21/06/2017

Terrorisme et mimétisme, questions

Capture d’écran 2017-06-21 à 09.40.37.png

                                                                                                      capture d’écran RTS

Effets collatéraux ou pas d’une émission de la RTS sur le terrorisme, depuis sa diffusion, une alerte à la bombe a été signalée à Genève, qui a bloqué la gare Cornavin, une crise de panique s’est emparée d’un homme qui a hurlé Allahu Akbar dans le métro à Lausanne et un personnage clé du djihadisme a été arrêté à Meyrin, dans le canton de Genève encore.

Bien sûr qu’on peut voir à cette série d’événements que pures coïncidences.

Il n’en demeure pas moins vrai qu’à force de répéter en boucle qu’on va continuer de sortir en terrasse et qu’on n’a pas peur, autant d’actes perpétrés ici et là et de manière récurrente ne peuvent laisser indifférent.

Qui plus est, la médiatisation recherchée par les terroristes ne reste, elle non plus, pas sans effets.

Le cas de ce jeune homme, évoqué ici-même, qui a volontairement foncé avec sa voiture sur un rival pour le tuer, témoigne d’une méthode qui commence à se faire connaître.

Pour le reste, nous expliquer que l’on meurt davantage de tel ou tel problème que du terrorisme est tout simplement nier l’idéologie qui le sous-tend. C’est relativiser et mettre au même niveau ce qui est impossible à comparer sinon par le résultat, la mort.

C’est, de fait, annuler toute distinction entre des maux et leurs raisons d’être.

 

15/12/2014

Infrarouge

075ae7cedd77cd910c84097505601275.jpeg

Le 25 novembre dernier, Eric Zemmour a été présent avec son livre sur le plateau d'Infrarouge.

Il ne s'agit pas, ici, de parler de son dernier ouvrage, Le Suicide français.

Les commentateurs de tous bords s'y emploient depuis sa parution et bien leur en prenne.

Dans ce sens, même la Radio Télévision Suisse (RTS) a cru bon de consacrer une de ses émissions, non seulement au Suicide français mais à son auteur.

Pour lui faire face, sinon débattre avec lui, quatre personnalités ont été invitées.

Jean Ziegler, Benoït Gaillard, Isabelle Falconnier et Stéphanie Pahud.

Au-delà des très nombreuses réactions à cette émission et qui ont été énoncées ici et là, c'est l'opportunité d'un tel choix de sujet et la manière de l'avoir traité qui interroge.

En effet, en quoi cette succession de quatre intervenants pour faire face à Eric Zemmour a-t-elle permis de véritable échange?

On a assisté à un mauvais pugilat et à aucun véritable débat.

Infrarouge a offert de meilleures occasions à ses téléspectateurs que celle de mettre en scène un tel assemblage hétéroclite de personnalités.

http://www.infrarouge.ch/ir/2135-alors-monsieur-zemmour-etait-mieux-avant

 

 

21:40 Publié dans Air du temps, France, Medias, Politique, Politique française, société, Suisse | Tags : zemmour, rts, infrarouge | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg