02/02/2016

D'aveugle et sourd à lanceur d'alerte

odessza_meszarlas.jpg

Et voici que L'Obs, pas vraiment connu ni reconnu pour la considération qu'il porte au président russe -sinon à la Russie elle-même- voici donc que ce media joue les révélateurs sinon les lanceurs d'alerte.

Alors que nombre de voix s'étaient élevées dès 2013 contre la désinformation caractérisée qui visait la situation en Ukraine, une valeureuse journaliste vient nous apprendre que le gouvernement ukrainien serait composé de néo-nazis.

Sacrée découverte que relaie là cet Obs soudain miraculé de la cécité médiatique occidentale qui a permis l'embrasement de l'Ukraine.

Quelle que soit la raison de pareil revirement, elle est évidemment à saluer. Sauf que plus de 9.000 morts plus tard et un pays exsangue, on aurait pu espérer mieux.

Mais L'Obs intitule sans problème Ne ratez pas: "Ukraine, les masques de la révolution":

http://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/2016012...

 

30/01/2016

Kusturica, Iourchenko et le Donbass... à suivre

 

LOUISBENOITGREFFE-1391408642864P1.jpg

C'est Arkadij Beinenson qui le révèle sur son site, Emir Kusturica, s'intéresserait à la biographie du correspondant de guerre dans le Donbass qu'a été Iouri Iourchenko et aurait conclu avec lui un accord relatif à un script. Le poète, scénariste et acteur Iourchenko l'a lui-même confirmé au journaliste russe qui l'indique sur son site:

http://blog.beinenson.news/2016/01/29/kusturitsa-yurchenko/

On sait qu'Emir Kusturica, deux fois lauréat de la Palme d'Or du Festival de Cannes, a apporté son soutien aux populations du Donbass. Pour rappel aussi, le cinéaste, musicien a été interdit de concert, en juillet 2015, par les autorités démocratiques de Kiev.

https://francais.rt.com/international/4422-kusturica-conc...

On se réjouit, dès lors, de savoir quelle sera la réaction du nouvel intronisé de l'Académie française qui n'avait pas eu de mots assez doux envers le réalisateur serbe, primé pour son film Underground.

Alain Finkielkraut avait, en effet, publié une tribune au vitriol dans Le Monde du 2 juin 1995.

Aussitôt suivi dans sa diatribe par l'incontournable BHL, autant dire que le tandem a eu de quoi s'illustrer quand on sait combien de guerre démocratiques le philosophe à la chemise blanche a cautionnées.

 

27/01/2016

BHL bis?

 

Poutine.jpg

Se mettre dans la tête de quelqu'un relève, a priori, davantage de la tentative que de la certitude d'y réussir.

On peut s'y risquer pour diverses raisons, Michel Eltchaninoff, l'auteur d'un ouvrage intitulé Dans la tête de Vladimir Poutine, avait sans doute les siennes.

Paru en février de l'an dernier, cet opus a eu l'heur de plaire à qui de droit. L'écho médiatique qu'il a reçu a permis ainsi de diffuser l'image du président russe qu'un certain Occident aime à entretenir.

Et en Michel Eltchaninoff, autant dire qu'on détient l'homme de la situation.

Apprécier ou ne pas apprécier Vladimir Poutine est une chose, discuter sa politique, une autre. Mais énoncer une somme de contre-vérités pour discréditer un homme est un procédé dont on se demande bien ce qu'il a à voir avec la philosophie, discipline dont se réclame celui qui a risqué ce Dans la tête de Vladimir Poutine.

Invité de Mediapart, Michel Eltchaninoff excelle en magicien-contorsionniste-illusioniste. Au cours d'un débat qu'il mène avec Juliette Cadiot, historienne, il parvient, en effet, à nous présenter un Vladimir Poutine metteur en scène de son absence aux cérémonies d'Auschwitz et brandir à l'appui de sa thèse, la sémantique. Oui, Monsieur le philosophe, journaliste et essayiste français nous explique l'usage que fait du terme fasciste, le chef du Kremlin, balayant sans vergogne l'impact qu'implique cet adjectif dans la mémoire collective russe. 

Par un tour de passe-passe magistral et pour d'autant mieux passer sous silence -sinon nier- l'existence de néo-nazis installés au pouvoir à Kiev, Monsieur Eltchaninoff mène une attaque en règle contre le président d'un peuple qui a sacrifié par millions ses citoyens pour sauver l'Europe du nazisme. 

