07/12/2018

Images, experts, la France

Capture d’écran 2018-12-07 à 22.22.39.png

Le nombre d’experts auto-proclamés qui commentent le mouvement des gilets jaunes et nous expliquent ce dont la France aurait besoin augmente au fur et à mesure des événements.

Depuis le début des manifestations qui mettent le pays à l’épreuve de réalités jamais autant médiatisées, les regards sont passés du mépris à la pseudo tentative de comprendre et à la proposition d’analyses.

Mais que valent-elles face à pareille volonté populaire d’en découdre avec le pouvoir en place? Que celui-ci ait hérité des précédents et qu’on tente de nous raconter le pourquoi du comment n’y change à peu près rien.

Quant aux avis venus de Suisse nous expliquant ce que la France devait avoir comme modèle politique, cela rappelle un peu comment est évoqué, aussi, ce que devrait être, au hasard, la Russie.

Tandis que la première, tout comme la seconde ont une longue tradition royaliste et impériale que jamais la Confédération Helvétique n’a connue, précisément parce qu’elle s’est érigée en dehors de tels modèles, doit sans cesse demeurer à l’esprit.

La France, en l’état, n’a pas encore dit son dernier mot. Qu’on ne l’invente pas! Personne ne sait lequel il sera.

Ce qui se passe dans l’Hexagone est grave. Dès le début, cela se savait. Et rien n’est encore joué, je ne cesserai de le répéter ici.

 

18/04/2016

Quand parler de désinformation (dés)informe

9782200601362-001-X.jpeg?itok=HClwoHys

A suivre cet interview de l'auteur d'un ouvrage sur la désinformation, la question se pose de savoir jusqu'où on peut évoquer un sujet sans prendre parti.

A plusieurs reprises, François-Bernard Huyghe accompagne son propos de petites remarques ou autres gestes et expressions du visage qui témoignent de prises de position:

https://youtu.be/mFj0FXpDoq

Sauf à idéaliser la démarche intellectuelle, rien n'oblige ni n'interdit qu'elle s'ancre dans un terreau éthique, idéologique, économique ou politique quelconque.

Dans ce cas, elle est dite située ou orientée et appelle à être contredite ou contestée. 

Cependant, tout se passe comme si nombre d'intellectuels ou autres savants et spécialistes, forts de leur excellence, s'estimaient en droit de porter tel ou tel jugement sur des faits. 

A défaut d'avouer d'où il parle, il est attendu d'un expert qu'il respecte une distance pour s'exprimer plutôt que de ponctuer son analyse de considérations d'ordre personnel.

Sans quoi, même à parler de désinformation, il s'expose à faire partie du sujet.