poutine - Page 3

  • #pasdamalgame

    Imprimer Pin it!

    Poutine-de-Frédéric-Pons1.jpg

    On connaît la formule surtout depuis que l'Etat Islamique ou Daesch ou Isis ou tout autre groupement terroriste frappent au nom de l'Islam.

    Mais pasdamalgame aurait-il soudain vocation à se limiter au seul Islam à ne pas confondre avec un autre?

    Non, bien sûr, dans ce cas, merci aux amateurs du pasdamalgame de prendre conscience que la Russie actuelle n'est pas l'Union Soviétique.

    Or combien de fois ne cherche-t-on à faire comprendre à qui le veut bien que l'une est l'équivalent de l'autre?

    Preuve à l'appui, on se fend d'une citation dont on omet, bien sûr, de préciser qu'elle a été amputée de moitié.

    Puisque tout le monde croit savoir combien le Président de l'actuelle Fédération de Russie regretterait l'URSS, voici ce qu'il en a dit:

    Celui qui ne regrette pas l’URSS n’as pas de coeur, celui qui souhaite sa restauration n’a pas de tête.

    Frédéric Pons, dans son ouvrage en photo ci-dessus, dresse un portrait du président russe que les amateurs du pasdamalgame seraient bien inspirés de lire pour rester fidèles à leur credo.

     

  • JOJ à Lausanne en 2020, "parler aux jeunes"...

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2015-07-31 à 13.55.31.png

     

    La joie est de mise et il y a de quoi. Lausanne vient d'être choisie, ce vendredi 31 juillet, pour organiser les Jeux olympiques de la Jeunesse (JOJ) en 2020.

    L'idée de créer des JO pour la jeunesse remonte à 1998 mais n'a pu être validée qu'en 2007. 

    Il est heureux de constater le souci de Jacques Rogge de parler aux jeunes alors que c'est certainement dans ce sens que le président russe avait prononcé cette phrase qui, selon un tweet adressé à Darius Rochebin, aurait fait le buzz mondial.

    Si certains ont carrément ridiculisé le président russe alors qu'il déclarait que ce serait à des gens comme Sepp Blatter que le Prix Nobel devrait être remis, c'est dire leur aptitude à vouloir comprendre le rapport qu'entretient Vladimir Poutine au sport.

    Mais quand l'aveuglement commande, quand on ne veut plus voir, de cette discipline, que ses dérives financières et non pas ce qu'elle apporte de positif et de constructif à maints égards, il va de soi que la cible était toute trouvée. 

    Voici, à lire, pour qui ne s'en souviendrait plus:

    http://www.purepeople.com/article/vladimir-poutine-tres-emu-aux-obseques-de-son-ex-prof-de-judo_a126127/1

     

  • Rochebin-Poutine, et après?

    Imprimer Pin it!

    2402657_pic_970x641.jpg

    L'interview que Vladimir Poutine a accordée au journaliste de la RTS, Darius Rochebin, constitue, à l'évidence, un nouveau temps fort du journalisme: 

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/10/02/un-temps-fort-du-journalisme.html

    Le journaliste suisse est connu pour son audace, relevée par nombre de commentateurs alors qu'il s'adresse ainsi au Président russe:

    Il y a ceux qui disent, après tant d'années de pouvoir, Monsieur Poutine est devenu fou.

    Et Vladimir Poutine de rétorquer: Et vous, au terme de notre interview, je vous parais fou? Réponse du journaliste: En tout cas, vous souriez.

    S'il est judicieux, en effet, de relever ce fait, il l'eût été tout autant de constater la liberté de ton qu'a laissée le Président russe au journaliste suisse.

    Alors que tant de ses confrères ne savent plus qu'inventer pour stigmatiser Vladimir Poutine, Darius Rochebin a néanmoins eu le mérite de dépasser les a priori et d'aller jusqu'au bout de sa volonté d'interviewer le Président russe.

    Il s'est exprimé à cet égard dans Le Matin* et dans Bilan*.

    Puisse son initiative ne pas en rester à un seul coup médiatique ou autre scoop mais contribuer à dessiller certains regards encore trop lourds de préjugés sur la politique du Kremlin.

    http://www.lematin.ch/monde/L-Elysee-etait-plus-enquiquinant/story/17063914
     
    http://www.bilan.ch/entreprises-plus-de-redaction/darius-rochebin-lart-exclus-mondiales 
     
  • Merci, Jacques Sapir!

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2015-07-23 à 21.08.18.png

     

    Qu'un journal comme Le Le Temps dont on ose encore penser qu'il est de bon niveau, publie un article de la plus haute fantaisie, interpelle.

    L'état du journal ou plutôt du cerveau de sa rédaction devrait inspirer Olivier Delamarche, lui qui a diagnostiqué celui d'Alexis Tsipras...

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/20/pas-de-testicules-pas-de-cerveau.html
     

    J'ai soumis à Jacques Sapir, économiste de renom, la réflexion que m'a inspirée l'article publié par Le Temps et les conclusions de son journaliste:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/22/poutine-meilleur-soutien-de-merkel-ou-comment-alimenter-le-feuilleton-grec.html

    Sa réponse figure en capture d'écran ci-dessus.

     

  • Poutine, meilleur soutien de Merkel ou comment alimenter le feuilleton grec

    Imprimer Pin it!

    EDA8IcO.jpg

    Il ne serait pas étonnant que ce qui est présenté comme information au conditionnel ne vise qu'à créer une nouvelle rumeur.

    Ce d'autant qu'elle est relayée par le grand quotidien suisse, Le Temps, peu connu pour sa russophilie...

    L'article fait référence au journal grec To Vima, selon lequel Alexis Tsipras aurait demandé à la Russie un prêt de 10 milliards de dollars pour imprimer de nouvelles drachmes.

    Néanmoins, le fait que Vladimir Poutine n'ait proposé qu'une avance de 5 milliards de dollars au Premier Ministre grec fait écrire le journaliste du Temps que:

    Dans ces conditions, malgré l’appui du peuple grec, Alexis Tsipras n’aurait plus eu d’autre choix que d’accepter le plan d’austérité des créanciers.

    Et l'auteur de l'article de se référer, cette fois à Zerohedge pour annoncer que ce serait «l’information la plus sous-estimée de l’année qui suggère que la perpétuation du rêve d’unité de la zone euro, cher à Angela Merkel, n’aurait été possible qu’avec l’aide de Vladimir Poutine».

    Le journalisme doit-il vraiment se transformer en relai de rumeurs?

    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/5127e0b8-3095-11e5-903f-511fc5349148/Alexis_Tsipras_aurait_sollicité_Vladimir_Poutine_pour_aider_la_Grèce_à_imprimer_des_drachmes
     
  • Allemagne, appel lancé par des militaires

    Imprimer Pin it!

    serveImage.php?id=70986&type=l&ext=.jpg


    En ce 10 mai, jour de la visite officielle de la Chancelière allemande à Moscou, voici que des militaires de ses compatriotes se mobilisent.

    Une lettre ouverte, intitulée Soldaten für den Frieden a été publiée ce 6 mai 2015 sur le site du quotidien allemand Junge Welt.*

    Ils sont près d'une centaine de généraux et d'officiers supérieurs de l'ex-RDA à l'avoir signée pour dénoncer le remaniement du monde auquel s'activent les Etats-Unis.

    Et ces militaires allemands savent de quoi ils parlent pour prôner la paix et non la guerre.

    Qui les écoutera?

    Et pourtant, ils sont loin d'être seuls à se mobiliser contre l'hystérie anti-russe.

    Cependant, sitôt que l'on ose se démarquer du battage médiatique qui n'a de cesse de stigmatiser la Russie mais surtout son président, voici qu'on est perçu comme naïf.

    Accuser pour se défendre est une stratégie bien connue.

    Et les représentants des pays dits démocratiques savent en user et en abuser.

    Combien de temps encore, les peuples concernés par les dommages d'une telle attitude la subiront-ils?

    https://www.jungewelt.de/2015/05-06/023.php


  • L'humain derrière le politique

    Imprimer Pin it!

    photo-1207397320236-1-0.jpg

    http://www.ladepeche.fr/article/2008/04/05/446846-grands-moments-relations-russo-americaines-sous-bush-poutine.html

     

    Voici ce que l'ancien Président des Etats-Unis, Georges W. Bush a dit de son homologue russe de l'époque et actuel Président de la Fédération de Russie:

     

    J'ai regardé cet homme droit dans les yeux, je l'ai trouvé très franc et digne de confiance, et nous avons eu un très bon dialogue. J'ai pu comprendre le sens de son âme. C'est un homme profondément dévoué à son pays et à ses intérêts.

    Ces propos, devenus célèbres, auront valu des critiques à l'ancien Président américain.

    Le chef de l'administration présidentielle russe, quant à lui, précise que Georges W.Bush s'était exprimé ainsi au sujet de Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse conjointe.

    Il déclare, en outre, que l'actuel Président de la Fédération de Russie maintient des relations amicales avec l'ancien dirigeant américain, en dépit des divergences qui persistent entre Moscou et Washington,

    Envisager l'être humain derrière l'homme politique, serait-ce rêver?


  • La France "pro-Poutine"

    Imprimer Pin it!

    washington-accuse-poutine-d-avoir-des-interets-dans-le-petrole.png

    En voici qui aime le monde au point de vouloir le prévenir du danger vers lequel il court.

    L'homme a accès aux colonnes de grands titres de la presse hexagonale mais ici, c'est sur le site du Cercle des libéraux qu'il s'exprime.

    Dans une lettre qu'il destine à une France pro-Poutine, il conclut qu'en substance, soutenir Poutine équivaut à une plaidoirie en faveur du terrorisme islamiste.Une barbarie moderne à l'assaut de l'Occident.

    Cet homme n'est pas un humoriste.

    Il est Professeur de géopolitique ICN Business School Nancy et il s'adresse à une France idiote.

    A lire ci-après:

    http://www.lecercledesliberaux.com/?p=11488

  • La responsabilité des médias en jeu

    Imprimer Pin it!

    1200x630_277114_la-crainte-d-une-invasion-russe-e.jpg?1407534242

    On lit ici et là les velléités qu'aurait la Russie d'envahir l'est de l'Ukraine.

    Ce scénario, même évoqué entre guillemets, relève au mieux, de la haute fantaisie, au pis, de la pure mauvaise foi.

    Et relayer ce genre de propos sous quelque forme que ce soit est un choix qui ne relève d'aucun hasard.

    Pour rappel, on a fait passer le Maïdan au nom de valeurs démocratiques. 

    Au nom d'un idéal, on a soulevé un peuple.

    Pour apprendre d'Obama, il y a peu, son ingérence et son soutien.*

    Et maintenant?

    Il estime que l'Ukraine doit être armée au prétexte que les forces russes seraient présentes dans le Donbass.

