08/05/2017

Autres temps... souvenirs

Capture d’écran 2017-05-08 à 23.11.25.png

Une affaire avait fait grand bruit en son temps, elle avait inspiré un film.

Sorti en 1971, il avait été signé par André Cayatte et affichait, dans le rôle principal, Annie Girardot.

Mourir d’aimer s’était inspiré d’une histoire vraie, celle d’une professeur et de son élève. Entre eux deux s’était nouée une relation d’amour, elle, était âgée de 32 ans, lui, de 17.

La suite, on s’en rappelle, avait été tragique. Condamnée à douze mois de prison et cinq cents francs d’amende pour détournement de mineur, Gabrielle Russier aurait pu être amnistiée mais le Parquet avait fait appel.

Lors de la parution d’un ouvrage de souvenirs consacrés à cette affaire, le journal Le Monde y revenait dans un article, le 17 juillet 2006.

La France, qui vient d’élire son Président, sait aussi où et comment il a connu son épouse. L’histoire a été amplement racontée et, contrairement à celle qui a valu à Gabrielle Russier prison et suicide, celle d’Emmanuel et de Brigitte Macron a été perçue comme romantique et plus encore.

Dans une interview, un psychiatre italien estime que si l’idylle entre Brigitte encore Auzière à l’époque et Emmanuel Macron avait eu lieu en milieu ouvrier, elle aurait eu d’autres conséquences, plus proches de celles qui ont frappé la prof et son élève à Marseille, il y aura bientôt quarante ans.

On ne peut que se réjouir pour le nouveau couple présidentiel qu’il ait échappé à pareille justice. On ne peut, néanmoins pas oublier comment Georges Pompidou avait commenté la fin tragique de ce qui s’est appelé l’affaire Russier.

 

24/03/2017

Lettre ouverte à Christine Angot

 

Madame,

 

On a besoin de pouvoir s’identifier à celui pour qui on va voter, de sentir que même de loin il comprend ce qu’on ressent déclarez-vous à François Fillon ce 23 mars dans le cadre de l’Emission Politique de France2

Vous dites vrai. Et l’identification ne concerne pas seulement celle projetée sur une femme ou un homme politique. 

Aussi, vous êtes-vous peut-être sinon sans doute sentie incarner autant de voix que celles dont vous vous êtes fait le relai.

Car convoquer une figure littéraire dans le cadre d’une émission politique, c’est donner toute sa place à une approche sensible.

Mais voici que vous vous êtes érigée en procureur.

Voici que vous avez dressé un réquisitoire pour accuser, juger et condamner l’homme qui se trouvait en face de vous.

Et lorsqu’il vous a été demandé de laisser répondre votre interlocuteur, à peu près au milieu de ce qui devait être un échange entre vous et François Fillon, vous avez rétorqué que non et vous avez poursuivi votre charge.

Madame Angot, il appartiendra au peuple français d’élire sa présidente ou son président.

Ses citoyennes et ses citoyens voteront selon leurs critères et non selon le prisme d’une personne elle-même mise en examen pour diffamation.

Entre le respect que suscite votre activité littéraire et celui qui aurait aussi pu être apporté à votre prestation dans le cadre de L’Emission politique de France2, il y a un gouffre.

Vous vous y êtes jetée à vos dépens ou non.

Bien à vous,

Hélène Richard-Favre

 

 

02/03/2017

France, Macron a un programme. Monde, la Suède fait face à la Russie

C’est la totale, ce 2 mars au soir, sur France2.

Emmanuel Macron est l’invité du 20 heures tandis qu’on y commente les défections des élus qui ont, jusque là, soutenu François Fillon.

Apparaît Jean-Pierre Grand, ancien Président du parti fondé par Dominique de Villepin, qui appelle à voter Alain Juppé quand le fondateur de République Solidaire, pour sa part, s’emporte.

Heureusement que certain(e)s croient encore que la politique a à faire avec la morale car ils auront leur candidat ad hoc. L’éthique est un des aspects qui figure au programme du Mutant

A part cela, le domicile parisien de François Fillon a été perquisitionné. Et c’est de Villepin qui osait déclarer, ce 8 février dernier  dans Le Point, que François Fillon avait créé un feuilleton médiatique et judiciaire?

Mais cerise sur le gâteau, dans la suite du journal, on apprend que la Suède décide de rétablir le service militaire pour faire face à la montée des périls avec la Russie.

Sic.

 

 

01/03/2017

François Fillon face à la France, la France, face à elle-même

Capture d’écran 2017-03-01 à 17.19.23.png

                                            capture d’écran: Huffingtonpost

Je vous le dis avec gravité, ne vous laissez pas abuser, ainsi s’exprime François Fillon face à ses compatriotes.

A ceux qui le suivent et à ceux qui le combattent, ce n’est pas moi seulement qu’on assassine, précise-t-il. C’est l’élection présidentielle.

François Fillon se défend, c’est son droit.

Abattre un candidat au profit d’un autre dont tout veut faire croire qu’il sera l’homme - la femme?- de la situation est un vaudeville dont le théâtre qui le donnerait à jouer serait aussi couru que déserté selon les goûts et les couleurs.

A vrai dire, rien de nouveau à ce spectacle de la nature humaine.  

Pendant ce temps-là, le monde continue de tourner avec ses guerres ouvertes de longue date et couvertes avec une objectivité telle qu’on ne peut qu’accorder crédit à autant de médias qui en rendent compte, qui en douterait?

Car on le sait, tout doit concourir à apporter au monde les seules vraies valeurs dignes de ce nom, celles de la démocratie dont nous sommes bénéficiaires, nous autres Occidentaux tandis qu’autant de peuples demeurent encore opprimés par les régimes qui les gouvernent.

François Fillon n’est pas le candidat du système. Pas davantage, Marie Le Pen, visée, elle aussi par une enquête. Restent les autres, les dénommés petits ou celui qui semble dores et déjà élu des médias.

Chercher l’erreur, serait-ce (encore) croire au Père Noël?

 

23/02/2017

Un nouvel invité dans la campagne présidentielle française, théogate en vue?

Capture d’écran 2017-02-23 à 22.00.38.png

                                                                                                      capture d’écran: rfi

Y aura-t-il la même curée médiatique pour la famille du jeune Théo devenu connu sinon célèbre par la violente interpellation policière dont il a été le sujet?

L’affaire a mobilisé jusqu’au Président de bientôt plus aucun Français. François Hollande, en effet, s’est rendu au chevet de Théo, le 2 février dernier pour tenter de le rassurer selon RFI qui nous apprend, aussi, combien ce jeune homme avait toujours été connu pour son comportement exemplaire.

Soit et bien lui en prenne!

Le fait est que Le Parisien révèle une affaire qui risque bien d’alimenter les polémiques et au-delà, En effet, selon le quotidien français, la famille du jeune Théo serait sous enquête financière, pour abus de confiance et escroquerie. 

Il s’agirait de 678 000 euros d’argent public dont on se demande l’usage qui en a été fait.

Aïe...

Mais qu’ont-ils tous, autant qu’ils sont, à être supposés s’être servis dans les caisses de l’Etat?

13/02/2017

Monsieur quatre pour cents

 

Certaines et certains semblent très inquiets du sort réservé à l’opposant russe Alexeï Navalny qui vient d’écoper d’une peine de 5 ans de prison avec sursis.

Après qu’autant de parangons de vertu se soient mobilisés en justiciers de François Fillon, que ne se soucient-ils pas, de même, des activités de ce blogueur dont le combat contre la corruption est le fer de lance?

Certes, il n’est pas Français, pas davantage, n’est-il impliqué d’une quelconque manière dans la campagne présidentielle de l’Hexagone, contrairement à celui contre lequel il veut se présenter en 2018 et dont nos journalistes sont si prompts à pointer l’implication comme cela a été évoqué ci-après:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2017/02/09/macron-le-krem...

Pourtant, ces mêmes valeureux apôtres de vérités, devraient savoir comment celui qu’ils font passer pour le principal opposant de l’actuel Président russe, lutte contre la corruption tandis qu’il a été lui-même condamné pour ce qu’il combat.

A cet égard, voici qui éclairera les esprits qui veulent bien se soumettre à un autre éclairage que celui qui aveugle tant de porte-voix préoccupés du destin de cet opposant au poids politique si menaçant.

Avec les 4 % de crédit que la population lui apporte, il est vrai qu’il a de quoi trembler comme l’explique ci-après Karine Bechet-Golovko:

http://russiepolitics.blogspot.ch/2017/02/le-syndrome-nav...

12/02/2017

A l’ombre de nos démocraties décaties

  
Il n’aura fallu que quelques sujets traitant, ici, de la Russie pour que que se déploie à nouveau la panoplie de remarques visant à condamner un point de vue qui diverge d’autant de certitudes acquises et visiblement indéboulonnables.

Tandis qu’une réflexion est proposée qui nuance celle imposée par autant de médias qui prétendent informer, voici qu’elle est aussitôt mise en cause, suspectée d’influence douteuse et d’intérêts conséquents.

Faut-il que toute personne qui s’exprime sur la Russie de manière autre que celle qui la considère aux mains d’un dictateur soit, de facto, engagée à la solde du Kremlin?

En serait-on au point de ne plus saisir le sens d’une approche qui ne demande qu’à ce que l’on cesse de réduire un peuple, une culture et une Histoire à quelques clichés caricaturaux?

En serait-on déjà au point de ne plus comprendre l’intérêt qu’il y a à défendre des valeurs simples d’échanges entre les pays?

Si tel devait être le cas, les idéaux portés par nos démocraties sont vraiment à bout de souffle.

04/02/2017

#fillongate,#penelopegate, tisser, un métier!

Capture d’écran 2017-02-04 à 15.10.18.png

                                                                                                capture d’écran

Observer qui décrète, ici ou là, sur un réseaux social ou l’autre, se refuser à la vindicte -et c’est un euphémisme- qui vise François Fillon tandis qu’à la faveur de commentaires déposés au gré de ces réseaux, on constate tout le contraire, confirme que le battage médiatique orchestré autour du #fillongate, #peneleopegate, à choix ou les deux, agit au mieux.

L’hypocrisie d’autant de moralisateurs, sinon nés, du moins soudain acquis à certains paramètres éthiques est si manifeste qu’elle n’échappe qu’à qui le veut bien.

Et puis, cette question posée par Jean-Jacques Bourdin sur RMC, le 31 janvier dernier à Buno Retailleau, directeur de campagne de François Fillon au sujet de clients russes qu’il aurait eus ou non tandis qu’il était consultant, est d'autant révélateur de ce souci moral!

Rejoindre la curée et dénoncer tel ou tel comportement de François Fillon et -ou- de son épouse, c’est empoigner le métier à tisser l’habit du candidat programmé.

Marine Le Pen, dores et déjà mise au ban du Front républicain, a-t-elle encore à bien se tenir face à un prédicateur européen?

