10/02/2017

Non, la Russie ne menace pas l'Occident

Capture d’écran 2017-02-10 à 23.14.40.png

                                                                                                   capture d’écran: Atlantico

Qui veut la guerre? 

Mikhaïl Gorbatchev, que cet Occident tient en telle estime pour avoir été l’artisan de la perestroïka, s’est déjà à maintes reprises exprimé sur le sujet.

Nombre de nos compatriotes ne semblent, par contre, pas avoir bien saisi que depuis des années, le dernier Président de l’ex-URSS rejoint l’actuel Président de la Fédération de Russie sur de nombreux points.

Ils avaient été évoqués, ici: http://voix.blog.tdg.ch/tag/gorbatchev

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/05/09/moscou-hommage...

Mais maintenant que tant d’efforts ont été fournis par la Russie pour solliciter le dialogue avec l’Occident et favoriser la diplomatie plutôt que de se faire face avec des armes, il semble bien que la leçon ait été entendue.

Interviewé sur l’ordre donné par Vladimir Poutine à son armée de l’air de se préparer à la guerre, Roland Lombardi remet, à très bon escient, quelques points sur les "i":

http://www.atlantico.fr/decryptage/vladimir-poutine-ordon...

Et puis, à la sempiternelle et obsessionnelle manière de comparer la Russie de Poutine à l’Allemagne des années 1930, sa réponse est sans équivoque.

Merci à lui tandis que dans le cadre de l’émission C dans l’air citée dans le précédent sujet de ce blog*, les années 1930 ont une fois encore été évoquées, mêlées, qui plus est, aux années de guerre froide.

* http://voix.blog.tdg.ch/archive/2017/02/09/macron-le-krem...

  

20/08/2016

Bombes nucléaires de l’OTAN: de la Turquie vers la Roumanie?

Capture d’écran 2016-08-20 à 15.07.03.png

A lire différents articles où sont exprimés des points de vue sur les suites que pourrait avoir le coup d’Etat déjoué en Turquie, on entre de plain pied avec le nucléaire et ses risques.

Si d’aucuns relativisent la situation en relation avec la base d’Incirlik où sont stockées des armes nucléaires, d’autres évoquent déjà leur transfert vers la Roumanie.

Quoi qu’il en soit, ces regards sont intéressants par les informations qu’ils transmettent.

Ils mettent aussi en lumière la considération que les Etats-Unis portent à leurs alliés.

Et pour ceux des pays qui le seraient moins ou pas, il paraît difficile de nier les pressions qui les visent.

http://www.atlantico.fr/decryptage/faut-inquieter-stock-a...

https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/ne...

 

10/08/2016

Erdogan Poutine, au-delà des clichés

Capture d’écran 2016-08-09 à 23.36.42.png

                                 http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/08/09/31002-2016080...

A suivre la manière dont les médias occidentaux commentent la rencontre de ce 9 août entre les présidents russe et turc, on constate peu de variations.

De très nombreux compte-rendus reprennent la même rhétorique, la même analyse pour commenter ce que d’aucuns ont choisi d’intituler l’image du jour.

Or voici que l’auteur d'un article paru sur le site du Figaro, lui, n’hésite pas et convoque Carl Schmitt, juriste allemand qui a vécu de 1888 à 1985 et dont les liens avérés avec le nazisme ne manquent pas d’être rappelés.

Alors que l’accent est mis sur la théorie politique développée par l’intellectuel allemand, il  est évident que le titre donné à l’article fixe le cadre: Poutine et Erdogan à Saint-Pétersbourg ou la revanche de Carl Schmitt.

Se demander en quoi le juriste allemand aurait cherché une revanche est une autre question. Le fait est qu’en insérant son portrait dans l’image du jour, on est au-delà des clichés...

 

10/07/2016

OTAN, Bandera et langue de bois

fzer-620x330.jpg

                          http://www.lecourrierderussie.com/dossiers/euromaidan-dos...

Tandis que l’OTAN renforce ses troupes à l’Est de l’Europe, Kiev donne le nom de Stephan Bandera à une avenue autrefois appelée avenue de Moscou.

A lire la manière dont nombre de médias occidentaux rendent compte de ces deux faits, il apparaît que la langue de bois oeuvre à merveille.

Ainsi, pour autant les commentateurs du sommet de l’OTAN à Varsovie que pour ceux qui expliquent qui était Bandera, découvre-t-on une narrative bien rodée.

Tout cela n’est pas nouveau, certes.

Mais s’habituer à ce constat, c’est se rendre complice de duplicité.

Dans une interview, Tadeusz Isakowicz-Zaleski, historien, écrivain et publiciste polonais, livre un point de vue qui doit être entendu. 

Parce que les mémoires existent, parce que le destin de chacune et de chacun de nous est concerné:

https://www.youtube.com/watch?v=TtBzonLgywY&index=1&a...

 

27/06/2016

Qui menace qui?

8651549.jpg

                             http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en...

Le 26 juin 2015, la France connaissait la première décapitation sur son sol:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/06/26/isere-l-epouse...

Il ne s’agissait pas d’un retour, la peine capitale ayant été abolie en 1981.

Expliqué dans un sens ou un autre, l’acte commis en Isère n’en demeure pas moins une réalité:

Une horreur parmi d’autres, certes, une mort ajoutée à tant d’autres, bien sûr et autant de réactions qui se suivent et se ressemblent:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/06/27/ce-n-est-pas-u...

Ne pas céder à la peur, a-t-on aussi lu et entendu un peu partout.

Et se mobiliser contre les véritables menaces que représenteraient certains pays ou leurs dirigeants, on l’a aussi lu et entendu un peu partout.

Le danger est là où on veut bien le voir.

 

21/02/2016

21 février 1966 - 21 février 2016, la France...

 

InaEdu00099

La propension du Président de tous les Français à célébrer des commémorations a été relevée ici ou là.

En ce 21 février 2016, difficile de savoir ce que nous prépare François Hollande pour honorer la mémoire de la France.

La journée n'est certes pas encore arrivée à son terme mais aucune annonce quelconque ne semble prévue pour rappeler qu'il y a 50 ans, jour pour jour, son illustre prédécesseur, le Général Charles de Gaulle tenait conférence de presse.

Il y annonçait que la France quittait le commandement intégré de l'OTAN:

http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu00099/con...

Il va de soi que pour le Président d'encore 19 % de Français dits "satisfaits", ce genre de rappel ne risque pas d'être d'actualité. Mieux, en toute discrétion, il a déposé un projet de loi qui va achever le travail entrepris par son prédécesseur.

Et pourtant, en 2008, Monsieur Hollande s'était opposé à la décision de Nicolas Sarkozy de réintégrer le commandement de l'OTAN.

Mais cela, c'était "avant"...

http://www.marianne.net/connu-hollande-veut-reintegrer-pl...

 

14/02/2016

"Si j'ose dire"

snake1247.jpg

Vous pensiez la rhétorique réservée à quelques érudits ou autres savants usagers de la langue?

Détrompez-vous, certains la maîtrisent à merveille quand d'autres savent aussi la relever au passage.

En voici une bel exemple, loin d'être unique pour rendre compte d'une personnalité dont on sait la considération que lui porte la plus grande partie de la classe médiatico-politique occidentale.

Cela se passe dans le cadre d'une émission de géopolitique consacrée à l'OTAN et dont l'invité est Arnaud DOTEZAC, directeur des rédactions de Market Magazine.

A voir ici, dès la minute 9':

http://www.rts.ch/emissions/geopolitis/7388948-otan-a-quo...

Le très rhétorique si j'ose dire de Xavier Colin -qui ose donc dire- n'échappe pas à son invité.

Arnaud Dotézac, factuel, recadre.

 

01/12/2015

Sondage

 

Capture d’écran 2015-12-01 à 00.15.31.png

 

Un sondage est proposé sur le site RT pour savoir quelle serait la position de la France après l'attaque de l'avion russe par la Turquie:

https://francais.rt.com/international/11355-kurdes-etats-...

A cette heure, la comparaison des réponses n'est pas sans intérêt. 

Elle indique clairement deux positions dominantes dont l'une l'emporte sur l'autre à près de 5%.

Ces résultats reflètent parfaitement ce qui s'observe à la lecture de commentaires ou autres propos partagés sur les réseaux sociaux.

A chacune et à chacun d'interpréter ces résultats comme il l'entend.

Ils sont assez révélateurs, en tous les cas, de deux tendances que tout oppose ou peu s'en faut.

 

00:29 Publié dans Air du temps, Avaries, France, OTAN, Politique, Pouvoirs, Russie, Terrorisme | Tags : france, otan, turquie, russie | Lien permanent | Commentaires (42) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

25/11/2015

"Un acte d'une barbarie absolue"

 

CUpVlB6WUAA3Edf.jpg:large

On les a entendus, ces présidents nous parler de l'état de guerre dans lequel avaient été soudain plongés leurs pays respectifs, le 11 septembre 2001 et le 13 novembre 2015.

Georges Bush, François Hollande se sont dressés comme un seul homme pour combattre, l'un, l'axe du mal, l'autre un acte d'une barbarie absolue.

La France a été américaine, les Etats-Unis, français.

Le résultat, dans le premier cas, on le connaît.

Dans le deuxième, il reste inconnu. 

Alors que la Turquie a abattu un avion russe au prétexte qu'il aurait violé son espace aérien, voici le président français en appeler au calme entre Ankara et Moscou.

La Turquie est membre de l'OTAN, la France est de fait son alliée.

Souhaiter apaiser les tensions semble de l'ordre des voeux plus que pieux sinon douteux alors qu'un acte d'une barbarie absolue a été commis sur l'un des deux pilotes de l'avion russe

 

https://www.facebook.com/electronicresistanceteam/videos/...

 

 

21/11/2015

De l'imposture à l'arrogance

1716002.jpg

      http://korrespondent.net/world/3592904-za-paryzh-rf-otchy...

Alors que la Russie attaque les positions de Daech et inscrit sur ses équipements, A Paris et Aux nôtres, l'Occident persiste dans son arrogance.

Nombreux sont les médias, en effet, qui commentent l'annonce d'un rapprochement de la France -tout au moins- avec la Russie pour lutter contre Daech.

Ainsi Le Temps de mentionner que Sur la Syrie, Vladimir Poutine arrondit les angles.

Inutile d'attendre mieux de ce quotidien.

Le Figaro, pour sa part, se fend d'un test ainsi libellé: Etes-vous favorable à l'élargissement de la coalition contre Daech à la Russie?

Au vu des 91% de réponses favorables au rapprochement avec la Russie, La France doit-elle rejoindre la Russie dans sa lutte contre Daech eût été sans doute plus adéquat pour interroger les lecteurs.

Mais depuis 2008 et la réintégration de l'OTAN par la France, sa voix n'est plus celle de 2003.

Ce documentaire est à visionner du début à la fin.

http://www.lcp.fr/emissions/droit-de-suite/vod/145285-gue...

Car au-delà du mensonge évoqué et bien connu, ce sont les méthodes qui l'ont imposé qui sont décrites..

Et ce sont elles qu'il importe de comprendre pour mesurer comment toutes les instances juridiques, politiques et médiatiques ont été transgressées.

C'est à ce pays dit démocratique tandis qu'il est parvenu à imposer de tels procédés à la face du monde que la France et tant autres pays avec elle sont désormais liés.

Et ces mêmes osent l'arrogance à l'égard de la Russie... 

 

03/10/2015

MSF, le carnage

7137637.image

 

C'est ce que certains nomment des dommages collatéraux.

Si l'appellation est contrôlée, les forces de l'OTAN qui ont bombardé un centre de soins en Afghanistan, ne semblent, elles, pas l'avoir été du tout.

L'association Médecins Sans Frontières est en deuil, ce soir avec 12 membres de son personnel tués et 37 victimes parmi ses patients.

Selon l'ONU, le bombardement d'un hôpital relève du crime de guerre.

Pour l'heure, hommage soit rendu aux victimes, déjà blessées de guerre et désormais disparues avec celles et ceux qui ont donné vie et amour à les soigner. 

 

Sujet paru en page 13 de l'édition papier de La Tribune de Genève du 9 octobre 2015 sous le titre, MSF: l’humanité est en deuil

 

23:43 Publié dans Avaries, Destins, Humanité, OTAN, Politique, Pouvoirs, Pratiques, Sécurité | Tags : otan, kunduz, msf, afghanistan | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

19/07/2015

Islam, faux débat

quran-2-islam.jpg

 

Il a été énoncé ici ou là que la pauvreté matérielle et -ou- le besoin de spiritualité favorisaient conversions et autres radicalisations.

A cet égard, les explications et les commentaires apportés par tel ou tel philosophe, connaisseur ou spécialiste, se suivent et ne se ressemblent pas forcément.

Pendant ce temps-là, des têtes continuent d'être tranchées, des vies et des pays, d'être saccagés.

Or si le débat sur l'islam occupe les esprits quand il ne les échauffe pas, son instrumentalisation serait tout autant à prendre en considération.

A lire Georges Corm, en effet, tout laisse à penser que les discussions sur l'islam ne seraient que leurre. 

Selon lui, elles ne serviraient qu'à masquer la véritable géopolitique du déploiement impérial américain dans le monde. 

A lire ici, dans le cadre d'un entretien publié sur le site Les clés du Moyen-Orient: 

 http://www.lesclesdumoyenorient.com/Entretien-avec-George...

