genre

  • Incertains désirs...

    Imprimer Pin it!

    Au coeur des revendications émises au nom de la théorie dite de genre, ce passage d’un article vaut qu’on s’y arrête. Dans l’extrait en question, il est fait mention de l’actrice Jean Harlow.

    Et à son propos, ce qui est énoncé est d’une limpidité telle qu’il faudrait être aveugle ou borné pour ne pas y discerner le mécanisme de projection qui est à l’oeuvre.

    Il est écrit d’elle qu'elle « est admirée, désirée, mais détestée, aussi, pour provoquer à ce point le désir. » 

    On ne peut être plus clair.

    En d’autres termes, il apparaît que le refoulement de son désir, par l’homme, se retourne contre la femme avant tout.

    Ce mécanisme de projection est bien connu. Alors?

    Quand, aujourd’hui, tant de femmes revendiquent leurs atours, leur liberté de les mettre en valeur sans avoir à essuyer de commentaires d’hommes, en seront-elles quittes pour autant?

    Rien n’est moins sûr.

    Car c’est négliger quelques réalités psychologiques, parmi lesquelles le désir refoulé et ses conséquences.

    Avoir lutté contre morales ou autres préceptes religieux qui le brimait pour avoir désormais à le contenir faute de lever contre lui une armée de militantes du genre, ne garantit rien de l’avenir sain du désir...

     

  • On se comportait comme des porcs dit un homme...

    Imprimer Pin it!

    #metoo, #balancetonporc, genre

                                                                               capture d’écran Wikipedia, photo, @Edouard Hue

    Il faut lire cet article publié sur le site de franceinfo pour mesurer le changement de société que visent les théoriciens du genre.

    Ces témoignages d’hommes interrogés dans le cadre d’on ne sait quel sondage ou quelle enquête sont révélateurs de l’influence que l’on attribue à ce courant appelé #metoo.

    Sans mettre en cause la bonne volonté de cette gente masculine si soucieuse de bien faire envers les femmes, on peut malgré tout se demander combien de temps dureront autant de belles résolutions.

    Un peu comme lorsqu’on réalise que l’alcool peut nuire à la santé et qu’on arrêtera de boire demain.

    Parfois, ces engagements tiennent, parfois, le temps de la seule prise de conscience. Aussi bien, sitôt que l’occasion se présentera, voilà qu’autant de manières d’être referont surface au grand dam, pourquoi pas, de qui s’en croyait débarrassé.

    Mais au-delà de ces aveux touchants, lirait-on quelque part ceux de femmes qui reconnaîtraient s’être comportées en garces pour ne pas dire salopes qu’elles se revendiquent être, pour certaines?

    A moins que cette façon d’être là ne soit admise, auquel cas, aux hommes de la subir... jusqu’au prochain hashtag à inventer en leur faveur?

     

  • Femmes et hommes, où sont les monstres?

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2018-01-31 à 14.06.49.png

    L’émotion et plus encore, a saisi la France alors que Jonathann Daval a avoué avoir tué son épouse. Inutile de dire que ce qui, apparemment, relève du fait divers, occupe nos médias et une large par de son public.

    Aussi singulières soient les conditions de tout acte criminel, à l’appui de statistiques, on en saurait davantage d'une parité qui occupe nombre de citoyennes et de citoyens soucieux de la voir s’appliquer à toutes et à tous.

    Il a été question, ici, de cette mère de famille considérée comme « banalement normale ». Elle n’en a pas moins tué cinq de ses enfants pour leur réserver, ensuite, le sort de produits à congeler ou à jeter.

    Tandis qu’on s’interroge sur le silence qu’un coupable peut garder alors qu’il a commis autant de crimes, la psychiatrie renseigne.

    Quoi qu’il en soit, considérer la violence comme seul apanage masculin serait peut-être à réviser.  

    Mais comment sans se heurter à un mur de résistance féroce? A tout instant et à la faveur d’événements ou de circonstances particulières, chacune et chacun d’entre nous peut basculer dans un univers hostile.

    S’en rappeler n’épargne pas de considérer la monstruosité. Et celle qui a visé Alexia Daval et celle qu’a commise cette mère de famille sur cinq de ses enfants.

    S’en rappeler est juste une manière de refuser de l’associer à un sexe quelconque tant elle se partage, elle aussi, entre femmes et hommes.

     

  • France, sanctions

    Imprimer Pin it!

    Genre-bonjourdefrance.jpg

    Faut-il en rire, faut-il en sourire ou faut-il s'en inquiéter?

    En janvier de cette année, un débat sinon une polémique avait  eu lieu à l'Assemblée Nationale entre deux députés, Julien Aubert et Sandrine Mazetier sur la question du genre à employer pour s'adresser à une femme ministre, députée ou présidente.

    http://www.mediaterranee.com/content/querelle-de-genre-lassemblee-madame-le-president-contre-monsieur-la-deputee

    Or ce 6 octobre dernier, les mêmes se sont retrouvés confrontés au même sujet mais cette fois-ci, il n'a plus été question de discuter ni même de (se) disputer.

    La députée de Paris, Sandrine Mazetier a fait notifier dans le procès-verbal de l'Assemblée, un rappel à l'ordre du député Julien Aubert et des sanctions financières ont été prises à son encontre.

    Cette affaire en est arrivée au point qu'une pétition a été lancée en soutien au député.

     
    http://www.theoriedugenre.fr/?Sanctionne-pour-avoir-respecte-la


  • La Suisse, le genre et la suite?

    Imprimer Pin it!

     

    Le Conseil fédéral a adopté le 3 juillet dernier la Convention d'Istanbul pour mieux protéger les femmes contre la violence titre l'annonce sur le site officiel de la Confédération.*

    Et puis, en première ligne du propos qui suit, on lit:

    Berne, 03.07.2013- Le Conseil fédéral veut mieux protéger les femmes contre les violences fondées sur le genre.*

    Dans le texte de la Convention d'Istanbul, il est précisé que le terme "genre" désigne les rôles, les comportements, les activités et les attributions socialement construits, qu'une société donnée considère comme appropriés pour les femmes et les hommes**

    En France, après le mariage pour tous, se profile déjà la procréation médicalement assistée pour tous.

    Inutile de rappeler qu'il était bien sûr hors de question, lors du vote à l'Assemblée Nationale de la loi Taubira, de lier PMA au mariage pour tous.

    Or voici que quatre sénateurs socialistes viennent de déposer une proposition de loi au Sénat visant à modifier un article de loi.***

    La Suisse a de quoi méditer.

    A l'heure actuelle, le mariage pour tous est en débat.

     *   http://www.news.admin.ch/dokumentation/00002/00015/?lang=fr&msg-id=49556
     **   http://www.conventions.coe.int/Treaty/FR/Treaties/Html/210.htm 

    *** http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/07/28/temp-2350f82999fe148298c571a871f5c70f-244916.html