18/09/2016

La France entre un Président et l'autre

Capture d’écran 2016-09-18 à 17.36.11.png

Les réseaux sociaux et autres fils de commentaires déposés sous tel ou tel article reflètent les humeurs et les positionnements d’internautes-citoyens.

De tout horizon, de toute forme de culture, on s’exprime et ce qui s’énonce est observé sinon scruté par toutes sortes d’instances de pouvoir.  Pour quels résultats sinon quelles fins, il paraît souvent difficile de le savoir.

En période de campagne électorale, présidentielle et/ou législative, les rencontres, débats, dossiers médiatiques et autres publications semblent indiquer la (bonne) santé de nos démocraties.

On y expose son point de vue, on y défend sa thèse, on y développe son argumentation, bref, on discute et on donne ainsi l’impression de vivre la liberté de pensée.

Il y a sans doute du vrai à cela. Mais en même temps, se pose toujours la question de savoir jusqu’où les jeux électoraux ne sont pas déjà faits. 

Et si tel ne devait pas être le cas, autrement dit, si rien ne pouvait prédire qui serait élu ou non, alors restera l’épreuve des programmes et autres promesses à tenir, une fois l’élection passée.

En France, une situation unique se présente. Un ancien Président tente de reconquérir sa place perdue pour l’actuel élu contre lui et désormais honni comme jamais aucun de ses prédécesseurs.

De Nicolas Sarkozy ou de François Hollande, la France trouvera-t-elle à dépasser ses rejets, on le lui souhaite. Mais pour quel candidat, c’est là que le bât semble blesser tant aucun ne semble en mesure de rassembler sinon d’incarner la fonction suprême.

Comme l’a dit l’un des invités de France2, ce dimanche à 13 heures15, tout cela est très triste :

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/

  

12/09/2016

Hillary Clinton, un 11 septembre et des enjeux

Capture d’écran 2016-09-12 à 11.58.41.png

La santé d’Hillary Clinton est en une des médias. 

Les pronostics quant à l’issue du scrutin de l'élection présidentielle américaine vont évidemment bon train mais tout autant la réserve.

Car comme l’explique cet historien interviewé sur Europe1, rien n’indique que la faiblesse momentanée d’Hillary Clinton lors des commémorations du 11 septembre 2001 à New York, ne lui soit préjudiciable:

http://www.europe1.fr/international/pneumonie-dhillary-cl...

Du coup de chaud à la pneumonie, il va de soi que la différence existe.

Et le fait que la communication relative à l’état de santé de Madame Clinton ait d’abord banalisé le malaise filmé ce dimanche 11 septembre, ne manque pas non plus d’attiser les débats.

Quant à l’âge des deux candidats à l’élection présidentielle américaine, lui aussi, se discute d'autant. A l’expérience acquise par les années s’oppose la vigueur de quelques décennies de moins.

Rien de nouveau à ce genre de problématique dont les regards qui la constituent présentent toujours  de quoi se justifier.

Reste encore le genre, comme on dit maintenant et l’image qu’il est susceptible de renvoyer... 

 

12:04 Publié dans Air du temps, Avaries, Etats-Unis, Politique, Pouvoirs | Tags : hillary, clinton, etats-unis, présidentielles | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

11/09/2016

La France, ses candidats des Républicains et leurs parrains

Capture d’écran 2016-09-11 à 16.41.04.png

Ci-dessous* un premier aperçu, certes partiel, d’une France qui se prépare à ses primaires tandis que le pays vit sous tension sinon en état de guerre comme cela a pu être énoncé, en son temps, par le Chef normal des Armées.

Président de tous les Français -comme le rappelle la fonction qu’il exerce encore-, François Hollande n’a plus la confiance de tous, les sondages le rappellent régulièrement.

Qu’à cela ne tienne, il est là, impassible ou du moins le laisse-t-il paraître car nul sinon de très fidèles parmi les fidèles -et encore?-  ne peut savoir ce qui se passe dans la tête de l’actuel locataire de l’Elysée.

Cela dit et à toutes fins utiles pour qui serait curieux de savoir qui a accordé son parrainage à qui, le site de Franceinfo a publié leurs noms et le nombre de parrainage obtenus par les huit candidats en lice pour la primaire du parti Les Républicains:

http://www.francetvinfo.fr/politique/les-republicains/pri...

On y découvre que Fançois Fillon devance Alain Juppé dans le nombre de soutiens acquis et suit Nicolas Sarkozy.

Que d’aucuns apprécient ou non Nathalie Kosciusko-Morizet pour telle ou telle raison de ticket de métro dont le prix lui aurait été inconnu, on peut malgré tout estimer sa présence au milieu de sept hommes.

 

19/04/2011

Villepin, de l'UMP, "Ils n'ont pas besoin de moi pour perdre"

 

Ils n’ont pas besoin de moi pour perdre, ils se débrouillent très bien, laissez-les faire, répond Dominique de Villepin à Olivier Mazerolle le 17 avril dernier sur BFMTV, tandis que le journaliste lui demande s’il n'a pas conscience qu'il peut faire perdre son camp.

"Mon camp", s‘interroge alors le Président de République Solidaire, non sans sourire ni se priver de faire remarquer qu’on le situerait plutôt à gauche, avec le projet qu’il vient de présenter.

Quant à  l’UMP menacée d‘implosion, Dominique de Villepin ne manque pas de rappeler au journaliste qu’il y a plusieurs années déjà, dans une précédente interview, il l’avait prédit.

Ils n’ont pas besoin de moi pour perdre, ils se débrouillent très bien, laissez-les faire!

Cette réponse, même prise hors de son contexte, vaut qu'on s'y arrête. A chacun de la comprendre comme il l'entend.

13:15 Publié dans Politique, Politique française, Pouvoirs | Tags : villepin, présidentielles, france, 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg