14/07/2012

De Gaulle, Mitterrand, Hollande

 

J'ai lu avec intérêt le blog du jour de Pascal Décaillet.

Sur plusieurs points, je suis d'accord avec lui.

Moins lorsqu'il évoque le parachutiste tombé et blessé lors de son atterrisage et qu'il écrit:

"Le président, en toute simplicité, vient à sa rencontre, lui demande comment il va, lui serre la main, espère qu'il ne gardera pas « un trop mauvais souvenir de ce 14 juillet ».Assurément, ni de Gaulle, ni Mitterrand n'eussent, en pareille circonstance, bougé d'un centimètre."

Mille et une raisons peuvent inciter à "bouger" ou à ne pas "bouger". Le respect ou non du protocole, la conscience ou non de l'impact du geste face aux caméras en sont.

De là à affirmer ce qu'auraient fait le Général de Gaulle et François Mitterrand  "en pareille circonstance", il y a un pas que les plus férus et fervents connaisseurs des Présidents défunts évoqués ici auraient peut-être évité de franchir.

 

18:46 Publié dans Politique, Politique française, Pouvoirs | Tags : de gaulle, mitterrand, hollande, 14 juillet, décaillet | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

04/12/2011

Céline et d'autres

 

Comme la modération de Pascal Descaillet a ignoré ce commentaire que j'ai posté sur son sujet, Céline et la vulgarité du monde, posté  Sur le vif - Samedi 03.12.11 à 09.33hhttp://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2011/12/03/cel... ,je m'ouvre ici de la question que je lui posais.

En effet, je constate que s'il est chaque fois indiqué à la minute près le moment auquel il poste ses sujets, il estime souvent inutile d'observer la même précision lorsqu'il fait référence à un article de presse qu'il commente.

Alors, bien sûr, on peut toujours aller soi-même rechercher l'article en question mais ce serait tout de même plus simple et sympathique de sa part d'en indiquer les références exactes.

Cela vaut autant pour les sujets mis en cause que pour les lecteurs, contraints à se faire une idée de l'article qu'à travers la seule critique de Monsieur Descaillet.

Qu'on l'apprécie ou non, tel n'est pas le problème. C'est celui de savoir comment l'apprécier en regard de son objet.

13:48 Publié dans Genève, Information, Politique | Tags : décaillet, blog, références, sources, information | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

01/09/2011

L'insoutenable légèreté de P.D.

 

Tomas pensa encore une fois avec une sorte de nostalgie, presque avec amour, au journaliste à la haute silhouette voûtée. Cet homme-là agissait comme si l'histoire n'était pas une esquisse, mais un tableau achevé. Il agissait comme si tout ce qu'il faisait devait se répéter un nombre incalculable de fois dans l'éternel retour et il était certain de ne jamais douter de ses actes. Il était convaincu d'avoir raison et ne voyait pas là le signe d'un esprit borné mais une marque de vertu. Il vivait dans une autre histoire que Tomas: dans une histoire qui n'était pas (ou n'avait pas conscience d'être) une esquisse.

Milan KUNDERA, L'insoutenable légèreté de l'être, 5e partie, La légèreté et la pesanteur, ch.15, Folio, 1991, p.322