08/06/2013

Clément, François et la mort

 

La mort récente de ce jeune homme frappé par un autre à Paris a révélé une fois encore la réalité de certaines mouvances extrémistes.

De droite ou de gauche, rien ne les différencie dans le besoin d'en découdre avec cet autre qui dérange. Parce que les uns ne pensent pas comme les autres, voici que cela suffit à menacer et agresser.

On sait qui a provoqué et qui a frappé. On sait quelles étaient les activités de l'un et de l'autre. Il n'en demeure pas moins que la récupération politico-médiatique bat son plein.

Ainsi et  au-delà du désastre qu'engendre tout acte de violence, il n'est pas interdit de s'interroger sur la manière dont a été instrumentalisée la mort de Clément Méric.

De ces deux mouvances d'extrême droite et d'extrême gauche, aucune ne vaut qu'on en loue les actions.

Dans le même sens, aucune non plus ne mérite tant de mobilisation pour une affaire de coups donnés entre deux jeunes provocateurs.

En aucun cas il ne s'agit là de minimiser des faits graves.

Mais de remettre en contexte une violence qui frappe partout, chaque jour sans appeler à son chevet un tel battage médiatique.

Mais quand le cynisme ne recule devant aucun moyen pour renforcer son pouvoir, on privilégie les scènes à médiatiser.

Quelqu’un aurait-il entendu parler de François Noguier, mort de la même manière que Clément Méric mais sous les coups d’un homme de type nord africain et qui a pris la fuite? 

Cela s'est passé dans la Marne, le 4 juin dernier:

 http://m.lunion.presse.fr/article/region/un-gadzart-meurt...