On n'est plus dans la désinformation, avec ce journaliste, philosophe, essayiste. On est dans la plus pure révision de l'Histoire et sa totale falsification.

https://www.youtube.com/watch?v=iIZACZ7S71M

 

Agorintoxe

301B5AB5-8680-4E4F-A6FB-A811451FF05B_w268_r1_cx0_cy6_cw0.jpg

Comment un fait ordinaire est présenté comme la révélation d'un quasi initié.

Reprise d'un article en anglais dont la source n'est pas citée, sa traduction française livrée sur le site d'Agoravox est estimée fidèle au texte original par un commentateur.

Ouf!

Ainsi a-t-on au moins droit à une traduction correcte tandis que le copieur-colleur de l'article enfreint sans le moindre problème l'éthique journalistique si elle existe encore.

Voici les faits:

http://www.rferl.org/content/ukraine-russia-us-nuland-surkov-talks/27490535.html

Et ce qu'ils deviennent:

 http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/que-ca...

 Crédule, paresseux, ou ignare, un public se trouve toujours pour avaler ces informations.

Le fake révélé:

http://www.stopfake.org/en/fake-nuland-warned-surkov-of-a...

 

 

 

22/01/2016

L'info en pays neutre et démocratique

bigstockphoto_information_20362351.jpg

Et puisque nos médias se soucient tant de nous rappeler les droits humains, le sort d'enfants ou autres victimes de guerres, pour rappel, ce sujet écrit il y a un an, à quelques jours près:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/01/28/poroshenko-et-...

Cette manière du journaliste de stigmatiser le président russe dans la séquence indiquée en début de sujet, illustrerait-elle une information distincte de celle délivrée par d'autres pays accusés de s'adonner à de la propagande?

Car la propagande dont nos valeureux commentateurs et autres spécialistes du genre créditent, entre autre la Russie, vaudrait bien qu'ils s'interrogent sur celle qui ne dit pas son nom.

S'exprimer en termes convenables n'a jamais impliqué que la réalité à laquelle renvoient lesdits termes corresponde au sens convenu par l'usage de la langue.

En pays dit neutre et démocratique, s'inquiéter d'objectivé ne semble pas être prioritaire.

 

 

04/01/2016

Cette Russie qui n'est pas, etc.etc...

1014235994-1728x800_c.jpg

En voici encore un qui met en garde contre la personnalité du président russe sinon contre la Russie elle-même.

Rien d'original ni de nouveau dans l'approche que propose l'article ci-dessous sinon, peut-être, dans le fait de se situer sur le plan de la puissance pour établir quelques comparaisons entre la Russie, les Etats-Unis et l'Union Européenne.

Mais le propos énoncé par Dominique Moïsi, qui signe l'article en question, ne se distingue à l'évidence pas par son objectivité.

Le but visé est une fois encore de montrer combien le président russe est un homme que le concept de démocratie ne semble pas préoccuper.

Et se référer, dans ce sens, à la Nobel de littérature 2015 est le passage obligé. *

Plutôt que de privilégier une approche constructive, s'acharner sur ce que la Russie n'est pas ou aurait pu être si ... semble être décidément l'activité de prédilection de certains médias.

http://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/021589...

 

* http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/12/08/l-occident-et-... 

02/01/2016

Lecture comparative

tdy_keir_kremlin_140212.jpg

Cette petite lecture comparative ne manque pas d'intérêt.

Si, à l'heure qu'il est, quatre sites de médias suisses publient une information selon laquelle Vladimir Poutine aurait signé un document relatif à la sécurité nationale de la Fédération de Russie, apparemment, aucun autre site francophone n'en parle contrairement à différents sites allemands et autrichiens.

Cela dit et tandis que les sites suisses omettent bien des nuances pour commenter cette information, il n'est pas inutile de la lire énoncée sur le site de Sputniknews:

http://fr.sputniknews.com/russie/20151231/1020693296/Russ...

 

http://www.rts.ch/info/monde/7379605-les-etats-unis-offic...

http://www.journaldujura.ch/les-usa-officiellement-consid...

http://www.lematin.ch/monde/c-officiel-usa-menace-russie/...

http://www.24heures.ch/monde/C-est-officiel-les-USA-sont-...

http://www.luzernerzeitung.ch/nachrichten/international/i...

http://www.nzz.ch/international/putin-veroeffentlicht-akt...

 

18:29 Publié dans Air du temps, Avaries, Information, Medias, Russie, Suisse | Tags : poutine, russie, suisse, médias | Lien permanent | Commentaires (40) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

26/12/2015

Guerre et foi

CXDxMdpWQAAur1M.jpg:large

 

Amnesty International rend des rapports dont on est en droit d'attendre qu'ils soient vérifiés conformes.

Or voici que l'un d'eux n'a pu être confirmé par l'ONU.

Il concerne les frappes menées par l'aviation russe en Syrie.

Amnesty International accuse la Russie d'avoir visé des civils et tué des innocents.

http://fr.sputniknews.com/international/20151223/10205157...

Pendant ce temps-là, en Syrie, on a fêté Noël.

 

 

23/12/2015

Dialogue et censure

images-520-400-0000-1907-32-jpg.jpg

Quelle mouche a donc piqué nos apologistes de la liberté d'expression?

Quel est ce soudain alignement sur des méthodes si éloignées des valeurs démocratiques qu'ils ne cessent de défendre?

Ne se hâtent-ils pas de les rappeler à qui les transgresserait?

Or les voici soudain livrés à des pratiques qu'ils ne cessent de fustiger partout où ils le peuvent...

Ne revendiquent-ils donc pas leur application tandis que d'autres les bafoueraient sans vergogne?

Tant de questions pour sans doute aucune réponse.

Dans ce cas, voici ce que Youtube a estimé devoir censurer:

http://rutube.ru/video/1125b9f4c48d403f2a4bc126484cf6db/

20/12/2015

Entre mépris et rhétorique d'usage

70830426.jpg

 

Si le site de la chaîne d'information publique suisse RTS a publié des extraits de la conférence de presse tenue, ce 17 décembre, par le Président russe, son habituel grand rendez-vous avec les médias n'a pas eu les grâces du téléjournal quotidien de Darius Rochebin.

A ce choix, s'ajoute celui d'une rhétorique devenue presque habituelle pour évoquer Vladimir Poutine:

http://www.rts.ch/info/monde/7349600-quand-vladimir-pouti...

Il semble trop compliqué, de la part de médias autorisés, de rendre compte de la politique menée par le chef du Kremlin autrement que par la raillerie.

C'est non seulement déplorable de la part d'une chaîne publique d'information mais surtout dommageable pour le public qui ose encore lui faire confiance.

Pourtant rappelée à plus soif par les tenants du multiculturalisme, c'est la bonne entente entre les peuples que ces fossoyeurs patentés s'ingénient à enterrer sous leurs pelletées d'arrogance et de mépris.

A lire, ci-dessous, cet article qui pointe de nombreux aspects occultés par les apôtres du "vivre ensemble":

https://blogs.mediapart.fr/salah-lamrani/blog/091215/patr...

18/12/2015

1977-2015

felix_dzerzhinsky.jpg

L'Union des Ecrivains, créée en 1932 en ex-URSS offrait de nombreux avantages à qui en était membre. Outre des conditions de vie facilitées avec possibles datchas accordées ou autres contributions financières substantielles, l'Union soutenait la publication d'oeuvres et de périodiques et organisait des rencontres et des séminaires.

En 1977, l'ancienne membre de l'Union des Ecrivains et désormais lauréate du Prix Nobel de littérature, Svetlana Alexievitch, signait un article consacré à Félix Dzerzhinski, fondateur et directeur de la Tcheka, police qui deviendra plus tard le KGB.

Le portrait que la lauréate biélorusse dresse de celui qui a été considéré comme un héros national dans le pays où elle vivait à l'époque et où elle vit à nouveau, n'est pas dénué d'émotion. Il se conclut ainsi: 

Когда у меня вырастет сын, мы обязательно приедем на эту землю вместе, чтобы поклониться неумирающему духу того чье имя - Феликс Дзержинский- "меч и пламя" пролетарской революции.*

Quand mon fils sera grand, nous viendrons sans faute sur cette terre pour saluer l'esprit immortel du nom de Félix Dzerzhinski, "épée et flamme" de la révolution prolétarienne.

A 29 ans, âge auquel Svetlana Alexievitch a écrit cet article, on est déjà en état de penser de manière critique.

Or tandis que cette désormais intarissable critique du régime soviétique vouait son talent et sa plume à honorer l'un de ses plus puissants représentants, elle se situait bien loin du sort réservé à ses confrères dissidents.

Près de quarante ans plus tard, conspuer un régime politique dont elle s'est davantage montrée suppôt et bénéficiaire que victime, vaut, en effet, son prix d'or suédois.

http://yablor.ru/blogs/svetlana-aleksievich-mech-i-plamya...

 

16/12/2015

La Russie et la ferveur d'Arte

 

cartealcool.jpg

Pour la énième fois, la chaîne de télévision Arte s'est penchée sur le sort de la Russie et du taux d'alcoolisme qu'elle présente.

Les précédentes émissions sur le sujet n'ont pourtant pas manqué.

Il semble cependant que le clou doive être enfoncé au point de négliger la redite.

Selon une étude publiée le 13 mai 2014 sur le site Slate, l'Ukraine ou la Biélorussie ont des niveaux similaires de consommation d'alcool.

http://www.slate.fr/monde/86975/carte-pays-alcool-monde

L'insistance avec laquelle la chaîne publique culturelle et européenne se focalise sur la seule Russie pour traiter de l'alcoolisme relèverait presque de l'obsession.

Elle interroge, en tous les cas, la programmation d'une chaîne qui se présente comme favorisant la compréhension et le rapprochement des peuples en Europe.

 

 

14/12/2015

Entre élections et appel à la révolution, la vie ici et là...

ffe7375c-339a-4654-b054-b7a438bc5a58_JDX-NO-RATIO_WEB.jpg?quality=80&version=13&size=1936x

 

Alors que la Suisse a vu la récente élection au Conseil Fédéral de Guy Parmelin, que la France comptabilise les régions acquises ou perdues par les uns et les autres, la Russie retrouve Mikhaïl Khodorkovski, par voie de presse tout au moins.

Convoqué pour une affaire de meurtre à laquelle il aurait été associé, l'ancien patron de Ioukos s'est exprimé depuis Londres à ce sujet.

C'est donc dans les bureaux moscovites de son association Russie ouverte que les journalistes convoqués ont pu suivre la conférence de presse qu'a donnée l'ancien oligarque 

Celui-ci a, entre autre, appelé à la révolution et à dénoncé l'illégitimité du régime de Vladimir Poutine.

Inutile de dire que les relais médiatiques de cette affaire varient.

Le fait est que les conséquences qu'auront les uns ou les autres sur les relations entre Russie et Occident n'est peut-être pas à négliger.

 

 

09/12/2015

L'Occident et ses références

images?q=tbn:ANd9GcQI7r_4djWulh61QSIocEULLYmDRvDFIGbnslXmyy9vXKKEJO23

 

Qu'un certain Occident se montre critique face à la politique menée par le président russe, on l'a bien compris.

Que ce même Occident sélectionne ses références à l'appui, tout autant.

Après les 86 % d'une Russie qui rirait quand les gens meurent dans le Donbass*, en passant par le califat orthodoxe* que voudrait créer Vladimir Poutine, voici la lauréate du Prix Nobel de littérature 2015 déclarer que les Russes font la guerre aux Ukrainiens. À leurs frères et que des avions russes sont en train de bombarder la Syrie.

http://www.afp.com/fr/info/la-nobel-de-litterature-alexie...

Ce jeudi 10 décembre, Svetlana Alexievitch recevra son Prix des mains du Roi de Suède.

Que l'oeuvre de l'écrivain biélorusse ait été récompensée regarde l'Académie qui l'a honorée.

Mais que cette distinction autorise la lauréate à énoncer autant de contre-vérités la discrédite.

Les tensions actuelles entre Occident et Russie n'ont rien à gagner avec de telles propos mensongers.

A moins que le choix opéré par Stockholm n'ait été, comme d'aucuns l'affirment, de pur intérêt politique.

 

Lettre ouverte

La Nobel récidive

 

 

06/12/2015

La Nobel récidive

capture_decran_2015-09-24_a_09.56.19.png

Le 24 septembre dernier, Vladimir Poutine inaugurait la plus grande mosquée d'Europe.

A Moscou, le président russe était aux côtés de ses homologues turc et kazakh ainsi que de Mahmoud Abbas et du grand mufti de Russie.

Cet événement, largement médiatisé, a sans doute dû échapper à la vigilance de Svetlana Alexievitch, lauréate du prix Nobel de littérature 2015 qui décrète, dans La Vanguardia, que le président russe créerait, en Russie, un califat orthodoxe.

Un Nobel est une référence. Discutée, certes mais qui fait autorité.

Dans son interview à La Vanguardia, l'écrivain biélorusse évoque la dimension politique de son prix. Elle a raison car elle est bel et bien présente.

Quelles que soient les opinions que défend Madame Alexievitch, rien ne lui interdit de s'informer avant de s'exprimer.

En l'occurrence, Madame Alexievitch a manqué une nouvelle occasion de se taire.

Et ce ne sont pas les commentaires déposés sous l'article ci-dessous qui le contrediront:

http://oumma.com/221656/moscou-l-inauguration-de-plus-gra...

 

 

02/12/2015

Arabie Saoudite-Russie, un point de vue

rtr4mrns.jpg

Le point de vue de Roland Lombardi sur les relations entre Arabie Saoudite et Russie ne manque pas d'intérêt.

Il est publié sur le site créé par Jean-François Coustillière, ancien officier de marine.

http://www.econostrum.info/Les-relations-entre-la-Russie-...

L'éclairage donné aux relations qu'entretiennent nombre de pays concernés par la situation en Syrie révèle toute sa complexité et l'importance cruciale de négociations.

A cet égard, Roland Lombardi relève le rôle majeure joué par la diplomatie russe.

Par son approche, cet article tranche avec nombre d'autres qui, d'emblée, dressent des camps les uns contre les autres sinon prédisent le pire à venir.

 

01/12/2015

Sondage

 

Capture d’écran 2015-12-01 à 00.15.31.png

 

Un sondage est proposé sur le site RT pour savoir quelle serait la position de la France après l'attaque de l'avion russe par la Turquie:

https://francais.rt.com/international/11355-kurdes-etats-...

A cette heure, la comparaison des réponses n'est pas sans intérêt. 

Elle indique clairement deux positions dominantes dont l'une l'emporte sur l'autre à près de 5%.

Ces résultats reflètent parfaitement ce qui s'observe à la lecture de commentaires ou autres propos partagés sur les réseaux sociaux.

A chacune et à chacun d'interpréter ces résultats comme il l'entend.

Ils sont assez révélateurs, en tous les cas, de deux tendances que tout oppose ou peu s'en faut.

 

00:29 Publié dans Air du temps, Avaries, France, OTAN, Politique, Pouvoirs, Russie, Terrorisme | Tags : france, otan, turquie, russie | Lien permanent | Commentaires (42) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

25/11/2015

"Un acte d'une barbarie absolue"

 

CUpVlB6WUAA3Edf.jpg:large

On les a entendus, ces présidents nous parler de l'état de guerre dans lequel avaient été soudain plongés leurs pays respectifs, le 11 septembre 2001 et le 13 novembre 2015.

Georges Bush, François Hollande se sont dressés comme un seul homme pour combattre, l'un, l'axe du mal, l'autre un acte d'une barbarie absolue.

La France a été américaine, les Etats-Unis, français.

Le résultat, dans le premier cas, on le connaît.

Dans le deuxième, il reste inconnu. 

Alors que la Turquie a abattu un avion russe au prétexte qu'il aurait violé son espace aérien, voici le président français en appeler au calme entre Ankara et Moscou.

La Turquie est membre de l'OTAN, la France est de fait son alliée.

Souhaiter apaiser les tensions semble de l'ordre des voeux plus que pieux sinon douteux alors qu'un acte d'une barbarie absolue a été commis sur l'un des deux pilotes de l'avion russe

 

https://www.facebook.com/electronicresistanceteam/videos/...

 

 

24/11/2015

Laïcité pour tous

 

culture-word.jpg

 

La laïcité pour encourager au multiculturalisme?

http://fr.sputniknews.com/culture/20151107/1019358837/pal...

 

 

La laïcité comme barrage à la terreur?

https://www.facebook.com/electronicresistanceteam/

 

La page Facebook dont le lien est indiqué ci-dessus a été créée pour montrer ce que certains élus et autres journalistes accrédités ont peut-être de la peine à partager avec leur public.

On les comprend.

 

 

21/11/2015

De l'imposture à l'arrogance

1716002.jpg

      http://korrespondent.net/world/3592904-za-paryzh-rf-otchy...

Alors que la Russie attaque les positions de Daech et inscrit sur ses équipements, A Paris et Aux nôtres, l'Occident persiste dans son arrogance.

Nombreux sont les médias, en effet, qui commentent l'annonce d'un rapprochement de la France -tout au moins- avec la Russie pour lutter contre Daech.

Ainsi Le Temps de mentionner que Sur la Syrie, Vladimir Poutine arrondit les angles.

Inutile d'attendre mieux de ce quotidien.

Le Figaro, pour sa part, se fend d'un test ainsi libellé: Etes-vous favorable à l'élargissement de la coalition contre Daech à la Russie?

Au vu des 91% de réponses favorables au rapprochement avec la Russie, La France doit-elle rejoindre la Russie dans sa lutte contre Daech eût été sans doute plus adéquat pour interroger les lecteurs.

Mais depuis 2008 et la réintégration de l'OTAN par la France, sa voix n'est plus celle de 2003.

Ce documentaire est à visionner du début à la fin.

http://www.lcp.fr/emissions/droit-de-suite/vod/145285-gue...

Car au-delà du mensonge évoqué et bien connu, ce sont les méthodes qui l'ont imposé qui sont décrites..

Et ce sont elles qu'il importe de comprendre pour mesurer comment toutes les instances juridiques, politiques et médiatiques ont été transgressées.

C'est à ce pays dit démocratique tandis qu'il est parvenu à imposer de tels procédés à la face du monde que la France et tant autres pays avec elle sont désormais liés.

Et ces mêmes osent l'arrogance à l'égard de la Russie... 

 

17/11/2015

Mort pour tous

 

deuil-enfant.jpg

La mort pour tous n'était pas au programme du candidat Hollande.

Pas davantage n'a-t-elle figuré à celui de son rival et prédécesseur.

Car il va de soi que la mort pour tous n'a rien d'une promesse de campagne.

Alors, de partout, surgissent des quêtes de sens.

Comment la mort a-t-elle pu ainsi frapper Paris?

On cite un tel ou tel autre qui se serait exprimé ici ou là et aurait prévenu.

De quoi?

Et pourquoi n'aurait-il été entendu?

La terreur qui s'est abattue sur la France a aussi frappé ailleurs.

Elle a endeuillé la Russie, elle a endeuillé le Liban.

La paix tombe et gagne autant de pays et de coeurs blessés!

 

https://www.youtube.com/watch?v=XTvw8r34eug

 

13/11/2015

Abus mensongers et criminels

 

stop-mensonge-300x255.png

Nouvelle référence pour l'Occident, la lauréate du prix Nobel de littérature, pas moins que les médias qui lui tendent leur micro, ne boudent leur plaisir de dire autant de bien de la Russie que de son Président.

Voici que Svetlana Alexievitch met en garde contre le nationalisme russe, selon TV5Monde qui titre ainsi l'article paru sur son site ce 11 novembre 2015.

Plus loin, l'écrivain de poursuivre: nous savons que tout nationalisme mène au fascisme. C'est le plus dangereux.

Il faut lire de toute urgence l'ouvrage que Jean Geronimo a consacré à l'Ukraine et le recommander aux inconditionnels de Madame Alexievitch si tant est que leur curiosité les porte vers la lecture de cet essai.

Précis, documenté et pointu, le livre de ce Docteur en économie qui enseigne à l'Université Pierre Mendès-France de Grenoble est à l'image de son sous-titre, une bombe géopolitique, au coeur de la Guerre tiède.

Alors on comprendra ce que nationalisme et fascisme impliquent. Alors on saura qui est nationaliste et qui, fasciste.

Il est grand temps que cesse cette désinformation organisée contre la Russie.

Car ce n'est pas ce vaste pays qui aura à en pâtir mais bel et bien cet Occident qui abuse de la confiance de ses peuples.

La guerre en Ukraine n'a-t-elle pas déjà fait assez de victimes?

Le mensonge qui l'a permise, Jean Géronimo nous en fournit les preuves tout au long de son ouvrage paru en août 2015 aux éditions SIGEST.

 

11/11/2015

Le néo-nazisme pour les nuls

3188828.jpg

On peut penser qu'ils ne savent pas.

On peut les croire de bonne foi lorsque tous les médias occidentaux évoquent le sort de Nadia Savchenko et pourtant...

Cette pilote ukrainienne dont l'arrestation en juillet 2014 a été très médiatisée était une volontaire du bataillon Aidar.

Ce bataillon est connu pour son extrémisme, en témoigne la photo qui illustre ce sujet.

Ce bataillon a été condamné par Amnesty International pour violations graves de droits humains.

Pour rappel, le 17 juin 2014, deux journalistes russes ont été tués et Nadia Savchenko, inculpée pour avoir participé à leur assassinat.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/06/18/temps-present-...

Et notre Occident si avide de défense de droits humains parvient à considérer cette volontaire du bataillon Aidar en victime.

Il en a encore été question sur Arte, lors d'une récente émission à laquelle a été invitée la lauréate du Prix Nobel de littérature, Svetlana Alexievitch dont on a bien compris comment la lutte contre le mensonge était le fer de lance de son combat...

http://www.arte.tv/guide/fr/resultats-de-recherche?keywor...

 

 

09/11/2015

Si la Russie m'était contée...

2394920.jpg

                                                  http://m.echo.msk.ru/blogs/detail.php?ID=1654986

Oh, chère madame, j'aurait tant espéré que votre nouveau texte porterait sur l'action nocturne de Piotr Pavlenskij

Ces propos, traduits ici en français, sont ceux d'une intervenante de ce blog qui les a adressés en russe pour commenter mon précédent sujet:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/11/08/europeens-notr...

L'expression de cet espoir -qui semble si déçu- permet de prendre connaissance d'une actualité moscovite, sans doute de premier ordre puisque déjà nos médias la relaient.

http://www.24heures.ch/monde/Arrete-apres-avoir-mis-le-fe...

L'intérêt que portent nos journalistes à ce qui se passe en Russie est indiscutable.

Le peintre Piotr Pavlenskij est connu pour diverses performances aussi intéressantes que celle que tenait tant à signaler cette intervenante.

Il est vrai que bouter le feu à la porte centrale du bâtiment qui abrite le FSB à Moscou ne peut que passionner nos médias occidentaux!

Merci à cette intervenante de nous confirmer ce qui intéresse nos journalistes.

 

08/11/2015

Européens, notre avenir est en jeu

 

Europe-Russie-Monde.png

Les tensions qui mettent l'Occident aux prises avec la Russie divisent de plus en plus l'opinion publique.

Cette tendance à scinder en deux camps adverses les personnes qui s'expriment sur la Russie, nombre d'observateurs la constatent alors qu'elle prend une tournure de plus en plus aigüe.

Dans ce contexte, que d'aucuns qualifient ce blog de "pro-Russe" quand ce n'est carrément pas d'"anti-occidental" dénote, au mieux, une lecture défaillante qui, en tant que telle, ne mériterait pas plus d'attention.

Sauf qu'elle confirme ce besoin de situer d'un côté ou de l'autre, un point de vue qui ne vise, au contraire, qu'à rejeter toute position qui radicaliserait la relation entre Europe et Russie.

A écouter nombre de mes compatriotes parler de ce pays alors que bon nombre d'entre eux avouent ne jamais s'y être rendus, pas davantage, n'avoir cherché à aller au-delà d'informations reçues ici et là, on mesure comment agit une propagande qui ne dit pas son nom. 

Car si tant de personnes n'ont pas le temps ni, surtout, la curiosité de s'interroger sur ce qu'est la Russie, la juger ne semble pas les gêner.

Avoir à entendre que les Russes ne savent pas ce qui se passe car on leur cache la réalité, c'est dire le niveau de réflexion acquis grâce aux manipulations auxquelles se livrent les médias occidentaux!

Lequel de ces esprits avisés sait combien de chercheurs ou autres connaisseurs et spécialistes de la Russie sont tenus à l'écart d'émissions radiophoniques, télévisées ou autres colonnes de journaux et de magazines?

Pour une Europe qui prône ouverture et liberté d'expression, le triste contre-exemple qu'elle en donne avec la Russie va au-delà d'une image à déplorer.

C'est son avenir qu'elle met en jeu et la paix de ses peuples.

06/11/2015

Charlie Hebdo, du sacre à la souillure

 

7224771.jpg

Charlie sacré, Charlie souille.

Par ses dessins relatifs au crash de l'Airbus 321 dans le Sinaï, Charlie affiche ses valeurs.

Après avoir ému la France et le monde, l'hebdomadaire offense.

Etre Charlie, c'est bafouer la mémoire de disparus.

Etre Charlie, c'est salir un pays plongé dans le deuil.

Etre Charlie, c'est soutenir le cynisme.

 

 

Contester n'est pas prendre parti

paysage-russe-saint-petersbourg.jpg

Lire ou entendre sans cesse les mêmes poncifs selon lesquels la Russie ne se résume pas à son Président, que la Russie, on l'aime mais pas son Président, on l'a compris, depuis le temps que le refrain passe en boucle!

Si plus de 80% de citoyens soutiennent leur chef d'Etat, il reste toujours, en effet, près de 20% d'entre eux qui sont insatisfaits.

Que l'Occident donne la parole à ces mécontents pour montrer que la Russie est dirigée par un homme qui tient le pays d'une main de fer est une manière d'informer récurrente.

La contester, cette manière, ne revient pas à prendre parti.

La contester, cette manière d'informer,  équivaut à rejeter sa partialité. 

La nuance importe et n'a pas à induire de conclusions fallacieuses. 

Jamais aucun appel à la guerre n'a été lancé, ici.

Refuser de stigmatiser un pays revient à prôner le dialogue et l'échange avec ce pays.

Cela n'équivaut ni à le sanctifier ni à faire de celui qui le préside, une icône.

 

04/11/2015

Ainsi naît la calomnie

b63c49384705ffaa44d9ac60260e107f.480x320x1.jpg

A lire le propos déposé en anglais sur mon précédent sujet de blog*, j'apprends que par le fait d'avoir déclaré aimer la Russie, je travaillais pour une entreprise qui tue: 

The tags in your blog "Russie Poutine Ukraine Syrie" are the best evidence that you are consistently working in the niche that you've chosen. It's like working for a tobacco company, you know you are promoting a product that kills people, but you keep working.

La suite est à l'avenant:

it's not a ballet, art or literature that you'are passionate about in your blog. It's politics. Poutine's Russia.

Cette manière binaire d'envisager la Russie, on y a aussi eu droit lors de la conférence de presse tenue par Svetlana Alexievitch, lauréate du Prix Nobel de littérature 2015 :

J'aime le monde russe, bon et humaniste, devant lequel tout le monde s’incline, celui du ballet et de la musique» (...) mais je n'aime pas cette Russie qui en arrive à 86% à se réjouir quand des gens meurent dans le Donbass.

C'est pour avoir pointé cette dérive outrageante dans la lettre ouverte que j'ai adressée à Svetlana Alexievitch, que j'ai désormais l'honneur de recevoir ce genre d'interventions sur mon blog qui m'apprennent que: where politics starts, there ends the writer. 

Et cette commentatrice avisée de conclure en guise d'avertissement:

And don't expect to get away with it clean and clear... From the moment you aspire to become an opinion leader you contribute to bloodshed in one way or another.

Elle a donc décidé du sens de mes aspirations, décidé de la nature de mes actions, elle sait ce qu'il en est, ainsi naît la calomnie.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/11/02/mise-au-point....
 

02/11/2015

Mise au point

nuits.png?itok=cLpt5Q4r

Qu’aimer la Russie, aujourd'hui, suscite la controverse est un euphémisme.

Lors de la récente interview qui m'a été demandée par la chaîne de télévision russe, LifeNews, la question m'a été posée de savoir si je subissais des pressions.

 

Sans hésiter, j'ai répondu par l’affirmative.

 

Dans cette Europe si démocratique, il semble bien, en effet, que toute voix qui refuse de diaboliser la Russie soit vouée à la moquerie, au mépris quand ce n’est pas à l’insulte.

 

Par mes études de russe, j'ai découvert l'ex-URSS au milieu et à la fin des années soixante-dix, par mon oeuvre littéraire traduite en russe et publiée à Moscou, c’est la Russie du milieu des années 2000 que j’ai retrouvée.

 

Jamais, je n'ai eu l'outrecuidance de me poser en spécialiste de la Russie ni d'un quelconque autre pays de ce monde. 

 

Si d'aucuns m'ont attribué cette compétence, c'est de leur propre chef.

 

Tout aussi bien m’a-t-on considérée comme naïve, ignare ou dans un autre registre, suppôt sinon agent du Kremlin.

 

Suissesse et Française d'origine, j'aime les valeurs qui m'ont été transmises.

 

Mais il me tient à coeur aussi, de partager avec mes compatriotes un regard sur la Russie qui soit moins orienté que celui qui domine la plupart de nos médias.

 

 

31/10/2015

La Russie en deuil

2af2d813da3585c9baf4ff086e6ec.jpg

A l'heure où un drame frappe la Russie, les condoléances présentées par le Président français à son homologue Vladimir Poutine l'honorent.

Mais au-delà de l'émotion, demeure le climat détestable que l'Occident a créé vis-à-vis de la Russie et de son Président.

A suivre les informations que sont censés livrer les médias occidentaux, force a été et reste de constater combien de faits ont été déformés ou passés sous silence pour convenir à une propagande qui ne dit pas son nom.

Désinformer sur la Russie comme s'y emploient de longue date trop de nos journalistes accrédités entache leur fonction et trompe leur public.

Puissent ces tenants de l'information, un jour, lever le voile qui masque leur regard et le monde s'en portera, peut-être, un peu moins mal.

 

Sujet paru en page 23 de l'édition papier de La Tribune de Genève du 2 novembre 2015 sous le titre: La Russie à l’heure du deuil