26/09/2015

Arabie Saoudite, entre idéaux des uns et crucifixions des autres

arabie_saoudite_drapeau_afp_str.jpg?itok=HUXKpoc0

Récemment, le représentant de l'Arabie Saoudite a été élu pour présider le groupe qui nomme les experts du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies.

Si la confusion a régné autour de cette nomination tandis que certains médias relayaient celle de l'Arabie Saoudite elle-même à la tête du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies, le fait qu'il s'agisse ni de l'Arabie Saoudite en tant que telle ni du Conseil des Droits de l'Homme en tant que tel non plus, nuance ladite nomination.

Il n'en demeure pas moins vrai qu'à la question de savoir si un dialogue reste envisageable avec l'Arabie Saoudite alors que celles et ceux qui le tentent sur place, subissent un sort peu enviable, la réponse paraît loin d'être acquise.

L'idéal, bien sûr, serait de persister à croire possible un échange de points de vue avec ce pays. C'est en tous les cas ce à quoi s'emploient certains, tel l'ancien ministre socialiste français de la culture, Jack Lang.

Dans une interview qu'il a accordée à la radio française Europe1, il s'en explique:

http://www.europe1.fr/politique/ali-al-nimr-jack-lang-ne-...

Pour le reste et s'agissant de la nomination du représentant de l'Arabie Saoudite à la Présidence du groupe qui nomme les experts du Conseil des Droits de l'Homme des Nations-Unies, l'article ci-dessous en rend compte d'une manière qui met aussi en cause la précipitation des médias à (dés)informer.

http://www.scoop.it/t/desinformation

10/08/2013

Case prison


Que sera-t-il retenu de l'interview accordée par Nicolas Bernard-Buss, ce jeune opposant à la loi qui a ouvert le mariage pour tous en France?

Au regard de la loi, le jeune homme a été condamné pour rébellion.

Au regard des opposants au mariage pour tous, Nicolas Bernard-Buss a été victime d'une peine arbitraire et politique.

Au regard d'autres, sinon de Ségolène Royal, ça lui aura fait une expérience.

D'où que se situe le point de vue émis sur ce qu'a vécu Nicolas Bernard-Buss en prison, force est de constater que l'hygiène qu'il décrit de sa cellule n'a pas mobilisé les crédits de l'Etat français.

Détenir des êtres humains dans du vomi séché, des excréments, sur une paillasse imbibée d'urine et le priver de douche des jours durant est une honte pour quiconque.

Mais avant tout pour le gouvernement d'un pays qui n'a de cesse de rappeler son attachement à la défense des droits de l'homme.

La vie d'un prisonnier de Fleury-Mérogis devrait-elle y faire exception?

http://www.valeursactuelles.com/nicolas-raconte-fleury-mé...