  

10/05/2015

Allemagne, appel lancé par des militaires

serveImage.php?id=70986&type=l&ext=.jpg


En ce 10 mai, jour de la visite officielle de la Chancelière allemande à Moscou, voici que des militaires de ses compatriotes se mobilisent.

Une lettre ouverte, intitulée Soldaten für den Frieden a été publiée ce 6 mai 2015 sur le site du quotidien allemand Junge Welt.*

Ils sont près d'une centaine de généraux et d'officiers supérieurs de l'ex-RDA à l'avoir signée pour dénoncer le remaniement du monde auquel s'activent les Etats-Unis.

Et ces militaires allemands savent de quoi ils parlent pour prôner la paix et non la guerre.

Qui les écoutera?

Et pourtant, ils sont loin d'être seuls à se mobiliser contre l'hystérie anti-russe.

Cependant, sitôt que l'on ose se démarquer du battage médiatique qui n'a de cesse de stigmatiser la Russie mais surtout son président, voici qu'on est perçu comme naïf.

Accuser pour se défendre est une stratégie bien connue.

Et les représentants des pays dits démocratiques savent en user et en abuser.

Combien de temps encore, les peuples concernés par les dommages d'une telle attitude la subiront-ils?

https://www.jungewelt.de/2015/05-06/023.php


06/04/2015

"Posez vos questions si vous en avez..."

Posez-moi-vos-questions.jpg

Mais comment survivent ces femmes dont l'une raconte qu'elle a perdu son fils et que sa maison a été détruite par les forces démocratiques de Kiev, soutenues par nos gouvernements tout aussi démocratiques?

Et ce n'est pas avec les retraites non versées depuis des mois et des mois qu'elles parviendront à surmonter la misère dans laquelle la guerre les a plongées.

Avoir travaillé toute sa vie pour se voir interdire de toucher sa pension et de parler sa langue ne semble pas ébranler l'OSCE dont certains observateurs ont pourtant bien entendu les témoignages de femmes ukrainiennes.

On s'effondrait à moins, ici.

A voir, ici, cette visite de l'OSCE à Ouglegorsk:

https://www.youtube.com/watch?v=YaSAZLQYEcI&feature=s...

13:36 Publié dans Avaries, Discours, Humanité, OSCE, OTAN, Politique, Pouvoirs, Pratiques, Ukraine | Tags : osce, donbass, ue, otan, ukraine | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

24/02/2015

"L'espoir meurt en dernier"

1422905526-debaltsevo-is-under-continuous-shelling-civilians-beg-to-be-evacuated_6801817.jpg

Ces mots sont ceux d'une femme qui a témoigné de ce qu'elle a vécu aux côtés de tant d'autres habitants de Debaltsevo, ville du sud est de l'Ukraine.

https://www.youtube.com/watch?v=60hreekziVI

Des mois durant, les forces ukrainiennes l'ont occupée. Quels sont les médias occidentaux qui ont évoqué le sort qui a été réservé à ces citoyens ukrainiens par leur président démocrate?

Pourquoi n'a-t-on commencé à parler d'enfants tués ou autres hôpitaux bombardés que  lorsque l'armée de Kiev s'est trouvée en difficulté, encerclée par les résistants du Donbass?

La couverture médiatique de ce qui a longtemps été évoqué en termes de crise alors que des milliers de morts emplissaient les morgues, est indigne d'un Occident qui ose se présenter comme porteur de valeurs et autres libertés d'expression.

Souvent, ici, il a été question de ce deux poids deux mesures de l'information livrée tandis que d'aucuns ont considéré ce blog comme "pro-russe", incapables de saisir le sens d'une démarche qui n'a visé qu'à réagir à l'orientation donnée à une situation que tout annonçait comme explosive.

Si depuis plus d'un an, j'ai tenu à partager ici un point de vue autre que celui de la plupart de nos médias, c'est précisément parce que la violence s'est profilée dès le Maïdan et les suites que l'on sait.

Sous estimer sinon ignorer le rapport crucial à la terre dont témoignent ces habitants a été l'erreur de trop.

Mais l'espoir les a portés, hommage à eux.

http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/d...
 

07/02/2015

Scenario macabre

Russie-Otan-400x266.jpg


Pour qui a osé espérer du bon sens humain qu'il prévale sur tout autre velléité sanguinaire, la guerre qui fait rage en Ukraine lui livre une tout autre réalité.

Aux accords proposés pour régler ce qu'on ose encore appeler "la crise ukrainienne" alors que la guerre tue depuis des mois et des mois, succèdent diverses démarches desquelles le cynisme n'est pas exclu.

Les médias et les politiciens qui, à force de slogans et autres invitations à la démocratie, ont soutenu le Maïdan, ont de quoi se réjouir.

Leur effort de guerre sera récompensé par la volonté de l'OTAN si elle s'applique.

Son commandant des troupes en Europe, en effet, n'exclut pas le recours à la force militaire dans l'est de l'Ukraine.

Alors que tant de connaisseurs et autres spécialistes ou analystes n'ont de cesse de présenter la Russie en agresseur, il est piquant de constater qu'à travers la voix de son ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, elle rejette la solution militaire.

Si le scenario macabre qui s'annonce en Ukraine devait se jouer, il incombera à la classe médiatico-politique occidentale qui l'a écrit, d'en rendre compte.


04/02/2015

La responsabilité des médias en jeu

1200x630_277114_la-crainte-d-une-invasion-russe-e.jpg?1407534242

On lit ici et là les velléités qu'aurait la Russie d'envahir l'est de l'Ukraine.

Ce scénario, même évoqué entre guillemets, relève au mieux, de la haute fantaisie, au pis, de la pure mauvaise foi.

Et relayer ce genre de propos sous quelque forme que ce soit est un choix qui ne relève d'aucun hasard.

Pour rappel, on a fait passer le Maïdan au nom de valeurs démocratiques. 

Au nom d'un idéal, on a soulevé un peuple.

Pour apprendre d'Obama, il y a peu, son ingérence et son soutien.*

Et maintenant?

Il estime que l'Ukraine doit être armée au prétexte que les forces russes seraient présentes dans le Donbass.

Voici ce que pense ce général ukrainien des mensonges dont tant de nos médias se sont fait le relai:


http://arretsurinfo.ch/general-ukrainien-aucune-troupe-ru...

 

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/02/washington-etr...


26/01/2015

Ces soldats ukrainiens...

ob_61281d_mercenaire-americain-a-marioupol.jpg


C'est étonnant comme tout à coup on apprend la nationalité de soldats tués dans une guerre qui compte déjà 5'000 morts.

Etonnant aussi comme soudain, on parle d'enfants évacués.

C'est ce matin, sur les ondes de la RTS, la journaliste Valérie Eschler se rappelle soudain que les soldats qui combattent dans l'est de l'Ukraine ont une identité.

Elle omet de préciser, par contre, qu'aux côtés de ces soldats ukrainiens, d'autres sont là en renfort. 

https://www.youtube.com/watch?v=jW1JdOXdJkU&feature=y...

Il ne s'agit pas, ici, de minimiser la situation à Marioupol, ville portuaire de l'est de l'Ukraine où de violents combats se livrent entre les forces loyalistes de Kiev et les forces dénommées "séparatistes".

Il est juste question de réagir à ce qui s'appelle de l'information.


24/01/2015

Ukraine, la démocratie selon l'OTAN

nato%2Bukraine.jpg


Cette intervention de Michel Collon dont j'indique le lien ci-dessous*, présente un regard sur la crise ukrainienne que d'aucuns connaissent.

Pour ma part, ici-même et ce, depuis décembre 2013, j'ai rendu compte de ce qui se passait en Ukraine selon un point de vue que nombre de participants à ce blog ont étayé de leurs commentaires et je les en remercie.

Ce qui est énoncé par Michel Collon est familier de certains d'ente nous. Mais nombreuses et nombreux sont encore celles et ceux qui n'en ont aucune idée.

La prise de conscience de ce qui s'est engagé de longue date en Ukraine et que rappelle de manière claire et nette Michel Collon, est déjà une première étape.

Car comme il le dit, on n'est pas dans une bataille pour ou contre la démocratie. On est dans une bataille stratégique en faveur de l'élite.

Or c'est bel et bien l'issue de cette bataille stratégique en faveur de l'élite qui demeure incertaine.

D'elle seule dépendra ce qui pourra alors s'appeler démocratie.


* https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...
 
 

 

21/01/2015

La Russie n'a jamais été l'ennemie de l'Europe

 

us-eu-russia.jpg?w=804&h=494


Comme l'interview dont j'ai indiqué le lien dans mon précédent sujet de blog a été publiée en russe, en voici la version française. 

Quatre questions m'ont été posées par le journaliste Arkadij Beinenson.


- Vous participez à des groupes de discussion de soutien au Donbass. Quelle est votre motivation?

Plusieurs raisons expliquent mon engagement face à la situation en Ukraine.

Tout d’abord, en tant qu’écrivain et slaviste, il m’est impossible de demeurer insensible à ce qui concerne la Russie.


Ensuite, en tant que Suissesse, sachant que mon pays a présidé l’OSCE durant toute cette année 2014, il m’était à nouveau impossible de ne pas suivre avec la plus grande attention les événements qui se sont déroulés en Ukraine. 

 

Enfin, vous savez qu’en cette année 2014, la Suisse et la Russie ont célébré le bicentenaire de leurs relations diplomatiques. Pour toutes ces raisons, j’avais de quoi ne pas me détourner de ce qui se passe en Ukraine.

 

Comme vous l’avez constaté, j’ai en effet suivi les publications de différents groupes de soutien au Donbass car j’ai estimé indispensable de m’informer autrement qu’à travers le seul biais des médias occidentaux.

 

Et puis, aussi, j’ai compris le sens du combat mené par ceux que l’Occident a appelés « pro-russes » ou « séparatistes ».

 

Ici, en Occident, les enjeux de cette lutte n’ont pas toujours été bien expliqués, c’est pourquoi j’ai eu à coeur de transmettre à mes compatriotes un autre point de vue que celui qui domine la plupart des médias.

 

 

-Estimez-vous objective, la manière dont les médias européens rendent compte de la situation dans le Donbass? 

 

Rares sont les média occidentaux qui présentent la situation en Ukraine de manière objective. Il en existe, toutefois, qui osent se démarquer du regard porté par la majorité des journalistes ou autres chroniqueurs.

 

Ainsi trouve-t-on des sites d’information où s’expriment des spécialistes de questions liées à l’économie, à la finance ou à la géopolitique. De nombreuses personnes s’y réfèrent, qui comprennent que la manière dont la plupart des médias rendent compte de la situation est le plus souvent orientée. Dans ce sens, il est piquant de relever que la Russie est sans cesse accusée de livrer sa « propagande » tandis que l’Occident détiendrait à lui seul, la vérité de l’information.

 

Ce sont ces préjugés que je tente de combattre. Encore une fois, je ne suis ni politicienne ni journaliste. Je suis juste animée par le refus de diaboliser la Russie comme s’y emploient trop de commentateurs.

 

En effet, la perception de la Russie par l’Occident se limite très et trop souvent à des clichés, des approximations ou alors à des analyses qui visent à démontrer qu’elle est aux mains d’une clique d’oligarques inféodés à leur président tout puissant. Ainsi ne parle-t-on plus que de « la Russie de Poutine » alors que l’on sait qu’elle est celle de bien d’autres personnalités dont celle de l’ancien et dernier président de l’URSS, Mikhaïl Gorbachev. Je l’ai rappelé dans un de mes derniers sujets de blog qui a aussi été publié comme courrier par « La Tribune de Genève » et par « Le Temps ».

 

Cela dit, des débats contradictoires sont tout de même organisés par les médias et permettent des échanges de points de vue. 

 

- A votre avis, quelle serait la « recette » à envisager pour résoudre la crise ukrainienne?

 

Pour ma part, je ne puis plus qu’espérer que la diplomatie vienne au secours d’une situation qui ne peut plus durer tant la souffrance et la violence y sont dévastatrices.

 

Là encore, je me suis exprimée et mes propos ont été relayés par « La Tribune de Genève » 

 

 

- Des divers points de vue émis sur le déclenchement de la crise en Ukraine, lequel vous    paraît déterminant?

 

Ce qui apparaît comme principal facteur ayant déclenché cette crise, est la pression exercée sur le Président Viktor Ianoukovich pour qu’il signe un accord avec Bruxelles. 

 

Suite au refus qu’il y a opposé, de violentes manifestations se sont déroulées à Kiev, sur le Maïdan.

 

Les interprétations de ces troubles meurtriers ont été controversées. En effet, les lectures des uns et des autres sur la destitution du Président Viktor Ianoukovich ont divergé et c’est de cela que j’ai voulu rendre compte sur mon blog.

 

Il me tient à coeur, en effet, de refuser le seul angle de vue de l’auto-proclamée, « communauté internationale » qui n’a de cesse de charger la Russie et de la rendre responsable de tous les tragiques événements qui se sont déroulés par la suite en Ukraine.

 

Cette attitude de la part de l’Occident n’échappe toutefois pas à nombre d’observateurs et c’est tant mieux. Cependant, ceux-ci sont souvent et aussitôt vus comme victimes naïves de la « propagande » russe. Tout est bon pour stigmatiser la Russie. 

 

Cela est parfaitement regrettable et n’apporte rien qui vaille tandis que tant d’appels au dialogue avec la Russie ont en même temps été lancés.

 

L’un d’eux date d’il y a plus d’un an et concerne la Syrie. L’autre a été émis cette année dans le cadre de la crise ukrainienne.

