30/09/2017

Espagne-Catalogne, l’Etat en ligne de mire?

Capture d’écran 2017-09-30 à 16.47.15.png

Depuis quelques jours sinon plus encore, on nous répète que les Catalans sont divisés, que les discussions sinon les disputes au sein même des familles sont vives et d’aucuns n’hésitent pas non plus à évoquer la guerre civile ou du moins faire planer sa menace.

Mais qu’en est-il vraiment tandis qu’on a droit à un pugilat entre Madrid et Barcelone?

Selon la seconde, la première abuse de son pouvoir, selon la première, la seconde agit en dehors des lois fixées par la Constitution. Ainsi campées sur leurs positions, les deux se renvoient chacune la balle.

Mais enfin, quand un pouvoir dépend d’un autre qui lui demande des comptes, cela relève de la seule logique constitutionnelle. Or si celle-ci est bafouée, on est dans l’illégalité. 

Et là où le bât blesse, c’est que, de ce qui nous est rapporté, quelques étapes manquent. Entre autre le fait que la Constitution de la Catalogne elle-même n’a pas été respectée lors du vote de ce referendum au parlement.

Et puis, quand La Vangardia révélait, l’an dernier que le charismatique financier Sorros se mêlait de ce qui semble le regarder, on comprend que le but est de déstabiliser autant la Catalogne que l’Espagne et plus encore, l’Europe entière.

En soutenant des régions pour les appeler à se soulever contre le pouvoir central dont elles dépendent, c’est le démantèlement des Etats qui est visé.

  

18/02/2014

La France et ses langues, rêve ou cauchemar?


Le 28 janvier 2014, l'Assemblée nationale française a adopté la proposition de loi constitutionnelle autorisant la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

A lire les diverses prises de position émises à cet égard, force est de constater combien cette décision divise déjà l'opinion française! 

Rien de plus normal face à l’ambiguïté de la formulation de cette Charte.

Mettre sur le même plan des langues régionales et des langues minoritaires est un non-sens sinon un piège comme certains voudraient le voir.

Une langue dite régionale n'a en effet rien de commun avec une langue dite minoritaire.

Le statut de la première n'est pas celui de la seconde quand bien même connaîtrait-on celui-ci.

Ainsi serait-on bien inspiré de s’interroger sur le sens et les raisons de cette reconnaissance accordée.

De même, serait-il bienvenu de connaître les critères selon lesquels sera définie une langue minoritaire.

Et d'ailleurs, qui les fixera, ces critères et en fonction de quels paramètres?

fON6VLY.jpg




















 
 
http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/les-dangers-de-la-charte-des-147438

 

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/18-02-2014/une-charte-euro...