contemplation

  • Cette femme, ce soir...

    Imprimer Pin it!

    Assise sur les marches d’une berge qui borde le lac Léman, des fils d’argent parsemaient sa chevelure châtain foncé.

    De son être entier émanait une expression indéfinissable.

    Engoncée dans une jupe de cuir marron et un haut en mousseline et résille noire, elle n’avait rien de provocant. Mais sa présence parmi les badauds avait quelque chose d’insolite.

    Que vivait-elle, impossible de le savoir. Se dégageaient d'elle résignation et détermination en même temps.

    A quoi?

    Poser la question, c'est ouvrir la boîte de Pandore de tant d’existences qui s’accomplissent on ne sait comment, bien loin, en tous les cas, de ce qui s’énonce de discours altruistes et de déclarations solennelles. 

  • Au-delà du jugement

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2018-10-28 à 14.30.56.png

    Dans le précédent sujet de ce blog, il a été question d’une femme de laquelle j’ai eu envie de partager l’histoire qui m’en a été rapportée et qui s’est déroulée durant la deuxième guerre mondiale en France occupée.

    Je tiens à revenir sur ce qu’implique le terme de contemplation. Car il ne relève d’aucun registre d'ordre moral duquel se réclament nombre de religions sinon d’idéologies.

    La contemplation est un état de l’esprit qui va au-delà du jugement.

    Or nombre de religions énoncent des sentences. Parce que ces religions se sont institutionnalisées et que leurs autorités ont été investies pour décréter ce qui était bien et ce qui était mal.

    Pareil comportement relève de la morale et n’a rien à faire avec la spiritualité, étrangère à telle ou telle catégorisation.

    C’est pourquoi, n’importe quel athée ou non croyant est tout autant susceptible d’inclination contemplative qu'un pratiquant d’une religion quelconque peut l’être ou pas.

    Raison pour laquelle, il est important de ne pas réduire la contemplation à une confession quelconque, même si, dans le cas que j’ai évoqué de cette femme, sa foi était manifeste.

    Merci à chacune et à chacun de réagir à ce sujet sensible s’il en est.

      

  • Stéphane Hessel a prôné l’indignation. Mais la contemplation?

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2018-10-27 à 12.54.39.png

     

    Une histoire m’accompagne de longue date déjà. Je la tiens d’un être très cher qui a connu de près la deuxième guerre mondiale en France occupée.

    Sur ordre de leur hiérarchie, des soldats nazis s’étaient rendus chez une veuve pour lui annoncer que sa maison allait être incendiée. Ils lui laissaient une heure pour en sortir ce qu’elle avait de plus précieux.

    Une heure plus tard, les hommes reviennent et découvrent la femme dans son jardin, sur une chaise longue, en train de lire.

    Ils cherchent du regard où seraient meubles, affaires ou autres qu’elle aurait retirés de la demeure et, ne trouvant rien, ils l’interpellent alors que le feu va être bouté.

    Calme, la dame explique que oui, elle a bien compris ce qui lui avait été dit et qu’elle avait là, en mains, ce qu’elle tenait de plus précieux.

    Il s’agissait d’un livre, la Bible.

    Interdits, les soldats exécutent l’ordre qui leur a été donné et s’en vont. Or la maison n’a pas brûlé. Non que l’action des nazis ait été vaine mais parce que ses effets n’ont pas eu le résultat escompté.

    Ce genre d’histoires, vous en auriez peut-être, vous aussi à raconter, où la force de la contemplation surpasse celle de l’indignation...