 

Puissent ces appels être entendus car la Russie n’a jamais été l’ennemie de l’Europe. Cette vision-là est insensée et mérite qu’on la combatte avant qu’il ne soit trop tard si ce ne l’est déjà. 


http://baltnews.ee/authors/20150117/1013517554.html


 
 

19/12/2014

"La Suisse par les Russes"... et par la Suisse

Alexei-Jawlensky-Road-in-Fussen-Snowy-Landscapen1.jpg

Il n'est pas inintéressant de lire différents compte-rendus de l'exposition qui vient de s'ouvrir au Château de Penthes, La Suisse par les Russes, regards artistiques et historiques, 1814-2014.*

Le rappel du rôle déterminant joué par le Tsar Alexandre Ier pour garantir à la Suisse sa souveraineté est le plus souvent relevé par les journalistes, bien s'en faut.

La précision selon laquelle l'exposition a été entièrement prise en charge par la Russie, est elle aussi mentionnée dans la plupart des articles publiés dans les grands quotidiens genevois, Le Temps, La Tribune de Genève et Le Courrier.

Le fait que la Confédération Helvétique n'ait apporté aucun soutien quelconque à cet événement doit sans doute avoir des raisons que la raison ne connaît pas.

Cependant, les conclusions -citées ci-dessous- des articles de nos trois grands quotidiens, donnent quelques pistes sur la perception bien peu neutre de cette non entrée en matière de la Suisse dans le cadre d'une manifestation culturelle qui, pourtant, la met à l'honneur.

L’exposition (...) ne prend guère le risque de l’histoire récente. Célébrer des relations diplomatiques incite sans doute à l’être soi-même.  (Le Temps)

Une opération qui redore l’image de ce pays, malmenée par l’actualité internationale.

(La Tribune de Genève)

Le parcours se conclut sur les exilés de l’après-Révolution (...). Pour les exilés de Vladimir Poutine, par contre, il faudra attendre le ­tricentenaire.

(Le Courrier)

http://www.penthes.ch/portfolio/la-suisse-par-les-russes-...


04/12/2014

Guerre ou Paix

colombe_paix-2.jpg

On lit, ici et là, des pronostics sinon des analyses relatives à la situation en Ukraine et aux tensions qu'elles génère entre l'Occident et la Russie.

A observer certains chantres en tous genres se lancer dans des prédictions qui ne reposent le plus souvent que sur des évaluations sans autre fondement que quelque approximation ou référence à L'Histoire, il semblerait judicieux de ne pas se substituer à qui décide de l'opportunité d'interventions militaires ou non.

Ainsi, ce besoin de peindre le diable sur la muraille et d'annoncer une 3e guerre mondiale n'a pour effet que de créer un climat anxiogène et de bloquer tout autre approche réflexive et constructive.

La situation actuelle en Ukraine est extrêmement préoccupante mais elle l'est de longue date!

Avoir considéré les événements qui se sont déroulés l'hiver dernier sur le Maïdan de Kiev comme force de renouveau sinon de libération aurait dû susciter l'inquiétude plutôt que la liesse relayée par tant de médias.

Mais non,  l'Occident s'est réjoui. A l'unisson ou presque, il a salué l'avènement futur de la démocratie. Le résultat est éloquent...

Plus de 4.000 morts et près d'un million de réfugiés sans compter les blessés et autres victimes d'une guerre livrée au sein d'un pays désormais déchiré et exsangue.

L'Occident a beau jeu de charger la Russie. Qui a-t-elle attaqué?


http://french.ruvr.ru/news/2014_12_04/Poutine-prononce-un...

 
 

01/12/2014

OTAN-Russie, mise au point

otan-Russie-400x233.jpg

Il ne parle que très rarement aux médias occidentaux. Alexeï Borodavkine, ancien vice-ministre russe des affaires étrangères, aujourd’hui ambassadeur auprès de l’ONU à Genève est rompu aux négociations difficiles. *

C'est ainsi qu'est introduite l'interview qu'a accordée l'Ambassadeur de la Fédération de Russie auprès de l'ONU à Alain Jourdan, de La Tribune de Genève.

La précision apportée ici par le journaliste a toute sa valeur.

Plusieurs interprétations sont susceptibles d'être données à la rareté des interventions de l'Ambassadeur de Russie.

Mais quelqu'elles soient, celle-ci est à lire avec la plus grande attention. Certes, à découvrir les appréciations portées aux commentaires qui suivent l'interview, on mesure le degré de réceptivité des lecteurs aux positions exprimées par Alexeï Borodavkine.

Cependant, il n'est jamais trop tard pour modifier ses certitudes.

Et plutôt que de camper sur des positions avec l'assurance de détenir la vérité, se montrer prêt à remettre en cause quelques idées fixes et préconçues n'est pas interdit.

Il suffit de le vouloir et d'accepter le dialogue. La Russie ne l'a jamais refusé.

Persister à la rendre responsable de tout et de son contraire ne dénote aucune intelligence de la part d'un Occident empli de ses Lumières.

Non, la Russie n'est pas un adversaire.

La Russie est un partenaire.

http://www.tdg.ch/geneve/russie-veut-securite-europe-c-lo...

12/09/2014

Ukraine la paix menacée

Petro_Poroshenko_2014_(cropped).jpg


Et voici que les hostilités risquent bel et bien de reprendre entre l'Ukraine et la Russie.

Alors qu'un espoir de paix était né avec la signature d'un cessez-le-feu entre les parties en lutte dans l'Est de l'Ukraine, le président Poroshenko annonce la ratification d'un accord politique et commercial d'association avec l'Union Européenne.

La signature de cet accord est d'emblée annoncé par le président ukrainien comme moment historique pour le pays.

Petro Pososhenko s'est exprimé en anglais. Il a encore précisé une certitude, le pays va être plus démocratique et aura davantage de libertés.

Mieux, il espère un statut spécial auprès de l'OTAN.

Et bien sûr, dans la foulée, il promet le retour de la Crimée dans le giron de l'Ukraine.

Il sera accueilli!

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/07/27/он-не-сможет-i...

Autant dire que la situation n'est pas près de s'apaiser.

Et comme toujours, on accusera la Russie.

Mais qui a agressé qui?

Qui a tiré sur son propre peuple?

Et qui a bafoué les règles du droit international en piétinant l'accord signé en février 2014?

Petit rappel en images ici pour qui a la mémoire courte:


http://www.itele.fr/monde/video/accord-signe-entre-ianouk...

 

27/04/2014

Ici, on pend

 

329875.jpg

Une horreur après l'autre semble désormais constituer le menu de l'information qui se déroule dans le cadre de la crise ukrainienne.

L'Occident y jouant le plus souvent le rôle de sauveur ou de justicier, il va de soi que les jeux sont faits.

Les cerveaux sont bien préparés à la rhétorique de la plupart des medias et en mesure d'accueillir les sempiternels et mêmes clichés pour qualifier le président russe.

Combien de fois, en effet, ne l’a-t-on évoqué sous les traits d’un dictateur pour aller jusqu'à le comparer à Hitler?

Comme insulte à la mémoire du peuple qui a versé sans compter son sang pour vaincre le nazisme, on ne peut mieux.

La video d'une pendaison,  postée par ANNA en avant-dernier commentaire à mon précédent sujet de blog*, illustre le cynisme de la mise en scène des amis de Bruxelles et de Washington.

Ames sensibles s'abstenir, aurait-on envie de prévenir. Et cependant, il serait bon que l’on réalise enfin qui est qui, avant que l’erreur sur la personne ne devienne irréparable.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/04/24/j-accuse.html 


16:51 Publié dans Information, Medias, Politique, Pouvoirs, Pratiques, Russie, Ukraine | Tags : osce, otan, néonazi, ukraine, russie | Lien permanent | Commentaires (40) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

12/04/2014

Ukraine, OTAN et (dés)info

606x341_262382.jpg?1396456265

L'information livrée par nombre de medias occidentaux selon laquelle l'OTAN aurait démontré une Russie prête à intervenir dès lors que près de 40.000 soldats auraient été photographiés par satellites le long de la frontière avec l'Ukraine a été démentie par Moscou.

La guerre des images ne date certes pas d'hier.

En l'occurrence, ici, c'est la crédibilité de l'Occident et de ses relais médiatiques empressés qui est mise à mal.

Mais ce n'est pas la première fois que la Russie relève l'exploitation faite de la présence de ses forces militaires à l'intérieur de ses terres et non contraires aux normes du droit international.

Ainsi et s'agissant des photos de l'OTAN, l'intérêt de les publier maintenant alors qu'elles ont été prises en août 2013 a sans doute dû être considéré opportun.

Car comme le relève la RTS, qui commente elle aussi cette "information", celle-ci intervient au moment où le président russe a prévenu Bruxelles et Kiev d'un risque de cessation possible des livraisons de gaz en cas de non règlement de la dette de l'Ukraine à la Russie.

http://fr.ria.ru/world/20140410/200948853.html


 

13:36 Publié dans Information, Medias, Politique, Pouvoirs, Pratiques, Russie | Tags : otan, ukraine, russie, information | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg