28/12/2016

Désinformation: les experts européens (sur)veillent.

Capture d’écran 2016-12-28 à 18.45.02.png

capture d’écran: http://www.asatours.com.au/the-red-heart-of-russia/

Qu’un journal suive une ligne russophobe lui appartient et nombreux sont les médias à s’aligner sur une certaine vision de la Russie qui énonce jour après jour ou peu s’en faut, tout le bien qu'elle en pense.

Certains journalistes, il est vrai, tentent encore de distinguer le pays de son président, comme si sa grande popularité n’indiquait strictement rien, pis, une seule manipulation de l’opinion sinon des sondages..

Car à lire ce que publie aujourd’hui Le Temps, grand quotidien suisse autrefois appelé de référence, on comprend tout ce qu’inspire ce pays et ses plus de 146 millions d’habitants, peut-être perçus par nos bien-pensants comme d’innocentes victimes d’un régime souvent comparé à une dictature ou à ce qui s’y apparente.

Va pour autant de citoyens de ce vaste espace qui s’étale sur neuf fuseaux horaires mais voici que pour nous autres, Occidentaux, plane la menace. Preuve en sont les moyens mis par Le Temps pour nous alerter!

Dans son édition de ce 28 décembre, une pleine page de sa rubrique Temps fort donne le ton. Son titre: Désinformation, l’offensive russe est sans ambages.

Ainsi, après l’Ukraine qui aurait été la cible de campagnes de désinformations pilotées par le Kremlin, c’est au tour des Etats européens d’êtres visés.

Telle une arme (...) au coeur de la nouvelle doctrine militaire russe, elle mobilise les experts européens de la sécurité qui tirent la sonnette d’alarme.

Ouf, nous voici sauvés.

On a échappé au péril rouge, on ne va tout de même pas tomber comme des mouches intoxiquées par le Kremlin!

A ses agents et autres trolls de bien se tenir!

 

 

03/08/2013

Snowden sans mesure


Chaque samedi Le Temps ouvre ses colonnes à une chroniqueuse qui évoque l’échange opéré par deux familles, l’une suisse et l’autre russe.

S’agit-il de fiction ou de réalité, on l’ignore.

On comprend en tout cas que la Russie y est présentée sous un jour très particulier.

Dans la deuxième de ces chroniques, c’est la plus haute fantaisie qui domine. Le titre, sans ambiguïté, le confirme: Snowden à l'aéroport de Moscou? Pas du tout.

Le récit se déroule au gré de constructions aussi hasardeuses qu’invraisemblables où se mêlent de manière confuse, divers éléments arrangés selon le bon vouloir de la chroniqueuse.

En tant que Suissesse, je ne puis tolérer que s'écrive n’importe quoi sur un sujet aussi délicat et sensible qu’est l’affaire Snowden.

Et qu’un quotidien d’audience internationale tel que Le Temps se prête à ce triste jeu est d’autant plus désolant sinon accablant pour l’image qu’il renvoie de la Suisse en Russie.

En voici pour preuve une première réaction qui évoque aussi un article paru dans Le Figaro.

Le propos est à lire ou à écouter ici: 

http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/217362642/232146805/

 


02:18 Publié dans Genève, Medias, Pouvoirs | Tags : snowden, le temps, le figaro | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg