08/01/2018

La légendaire Carmen tue, l’oeuvre est morte

Capture d’écran 2018-01-08 à 00.19.32.png

On sait le rapport complexe qui existe entre politique et culture.

On peut observer, parfois, comment la première agit sur la seconde ou alors, comment la seconde se met au service de la première.

Or voici que tout se passe dans le seul univers de la culture au sein duquel on décide de s’en prendre à une oeuvre pour en modifier la tournure et la rendre politiquement conforme à la doxa du temps.

L’opéra de Georges Bizet, Carmen, inspiré de la nouvelle homonyme de Prosper Mérimée, est entré sous le contrôle d’un metteur en scène qui a décidé d’en changer la fin.

Les justifications qu’apporte celui qui s’est donné toute liberté d’intervenir sur une création, aussi bien celle de l’écrivain que celle du compositeur qui s’en est inspiré, sont révélatrices de la considération qu’il apporte à une oeuvre.

Nulle.

 

 

 

00:29 Publié dans Air du temps, Avaries, Culture, Humanité, Politique, Pouvoirs, Pratiques, société | Tags : opéra, florence, carmen, bizet | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg