31/03/2018

Skripal, soudain les questions?

 

Capture d’écran 2018-03-31 à 15.12.26.png

Et voici que l’on se contorsionne pour dire quoi, au juste? Que la Russie ne serait peut-être pas si coupable que cela? Que le Royaume-Uni qui l’a accusée sans le moindre début de commencement de preuve, serait peut-être allé vite en besogne?

Doit-on en rire, se réjouir ou même, se féliciter que quelque esprit critique se réveille soudain et a posteriori? La sagesse proverbiale ne manque, certes, pas de termes pour dire les vertus du retard.

Cependant, à quoi joue-t-on là?

A plus ou moins grande échelle et dans autant de foyers de tensions, ce sont des vies qui sont en jeu et pas seulement celles de cet ex-agent double et de sa fille désormais en état, semble-t-il, de parler.

Des existences bousculées, aussi, celles d’autant de diplomates et des leurs, certainement ravis d’avoir dû plier bagage sur ordre. Ce genre d’aléas fait sans doute partie des fonctions qu’ils occupent. Ce n’est pas ce qui les rend, pour autant, sympathiques.

Mais viendra peut-être le temps où l’on réalisera l’erreur commise d’avoir malmené une Russie qui doit sans cesse endosser ce qu'on lui prête comme agressions et autres crimes tandis qu’elle a toujours prôné le dialogue avec ses partenaires.

Qui l’a souhaité, cependant?

 

11/03/2018

Empoisonnements, invasion, et quoi d’autre encore?

 

Capture d’écran 2018-03-11 à 20.09.36.png

Vous l’aurez compris, à quelques jours de l’élection présidentielle russe, nos médias se mettent en quatre pour nous sortir révélation sur révélation, de quoi nous aider à enfin réaliser qui est cet homme qui s’incruste au pouvoir et l’exerce d'une main de fer.

En voici encore un à voir sur France5, La vengeance de Poutine.

Rien que cela...

Sinon, difficile d’échapper non plus à tout ce qui s’énonce sur la tentative d’empoisonnement d'un ancien espion russe et de sa fille au Royaume-Uni. Inutile de dire que, tout de suite est rappelée la mort d’Alexandre Litvinenko, empoisonné en 2006.

Nos journalistes ne semblent pas avoir voulu s’arrêter sur le point de vue énoncé par le capitaine Barril, ancien dirigeant du Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale. (GIGN).

Pour qui ne l’aurait pas déjà lu, voici comment, il y a deux ans déjà, il mettait la Russie hors de cause dans l’empoisonnement d’Alexandre Litvinenko.

Alors?

En fait, rien sinon ressasser à l’envi que la Russie est vraiment un pays douteux ou, pour qui tient à la nuance, dirigé par un Président qui envahit - l’Ukraine - ou empoisonne les siens.

A part cela, on le sait, nos médias ne sont à la solde d’aucun pouvoir.

Ils informent.