medias - Page 4

  • L'ennemi à abattre

    Imprimer Pin it!

    putin.jpg?w=184&h=300

    Pas un jour ne passe sans que l'on n'ait droit à la rhétorique médiatique mettant en cause le rôle de la Russie dans la guerre civile qui déchire l'Ukraine.

    Pas un titre d'article, pas une interview ou peu s'en faut, qui ne tente de rendre la Russie coupable de tous les maux de l'Ukraine sinon de l'Occident, bientôt du monde entier.

    Si la Suisse souhaite conserver son image de pays neutre, il serait temps qu'elle veille à préserver une cohérence dans ses démarches.

    Fin janvier de cette année, La Tribune de Genève évoquait des manifestants pro-Maïdan appelant à geler les fonds d'un oligarque ukrainien proche du président déchu, Ianoukovich:

    http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/geneve-ukrainiens-ciblent-fonds-milliardaire/story/16129457.

    A cet égard, j'invite chacune et chacun de vous à lire l'article qui suit pour saisir ce qui se joue dans l'est de l'Ukraine.

    Après cela, on se demandera qui est l'ennemi de qui et qui menace le plus la souveraineté de l'Ukraine et la neutralité de la Suisse.

    En l'occurrence, c'est vers une catastrophe majeure qu'un résident fiscal suisse risque d'entraîner l'Ukraine et l'ensemble de ses voisins si rien ne le retient plus de réaliser son projet:

    http://www.politicvisio.com/n31-france/article-guerre-civile-en-ukraine-l-europe-sous-la-menace-d-une-cat.html?id=10932

     

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/06/15/ce-genevois-qui-gouverne-en-ukraine.html
  • "Pourquoi est-ce que notre président assassine notre propre peuple?"

    Imprimer Pin it!

    52.jpg

    Tels sont les propos recueillis par un photographe américain en reportage à Donetsk, dans l'Est de l'Ukraine.*

    Que fait Porochenko, pourquoi est-ce qu'il nous tue? 

    Et que font nos médias? Pourquoi ne considèrent-ils pas ces faits?

    Depuis le massacre perpétré à Odessa dans la maison des syndicats, bien des observateurs ont compris combien était flagrante la différence de traitement des victimes par la plupart des médias occidentaux. La Suisse ne fait pas exception.

    Et pourtant, ce pays est en charge de la présidence de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). 

    Non seulement la Suisse se devrait de respecter la neutralité qui la fonde mais encore, de tenir son rôle et d'informer comme il se doit.

    S'il arrive à la RTS de produire des reportages plus ou moins objectifs sur ce qui se passe dans l'est de l'Ukraine, force est de constater que la majorité des informations sont orientées et cachent mal l'obstination à viser la Russie.

    Ce fait n'échappe pas à qui commente ici et là dans les forum ou autres réseaux sociaux et c'est tant mieux.

    Car ni la Suisse ni l'Occident ne se résument encore à l'image dominante qu'en renvoient leurs médias. 

     

    *  http://www.lecourrierderussie.com/2014/07/ukraine-americain-bombardements-civils/?utm_source=sidebar%20utm_medium=link%20utm_campaign=mostread

  • Jusqu'où iront-ils?

    Imprimer Pin it!

    sourcing_journalistes.png

    Qui n'a entendu ou lu cette question à propos du président russe, Jusqu'où ira Vladimir Poutine? 

    Or à suivre l'actualité que délivre la plus grande partie des medias occidentaux, la question se pose plutôt de savoir jusqu'où iront les journalistes.

    Pas un jour ne passe sans que la Russie de Poutine ne soit dans le collimateur des bien pensants occidentaux.

    Pas un jour sans que ne soit visée la Russie de Poutine comme source de tous les maux et plus encore si l'on pouvait.

    Or force est de constater que de plus en plus de voix s'élèvent pour réagir à cette attitude.

    Le député des Français de l'étranger, Thierry Mariani, a lui-même qualifié d'hallucinant, ce déferlement anti-russe. 

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/06/05/25002-20140605ARTFIG00119-mariani-ne-comprend-pas-les-critiques-apres-l-interview-brillante-de-poutine.php

    Pendant ce temps-là, des BHL et autres Khodorkovsky restent pour bon nombre de medias, la référence en guise d'information.


    http://laregledujeu.org/bhl/2014/05/29/le-poutinisme-est-un-fascisme/


    http://www.lemonde.fr/international/article/2014/06/06/mikhail-khodorkovski-poutine-a-emprunte-la-voie-nationaliste_4433341_3210.html

     

  • RTS, Ukraine, la rhétorique à l'oeuvre

    Imprimer Pin it!

    94932063_o.jpg

    Quand la rhétorique vient au secours de l'idéologie, on s'empresse de la dénoncer s'il s'agit d'un pouvoir que l'on rejette.

    Quand la rhétorique permet à l'information de se diffuser dans le sens souhaité, cela ne suscite apparemment que bien peu de réactions.

    Ce matin, sur la chaîne de la RTS Espace 2, on évoque "38 personnes" mortes à Odessa. On ne précise ni qui ni comment.

    Ces "38 personnes" sont des Pro Russes qui ont été brûlés vifs.

    Par qui?

    Par le mouvement Pravij Sektor, dont on sait très bien l'influence qu'il exerce en Ukraine.

    A part ça, la Russie a toujours tout faux. Mais que vaut une telle vision du monde? 

    http://en.itar-tass.com/russia/730295

  • Ukraine, la haine est de mise

    Imprimer Pin it!

    image006.jpg


    Que de venin anti-russe distillé par certains journalistes pour évoquer la situation en Ukraine!

    A croire que livrer leur information les érige en justiciers.

    A croire que leur science et leur conscience leur octroie de facto droit et blanc-seing.

    Mais que savent-ils de la Russie sinon répéter en boucle et en choeur de quoi la clouer au pilori?

    La bien pensance affichée de ces scribes omniscients n'a rien de constructif.

    Et l'Ukraine en crise mériterait mieux que pareille cristallisation haineuse sur la Russie.

     

     

  • Sochi, entre grâce et fiel

    Imprimer Pin it!

     

    Que n'entend-on, que ne lit-on, que ne voit-on diffusées comme images et autres appréciations de la Russie, de son président et des Jeux Olympiques!

    Sochi, vitrine du sport de haut niveau, certains medias occidentaux n'en rendent que le reflet de leur propre image.

    Fielleuse, acerbe, c'est elle seule qui s'étale à l'envi et à la gloire de ses propres lumières.

    Ainsi soit-il mais  la messe n'est pas dite encore.

    Drapé de ses certitudes, l'Occident juge et  condamne, l'excellence et la grâce, Sochi l'honore et la sublime.

     
    http://www.adme.ru/video/fenomenalnoe-vystuplenie-yulii-lipnickoj-629255/


  • De la Russie et de sa perception en Occident

    Imprimer Pin it!

     

    C'est dans une des salles de la Bibliothèque Majakovskaja de Saint Pétersbourg, en présence du Consul Général de Suisse, que j'ai été invitée à parler de la perception de la Russie en Occident et plus particulièrement au travers de ses medias.

    http://www.pl.spb.ru/mero/1113/elen/

    En aucun cas, il n'a été question de généraliser une approche qui ne saurait se résumer à ce qu'on lit, entend ou voit dans le monde médiatique occidental.

    Force est toutefois de constater combien certains journalistes se plaisent à décrire la Russie de manière caricaturale sinon hostile.

    Réduire un pays de 143 millions d'habitants qui s'étale sur 9 fuseaux horaires à quelques clichés et autres projections, n'illustre bien souvent qu'une approche sommaire sinon orientée.

    Comment comprendre ce sentiment de russophobie, on en a discuté à Moscou aussi lors de cette table ronde télévisée à laquelle j'avais été invitée en septembre dernier:

    http://french.ruvr.ru/2013_09_19/D-ou-vient-la-russophobie-en-Europe-2420/

     

  • Russophobie, fond de commerce?

    Imprimer Pin it!

     

    La média bien pensance occidentale n'en a pas bientôt assez de publier tous les scoops 
    qui l'arrangent pour alimenter sa russophobie?

    Dernière info en date relayée par l'ensemble des medias francophones, l'assassinat d'un religieux russe par un déséquilibré.

    Parce qu'il soutenait les punks russes, on l'indique en titre pour faire croire au lien de cause à effet.

    Aussi simple qu'habile pour orienter d'emblée le lecteur.

    Combien de personnes ne sont-elles pas victimes de déséquilibrés?

    Et combien sont-elles à être le souci de la média-sphère sinon dans le cadre de campagnes électorales ou de votations aux enjeux bien ciblés?

    De combien de Chrétiens assassinés de par le monde, s'est-on ému dans les medias si prompts à s'offusquer du triste sort réservé à un prêtre orthodoxe dont l'accueil réservé à ce déséquilibré lui a été fatal?

    Il ne s'agit pas ici de hiérarchiser des morts chrétiennes, loin s'en faut et bien au contraire.

    Il s'agit de dénoncer un opportunisme cynique de médias avides de vendre de quoi entretenir leur russophobie.

    Il est vrai que stigmatiser la Russie est plus aisé que de traiter la misère occidentale qui se cache pour ne pas mourir quand elle ne se suicide pas.

    Plus aisé aussi que de s'en prendre à ceux qui expriment leur respect d'autrui par des actes de vandalisme quand ils ne poignardent pas tout ce qui leur résiste ou mieux, pillent des cadavres comme ce fut le cas à Brétigny-sur-Orge.*

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/07/13/temp-0b4bbf66850070125f19720de4195b2f-244365.html


    Ce sujet a été publié dans La Tribune de Genève du 19.08.2013 et relayé ici: 

    http://exprimeo.fr/article/9287/helene-richard-favre-denonce-la-russophobie-ambiante.htm
  • France-Russie

    Imprimer Pin it!

     

    En marge du torrent de boue qui a coulé dans la mediabienpensance hexagonale pour (re)couvrir la Russie de Gérard Depardieu, il se trouve tout de même des tribunes d'où les regards savent se porter sans mépris ni sans haine.

    Cet article d'Alexandre Latsa, journaliste français indépendant qui vit à Moscou, offre une synthèse particulièrement  fouillée et riche de documents.

    A chacun d'apprécier ce sujet envisagé de manière globale et loin de visées occidentales avides de noircir l'image d'une Russie qui se développe.

     

    http://fr.rian.ru/tribune/20130109/197164950.html

     

  • Canada, enfant attaqué et info

    Imprimer Pin it!

    La video qui montrait l'attaque d'un enfant par un aigle a été vue des centaines de milliers de fois.

    Savoir qui y a cru ou pas n'est pas le plus important.

    Ce qui interpelle plutôt, c'est la manière dont l'info a été relayée pour être ensuite rectifiée.

    La lecture des commentaires qui suivent l'article paru à ce sujet dans la TdG le démontre à l'évidence:

    Commentaire publié à 12:43 La personne qui filmait s'est immédiatement précipitée pour porter secours, geste honorable de nos jours.

    Commentaire publié à 21:22  Ils sont gonflés à la TdG: ils mettent un article disant que tout le web s'est fait piégé, alors que cet article vient en fait remplacer l'article original de la TdG qui s'est fait piégée comme les autres. La moindre, en matière de déontologie, c'est de laisser le premier article tel quel et d'en ajouter un second, pas de remplacer ni vu ni connu le premier par le second 

    http://www.tdg.ch/vivre/societe/Un-enfant-capture-par-un-aigle-royal/story/13013212

     

  • DSK et "la révolte des chattes"

    Imprimer Pin it!

     

    A quoi jouent les medias à s'acharner sur l'intimité de DSK et à louer des orgies de Pussy Riot organisées et filmées avec femme enceinte sur un lieu public?

    DSK est un homme politique dont la vie privée a surgi sur le devant de la scène médiatique alors qu'elle avait jusque là bénéficié de l'omerta la plus totale.

    Les Pussy Riot sont de jeunes punks restées inconnues du milieu musical russe avant d'occuper la une de tous les medias pour avoir ajouté à leur action de la Cathédrale de Moscou, une dimension politique absente de la scène filmée. 

    DSK est un homme politique, il est traqué, les Pussy Riot sont des chattes en révolte, elles sont idolâtrées.

    Quand la politique se perd en voyeurisme et exalte l'abus, l'information est menacée.

    http://lci.tf1.fr/france/justice/dsk-face-a-la-chasse-a-l-homme-7575034.html?xtor=EPR-1-1358945[--4346--%209h00%20L'info%20-%20TF1%20News%2086144]-20121010-146285935@1-20121010090000

    http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20121010.AFP1594/russie-les-pussy-riot-s-excusent-et-reclament-la-liberte-a-la-reprise-de-leur-proces-en-appel.html

  • Charlie Hebdo, la bien-pensance attaque

    Imprimer Pin it!


    Est-ce bien réaliste d'attribuer à quelques caricatures, le pouvoir de mettre la France sur pied de guerre ou peu s'en faut?

    A titre préventif, la France a annoncé la fermeture de ses écoles ce vendredi 21 septembre dans au moins 20 pays au monde.

    Au Pakistan, les ressortissants français ont reçu un SMS disant: "menaces spécifiques pour la communauté française et intérêts français suite publication ce jour de caricatures par Charlie Hebdo. Vigilance renforcée".

    http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20120919.AFP9317/caricatures-ambassades-ecoles-francaises-fermees-vendredi-dans-20-pays.html

    L'opportunité, pour le gouvernement français, de déplacer les responsabilités sur l'hebdomadaire satyrique ne peut être écartée.

    Le déferlement médiatique bien pensant envers Charlie Hebdo en est la preuve la plus flagrante.


  • La guerre

    Imprimer Pin it!

    La maladie est une chose, la volonté de détruire une autre.

    Les jeunes femmes des Pussy Riot auraient été diagnostiquées par un psychiatre. Si elles n’ont pas vu leurs prestations s’achever dans un asile, c’est que leur raison n'aurait pas été considérée comme entamée.

    Il faut donc considérer ce groupe allié à celui de « Voïna » (la guerre en russe) comme décidé au combat. Tel est d’ailleurs bien l’objectif visé par ces jeunes femmes, déclarer la guerre au pouvoir russe en place et la mener par des actions dites artistiques. 

    Discuter de la peine infligée à ces femmes n'est pas ici le propos. Mais relever l’avalanche médiatique qu'elles ont voulu déclencher par leurs actions, oui. Car c’est de manière consciente et décidée que ces femmes ont mené leur guerre.

    C’est pourquoi la sentence qui leur a été infligée ne les a pas effrayées. Résolument combattantes, elles revendiquent leur sort et refusent de se porter victimes. C’est leur droit. Qui le contesterait? 

    Dans ce cas, les rappels de Goulags ou autres époques dites staliniennes par certains medias ont bon dos de la part de ceux qui, autrefois, ne se hâtaient pas d’en faire leurs grands titres.

    On dira qu'ils ne savaient pas. 

     
  • Blasphème

    Imprimer Pin it!

     

     

    Dans son édition de mars 2012,  La Vie Protestante avait consacré un dossier au blasphème. Parmi les différentes personnalités qui s’exprimaient, Pierre Gisel précisait qu’ Il existe dans le code pénal suisse un article qui punit toute personne ayant publiquement offensé ou bafoué les convictions d’autrui en matière de croyance (art.261)  mais il n’a pas été appliqué depuis des décennies.(…)

    Dans une résolution sur la liberté d’expression et le respect des croyances datant de 2006, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe s’est d’ailleurs montrée très réticente à l’idée d’instaurer le blasphème comme infraction pénale (mais plus favorable à) œuvrer activement à la prévention du discours de haine dirigé contre différents groupes religieux ou ethniques.

    On vient d’assister au déchaînement médiatique qui a fait suite à la peine retenue contre les Pussy Riot à Moscou. Compte tenu du contexte politique international tendu dans lequel cette sentence est tombée, chacun y va de son argumentaire pour la vilipender, la justifier ou l'estimer excessive ou trop modérée.

    Quand l’art s’intéresse à la religion et que la politique s’en mêle, la justice s’emmêle-t-elle aussi?

     

    http://www.vieprotestantegeneve.ch/

     

  • Moulin à silence

    Imprimer Pin it!

     

    Tel fut l'un des surnoms donnés à la machine de Guillotin http://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/guillotin.html,

    Dans l'affaire Mark Muller, le moulin bat décidément de l'aile   http://www.youtube.com/watch?v=NPgiY8FLyhg

    Y apporter tant d'eau, est-ce bien nécessaire?

    Parfois, le bon grain ne se distingue plus de l'ivraie. Qui y a intérêt?

     

  • Anne Sinclair, une femme

    Imprimer Pin it!

     

    L'avant-dernier sujet posté par Anne Sinclair sur son blog,  Deux ou trois choses vues d'Amérique, date du 11 mai 2011.

    Son titre, "Et maintenant..." évoque la mort d'Oussama Ben Laden  Dix jours après les soupirs de soulagement des Américains, l’heure est désormais à l’analyse. Au premier abord, tous semblent converger vers la même conclusion : certes, la mort d’Oussama Ben Laden est une étape historique, qui permet aux Américains de tourner la page des attentats du 11 Septembre, mais elle est loin de mettre fin à la lutte contre le terrorisme.

    Et quand on s’éloigne de la facilité du constat pour poser la question des conséquences sur le futur de la politique étrangère américaine et de la redéfinition des objectifs et priorités, peu de choses semblent avoir changé." Et Anne Sinclair de conclure: "Loin de vouloir définir ce que tous appellent désormais l’"après-Ben Laden", la Maison Blanche cherche, elle aussi, à engranger des points et profiter de cet apaisement dans les sondages pour revenir à un dossier des plus sensibles, celui de l’immigration. (...) Autrement dit, il a vite compris que seule la situation intérieure économique et sociale, voire sociétale, fera l'élection et qu'il s'agit de profiter de l'embellie - relative - pour avancer. Mais Dieu que les victoires sont fragiles!    http://annesinclair.typepad.fr/journal/2011/05/et-maintenant.html

    Trois jours plus tard, le 14 mai à l'aéroport JFK de New York, son mari est arrêté, placé en garde à vue, inculpé, menotté et emprisonné.

    Tisser des liens entre Ben Laden et DSK n'est pas la raison de ce sujet. Il est question, ici, d'évoquer une femme.

    Anne Sinclair n'est de loin pas la seule qui ait donné d'elle-même à un homme. De nombreuses inconnues, illustres ou non, ont agi dans ce sens.

    Soumises, dépendantes, ambitieuses, passionnées, est-ce si important de les définir? Et pourquoi le faudrait-il plutôt que de noter leur présence aux côtés d'un homme pour l'accompagner dans une épreuve?

    Certes, DSK est coupable, certes il a fait du mal et beaucoup de mal mais à qui aussi, sinon à Anne Sinclair elle-même?

    Qu'on aime ou non ce couple, la question n'est pas là.

    L'important à retenir de cette affaire est le cas de figure qu'il représente. Unique, non, sans doute pas. Mais exemplaire à bien des égards.

    Car il ne s'agit pas de réduire deux personnalités à leur comportement.

    Il s'agit de comprendre comment s'articulent intelligence, réussite, fortune et sentiments.

    Anne Sinclair est une femme brillante, qu'on l'apprécie ou non. Anne Sinclair est riche, on l'a lu et entendu partout dans les medias.  Anne Sinclair est une mère, Anne Sinclair est une épouse, Anne Sinclair est sous les feux de tous les projecteurs.

    Anne Sinclair est une femme qu'on peut admirer pour le courage et la force de caractère dont elle fait montre chaque jour qui passe depuis que son blog s'est arrêté juste après cet avant-dernier sujet, "Et maintenant..." qu'elle termine ainsi: Mais Dieu que les victoires sont fragiles!

     

     

  • Alliance(s), stratégies

    Imprimer Pin it!

    Rien n'échappe plus aux regards des deux parties en présence dans le cadre de l'affaire DSK, on l'a bien compris.

    Le fait qu'Anne Sinclair porte ou non son alliance, où et quand, doit-il dès lors constituer un élément pertinent sinon irréfutable?

    Qui est aux côtés de DSK pour le soutenir financièrement? Le FMI, peut-être?

    Quelque soit l'intérêt de cette histoire, il n'en demeure pas moins qu'Anne Sinclair, quoiqu'on en pense, aligne les dollars pour son mari.

    Combien de temps encore, nul ne le sait. Pas davantage dans quelles conditions ni pour quelles raisons.

    Le fait est qu'elle n'a -pas encore- rompu avec son DSK de mari en dépit des images de Closer ou autres medias qui relayent ses infos.

    Certes, la guerre des images fait rage et la nuance n'est plus de mise. La traque a commencé.

    D'un côté comme de l'autre, fantasmes et intérêts entretiennent à souhait les ombres qui planent encore sur le passé et l'avenir des protagoniste.

     

    11:20 Ecrit par Hélène Richard-Favre | Lien permanentCommentaires (0)Trackbacks (0)Envoyer cette note del.icio.usDigg! Digg Facebook