    Voici ce que pense ce général ukrainien des mensonges dont tant de nos médias se sont fait le relai:


    http://arretsurinfo.ch/general-ukrainien-aucune-troupe-russe-ne-combat-contre-nous/

     

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/02/washington-etreinte-par-un-profond-desarroi.html


  • RTS, où est l'éthique journalistique?

    Imprimer Pin it!

    vladimir-poutine-a-assure-a-la-television.jpg


    Ce 29 janvier, dans le cadre du téléjournal, la RTS a diffusé un reportage sur la situation dans l'est de l'Ukraine.

    La gravité des faits exigerait une éthique journalistique à la hauteur.

    Si elle a souvent pu être constatée et même signalée ici, elle ne semble toutefois pas avoir été le souci principal du correspondant de la RTS en ce 29 janvier.

    Gulliver Cragg l'auteur du reportage diffusé par la chaîne publique suisse romande, travaille pour France 24. A lire son profil, affiché ici ou là, on comprend que ses idées ne regardent que lui.

    Soit et dans ce cas, la RTS sait à qui elle s'adresse.

    Mais ses téléspectateurs?

    Ils le comprennent quand ils entendent dire d'un témoin interrogé dans le reportage que les seuls intéressés par cette guerre, ce sont les clans mafieux.Et puis Poutine s'en mêle aussi. Je ne dis pas la Russie, je dis Poutine, tient-il à préciser.

    A voir ici:  http://www.rts.ch/play/tv/le-19h30/video/ukraine-les-rebelles-pro-russes-continuent-leurs-attaques?id=6500805

    Cette obsession à voir l'actuel président russe responsable de tous les maux ou presque, friserait le ridicule si elle ne mettait autant de vies et de pays en danger.

    Et ce n'est pas Mikhaïl Gorbachev, tant estimé -encore- en Occident, qui contredira mon propos:  http://fr.sputniknews.com/international/20150129/1014191341.html



  • Poroshenko: "Et c'est comme ça et précisément comme ça que nous gagnerons cette guerre"

    Imprimer Pin it!

    140905_xt5wv_porochenko-petro-ukraine_8.jpg


    Dans cette séquence du 19:30 de la RTShttp://www.rts.ch/play/tv/le-19h30/video/le-camp-de-concentration-dauschwitz-a-ete-libere-il-y-a-70-ans?id=6495302

    le journaliste Marc Julmy commente l'absence de Vladimir Poutine de manière aussi objective que l'est celle de ses collègues de la chaîne de radio Espace2 lorsqu'ils évoquent la situation dans l'est de l'Ukraine.

    Normal, on a bien compris que la Russie avait à peu près tout faux dans cette guerre qui perdure en dépit des cessez-le-feu et autres accords jamais respectés.

    Il semblerait bien, toutefois, que depuis que les forces appelées "pro Russes" ou "séparatistes" ont repris l'avantage sur les forces loyalistes, les journalistes semblent très soucieux d'énoncer chaque jour le nombre de soldats tués sinon d'enfants à évacuer.

    Et pourtant, alors que Kiev bombardait écoles, hôpitaux et bâtiments à l'aveugle, combien ont-ils été, ces mêmes journalistes, à rappeler que l'enfance était à évacuer?

    Dans bien des cas, elle n'a tout simplement plus pu l'être, évacuée, cette enfance, brutalement perdue à jamais.

    La terreur infligée aux habitants des villes sous contrôle loyaliste de Kiev, quel media en a rendu compte?

    Et des envolées du président ukrainien Petro Poroshenko sur le sort qu'il réservera aux enfants du Donbass?

    La présidente de la Confédération suisse, Simonetta Sommaruga qu'on voit longuement lui serrer la main dans le reportage cité plus haut, qu'en dirait-elle? 

    A voir, ici:     https://www.youtube.com/watch?v=ZYoOCz65KY8&app=desktop

     

  • Ukraine-Russie,appel à la raison

    Imprimer Pin it!

    85920-MXQVR0ebliNL17I96VZaUw.jpg

    Dans sa page consacrée au courrier de lecteurs, La Tribune de Genève d'hier, 17 novembre, a réalisé un beau travail journalistique en publiant deux points de vue opposés sur la Russie.

    Dans l'un d'eux, il était question d'une Ukraine dont Vladimir Poutine aurait l'intention de détruire le peuple.

    Soit.

    Dans l'autre, le mien, il s'agissait de souligner le soutien apporté par Mikhaïl Gorbachev à ce même Vladimir Poutine.

    Qu'un Président, célébré par l'Occident pour avoir concouru à rapprocher les peuples, se range désormais aux côtés de celui qui viserait à en détruire un, est un signe fort qu'a donné l'ancien et dernier président de l'ex-Union Soviétique.

    Il serait dès lors grand temps de raison garder et de considérer la situation de manière objective avant que la passion, alimentée par un manichéisme outrancier, ne vire au cauchemar.

    Non, la Russie n'est pas l'ennemie de l'Occident, pas moins de l'Ukraine et ne doit en aucun cas l'être. 

    Sans quoi, la guerre totale envisagée par son actuel président, Petro Poroshenko, risque bel et bien d'avoir lieu.

    https://fr.news.yahoo.com/lukraine-préparée-à-scénario-guerre-totale-selon-président-171433757.html

  • 9 novembre 1989-9 novembre 2014

    Imprimer Pin it!

    443767-dernier-dirigeant-urss-mikhail-gorbatchev.jpg


    Dans le cadre des célébrations qui entourent la chute du mur de Berlin, il y a vint-cinq ans, comment ne pas se rappeler l'événement majeur que ce 9 novembre 1989 a représenté?

    Que chacune et chacun ait vécu ce moment historique à sa manière, rien de plus normal.

    Que les conséquences géopolitiques que cette chute a entraînées créent des divergences de points de vue, rien de plus normal encore.

    Preuve en est l'organisation de ce colloque intitulé:

    25 ans après la chute du mur de Berlin-nouvelles crises, nouveaux doutes, nouveaux murs.

    Mikhaïl Gorbachev a été invité à y prendre part et a exprimé son intention d'y rencontrer Angela Merkel.

    Cela dit, l'ancien et dernier président de l'ex-URSS ne demeure pas moins déterminé à soutenir l'actuel président de la Fédération de Russie.

    S'en étonnera qui veut.

    Mais il n'y a rien de surprenant à une telle prise de position sinon pour un certain Occident pétri de ses seuls et propres critères d'analyse.

    Que cette Russie sans cesse présentée par nombre de férus commentateurs comme celle de Poutine s'avère soudain aussêtre celle de Gorbachev est à inscrire dans les mémoires.

    L'état du  monde actuel et les tensions multiples qui le fragilisent le valent bien.

    http://www.rts.ch/info/monde/6282112-gorbatchev-veut-defendre-la-position-de-poutine-aupres-de-merkel.html

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/11/06/97001-20141106FILWWW00154-ukraine-gorbatchev-defend-poutine.php

    Sujet publié en page 23 de l'édition papier de "La Tribune de Genève" du 17 novembre 2014 

    Sujet également publié en page 13 par "Le Temps" du 13 novembre 2014 sous le titre "Vingt-cinq ans après"

  • La culture des uns et des autres

    Imprimer Pin it!

    poutine_4.jpg

    Encore un qui sait de quoi il parle...

    L'actuel tsar, ainsi a-t-il évoqué le président russe.

    Il souriait, certain de se faire comprendre.

    Il semblait par ailleurs ravi de sa formulation.

    Il faut dire qu'elle est particulièrement originale.

    Et surtout, qu'elle témoigne d'une indéniable culture politique et historique de la Russie.

    Car il ne plaisantait pas, non, il était très fier de figurer parmi ceux qui ne s'en laissent pas conter...

    Lui, c'est François Busnel, journaliste qui interviewait Emmanuel Carrère et

    Paul Veyne. 

    http://culturebox.francetvinfo.fr/emissions/france-5/la-grande-librairie/tete-a-tete-exceptionnel-entre-paul-veyne-et-emmanuel-carrere-186341


  • Ukraine, Russie, information

    Imprimer Pin it!

    didduser.jpg


    Invité de la rédaction de la RTS,  Monsieur Andreas Gross nous apprend que la Russie est la grande responsable de tout ce qui se passe en Ukraine ou peu s'en faut.

    Mieux, Monsieur Gross exprime son inquiétude quant à une catastrophe nucléaire qui menacerait alors qu'il ne dit mot des projets nourris par le résident genevois aux trois passeports et néanmoins gouverneur de la province de Dniepropetrovsk évoqués ici-même.**

    Tandis qu'il parle de sa rencontre en France avec le Président de la Douma, Sergueï Naryshkine, Andreas Gross, pourtant politicien suisse, répond ignorer l'annulation de la visite qui avait été prévue en Suisse du président de la Douma.

    Et il faudrait accorder du crédit à ce politicien suisse qui n'est pas même au courant de ce qui se passe dans son propre pays?

    Andreas Gross est ce parlementaire socialiste suisse auquel Mikhaïl Khodorkovski a exprimé - à la RTS aussi- toute sa reconnaissance de lui avoir rendu visite lors de sa détention.

    http://www.rts.ch/video/info/journal-continu/5478258-mikhail-khodorkovski-remercie-le-suisse-andreas-gross.html

    On comprend bien la reconnaissance exprimée par l'ancien détenu à son visiteur. On comprend tout autant ce que ce visiteur et néanmoins parlementaire suisse a saisi de la politique du Président russe. 

    Rien d'autre que ce qui est repris en boucle par à peu près tous les médias occidentaux.

    *  http://www.rts.ch/audio/la-1ere/programmes/l-invite-du-journal/6094506-andreas-gross-president-du-groupe-socialiste-du-conseil-de-l-europe-03-09-2014.html?p=0


    **http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/08/30/l-ennemi-a-abattre.html
  • Minsk, incertain regard?

    Imprimer Pin it!

    minsk.jpg?itok=cNU3izvu


    A Minsk, ils se sont certes serré la main, le président russe et le président ukrainien.

    Mais il suffit de comparer le regard lancé par Petro Porochenko à ses invités pour comprendre les enjeux de la situation.

     

    http://coub.com/view/3233d


    Si, au 19:30 de ce 26 août*, Darius Rochebin a relevé le regard de Vladimir Poutine "dardé sur Petro Porochenko", il laisse à Marc Allgower le soin de commenter celui de Petro Porochenko dont le journaliste mentionne que "le visage se ferme".

    Comme euphémisme, difficile de trouver mieux.

    Ensuite, toujours dans le sujet de la RTS, on apprend que les autorités de Kiev ont publié des vidéos de prisonniers russes.

    Les conventions de Genève** évoquées au sujet des prisonniers ukrainiens que les défenseurs du Donbass ont fait défiler à Donetsk ne seraient-elles pas applicables ici?

