16/05/2017

Edouard Philippe, Premier Ministre entre nucléaire et littéraire

Capture d’écran 2017-05-16 à 13.12.46.png

Que le nouveau Président de tous les Français soit observé, que ses décisions soient scrutées, analysées et commentées, rien de plus normal.

Qu’il soit adulé ou honni relève de préférences sinon d’argumentaires qui rythment la vie républicaine.

On a vu, avec son prédécesseur, comment le plus grand nombre de médias l’avaient soutenu et porté à l’exercice de la fonction suprême pour, ensuite, contribuer à accélérer son départ.

Emmanuel Macron est attendu au contour tout en jouissant, encore, d’une aura dont la durée dépendra de facteurs aussi divers que sa force à la maintenir contre vents et marées.

La nomination de son Premier Ministre occasionne déjà nombre de réactions.

Certaines rappellent quelques éléments de son parcours dont un passage chez Areva quand d’autres attirent l’attention sur un ouvrage cosigné avec Gilles Boyer.

L’article cible les pensées érotico-machistes du protagoniste de l’histoire.

Quand la fiction est convoquée à charge, on brouille les codes. Mais n’est-ce pas là aussi, ce qui a été relevé du comportement d'Emmanuel Macron?

 

15/05/2017

Les horloges du maître, le temps d’une annonce

Capture d’écran 2017-05-15 à 16.27.18.png

Le Maître des Horloges qu’aime rappeler être Emmanuel Macron, son prédécesseur s’est aussi déclaré l’être.

Voir dans cette reprise un signe de continuité entre les deux hommes alors que le nouveau Président de tous les Français semble plutôt vouloir se démarquer de celui auquel il succède, non, sans doute pas.

Car au-delà du fait que ces termes semblent être appréciés des deux, ils se retrouvent aussi en intitulé de deux ouvrages de styles assez divers

L’un d’eux raconte l’histoire d’un roi qui veut à tout prix retarder le temps quand l’autre, pour sa part, est une réflexion relative à l’Etat.

Deux approches pour un même titre, deux présidents pour un même rappel, cherchez l’erreur ou l’originalité, à choix.

Quoi qu’il en soit et pour l’heure, sa maîtrise aura été celle de l’Elysée dont le Secrétaire Général a communiqué le nom du Premier Ministre.

Prévue en fin de matinée, l'annonce n’aura été faite qu’en début d’après-midi seulement, peu avant le départ d’Emmanuel Macron pour Berlin.

Edouard Philippe, de l’aile juppéiste du parti Les Républicains succède à Bernard Cazeneuve et devra former son gouvernement.

Les temps à venir diront si l’horloge de celui qui tient à en être le maître le restera.