16/05/2017

Edouard Philippe, Premier Ministre entre nucléaire et littéraire

Capture d’écran 2017-05-16 à 13.12.46.png

Que le nouveau Président de tous les Français soit observé, que ses décisions soient scrutées, analysées et commentées, rien de plus normal.

Qu’il soit adulé ou honni relève de préférences sinon d’argumentaires qui rythment la vie républicaine.

On a vu, avec son prédécesseur, comment le plus grand nombre de médias l’avaient soutenu et porté à l’exercice de la fonction suprême pour, ensuite, contribuer à accélérer son départ.

Emmanuel Macron est attendu au contour tout en jouissant, encore, d’une aura dont la durée dépendra de facteurs aussi divers que sa force à la maintenir contre vents et marées.

La nomination de son Premier Ministre occasionne déjà nombre de réactions.

Certaines rappellent quelques éléments de son parcours dont un passage chez Areva quand d’autres attirent l’attention sur un ouvrage cosigné avec Gilles Boyer.

L’article cible les pensées érotico-machistes du protagoniste de l’histoire.

Quand la fiction est convoquée à charge, on brouille les codes. Mais n’est-ce pas là aussi, ce qui a été relevé du comportement d'Emmanuel Macron?