    La RTS floute certes le visage des prisonniers russes mais pourquoi les montre-t-elle?

    Il est bien difficile de rester objectif, diront certains quand d'autres constateront qu'en effet, on montre ce qu'on peut comme on veut ou l'inverse.

     

    http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/6094158-vladimir-poutine-et-petro-porochenko-se-sont-rencontres.html

     

    ** http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/08/24/ukraine-le-defile-de-donetsk.html
  • "L'avenir n'est pas dans la violence"

    Imprimer Pin it!

    Igor-Kolomoiski.jpg


    Ces propos cités en titre sont ceux du Président Didier Burkhalter.

    Les circonstances dans lesquelles ils ont été tenus ont été évoquées dans deux précédents sujets de ce blog.

    A y repenser, on serait curieux de savoir comment les a reçus notre "résident genevois", par ailleurs gouverneur de la région de Dniepropetrovsk en Ukraine.

    Quand on sait que ce pays interdit tout autre passeport que celui qu'il délivre, on se demande aussi comment l'un de ses gouverneurs peut en posséder trois. *

    Certes, l'angélisme n'est pas de mise.

    Mais alors, que valent des lois si elles sont ainsi bafouées?

     

    * http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/06/03/lettre-ouverte-aux-autorites-genevoises.html
  • "Cher collègue"...

    Imprimer Pin it!

    616x380_petro-porochenko-lors-conference-presse-25-mai-2014-a-kiev.jpg


    Un obus tiré depuis l'Ukraine a explosé non loin des observateurs de l'OSCE déployés le long de la frontière russo-ukrainienne.*

    A quand une prochaine interview du Président de la Suisse  - qui elle-même préside l'OSCE-  avec une nouvelle série de questions de la Radio-Télévion-Suisse relatives à diverses personnalités politiques qui inclue, cette fois, le "Cher collègue" ukrainien de notre président?

    "Cher collègue", on s'en souvient, est la manière avec laquelle Didier Burkhalter s'était adressé à Vladimir Poutine lorsque celui-ci l'avait invité au Kremlin en mai dernier.

    Au "Cher collègue" Petro Porochenko, le Président de la Suisse rappellerait-il que "l'avenir n'est pas dans la violence" **, comme il le déclare au journaliste qui l'interroge au sujet de Vladimir Poutine?

    On l'espère et on ose ne pas en douter. 


    http://fr.ria.ru/world/20140803/202019825.html

    ** http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/08/01/monsieur-le-president-ou-est-la-neutralite-de-la-suisse.html


  • Jusqu'où iront-ils?

    Imprimer Pin it!

    sourcing_journalistes.png

    Qui n'a entendu ou lu cette question à propos du président russe, Jusqu'où ira Vladimir Poutine? 

    Or à suivre l'actualité que délivre la plus grande partie des medias occidentaux, la question se pose plutôt de savoir jusqu'où iront les journalistes.

    Pas un jour ne passe sans que la Russie de Poutine ne soit dans le collimateur des bien pensants occidentaux.

    Pas un jour sans que ne soit visée la Russie de Poutine comme source de tous les maux et plus encore si l'on pouvait.

    Or force est de constater que de plus en plus de voix s'élèvent pour réagir à cette attitude.

    Le député des Français de l'étranger, Thierry Mariani, a lui-même qualifié d'hallucinant, ce déferlement anti-russe. 

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/06/05/25002-20140605ARTFIG00119-mariani-ne-comprend-pas-les-critiques-apres-l-interview-brillante-de-poutine.php

    Pendant ce temps-là, des BHL et autres Khodorkovsky restent pour bon nombre de medias, la référence en guise d'information.


    http://laregledujeu.org/bhl/2014/05/29/le-poutinisme-est-un-fascisme/


    http://www.lemonde.fr/international/article/2014/06/06/mikhail-khodorkovski-poutine-a-emprunte-la-voie-nationaliste_4433341_3210.html

     

  • Vladimir Poutine, les coulisses d'une interview

    Imprimer Pin it!

    poutine-bouleau-elkabbach_scalewidth_630.jpg

    Le président russe a été l'invité d'Europe 1 et de TF1 qui ont toutes deux diffusé l'entretien ce 4 juin au soir.

    Ouvert, disert, sans langue de bois, c'est ainsi que Gilles Bouleau, le journaliste de TF1 évoque Vladimir Poutine.*

    Il précise par ailleurs, qu'aucune consigne n'a été donnée concernant les questions.

    Il ajoute aussi qu'aucune d'elles n'a été connue au préalable par le Président russe.

    De quoi donner à réviser leur point de vue à quelques obstinés du préjugé.

    Mais on le sait, les idées préconçues font souvent office de certitudes.

    Le déroulement de l'interview est ponctué de quelques tensions du côté des journalistes, qui ont toutefois admis avoir été marqués par cette rencontre.

    A suivre ici, les déclarations de Gilles Bouleau:


     http://videos.tf1.fr/infos/2014/gilles-bouleau-nous-raconte-les-coulisses-de-l-interview-de-poutine-8430152.html

     

     et là, l'interview de Vladimir Poutine:

    http://videos.tf1.fr/infos/2014/poutine-invite-exceptionnel-de-tf1-et-d-europe-1-l-interview-integrale-8430256.html


  • Ce "Genevois" qui finance l'armée ukrainienne

    Imprimer Pin it!

    _74668534_kolomoisky1.jpg

    Dans son édition papier de ce week-end festif où Genève commémore son entrée dans la Confédération Helvétique, La Tribune de Genève accorde -entre autres articles- une pleine page au portrait d'un oligarque ukrainien.

    L’homme n’est pas un inconnu pour tous.

    Sans doute doit-il l’être de lectrices et de lecteurs du quotidien genevois pour que sa rédaction estime bon de le leur faire découvrir.

    L'homme soutient les actions de l'armée ukrainienne et ne s'en cache pas. Normal, l'ennemi, c'est l'autre, celui qui veut détruire l'Ukraine. Au hasard, le président russe, bien sûr.

    Lui, Igor Kolomoisky, est au bénéfice d’un forfait fiscal, réside entre autre à Genève. Car il précise qu’il dispose de trois passeports qui lui permettent ainsi de voyager facilement dans l’Union Européenne.*

    Que pense de ce citoyen "genevois", le Président de la Suisse et par ailleurs de l'OSCE, Didier Burkhalter?


    http://www.dailymotion.com/video/x1wo7qc_kolomoisky-un-bandit-leve-une-armee-en-ukraine_webcam

     * http://www.tdg.ch/economie/entreprises/L-oligarque--genevois--qui-defie-Poutine/story/21138894

     
  • Lettre ouverte au Président Didier BURKHALTER

    Imprimer Pin it!

                                                                                                             

                                                                                                               Genève, le 6 mai 2014

    Monsieur le Président,


    Ce mercredi 7 mai, à la demande qui vous a été adressée par la Russie, vous  serez à Moscou.

    C’est en tant que président en exercice de l’OSCE que vous rencontrerez le chef du Kremlin, Vladimir Poutine

    Les attentes sont nombreuses, qui pèsent sur l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe que préside cette année la Suisse.

    En tant que pays neutre, qui plus est dans le cadre du bicentenaire des relations diplomatiques que commémorent cette année la Suisse et la Russie, difficile de ne pas espérer de la présidence suisse de l’OSCE, qu’elle intervienne au mieux dans le cadre de la crise ukrainienne.

    Monsieur le Président, Odessa a été frappée, marquée pour toujours par  cette nuit où des membres du parti « Pravy Sektor » ont massacré des citoyens qui ont eu le malheur de ne pas penser comme eux, si tant est que ces factions néo-nazies aient une pensée digne de ce nom.

    Car pour agir comme les militants d’extrême droite s’y sont employés en cette nuit tragique qui a ensanglanté et durablement déchiré Odessa, poser la question n’est pas un euphémisme.

    Des images de ce qui s’est passé dans la maison des syndicats ont été publiées qui témoignent du calvaire qu’ont enduré les victimes. Présentées d’abord comme « personnes » par bien des medias occidentaux, elles ont été identifiées ensuite comme « pro-Russes ».

    Monsieur le Président, votre présence ce 7 mai en Russie est un signe fort.


    Avec respect et considération,

     

                                                                                 

                                                                                                        Hélène Richard-Favre

  • Ukraine, snipers et vacarme russophobe

    Imprimer Pin it!

     

    200651991.jpg


    ...ce qui inquiète particulièrement les gens, c'est que la coalition [en place à Kiev] refuse d'enquêter sur ces épisodes.

    On devient de plus en plus conscient que ce n'était pas Ianoukovitch qui se trouvait derrière ces tireurs, mais quelqu'un qui fait actuellement partie de la nouvelle coalition*

    Tels sont les propos confiés à Mme Ashton par M. Paet, ministre estonien. 

    Et que l'on ne vienne pas une nouvelle fois affirmer qu'il s'agit-là de propagande russe comme certains se gargarisent de le répéter en boucle.

    Ces propos ont été authentifiés par l'Estonie.

    Quand donc ouvrira-t-on  les yeux?

    Quand donc se penchera-t-on enfin sur le rôle joué par l'Union Européenne dans cette crise qui frappe l'Ukraine?

    Il serait opportun que cesse cette pression occidentale sur la Russie, réduite qui plus est à son seul Président!

    Croire de manière aussi obstinée qu'absurde qu'il n'agit que pour lui seul relève soit de la mauvaise foi, soit d'une carence de jugement.

    C'est la Russie que représente Vladimir Poutine et non lui seul!

    Ce sont les intérêts de son pays qu'il défend comme n'importe quel régime s'y emploierait, Eric Hoesli l'a rappelé dans une de ses récentes interventions sur la RTS.

    Mais qui l'a entendu dans ce vacarme russophobe qui assourdit toute perception de bon sens?

    * http://fr.ria.ru/world/20140305/200651842.html
  • Vladimir Poutine, ne vous déplaise

    Imprimer Pin it!

     

    Dans le contexte global actuel, Vladimir Poutine dérange.

    La place que prend la Russie dans le monde est de plus en plus importante et gêne de nombreux intérêts.

    Dès lors, détruire l'image d'un homme encombrant semble bel et bien être la seule explication au dossier à charge livré à titre de reportage par la RTS, ce jeudi 6 février au soir.

    Elu président de la Russie en 2012 par 63% d'électeurs, Vladimir Poutine déplaît au monde médiatique bien pensant occidental, on l'a compris.

    Pas un jour ne passe sans trouver dans les medias des propos parasités par la médisance, la calomnie, voire la haine.

    Que savent de la Russie qui a élu son président, tant de censeurs et de juges ?

    Lequel de tant de bienveillants droits-de-l'hommistes a-t-il salué la guerre évitée en Syrie grâce aux efforts diplomatiques russes? Auraient-ils préféré la voir en feu?

    Ont-ils réalisé, ces ardents défenseurs de la cause humaine, qu'aux côtés de l’opposition syrienne, luttaient des sabreurs de têtes et autres pourfendeurs de valeurs qui leur sont par ailleurs si chères?*

    Pour leur information et au cas où elle leur aurait échappé, le très prisé magazine FORBES a élu Vladimir Poutine l'homme le plus influent du monde. 

    Qu'ils le veuillent ou non, il  existe encore des êtres capables de discerner ce qui mérite d’être mis en perspective et pas. 

     http://www.lefigaro.fr/international/2013/10/30/01003-20131030ARTFIG00467-poutine-detrone-obama-de-son-statut-d-homme-le-plus-puissant-du-monde.php


    * http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/09/14/temp-3c0bc53d7375c1dc6f513bdb7776e707-247037.html


    Ce sujet a été publié dans la rubrique "Lu sur les blogs" de la TdG du 10.02.2014 sous le titre choisi par la rédaction "Vladimir Poutine, homme de paix"



  • Vladimir Poutine, en ligne directe

    Imprimer Pin it!

     

    "Le président russe mérite-t-il sa mauvaise réputation?" interroge la RTS.

    Le président russe mérite-t-il que la RTS pose ainsi la question, on en a débattu le 3 février dans l'émission "En ligne directe".

    Le sujet est sensible tant les clichés et autres certitudes bien pensantes ont la dent dure.*

     
    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/en-ligne-directe/5561477-vladimir-poutine-est-il-un-dictateur-03-02-2014.html?f=player/popup

     

     

    1656434_513872195392296_1786260997_n.jpg

    On accuse Vladimir Poutine d'être mégalomane avec ses JO, de prendre en otage le pouvoir ukrainien et de bloquer le processus de paix syrien.
    Le président russe mérite-t-il sa sale réputation?

    Invités:

    Hélène Richard-Favre, écrivaine et russophile; Manon Schick, présidente de la section suisse d'Amnesty International; et Gaëtan Vannay, chef de la rubrique internationale de la RTS radio.

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/12/13/temp-26579d7bfb064c6cee2ef66c419cbaba-250885.html


  • "C'est donc par notre dialogue, cher Vladimir, que passera la paix"

    Imprimer Pin it!


    C'est donc par notre dialogue, cher Vladimir, que passera la paix.*

    Tels sont les termes par lesquels François Fillon s'est adressé au Président russe lors du Forum de Valdaï auquel il a été invité à participer. 

    Ces propos tenus par l'Ancien Premier Ministre français le 19 septembre dernier n'ont bien sûr pas échappé à la media bien pensance hexagonale.

    Le contraire eût étonné.

    Aucune surprise donc, tant on sait combien toute prise de position non conforme à la doxa occidentale est immédiatement récupérée et modulée selon tous les canons en vigueur et en force. 

    Dans le contexte politique français et international actuel, il est toutefois très dommageable d'en arriver à de telles réductions de pensée.

    Mais on le sait, tout sera mis en oeuvre pour discréditer François Fillon. 

    Qu'il s'agisse de fidèles Sarkozystes ou de soutiens du Président français actuel.

    Quand on songe à l'image déplorable que Monsieur Hollande donne de la France depuis de nombreuses semaines, l'intervention de François Fillon est à saluer.

    L'Ancien Premier Ministre de Nicolas Sarkozy  est un des premiers avec Jean-Luc Mélenchon à avoir pris position contre la solution militaire en Syrie. 

    Même Dominique de Villepin lors de son intervention chez Frédéric Taddeï le 7 septembre derniera su rappeler la prise de position claire et nette de François Fillon dans le cadre de la crise syrienne.

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/08/28/temp-d23a74c79050df03a7969d42f7ef4acd-246192.html

     

    *http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/video-le-cher-vladimir-de-fillon-au-president-poutine-lors-d-un-forum-en-russie_416741.html
     

     

  • Kremlin, l'avenir radieux selon Hollande

    Imprimer Pin it!

     

    Le site de La Voix de la Russie a mis en ligne l'échange de ce jour au Kremlin entre Vladimir Poutine et François Hollande.

    Le président russe évoque le partenariat privilégié avec la France et situe d'emblée son propos sur un plan économique.

    Il rappelle les bonnes relations que son pays entretient avec la France à cet égard.

    Il mentionne toute de même la baisse du volume de chiffre d'affaires qu'il attribue en partie à la crise économique internationale de 2012.

    Enfin et très succinct dans son message, il souligne l'opportunité de la visite du président français en Russie pour mettre au point des mesures à appliquer dans le domaine économique.

    Le président français, pour sa part, oriente son discours sur un tout autre plan.

    Il rappelle avant tout les liens historiques qui unissent la France à la Russie et souligne aussi l'appartenance des deux pays au Conseil de sécurité. 

    Puis il s'exalte sur l'immense potentiel qui existe entre les deux pays aux relations prometteuses, oubliant son interprète...qui discrètement se rappelle à lui.

    Outre ce moment assez insolite, on notera le talent et la mémoire de cette femme qui a su restituer toute la tirade du président français qui n'a pas trouvé mieux que de commenter ainsi....c'est la musique qui compte! Sans doute un de ses traits d'humour dont il aurait le secret? Comprenne qui peut.

    Il n'en demeure pas moins que le message du président français, en dépit des promesses de développements économiques entre la France et la Russie, a surtout consisté à rappeler le président russe à ses responsabilités sur le plan international.

    François Hollande a ensuite tenu à remercier personnellement Vladimir Poutine à deux égards.

    Tout d'abord de l'avoir aidé à retirer du matériel d'Afghanistan dans les meilleurs délais pour respecter sa promesse faite aux Français de quitter l'Afghanistan fin 2012. 

    Ensuite, d'avoir soutenu l'intervention de la France au Mali dès le premier jour.

    Et François Hollande d'ajouter, Je sais que la Russie favorisera la transformation de cette opération en opération de maintien de la paix dans les prochaines semaines.

    Assurance ou voeu pieux, l'avenir le dira. 
     

     

     

  • Paris, saccage en soutien aux Pussy Riot

    Imprimer Pin it!

     

    Ce monument désormais coloré, célèbre la mémoire du corps expéditionnaire russe venu soutenir les alliés en France lors de la guerre de 1914-1918.

    Il a été investi par les soutiens des Pussy Riot et recouvert de peinture rappelant les couleurs de leur tenue vestimentaire.

    A lire les commentaires postés en réaction à  l'article qui évoque cette nouvelle action de soutien aux jeunes punks, on mesure l'impact de ce type d'action.

    Outre la mémoire de la bravoure et de l'honneur saccagée, c'est le non sens d'une telle opération qui s'affiche de manière criante aux yeux des Parisiens.

     

    http://www.20minutes.fr/article/1096337/statue-parisienne-taguee-demander-liberation-pussy-riot#commentaires

     

    article_pussy.jpg

  • Gloire à qui?

    Imprimer Pin it!

     

    Cliquez sur le lien ci-dessous et allez avec le curseur à la 18e minute de l'émission! Vous verrez comment a été présentée l'information selon laquelle Brigitte Bardot menaçait d'écrire elle aussi à Vladimir Poutine pour obtenir la nationalité russe.

    Le sujet avait en effet été traité par le journal télévisé de France 2 qui montrait le président russe en pleine partie de chasse et ridiculisait de fait, la demande de BB, ardente défenderesse de la cause animale.

    http://www.prorussia.tv/Journal-hebdomadaire-de-Voix-de-la-Russie-7-janvier-2013_v139.html

    La polémique qui vient d'agiter les esprits de l'Hexagone médiatique et politico-cultuel au sujet de la récente acquisition du passeport russe par Gérard Depardieu a une fois encore mis en évidence la partialité avec laquelle est livrée l'information sur la Russie.

    Terre infréquentable,infestée de goulags,d'asile d'aliénés, ainsi apparaît la Russie dans la mediabienpensance qui n'hésite pas non plus à la peindre hantée de mafieux, de tueurs à gages et d'alcooliques.

    Stigmatiser à ce point un pays n'est qu'une piètre manière de masquer la misère morale et financière qui affecte l'Occident.
     
    Il n'est pas question ici de glorifier la Russie mais d'appeler à davantage d'objectivité dans la considération qu'on lui porte.
     
  • Liberté de désinformer

    Imprimer Pin it!

     

    En Mordovie, région de la Russie, qui sait pourquoi Gérard Depardieu s'y est rendu?

    Thierry de Cabarrus, chroniqueur politique au NouvelObs a la réponse. 

    Selon lui, l'acteur français se croyait persécuté par les autorités françaises et Vladimir Poutine n'a d'autre but que de l'instrumentaliser.

    Poutine l'envoie à 640 km de Moscou, dans la capitale de la petite république de Mordovie, qui n'est pas particulièrement touristique.

    En fait, je pense (et j'espère) qu'il l'ignorait bel et bien quand il est monté dans l'avion pour Saransk, mais cette région conquise par Ivan le Terrible au XVIe siècle possède un camp de prisonniers dans lequel se trouve l'une des deux chanteuses membres du groupe Pussy Riot. (...) en devenant le voisin de la chanteuse contestataire aujourd'hui prisonnière, il cautionne, qu'il le veuille ou non, cette décision digne d'une dictature.

    N'en déplaise à Monsieur de Cabarrus, en se rendant en Mordovie, Gérard Depardieu allait rejoindre son ami de longue date, le directeur des Archives du cinéma.

    Or il se trouve que cet ami, directeur des Archives du cinéma s'appelle Nicolaï Borodatchev, qu'il est originaire de Mordovie et qu'il s'y trouvait pour fêter Noël orthodoxe qui se célèbre le 7 janvier.

    En toute logique, c'est donc là, chez lui à Saransk que Nicolaï Borodatchev a invité son ami Gérard Depardieu.

    Voilà ce que Monsieur de Cabarrus ignore ou tait. 

    Quant à savoir qui a instrumentalisé qui, la question vaut pour les Pussy Riot. On ne peut faire l'impasse d'un tel soutien mondial apporté à trois illustres inconnues du milieu punk russe. Car oui, personne ne les connaissait avant que toutes les fées du showbiz et des medias réunis ne se penchent sur leur sort. 

    Mais là encore, Monsieur de Cabarrus a la réponse: Poutine, le dictateur qui invente mille façons de demeurer au pouvoir, qui enferme les jeunes filles  dans des geôles malgré la désapprobation mondiale, qui soutient Bachar El Assad, le monstre sanguinaire de la Syrie, utilise Gérard Depardieu comme un vulgaire pantin.

    La liberté d'expression équivaut-elle à s'ériger en juge et à désinformer dans le seul but de dresser le procès en règle du président d'un pays étranger?

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/754521-depardieu-voisin-d-une-pussy-riot-l-acteur-est-devenu-la-marionnette-de-poutine.html