François Fillon n’est pas même l’homme à abattre mais Emmanuel Macron, celui à adouber.

  

01/02/2017

La justice du fiel et du venin

Capture d’écran 2017-02-01 à 22.24.19.png

                                                                                                      capture d’écran: RTS

Il fallait entendre Franz-Olivier Giesbert, ce 1er février dans le cadre du 19:30 de la RTS. Interrogé par Darius Rochebin sur l’affaire Fillon, le journaliste français a été très clair:

http://www.rts.ch/info/monde/8355245-dans-l-affaire-fillo...

Il n’est d’ailleurs pas le seul à dire que le dégât est avant tout et surtout d’ordre moral, pour François Fillon alors qu’il n’y aurait rien d’illégal à ce qui lui a été reproché. Certes, la justice le dira.

En attendant, la nature humaine se révèle dans toute son ampleur.

Déjà par le fait de révéler une information juste quand il faut alors que la pratique à laquelle se serait livré le candidat à la présidentielle du parti Les Républicains ne date de loin pas d’hier et devait sans doute être connue.

Ensuite par la nécessité que ladite information soit reprise en boucle pour atteindre le plus grand nombre de citoyennes et de citoyens.

Enfin et justement, par la déferlante de réactions à une affaire montée en épingle dans le seul but d’abattre un homme. 

Car la justice que pensent exercer celles et ceux qui n’expriment que jalousie, aigreur et haine ne construit strictement rien mais leur permet de déverser fiel et venin.

 

28/01/2017

Affaire Fillon, les oubliés de l’histoire... les hackers russes!

 

L’affaire qui vise l’un des favoris sinon le favori de l’élection présidentielle française à venir fait grand bruit et c’est peu dire tant tous les médias s’y mettent et plus encore. Pas moins de trois émissions consécutives de C’est en l’air  ont été consacrées à la question sans compter tout le reste qui semble avoir oublié, du coup, des hackers russes. C’est que l’Ancien Premier Ministre serait ami de Vladimir Poutine, raison déjà bien suffisante pour le tenir à distance et, peut-être, d’écarter la piste russe...

Cela dit, une perquisition a eu lieu au siège de La Revue des deux mondes. Que la justice fasse son travail, rien de plus normal. Qu’on s’interroge, malgré tout sur ce qu’il en est d’une histoire qui sort comme à point nommé n’est pas interdit tant la vie politique s’anime aussi d’autres images que celles de rassemblements qui unissent toutes personnalités confondues et rassurent. Mais pour cela, souvent, il faut que la mort s’en soit mêlée.

La question de savoir d’où est venue la salve qui a permis la révélation au Canard Enchaîné, si elle n’est pas déterminante n’est pas anodine non plus.

Aussi, le nom de Rachida Dati apparaît-il souvent comme étant celui porté par la personne qui aurait permis l’attaque en règle qui vise l’Ancien Premier Ministre et son épouse.

Ce ne semble plus être un secret pour personne que l’Ancienne Garde des Sceaux soit vengeresse. Nombre de se interventions médiatiques en ont témoigné, à l’image de celle-ci:

Capture d’écran 2017-01-28 à 13.14.47.png

capture d’écran de: http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/2012053...

 

27/01/2017

Quand un Occident bienveillant s’inquiète du sort des femmes... russes

 

Décidément, la Russie passionne! Et pas que pour son Histoire, sa culture et son président, non, on s’inquiète, désormais, du sort réservé à ses femmes.

Oui, mes compatriotes, entre autre deux personnalités connues du monde des Lettres et du journalisme alertent sur le fait que la femme russe risque de voir sa condition dégradée sinon pis encore.

Aïe, selon l’ONG citée par l’un de ces soucieux protecteurs des droits des femmes russes, je le cite, une Russe meurt toutes les 63 minutes à la suite de violences domestiques et plus de 650 000 femmes sont battues par leur maris ou compagnons.

Il va de soi que tout cela ne peut laisser insensible et que la violence faite aux femmes, où qu’elle s’exerce, est une plaie. Ce sujet a été évoqué ici-même:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/01/08/de-cologne-au-...

Mais récupérer cette thématique pour, une fois de plus, dire tout le bien que l’on pense de la Russie, de son Président et de son entourage, ne convaincra que qui le veut bien.

Cependant, si les références de ces Messieurs sont, pour l’un d’eux sinon les deux, Le Monde, on conçoit leur souci et leur indignation. 

Alors, pour qui souhaiterait un éclairage autre sur ce qu’il en est de ce projet de loi, voici celui d’une femme, Française et juriste qui vit en Russie:

http://russiepolitics.blogspot.ch/2017/01/non-la-russie-n...

 

27/12/2016

D’un fait l’autre...

Capture d’écran 2016-12-27 à 16.53.12.png

capture d’écran: https://www.rtbf.be/info/monde/detail_crash-d-un-avion-ru...

Alors que nombre de mes compatriotes semblent se passionner pour une affaire en voie de devenir d’Etat au rythme où va leur mobilisation, j’ose, pour ma part, penser encore et encore au crash qui a blessé la Russie au coeur.

Certes, la mort brutale de l’ensemble des passagers et de l’équipage du Tupolev Tu-154 peut laisser aussi indifférent ou presque que le taux d’alcoolémie dans le sang de cette élue fédérale qui retient l’attention d’autant de Suisses.

Nul doute que conduire en état d’ébriété met en danger la vie d’autrui et que la loi est là pour sanctionner ce comportement. Mais le reste qui alimente tant de commentaires, relève de discussions de comptoir tant on semble ignorer ce qui s’est passé exactement.

Cela dit, il ne s’agit pas, ici, de minimiser les intérêts sinon de les hiérarchiser, il est juste question de constater que des goûts et des couleurs, comme dit le proverbe, on ne discute pas.

Même parmi les  grands de ce monde, certains n’ont pas estimé bon de s’exprimer. Le Président d’encore tous les Français, par exemple, a pris comme porte-parole son ambassadeur à Moscou quand la Chancelière allemande en personne a adressé ses condoléances à la Russie.

Pour ma part, si j’y reviens encore, c’est pour ce qui m’unit à ce pays et qu'une journaliste a bien voulu comprendre. Qu’elle en soit remerciée, je veux parler, ici, d’Anne Pitteloud du journal Le Courrier:

http://www.lecourrier.ch/136498/les_voix_d_helene_richard...

10/12/2016

Abus, trahisons politiques et extrémismes

 

On l’a constaté, certains se sont réjouis de voir Jérôme Cahuzac condamné. 

Le journaliste Edwy Plenel s’est félicité d’avoir tiré la sonnette d’alarme, d’avoir donc, en quelque sorte, été ce qu’il semble désormais convenu d’appeler un lanceur d’alerte.

Si l’ancien ministre du Budget a trahi, il n’est sans doute pas le premier dans son genre.

Que dire de celles et ceux qui ont promis, promis et promis au nom d’une croissance dont ils allaient s’employer à relever le niveau? En vain.

Leur trahison a plongé nombre de personnes, de ménages, de familles et d’entreprises dans une misère qui n’a, parfois, plus trouvé d’autre issue que la rue sinon le suicide.

A ces bonimenteurs, justice n’a pas été rendue sinon, peut-être, par les urnes.

A cet égard, le rôle des réseaux sociaux a pu être relevé. Mais pour y découvrir haine, insultes et  détournements divers au moins autant qu’analyses, sens critique et débats d’idées raisonnables.

Alors?

Sanctionner une politique et la rejeter peut-il encore se concevoir sans risquer l’extrémisme tandis que sa montée s’observe ici et là?

Poser la question n’est pas y répondre.

 

08/12/2016

Audiard ou pas, Jérôme Cahuzac ne dormira pas en prison

Capture d’écran 2016-12-08 à 16.32.44.png

Un aimable commentateur de ce blog avait, lui aussi, rappelé au souvenir de Michel Audiard tandis qu’il avait estimé opportun de le citer dans le cadre d’un précédent sujet publié ici.

Ce Monsieur ne lira sans doute pas cette autre reprise de Michel Audiard puisqu’il a fait part du plaisir qu’il prendrait à ne plus lire ce qui ne lui a, par ailleurs, jamais été imposé mais qu’il a choisi, de son propre gré, faut-il le préciser.

Bref, voici donc le célèbre dialoguiste français à nouveau cité, cette fois sur Twitter par Bruno Jeudy, rédacteur en chef politique à Paris Match.

Edwy Plenel, quant à lui, ne cache pas sa fierté d’avoir été l’un des premiers -sinon le premier- à avoir soupçonné Jérôme Cahuzac d’avoir un compte en Suisse et vante l’utilité d’un journalisme d’intérêt public.

De tels propos tenus par un personnage connu pour sa férocité à se réjouir de voir tomber qui ils poursuit de ses assiduités journalistiques n’étonnent guère:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/04/04/edwy-plenel-br...

Quoi qu’il en soit,  Jérôme Cahuzac ne dormira pas en prison ce soir.

L’ancien ministre du Budget fait appel de sa condamnation.

 

17:35 Publié dans Air du temps, Avaries, France, Justice, Politique, Politique française | Tags : cahuzac, justice, france, suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

14/09/2016

Couple Cahuzac, curée ou justice?

10361014-patricia-cahuzac-cette-femme-secrete-qui-a-detruit-l-ancien-ministre.jpg

                                                   http://www.linternaute.com/actualite/politique/1034799-pa...

 

Le verdict est tombé sur le couple Cahuzac.

Règlement de compte sur fond de comptes bancaires en Suisse, l’affaire Cahuzac, un triste conte moderne, comme le formule l’intitulé d’un article du journal Le Monde, c’est selon.

Car pour d’aucuns, les larmes seraient de crocodile et la haine, plutôt de mise. Au-delà de ces manifestations d’humeur, certes discutables, un petit retour en arrière ne manque pas d’intérêt.

Le 7 avril 2013, ce sujet ci-après, publié ici-même citait un article remis à jour le 10 avril 2013:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/04/07/cope-cahuzac-l...

Depuis lors, l’ex-épouse Cahuzac a eu le temps de changer et de rechanger de conseil.

Le fait est que la proximité des familles politiques qui apparaissait alors, en disait sinon en dit encore long sur certaines affinités en matière de pratiques financières.

Autant de révélations qui rappellent des réalités connues. Mais lorsque la vie privée s’en mêle et s’emmêle, toute personnalité en vue dont les pratiques ou les moeurs seraient discutables, risque davantage.

N’est-ce là que justice tandis qu’il est attendu d’elles un comportement digne de ce nom, sans doute.

De là à déchaîner haines, vindictes ou atermoiements de toutes sortes, il y a un pas qui semble souvent largement franchi.

 

22/07/2016

De la décision du Tribunal arbitral du sport à Dostoïevski...

topelement.jpg

             http://www.tdg.ch/sports/actu/maintenant-cio-peut-punir-s...

