17/07/2015

Syriza et Soros

4391787_3_5952_les-chaines-de-mails-relayant-de-fausses_592b38b3dbfd4b4e74515725af81da71.jpg

Dire qu'il est toujours bon de vérifier ses sources est un euphémisme.

Hier, une information circulait sur différents sites et réseaux sociaux selon laquelle le Premier ministre grec, Alexis Tsipras aurait été Juif sépharade, fils d'un milliardaire esclavagiste ami du multimilliardaire Georges Soros.

Aujourd'hui, un site évoque le sujet de manière controversée sinon prudente, indiquant sources et rectifications de ladite "information":

http://mai68.org/spip/spip.php?article9013

Le fait est que le besoin de contre-informer quand il ne s'agit carrément pas de diffamer ne date pas de nos jours ni même d'hier. 

Quant aux réseaux sociaux, ils ne sont que le relai de ce qui fait la part belle à la rumeur.

Cela dit, cette fois en Italie, l'info circule selon laquelle l'ex-ministre des finances, Yanis Varoufakis aurait été associé à un plan de sortie du Grexit élaboré par Georges Soros.

http://www.giornalettismo.com/archives/1859981/tspiras-pi...

Vrai ou faux, le fait est qu'une conférence a été donnée à Paris par l'ancien ministre grec des finances dans le cadre d'un forum du think tank Institute for New Economic Thinking, fondé par Geroges Soros:

http://www.euractiv.fr/sections/euro-finances/varoufakis-le-ministre-des-finances-star-de-lanalyse-economique-313667
 
 
 

16:42 Publié dans Air du temps, Europe, Finance, Grèce, Information, Politique, Pouvoirs, Pratiques | Tags : grexit, soros, tsipras, intoxe | Lien permanent | Commentaires (32) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

13/07/2015

"La crise grecque", fin et suites

1047479_1430298771_1045987-1429716749-1045056-1429273582-1043891-1428937770-1040254-1427267550-1040154-1427214168-grece-europe-drapeaux.jpg

 

On a tout lu, tout entendu, tout vu ou sans doute pas.

L'essentiel est qu'on nous l'ait fait croire. 

Car ce qui devait arriver semble bel et bien arrivé, la Grèce restera dans l'Union Européenne.

Avoir rendu le monde témoin, des semaines durant, de prises de têtes médiactico-lobbyistes, est-ce cela, la transparence de l'information?

Les avoir complétées d'interviews au sein de la population grecque, est-ce cela, la démocratie?

Le fait est que ce qui a été communiqué ce 13 juillet comme issue à la crise grecque ne libérera, au mieux, qu'un espace médiatique.

Et encore, rien ne l'assure.

A Delphes, la Pythie livrerait-elle déjà quelques bribes de réponses?

A suivre...