procès

  • Bonne lecture!

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2019-03-20 à 20.07.59.png

                                                                                            capture d’écran Slate.fr

    Bien, alors pour l’équilibre des informations et autres compte-rendus, voici ce que Slate rapporte des audiences qui se sont tenues au TGI de Paris les 14 et 15 mars derniers.

    C’est toujours intéressant de relever la manière avec laquelle on use de la langue.

    Toutes et tous, nous opérons des choix linguistiques, la question n’est pas là mais justement, d’observer comment, selon le parti pris, certaines formulations sont privilégiées.

    En l’occurrence, si vous comparez les intitulés et les compte-rendus des quatre médias qui ont été cités ici, à savoir Le Monde, Libération, Sputnik et Slate ci-dessus, vous aurez de quoi évaluer comment est rapporté un événement. 

    Cela dit, je ne perds pas de vue le reste de l’actualité chargée et vous remercie d’avoir suivi cette affaire dont le délibéré sera rendu le 31 mai prochain.

     

  • Pussy Riot, appel renvoyé

    Imprimer Pin it!

     

    C'est à la demande de l'une des trois jeunes femmes condamnées, Ekaterina SAMOUTSEVITCH, que le procès en appel du jugement prononcé le 17 août dernier et qui devait se tenir ce lundi 1er octobre a été renvoyé au 10 octobre prochain.

    La jeune femme a contesté la ligne de défense de ses avocats et les a récusés. 

    Il est question d'évoquer des pressions qu'elle aurait reçues.

    Cependant et selon les résultats d'un sondage officiel, plus d'un Russe sur deux serait critique envers l'action des Pussy Riot et plus d'un Russe sur deux considère leur condamnation justifiée.

     

    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121001.REU7190/le-proces-en-appel-des-pussy-riot-reporte-en-russie.html

     

     

  • Blasphème

    Imprimer Pin it!

     

     

    Dans son édition de mars 2012,  La Vie Protestante avait consacré un dossier au blasphème. Parmi les différentes personnalités qui s’exprimaient, Pierre Gisel précisait qu’ Il existe dans le code pénal suisse un article qui punit toute personne ayant publiquement offensé ou bafoué les convictions d’autrui en matière de croyance (art.261)  mais il n’a pas été appliqué depuis des décennies.(…)

    Dans une résolution sur la liberté d’expression et le respect des croyances datant de 2006, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe s’est d’ailleurs montrée très réticente à l’idée d’instaurer le blasphème comme infraction pénale (mais plus favorable à) œuvrer activement à la prévention du discours de haine dirigé contre différents groupes religieux ou ethniques.

    On vient d’assister au déchaînement médiatique qui a fait suite à la peine retenue contre les Pussy Riot à Moscou. Compte tenu du contexte politique international tendu dans lequel cette sentence est tombée, chacun y va de son argumentaire pour la vilipender, la justifier ou l'estimer excessive ou trop modérée.

    Quand l’art s’intéresse à la religion et que la politique s’en mêle, la justice s’emmêle-t-elle aussi?

     

    http://www.vieprotestantegeneve.ch/