La photo ci-dessus et le lien à l’article qu’elle illustre figure en bonne place dans La Tribune de Genève de ce 22 juillet.

Il y est question de la décision du Tribunal Arbitral du Sport -TAS- de rejeter l’appel des soixante-huit athlètes russes qui demeurent donc exclus des JO de Rio.

Or voici que le journaliste qui en parle entraîne son public dans une projection assez singulière.

En effet, convoquer Dostoïevski pour lui prêter une hypothétique oeuvre que lui aurait été inspirée cette Russie du sport en proie à toutes les turpitudes, est une perception de l’écrivain que Daniel Visentini n’hésite pas à partager avec ses lecteurs.

A toutes fins utiles, ces deux articles indiqués en lien ci-dessous permettront à chacune et à chacun d’apprécier l’envolée lyrique -si elle en est- de l’auteur de l’article consacré à la décision du TAS d’exclure les soixante-huit athlètes russes des JO de Rio.

https://www.lepetitlitteraire.fr/analyses-litteraires/fed...

http://la-philosophie.com/crime-chatiment-dostoievski-res...

15/06/2016

Orlando, Magnanville, la vie comme elle s’en va

Eau-fleur.jpg

On se fait fusiller à Orlando mais le refrain est aussitôt entonné, on n’a pas peur.

On assassine à Magnanville mais nos médias nous racontent qui est le « meurtrier présumé ».

Soit!

On le sait, tuer à l’aveugle au nom de l’Etat islamique, selon Bernard Cazeneuve, ne serait pas un délit...

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/06/27/ce-n-est-pas-u...

En ce temps de jeûne à vocation spirituelle, on aurait sans doute attendu mieux que pareille boucherie.

 

02/06/2016

Femmes européennes, devons-nous « trembler » ?

voile-musulmane-radical.jpg

Femmes européennes, devons-nous trembler comme l’indique le titre d’un article du site Boulevard Voltaire?

http://www.bvoltaire.fr/emmanuellefrankl/femmes-europeenn...

Celui-ci s’inspire d’un article du Figaro:

http://www.lefigaro.fr/international/2016/05/27/01003-201...

A lire ce qui a été publié le 27 mai dernier sur le site du grand quotidien français, on comprend que le sujet soit sensible. 

On comprend aussi que la manière d’en traiter suscite diverses lectures.

Le fait est que la présence de tribunaux islamiques clandestins en Grande-Bretagne n’est pas une nouveauté et avait déjà été signalé ici ou là.

Qu’une enquête soit menée ne présage d’aucune issue certaine.

De là à prévenir les femmes européennes, il y a un pas que Boulevard Voltaire n’a pas hésité à franchir. 

A raison ou à tort, l’avenir devrait le dire à défaut du présent...

 

17/10/2015

Kunduz: un véhicule armé en guise de tribunal

Capture d’écran 2015-10-17 à 17.01.58.png

Les agissement commentés dans ces quelques lignes ci-dessus rappellent au cynisme d'une frange de l'humanité.

Quand celle-ci ose se présenter comme défenderesse de la démocratie, c'est la démocratie qui est bafouée.

Les propos comme ceux qui figurent en capture d'écran ci-dessus sont extraits d'un article dont le lien figure au bas de ce sujet.

On y lit toute l'estime portée à la justice.

On y découvre de quelle manière elle est honorée.

Des articles comme ceux-ci pointent la réalité d'un Occident qui passe son temps à dénoncer des gouvernements qu'il qualifie de tous les noms les plus détestables.

Des articles comme ceux-ci révèlent ce qui s'impose comme valeurs tandis que la mort a frappé des blessés de guerre et des membres du personnel qui s'est consacré à les soigner.

A lire ici:

https://francais.rt.com/opinions/8612-presidente-msf-wash...

17:18 Publié dans Air du temps, Avaries, Etats-Unis, Humanité, Justice, OTAN, Politique, Pouvoirs, Pratiques | Tags : kunduz, msf, etats-unis | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

29/08/2015

"Le Temps" édition en ligne de ce 29 août, à Michel Danthe, journaliste

logo-les-sens-des-mots.jpg?w=700

Monsieur Michel Danthe cite mon sujet de blog:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/08/23/legion-d-honne...

dans un article mis en ligne sur le site du grand quotidien suisse "Le Temps" de ce 29  août 2015.

Sa lecture particulièrement orientée et tendancieuse de mes propos m'a obligée à y réagir. Ainsi lui ai-je écrit ce qui suit:

Monsieur,

Je vous remercie de me citer. La moindre des politesses eût été de m'en informer comme je m'y emploie moi-même lorsque je cite les propos d'une personnalité quelconque.

Quant à votre lecture de mon sujet, elle découle d'une grille qui vous arrange.

La nuance que j'apporte vous échappe à l'évidence mais lorsque l'on veut faire dire à autrui ce qu'il n'a pas dit, les moyens justifient la fin.

Bien à vous,

Hélène Richard-Favre

 

Monsieur Danthe m'a alors répondu qu'il ne voyait pas "ce que la politesse viendrait faire là-dedans".

Outre une nouvelle incompréhension de sa part des démarches que je poursuis pour tout sujet qui évoque une personnalité que j'estime légitime d'informer des propos que je tiens sur elle, il ajoute ses propres déductions.

Le voici donc qui m'écrit que je prendrais peut-être "peur" de mes "propres idées" et de "l'écho qu'elles peuvent légitimement susciter dès lors elles sortent (sic! Je cite) du cercle sans doute plus confidentiel qui est le sien habituellement"

Et comme il ajoute que "c'est avec plaisir que je lirai sous votre plume l'explication de la nuance qui m'aurait échappé", je la lui ai indiquée. La voici:

Merci de votre réponse rapide, Monsieur.

Quand j’évoque la règle de politesse, je ne songe à rien d’autre qu’au fait que si je parle d’une personne, je l’en informe car j’estime juste de procéder ainsi.

Je ne vois donc en rien de quoi je devrais « prendre peur ». Je constate par contre fort bien que vous déformez le sens de mon propos. Car le fait d’avoir exposé une difficulté à "adhérer à ce qui a été raconté » n’a strictement rien à voir avec une perception complotiste de l’événement dont il est question.

Si vous n’établissez aucune nuance entre une difficulté à adhérer à un récit et son rejet pur et simple en tant qu’il serait « complotiste », j’en suis navrée pour vos compétences linguistiques.

Car si vous aviez lu mon sujet comme il se doit, vous auriez compris que cette difficulté que j’expose est conséquente à l’embrouillamini des versions livrées par les médias. Elle ne tombe dès lors pas d’un ciel duquel pleuvraient les complots comme vous voulez le laisser entendre au public qui vous lira.

Quant à votre manière de faire se rejoindre mon sujet et les commentaires qui le suivent, elle démontre bien dans quel esprit particulièrement orienté vous l’avez lu. 

Détourner son sens vous décrédibilise vous et ne saurait, dès lors, vous honorer.

Bien à vous,

Hélène Richard-Favre

18/08/2015

La France, entre premier décapité sur son sol et premiers chômeurs de l'affaire Mistral

Les-premiers-chomeurs-de-l-affaire-Mistral_article_landscape_pm_v8.jpg

Le 26 juin 2015 aura marqué le retour de la décapitation en France.

On se rappelle dans quelles conditions Hervé Cornara a été exécuté puis comment son bourreau a posté sur les réseaux sociaux un selfie où il s'affichait avec la tête de sa victime.

Ce retour de la décapitation en France a pu être considéré par d'aucuns comme cas isolé. Comment parer autrement à un tel acte qu'en en limitant la portée?

Le fait est qu'il a marqué les consciences et n'a pas arrangé l'état de la France.

Avec l'échec cuisant de l'affaire des Mistral dont il est ici rendu compte*, la France a dévoilé ses préférences.

A minimiser l'impact du djihad sur son sol et à maximaliser la menace russe loin de ses frontières, le compte est bon.

Car c'est bel et bien depuis la crise ukrainienne dont tout le mal a été attribué à Moscou que Paris joue à perte.

Pendant ce temps-là, une nouvelle convocation en justice a ravivé le funeste souvenir du premier nouveau décapité de France:

http://www.ledauphine.com/france-monde/2015/08/14/condamne...

 

*  http://www.parismatch.com/Actu/Politique/Les-premiers-cho...
 

12/07/2015

"Le président de la République française est le Président de tous les Français, y compris des djihadistes."

2253101-jeune-demoiselle-recherche-un-djihadiste-mortel.jpg

 

Difficile de donner tort à Boualel Sansal, écrivain algérien dont l'interview est à lire ici:

http://www.leprogres.fr/lyon/2015/01/29/la-france-doit-se...

C'est au coeur même de nos démocraties qu'oeuvrent ces apôtres de la terreur. 

Partout, ils appliquent leurs principes et leurs lois si elles en sont.

Bien sûr qu'on peut toujours dire qu'à eux seuls, ils ne représentent pas "le mal".

Bien sûr que "le mal" est incarné par de nombreuses autres pratiques, nul n'est assez naïf pour croire que quelque régime que ce soit incarne le bien à lui seul.

Il s'agit toutefois de savoir quelles valeurs nous souhaitons.

Si celles portées par les djihadistes vous enchantent, dans ce cas, rien à dire.

Et ce ne sont pas les "larmes" de Bertrand Cazeneuve qui y changeront quoique ce soit.

Ce ministre a beau avoir été ému à l'enterrement d'Hervé Cornara, décapité le 26 juin dernier sur sol français, il n'en a pas moins déclaré que prôner le djihad n'était pas un délit.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/06/27/ce-n-est-pas-u...

 

30/06/2015

Quelques informations plus tard...

a-SELFIE-SYRIE-640x468.jpg

Quelques informations plus tard, on apprend que l'épouse du décapiteur de l'Isère s'était rendue en Syrie avec lui.

On apprend que le couple y a vécu.

On apprend que l'acte de décapitation a été incité par l'Etat Islamique, même si ce dernier ne le revendique pas.

C'est un article paru dans Le Monde qui fait part de ces éléments.

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/06/30/a...

Rappelons l'étonnement dont l'épouse de Yassin Salhi faisait part alors qu'elle parlait sur les ondes d'Europe 1 en direct:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/06/26/isere-l-epouse-du-terroriste-presume-ils-l-ont-arrete-n-importe-quoi.html

La justice a mis fin à sa garde à vue.

Son mari, quant à lui, a été mis en examen pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste.

 

 

28/06/2015

«Et je rappelle et je rappellerai toujours que les premières victimes de ce terrorisme sont les musulmans».

 

 

Monsieur le Premier Ministre,

Ces propos sont les vôtres et ont été cités dans un article paru sur le site du Dauphiné.com.*

Au risque de vous contredire, non, les premières victimes de ce terrorisme ne sont pas les musulmans.

Les premières victimes de ce terrorisme sont celles qui meurent, de fait.

Les premières victimes sont celles dont ce terrorisme prend la vie.

Les premières victimes sont celles dont la tête est tranchée.

Les premières victimes sont celles dont la tête tranchée a été fichée sur une grille.

Quant aux prochaines victimes, elles sont partout.

Monsieur le Premier Ministre, vous n'êtes certes et comme nul autre, tenu à l'impossible.

Mais nul, non plus, n'est tenu à déconsidérer la vie d'un innocent décapité.

Avec respect,

                                                                                                    Hélène Richard-Favre

 

http://www.ledauphine.com/isere-nord/2015/06/28/attentat-...
 
Lettre parue en page 13 de l'édition papier de La Tribune de Genève du 30 juin 2015 et adaptée aux critères de la rubrique "Courrier" qui ne publie pas de Lettre ouverte.
 

30/05/2015

Platini-Blatter, match nul?

4dc6b.jpg

 

La nature humaine n'a pas fini de surprendre et tant mieux.

On sait l'énergie mise pas Michel Platini pour évincer Sepp Blatter de la présidence de la FIFA.

On l'aurait même entendu dire qu'il allait le tuer.* Certes, c'est une expression mais tout de même...

Ce soir, la nouvelle est tombée, Sepp Blatter a été réélu.

A voir la photo ci-dessus, on cherche l'arme du crime entre les mains qui se serrent.

Les sourires ne semblent pas de circonstance, pas davantage, les regards échangés.

L'intensité de cet instant n'a rien du leurre.

Et l'oeil du photographe qui l'a saisi ne s'y est pas trompé.

 
http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Sepp-blatter-re...

*http://actu.orange.fr/video/zapping-actu/platini-sur-blat...

 
 
 

28/05/2015

De Noé à Sem, laïcité et antisémitisme en question

505px-Nuremberg_chronicles_-_f_15v.png

Six  mois de prison ferme pour propos antisémites, telle est la peine qui vient d'être infligée à un citoyen genevois.*

La définition du terme d'antisémite a varié au cours de l'Histoire.

Il a été construit en opposition à celui de sémite, lui-même créé à partir du prénom du personnage de Sem, fils de Noé.

Autant de références bibliques diversement lues et qui suscitent controverses et polémiques.

Au nom de la laïcité, il a été interdit à des écoliers genevois de participer de manière active à l'oeuvre de Benjamin Britten, L'Arche de Noé. **

En vertu de la lutte contre la haine raciale, ethnique et religieuse, des propos offensant une des populations dont le nom a été forgé sur celui de Sem, dernier fils de Noé, sont condamnés.

La Bible et ses personnages n'ont pas fini de faire parler d'eux.

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/six-mois-prison-f...
 
**  http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/dip-coule-arche-n...

 

21/05/2015

"Je reçois régulièrement des menaces"

 

liberte-egalite-fraternite.jpg

 

De l'entretien que nous a accordé Laurent Brayard et qui a été publié ici ce 20 mai, deux de ses propos méritent qu'on y revienne tant ils sont lourds de sens.

J'ai donc souhaité qu'il nous en dise davantage et lui ai encore posé deux questions auxquelles il a bien voulu répondre.

Laurent, vous avez évoqué la nationalité du Donbass que vous n'hésiteriez pas à demander. Mais existe-t-elle alors que la région appartient encore à l'Ukraine?

 Oui, les autorités locales ont commencé à mettre en place des passeports pour les habitants. De plus, les voitures commencent à être immatriculées avec des plaques nationales comportant le drapeau de la République de Donetsk, j’aurais dû dire, d’ailleurs, la nationalité de la République Populaire de Donetsk (il y a aussi celle de Lougansk). Par référendum, le pays a voté son indépendance il y a longtemps déjà, en 2014. Immédiatement après cela, une assemblée et des députés ont été élus.Les bâtiments officiels portent désormais des plaques du gouvernement, les transports ont modifié les tickets de bus et de tramway aux couleurs de la Nation avec un prix minimum très modeste. Cette région n’appartient plus à l’Ukraine. Selon la déclaration des Droits de l’Homme et d’autres textes internationaux, un Peuple a le droit de disposer de sa destinée, c’est le premier et essentiel droit de tous les peuples à disposer d’eux-mêmes. Toute la propagande des médias français et occidentaux n'y changera rien, c’est un droit sacré. 

Vous estimez de votre voix que si elle était vraiment entendue, vous seriez bientôt en danger d’une manière ou d’une autre. Pourriez-vous préciser le sens de ce propos?

Je reçois régulièrement des menaces et de nombreuses insultes venant de France et désormais d’Ukraine. Il y a peu, des activistes pro-Kiev ont établi des listes de russophiles connus qui soutiennent les insurgés du Donbass. Ces listes ont été portées au vu et au su  de tous, un temps, sur les réseaux sociaux. Nous avons été fichés et répertoriés, il était question de nous dénoncer au gouvernement français, de tenter de nous faire taire par l’intermédiaire de plateformes de dénonciation mises en place par le gouvernement français (un relent de Vichy ?) comme Pharos. 

Dans la rue, j’ai déjà été menacé, une fois, à Dijon, à cause du ruban de Saint-Georges que je porte en permanence. Ces menaces, très explicites, ont été proférées en langue russe par un immigré ukrainien. Avec la loi de surveillance, sans recourir à la justice ou à un juge quelconque, le gouvernement français peut désormais fermer n’importe quel site internet ou page d’un réseau social et passer à des sanctions judiciaires arbitraires. Il s’agit là de la fameuse loi « Je suis sur écoute ». 

 

En novembre 2013, j’ai reçu aussi une alerte d’un vieil ami journaliste qui m’intimait presque l’ordre de détruire tous mes écrits sur internet si je voulais, un jour, travailler en France, vendre des livres, occuper un poste de journaliste ou de rédacteur.Un article paru dans média-presse-info relatait cette « expérience » vécue.

Le sentiment de beaucoup de dissidents -car désormais il s’agit bien de cela- est que nous sommes en Résistance, les alertes sont nombreuses, les socialistes parlaient de« nettoyer internet », les discours -particulièrement ceux de Manuel Valls- sont d’une violence inouïe. 

 

Au vu des fossés qui se creusent et de mon point de vue d’historien, je pense qu’un mouvement vers un régime de répression à bien des niveaux est déjà entamé. Rebsamen annonçait, il y a quelques jours, la mise en place d’une cellule pour faire la chasse « aux chômeurs » malveillants. Je ne parle pas des valeurs démocratiques, Amnesty International dénonce régulièrement la situation, en France, qui se dégrade d’année en année, nous sommes déjà en Europe parmi les mauvais élèves. 

 

Désormais, en France, nous ne sommes pas loin du délit d’opinion, dans la trouée initiée par le charlisme en janvier 2015. Des heures sombres, à mon avis, se préparent. Le régime actuel, qui sera de moins en moins légitime, n’aura bientôt que deux choix : soit celui de continuer à nous brider, soit celui de céder aux transformations et aux réformes sous la pression populaire. Le gâteau est trop délicieux pour que ses représentants quittent leur place. A mon avis, ils la défendront bec et ongle. 

Dans les pays occidentaux, notamment aux Etats-Unis, tout une batterie de nouvelles technologies pour réprimer les mouvements populaires et les émeutes, est à l’étude. Canons à son, tactiques et stratégies, guerre urbaine, drones de surveillance et d’intervention… A mon humble avis, tout cet argent dépensé ne l’est pas sans un but avéré. Les Français, pour l’instant, dorment profondément, pour combien de temps, je l’ignore. Pour ma part, mon choix est fait de très longue date, c’est un combat, je le mènerai, il y a de l’espoir, je rencontre beaucoup de Français qui réfléchissent de tous les horizons. La France a encore des ressources pour fonder une République plus juste.  

Merci beaucoup de nous avoir accordé de votre temps, Laurent Brayard.

Un grand et chaleureux merci à vous, Hélène, de m’avoir donné la parole.

 

13/05/2015

Criminel

justice%20haiti.jpg

Réglée en trois jours, voici qu'une affaire jugée en appel à Genève laisse certains dubitatifs sinon stupéfaits.

Accusé d'avoir ouvert le feu sur dix détenus d'une prison du Guatemala alors qu'il était chef des forces de l'ordre de ce pays, l'homme a été jugé à Genève car il était venu s'y installer du fait de sa double nationalité suisse et guatémaltèque.

Sans entrer dans les détails de ce dossier dont plusieurs irrégularités ont été dénoncées par la défense et continuent de la scandaliser, on retiendra les mots du procureur.

Celui-ci, en effet, a tenu à rappeler que Genève n'était pas un repère pour les criminels.

On est bien heureux de l'apprendre.

Reste encore à définir le statut de criminel.

 

22:06 Publié dans Etre, Genève, Justice, Politique, Pouvoirs, Pratiques, Sécurité, société, Suisse, Ukraine | Tags : justice, genève, criminel | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

02/05/2015

Brûlés vifs. C'était il y a un an.

873604_original.jpg

Qui ont-ils insulté pour avoir dû subir l'épreuve du feu?

Quel blasphème auraient-ils commis pour avoir été brûlés vifs?

C'était il y un an, le 2 mai 2014, à Odessa.

La Maison des syndicats était incendiée et tout accès extérieur pour la fuir en avait été bloqué.

A l'intérieur, quarante-huit Pro-russes périssaient dans d'indicibles souffrances.

Pour le seul fait d'avoir défendu leurs valeurs, ils ont été sacrifiés .

Une enquête a été ouverte dont les conclusions n'ont toujours pas été rendues.

Pendant ce temps-là, les proches des victimes attendent.

Qui s'en soucie?


Pour mémoire:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/05/03/rts-ukraine-la...

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/05/aux-martyrs-d-...

21:44 Publié dans Histoire, Humanité, Justice, Politique, Pratiques, Ukraine | Tags : ukraine, odessa, 2 mai 2014 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

22/04/2015

Méditerranée: combien de prochaines "minutes de silence"?

immigration-nouveaux-drames-en-mediterranee_2329070_418x405.jpg?v=1

Pour qui n'aurait pas eu l'opportunité de voir, hier soir sur la RTS, l'émission qu'Infrarouge a consacrée à la question des migrants, voici le lien à la video que je vous invite à visionner:

http://www.infrarouge.ch

Les interventions n'y sont pas sans intérêt, surtout lorsque le droit y est évoqué.

Qu'il s'agisse de celui des migrants ou de celui des passeurs qui les propulsent vers un destin plus qu'aléatoire, inutile de dire que les perceptions varient.

Quant aux doléances ou autres retours sur images passées, elles n'ajoutent qu'émotions allant de la plus grande commisération à l'indifférence quasi absolue.

Dans ce cas, ajouter les minutes de silence les unes aux autres devient presque une insulte tant à l'égard des victimes qu'à celui des migrants survivants.

Car leur sort est loin d'être résolu tandis qu'il va devoir se heurter à la radicalisation des positions prises au sein-même de nos sociétés.