29/02/2012

La haine

 

A lire celle qui s'étale au sujet de Mark Muller, pour ne citer que son cas, il y a de quoi s'interroger sur les motivations et les intérêts qu'elle défend sinon trahit.

Alimenter une mêlée de manière aussi aveugle n'honore personne et encore moins la morale que l'on prétend servir.

Même Rémy Pagani, d'après les propos qu'il a tenus dans Le Temps du 16 janvier dernier et que j'ai relayés sur ce blog, ne s'en est pas pris à Mark Muller comme d'autres s'y sont employés.   http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/02/16/pagani-muller....

Quant à mon sujet de blog d'hier, il compte quelques commentaires à méditer pour qui le souhaite.

 

 

15:05 Publié dans Air du temps, Genève, Politique, Pouvoirs, société | Tags : mark muller, démission, genève, plr, rémy pagani | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

28/02/2012

Nouvel Ordre Moral

 

Ainsi n'aurait-on pas goûté le silence observé par Mark Muller suite à l'affaire qui l'a désormais poussé à démissionner de ses fonctions.

Il y a un mois et pour rappel, un homme est mort au camp des Indignés des Bastions.

Ce décès a choqué autant que le silence de huit jours qui a suivi son annonce.

On a invoqué le respect de la famille du défunt. Certes, il est de mise et nul ne le contesterait.

Mais les circonstances du décès survenu dans un espace public sur lequel la société a droit de regard, au nom de quel principe lui a-t-on refusé de les connaître?

Force est de constater qu’un silence n’en vaut pas un autre à Genève.

22/02/2012

Mensonges, silences et politique

 

Ainsi parle-t-on au gré de cette blogosphère des mensonges de Mark Muller et des ses silences, de ceux aussi, de Rémy Pagani.

Les uns veulent le départ de l'un, les autres de l'autre, or entre eux deux, ils ne paraissent pas se reprocher quoique ce soit.

Qu'on réclame des têtes et que celles-ci s'y refusent, cela se discute.

Mais qu'entre elles ces têtes se soutiennent, normal, moral ou politique?

 

16/02/2012

Pagani-Muller-Pagani, pagaille?

 

Qui se rapelle ou a lu cet article signé Marc Moulin dans Le Temps du 16 janvier 2012, intitulé Mark Muller joue sa tête face à son parti en proie au malaise et qui se concluait:  Etait-il opportun de la part de Mark Muller de s’afficher au MàD, flanqué d’une employée de cette discothèque, alors qu’il avait la charge d’un dossier crucial pour l’établissement? Le MàD a-t-il profité de cette apparente proximité avec un ministre dont il était dépendant pour sa survie? Rémy Pagani, qui n’a pas l’habitude de voler au secours de Mark Muller, estime que tel n’est pas le cas: «Je ne vois pas quel avantage l’une ou l’autre partie aurait pu tirer, répond l’élu d’Ensemble à gauche. C’est moi qui maîtrise le dossier depuis près d’un an.

Et qui se souvient de l'article d'Olivier Francey, paru dans La Tribune de Genève du 8 février 2012, intitulé, Rémy Pagani, "La Ville n'est pas responsable du drame" et dans lequel on lit que La droite élargie au MCG critique vertement la gestion du dossier par la Ville. «Laxiste», selon le conseiller d’Etat Mark Muller, en visite à la rédaction de la Tribune de Genève hier. «J’aurais fait évacuer le camp après quelques jours. Je précise que je n’attribue aucune responsabilité à quiconque dans ce drame.

Autrement dit, selon Rémy Pagani,  aucun conflit d'intérêt ne peut charger Mark Muller dans le dossier du Moulin-à-danse car c'est lui seul qui en a la maîtrise par contre, et selon Mark Muller, la gestion du dossier des Indignés a été laxiste mais il n'en rend personne responsable.

Comprenne qui voudra comme il pourra ce jeu de rôles à responsabilités variables.

Il n'en demeure pas moins que ces deux dossiers n'ont en commun que les noms des magistrats qui en témoignent ici et que la maîtrise d'un moulin où l'on danse n'a rien à voir avec celle d'un camp où l'on s'indigne.


 

 

13/02/2012

"Je n'ai pas d'âme"

 

Ces mots sont ceux de Rémy Pagani dans l'interview qu'il a accordée à La Gazette de Genève le 16 mai 2011.

Hier, c'est l'adjectif ésotérique, qu'il a employé pour qualifier un débat dans lequel il n'a pas voulu entrer, qui a retenu mon attention:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/02/12/pagani-et-l-es...

Mais ses propos sur l'âme qu'il dit ne pas avoir, difficile de ne pas s'y arrêter aussi.

Dans cet interview du 16 mai dernier, il déclare écrire pour « remplir son vide intérieur ». « Je n’ai pas d’âme. Mon intérieur est vide, ce « tout » et ce « rien », que j’entoure avec ce que je vois, dis et écris », explique-t-il le regard pensif, la main sous le menton.

Ce terme d'âme, si quelqu'un ici ou ailleurs était en mal de le définir... Certes, il y a l'étymologie, certes, il y a des approches qui l'ont cerné ou ont  tenté de lui donner un ou du sens.

On aimerait bien savoir celui que Rémy Pagani lui donne.