03/08/2016

Pouvoirs et divisions

 

8572-100241253.jpg?itok=__Nw-4kd

                                                                                                               © GEAI LAURENCE/SIPA

Dans la suite du précédent sujet de ce blog, deux points de vue méritent réflexion.

Tandis que le premier considère que le terrorisme doit être combattu en France, pour ce qui la concerne:

http://www.magistro.fr/index.php/template/lorem-ipsum/en-...

le second prévient des conséquences engendrées par la lutte contre l’Etat islamique en Syrie:

http://www.atlantico.fr/pepites/pour-directeur-fbi-devons...

En même temps et sur un autre plan, circule un courriel selon lequel se cacheraient des terroristes derrière les réfugiés.

La version n’est pas inconnue.

Ledit courriel attire aussi l’attention sur le fait que, parmi les réfugiés, figureraient avant tout des hommes musulmans tandis que les victimes de l’Etat islamique sont autant de femmes, d’enfants, de yézidis et autres chrétiens.

Autant de prises de position témoignent d’une situation qui, certes, mobilise mais divise.

Dans ce sens et si, comme dit le proverbe, l’union fait la force, la solliciter et la créer serait à privilégier.

Reste à savoir quels pouvoirs en place le souhaitent vraiment...

 

19/12/2011

Leurres

 

Controversés, ils opèrent.

Pour la bonne cause.

Fausse.

Mais juste pour qui y a engagé foi et salut.

 

 

 

 

12:13 Publié dans Avaries, Pouvoirs, Pratiques, Religions, société | Tags : violences, force, pouvoirs, mort, douleurs, maux, plaies | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

21/08/2011

Instrumentaliser la violence

Le titre du « blog » de Jacques-Simon Eggly, Encore des banaliseurs de l’insécurité,interroge.

Il incite en tout cas à réagir aux amplificateurs de l'insécurité.

Car s’il est juste de ne pas demeurer insensible à la violence, l’instrumentaliser à des fins partisanes l’est beaucoup moins.

Ainsi conviendrait-il de se pencher sur le problème de manière objective et de se livrer à des analyses fines pour tenter d’y trouver la parade la plus audacieuse.

Au lieu de quoi l’on assiste à des matchs de ping-pong entre tenants de solutions, toutes présentées comme seules valables.

Dans un commentaire que j’ai posté hier à midi sur le blog de Monsieur Eggly, pas encore publié à moins d’avoir été modéré, je lui ai demandé s‘il avait lu l’article de Peter Oborne dont il a été question ici dans les précédents sujets*.

J’ose espérer sa réponse.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2011/08/20/violence-s-en-...