient à la justice de traiter, il n’est pas interdit d’exprimer, ici, quelques considérations d’ordre général.

D’abord, sur ces affaires qui tombent toujours au bon moment et surtout lorsqu’un candidat fait campagne pour une élection. Des précédents sont connus, on ne va pas les énumérer ici.

Ensuite, sur l’ampleur que prend l’affaire qui vise François Fillon et les siens. La violence du détournement d’images et des propos en relation avec ce qui reste, à l’heure actuelle encore à prouver par la justice, n’est pas loin d’égaler celle qui a visé et vise l’encore actuel Président de tous les Français et son prédécesseur.

Enfin, songer que justement, c’est par le tout sauf Sarkozy que François Hollande a été élu, à considérer le résultat et le capital d’impopularité record qui a obligé celui-ci à ne plus solliciter de nouveau mandat présidentiel, il y a vraiment de quoi s’interroger sur ce qui motive l’électorat.

Si d’aventure le tout sauf Fillon devait permettre à Emmanuel Macron d’accéder au second tour de la présidentielle, la France aura voté.

La suite?

Cette France qui aura voté l’aura choisie tout comme elle a élu le président si normal qu’il en est arrivé à la jeter dans les bras d’un clignotant.*

* Terme de Benoît Hamon, ce soir au 20 heures de France2 pour parler de l'«imposture » :

 http://voix.blog.tdg.ch/archive/2017/01/29/la-france-de-g...

 

29/01/2017

La France de gauche, la France en marche...

Capture d’écran 2017-01-29 à 21.17.48.png

                                                         capture d’écran Facebook

Candidat clandestin et de contrebande, Emmanuel Macron vu par François Baroin, c’était ce 29 janvier au soir sur le plateau de Laurent Delahousse.

Candidat masqué, une imposture, a--il même encore ajouté. 

Après le Mutant* de Michel Houellebecq, voici un autre regard porté sur celui qui semble enthousiasmer tant de monde.

Or que se dessine-t-il désormais que Manuel Valls vient d’être battu par Benoît Hamon au second tour de la primaire de la gauche? Certains prédisent déjà que l’électorat du premier ne rallie pas celui du second mais rejoigne celui qui est en marche avec Emmanuel Macron.

Cet homme plaît, cet homme prêche la bonne parole égalitaire*, cet homme s’égosille au nom de la République et de la France* mais cet homme ne souhaite pas être le refuge de socialistes en déshérence.

Plus unie que jamais, ce soir, la gauche s’éclate!

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2017/01/17/quelle-france-...

   https://www.facebook.com/EmmanuelMacron/

 

Rama Yade, Emmanuel Macron, deux lignes

langfr-450px-Flag_of_France.svg.png

A chacune et à chacun ses goûts, certes et donc, à chacune et à chacun de décider la ou lequel des candidates et candidats qui mènent campagne en vue de la présidentielle française sera la sienne ou le sien.

Ce samedi 28 janvier, Rama Yade a été l’invitée de l’émission On n’est pas couché. Moquée sinon méprisée par Vanessa Burggraf, l’Ancienne Secrétaire d’Etat ne s’en est pas laissé conter et elle a bien fait:

http://www.programme-tv.net/news/tv/106814-onpc-echange-t...

Quelle que soit l'estime que l’on porte à son projet de se présenter à la présidentielle, écouter cette femme s’exprimer était intéressant. Au moins autant que de suivre la coqueluche des médias, Emmanuel Macron pour ne pas le nommer.

Cet homme qui invite à parler en famille de la parité entre hommes et femmes pour que celles-ci soient plus nombreuses au sein de l’hémicycle vaut le détour:

https://www.facebook.com/EmmanuelMacron/

Autant soutenir Rama Yade que ce prêcheur qui a, quoi qu’il en soit et dores et déjà tout l’establishment ou peu s’en faut de son côté!

 

28/01/2017

Affaire Fillon, les oubliés de l’histoire... les hackers russes!

 

L’affaire qui vise l’un des favoris sinon le favori de l’élection présidentielle française à venir fait grand bruit et c’est peu dire tant tous les médias s’y mettent et plus encore. Pas moins de trois émissions consécutives de C’est en l’air  ont été consacrées à la question sans compter tout le reste qui semble avoir oublié, du coup, des hackers russes. C’est que l’Ancien Premier Ministre serait ami de Vladimir Poutine, raison déjà bien suffisante pour le tenir à distance et, peut-être, d’écarter la piste russe...

Cela dit, une perquisition a eu lieu au siège de La Revue des deux mondes. Que la justice fasse son travail, rien de plus normal. Qu’on s’interroge, malgré tout sur ce qu’il en est d’une histoire qui sort comme à point nommé n’est pas interdit tant la vie politique s’anime aussi d’autres images que celles de rassemblements qui unissent toutes personnalités confondues et rassurent. Mais pour cela, souvent, il faut que la mort s’en soit mêlée.

La question de savoir d’où est venue la salve qui a permis la révélation au Canard Enchaîné, si elle n’est pas déterminante n’est pas anodine non plus.

Aussi, le nom de Rachida Dati apparaît-il souvent comme étant celui porté par la personne qui aurait permis l’attaque en règle qui vise l’Ancien Premier Ministre et son épouse.

Ce ne semble plus être un secret pour personne que l’Ancienne Garde des Sceaux soit vengeresse. Nombre de se interventions médiatiques en ont témoigné, à l’image de celle-ci:

Capture d’écran 2017-01-28 à 13.14.47.png

capture d’écran de: http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/2012053...

 

27/01/2017

Quand un Occident bienveillant s’inquiète du sort des femmes... russes

 

Décidément, la Russie passionne! Et pas que pour son Histoire, sa culture et son président, non, on s’inquiète, désormais, du sort réservé à ses femmes.

Oui, mes compatriotes, entre autre deux personnalités connues du monde des Lettres et du journalisme alertent sur le fait que la femme russe risque de voir sa condition dégradée sinon pis encore.

Aïe, selon l’ONG citée par l’un de ces soucieux protecteurs des droits des femmes russes, je le cite, une Russe meurt toutes les 63 minutes à la suite de violences domestiques et plus de 650 000 femmes sont battues par leur maris ou compagnons.

Il va de soi que tout cela ne peut laisser insensible et que la violence faite aux femmes, où qu’elle s’exerce, est une plaie. Ce sujet a été évoqué ici-même:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/01/08/de-cologne-au-...

Mais récupérer cette thématique pour, une fois de plus, dire tout le bien que l’on pense de la Russie, de son Président et de son entourage, ne convaincra que qui le veut bien.

Cependant, si les références de ces Messieurs sont, pour l’un d’eux sinon les deux, Le Monde, on conçoit leur souci et leur indignation. 

Alors, pour qui souhaiterait un éclairage autre sur ce qu’il en est de ce projet de loi, voici celui d’une femme, Française et juriste qui vit en Russie:

http://russiepolitics.blogspot.ch/2017/01/non-la-russie-n...

 

26/01/2017

Précisions et mises au point

Capture d’écran 2017-01-26 à 20.25.55.png

capture d’écran: Le Point

Merci aux commentateurs qui ont attiré mon attention sur une autre lecture de la phrase qui avait motivé ma réaction quant au traitement infligé, parfois, à la langue.

Vu la pertinence de leurs remarques, j’ai supprimé le sujet que j’avais intitulé Langue malmenée.

Cela dit, le problème de la langue malmenée subsiste mais en l’occurrence, non, la formulation et l’orthographe de la phrase en question étaient correctes et plus encore, élégante. 

Il ne s’agissait donc pas d’erreur de la part de la rédaction du magazine Le Point et encore moins de l’auteur de ladite phase, Gabriel Matzneff. 

L’écrivain s’adressait, entre autre, à Mazarine Pingeot qui, comme nombre de personnes, semblent incapables de percevoir comment l’on peut s’exprimer sur la Russie sans idolâtrer son président.

Ce qu’on peut lire de l’article, vu qu’il est réservé aux abonnés, ne manque pas d’intérêt:

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/gabriel-matzneff/g...

 

Haute tenue

Capture d’écran 2017-01-26 à 00.36.49.png

                                                                                      capture d’écran: France2

Débat de haute tenue, ce 25 janvier au soir entre les deux finalistes de la primaire de la gauche. A l’inverse de ce qui avait été annoncé ici ou là, le cadre qui a réuni Manuel Valls et Benoît Hamon n’a de loin pas ressemblé à un ring.

On a eu droit à un échange de points de vue, à des visions parfois divergentes, parfois convergentes et surtout, à du respect mutuel de la part des deux candidats.

On a compris, aussi, que l’avenir de leur parti était en jeu. Même si Manuel Valls l’a plus clairement fait ressentir, Benoît Hamon ne l’a pas perdu de vue.

Ensuite, sur le plateau de France2, Julian Bugier a eu beau enfoncer le clou face aux représentants des deux candidats de la primaire, aucun ne s’est laissé entraîner là où le journaliste l’aurait souhaité.

Dans un cas, c’était pour savoir si Manuel Valls vaincu se rallierait à Benoît Hamon, dans l’autre, si Benoìt Hamon devancé par le mutant s’effacerait en sa faveur. Aucune de ces deux questions n’aura reçu de réponse et c’est très bien ainsi.

Fort à propos, il a été rappelé qu’il appartenait aux électeurs de décider de l’avenir de ce second tour de la primaire et de ses suites pour la présidentielle plutôt que d’en anticiper les résultats par de pures projections.

* http://voix.blog.tdg.ch/archive/2017/01/17/quelle-france-...