20/08/2011

Violence(s)

 

Qui contesterait le fait de réagir à la violence qui s'exprime dans les sociétés?

Personne n'y demeure insensible. Mais de là à brandir la solution susceptible de venir a à bout de ce phénomène, il y a un pas à ne pas franchir.

Car si la réflexion sur ce problème n'est pas exclue, qu'elle soit au moins conduite de manière lucide et réaliste.

On observe trop souvent la mauvaise foi gangrener les débats qui traitent de la ou des violence(s).

A cet égard, l'éditorial de Peter Oborne*, paru dans "The Telegraph" est instructif en ceci qu'il ose s'attaquer à des modèles qui inspirent aussi ceux dont on réprime ensuite les agissements.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2011/08/19/peter-oborne-l...