19/02/2017

Conférence de Munich pour la sécurité, Donbass, Crimée, OTAN...

Capture d’écran 2017-02-19 à 15.46.31.png

                                                                             capture d’écran: Le courrier du soir

Tandis que se tient jusqu’à ce soir, à Munich, la Conférence pour la Sécurité, un accord de cessez-le-feu au Donbass a pu être négocié dans le cadre du format Normandie.

Il entrera en vigueur ce 20 février tandis que de violents affrontements avaient repris entre indépendantistes de Luhansk et de Donetsk et forces gouvernementales de Kiev.

Cependant, après la demande de Donald Trump à la Russie de restituer la Crimée à l’Ukraine, il semble que le chemin vers la paix soit encore parsemé d’embûches.

Pour rappel et s’agissant de l’intention exprimée en 2014 déjà par Petro Poroshenko de récupérer la péninsule qui avait choisi de rejoindre la Russie par referendum, les avis exprimés étaient le plus souvent clairs et sans ambages. Il en avait été question ici

Sur cette problématique des Etats à l’indépendance sinon au statut controversés, cette analyse est particulièrement éclairante.

On y lit, en tous les cas, la complexité de situations aussi sensibles qu’explosives mais tout autant, les intérêts que certains ont à les entretenir.

Et cependant, à Munich, on discute et on signe.

17/02/2017

La Crimée, l’Ukraine et le mémorandum de Budapest

Capture d’écran 2017-02-17 à 10.35.52.png

Entendre ou lire en boucle que la Russie a envahi l’Ukraine, occupé la Crimée pour, ensuite, l’annexer semble ne pas déplaire à nombre de rédactions de médias en tous genres.

Pas plus tard encore que ce 15 février, un journaliste sportif se mêlait d’une affaire qui n’avait strictement rien à voir avec le sujet qui rassemblait les invités d’un plateau de télévision.

Le débat tournait autour de l’opportunité ou non d’organiser les JO 2026 en Suisse et voici ce chef de la rubrique des sports évoquer la Crimée occupée après avoir bien précisé que les JO de Sotchi avaient été un désastre.

Mais heureusement que, parmi mes compatriotes, il s’en trouve encore à ne pas porter ce même regard buté sinon volontairement orienté sur une situation autrement plus complexe.

Il va de soi que l’appréhender avec d’autres paramètres que purement idéologiques, nécessite un recul que le temps ou l’intérêt médiatique semblent refuser.

Parler de liberté d’expression, en l’occurrence, sera peut-être revendiqué mais quand elle se fait l’alliée de pure désinformation, on est en droit de s’interroger sur les intérêts qu’elle poursuit.

Alors, pour qui souhaite en savoir un peu plus sur ce qu’il en est de la Crimée, voici un article fouillé et référencé

25/07/2015

La Russie au-delà des clichés et du système: deux initiatives

0_16459f_e34e7388_orig.jpg

L'initiative prise par Thierry Mariani, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, de se rendre en Crimée avec une délégation de parlementaires français n'a, bien sûr, pas l'heur de plaire à Laurent Fabius.

Pas davantage, non plus, n'est-elle du goût de Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale.

Rien d'étonnant à cela dès lors que celui-ci figure parmi les 89 personnalités européennes interdites de territoire russe suite aux sanctions européennes émises à l'encontre de la Russie.

Cependant, qu'à cela ne tienne, une autre initiative intitulée “Pour un nouveau dialogue avec la Russie” a été lancée, cette fois, par un groupe formé au Parlement Européen pour effectuer un voyage officiel à Moscou l'automne prochain.

Le magazine Le Point, outre la réaction offusquée de Bruno Le Roux, rend aussi compte d'un point de vue qui dénote un esprit d'ouverture plus marqué et qui tranche avec tout ce qui a pu être énoncé contre la Russie et son Président:

http://www.lepoint.fr/chroniques/tribune-renouer-avec-la-...

 

Sinon, une analyse plus poussée est proposée, ici:

http://www.dedefensa.org/article-une_br_che_dans_la_formi...
 
Son intérêt est loin d'être moindre et laisse envisager mieux qu'un simple coup de chaleur qui aurait saisi quelques parlementaires...
 

12/09/2014

Ukraine la paix menacée

Petro_Poroshenko_2014_(cropped).jpg


Et voici que les hostilités risquent bel et bien de reprendre entre l'Ukraine et la Russie.

Alors qu'un espoir de paix était né avec la signature d'un cessez-le-feu entre les parties en lutte dans l'Est de l'Ukraine, le président Poroshenko annonce la ratification d'un accord politique et commercial d'association avec l'Union Européenne.

La signature de cet accord est d'emblée annoncé par le président ukrainien comme moment historique pour le pays.

Petro Pososhenko s'est exprimé en anglais. Il a encore précisé une certitude, le pays va être plus démocratique et aura davantage de libertés.

Mieux, il espère un statut spécial auprès de l'OTAN.

Et bien sûr, dans la foulée, il promet le retour de la Crimée dans le giron de l'Ukraine.

Il sera accueilli!

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/07/27/он-не-сможет-i...

Autant dire que la situation n'est pas près de s'apaiser.

Et comme toujours, on accusera la Russie.

Mais qui a agressé qui?

Qui a tiré sur son propre peuple?

Et qui a bafoué les règles du droit international en piétinant l'accord signé en février 2014?

Petit rappel en images ici pour qui a la mémoire courte:


http://www.itele.fr/monde/video/accord-signe-entre-ianouk...

 

27/07/2014

Он не сможет - Il ne pourra pas

IMG_1867.jpg

                                            Traduction: Premier café russe en Crimée russe


A Simferopol,de toutes les personnes auxquelles j'ai parlé de l'intention du Président ukrainien, Petro Poroshenko, de récupérer la Crimée, pas une seule n'a eu d'autre réponse, oн не сможет- il ne pourra pas.

Et inutile de solliciter des arguments à l'appui,  oн не сможет- il ne pourra pas, est répété en boucle à tout autre demande de précision.

On y lit la fierté et la détermination autant que la joie d'être redevenu russe. Partout elle s'affiche. 

Certes, les tensions avec les Tatares existent et je les ai constatées. Or c'est bien elles que Kiev risque d'exploiter pour atteindre son but.

Que celui-ci favorise une guerre civile ne saura qu'ajouter du sang à celui qui inonde déjà l'est de l'Ukraine. Mais que ne ferait-on pour la démocratie? Les médias nous le rappellent chaque jour.

A l'envi et ad nauseam. 

                               

23:42 Publié dans Etats-Unis, Europe, Politique, Pouvoirs, Russie, Ukraine, Union Européenne | Tags : crimée, poroshenko, russie, ue, usa | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

16/03/2014

Darius Rochebin, pardonnez-moi

Kouchner.jpg

J'ai beaucoup d'estime pour Darius Rochebin, journaliste et présentateur du journal télévisé de la Radio Télévision Suisse romande appelé aussi le 19:30.

J'en ai aucune, par contre, pour l'invité qu'il a accueilli sur le plateau de son émission Pardonnez-moi diffusée ce dimanche 16 mars 2014.

Le choix opéré par Darius Rochebin de convier sur son plateau Bernard Kouchner aurait-il eu des raisons qui auraient échappé à sa raison?

Le fait est que le sens critique du journaliste, souvent à l'oeuvre pour commenter l'actualité, semble bel et bien avoir été malmené par le besoin de s'entretenir avec cet ancien ministre des affaires étrangères de Nicolas Sarkozy.

Darius Rochebin a rappelé les 23 pages consacrées par Wikipedia à Bernard Kouchner qui, dans sa grande modestie ou son dégoût de lire ce qui s'écrit sur lui, a botté en touche.

Darius Rochebin a du talent. En l'occurrence, on peine à comprendre celui qui serait à saluer dans cette prestation télévisée diffusée sur la chaîne publique qu'est la RTS.

 

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/08/18/l-eclat-de-rir...

15/03/2014

Crimée sans châtiment

 

A la veille du référendum qui se tiendra dimanche 16 mars en Crimée, les avis et autres appréciations de la situation vont bon train.

Il est normal de s'interroger, de tenter de comprendre sinon de trouver à expliquer ou à analyser une situation complexe.

Force est de constater que certains politiciens ou autres chroniqueurs et journalistes occidentaux se lancent sans hésiter dans moult considérations de tous ordres pour s'ériger en censeurs et en juges.

Sans jamais remettre en perspective ni en cause leur approche de la crise ukrainienne, ils énoncent leurs propos à tout va et livrent leurs points de vue.

Certes, la liberté d'expression est un principe respectable et c'est en son nom que l'affrontement des idées s'opère.

Cependant, lorsqu'une idéologie qui n'a plus besoin de se définir tant elle semble dire qu'elle est là pour le bien, la raison et le droit, ne cesse de s'auto-proclamer seule garante de valeurs universelles, la perplexité doit être de mise.

Car non, la Russie n'a pas tout faux.

3657065_merktine-new.jpg

 

 

12/03/2014

Crimée, mémoires et passions

sebastopol_hero22-e7994.jpg


Ukraine, le retour de la guerre froide?

C'est ainsi qu'a été intitulée l'émission de la RTS du 4 mars dernier, Infrarouge, pour évoquer la crise ukrainienne.

A Moscou, lors d'une table ronde télévisée consacrée à la Crimée*, plutôt que d'aborder le sujet sur un plan purement politique sinon polémique, nous avons tenté de comprendre en quoi et pourquoi la situation en Crimée mobilisait tant de passions.

Certes, les relations entre les peuples et leurs diverses origines n'y sont pas pour rien mais ce qui lie la France -sinon l'Occident- à la Crimée?

Bien des aspects de leurs relations subsistent, plus discrets mais non moins réels pour autant.

Ils se rappellent au gré d'oeuvres littéraires, de lieux ou de monuments et illustrent en quoi les mémoires demeurent sensibles et impliquées.

 

http://french.ruvr.ru/2014_03_11/France-Crimee-une-histoi...

 
http://www.infrarouge.ch/ir/2075-ukraine-retour-guerre-fr...


09/03/2014

"Il faut poursuivre le dialogue avec la Russie"


Nommé par le tsar Alexandre Ier, Jean Capodistria devient le premier ambassadeur de l'Empire russe en Suisse.

Et c'est en 1814 que s'ouvre à Berne, la première ambassade de Russie en Suisse.

Un an plus tard, lors du Congrès de Vienne, l'Empire russe devient l'un des garant de la neutralité suisse.

Cette année 2014 marque donc les 200 ans de relations diplomatiques entre la Russie et la Suisse.

Clin d'oeil de l'Histoire ou non, c'est la Suisse qui se retrouve cette année à la tête de l'Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe (OSCE).

Nul doute qu'il incombe à la Confédération Helvétique de trouver la juste mesure et la meilleure place à tenir dans ce cadre diplomatique si particulier!

La Suisse d'après le 9 février vient de voir mises à l'épreuve ses relations à l'Union Européenne.

De la même manière, la Russie vit la crise ukrainienne au gré d'actions diverses menées par cette même Union Européenne jamais à cours de pressions ni de menaces.

Comparaison n'est pas raison, dit-on?

topelement.jpg

Tim Guldimann lors de sa visite en Crimée

11:15 Publié dans Air du temps, Culture, Destins, Politique, Politique suisse, Pouvoirs | Tags : russie, crimée, osce, suisse | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg