raison d'etat

  • Au fil des "preuves" et des épreuves

    Imprimer Pin it!

    4.jpg

    Un crash d'avion après l'autre livre son lot d'inhumanité.

    Tantôt et sans preuves, on accuse d'emblée, tantôt avec soi-disantes preuves, on énonce hypothèse après hypothèse, aussitôt muées, pour certaines, en thèses.

    A la douleur de proches et de familles de victimes, s'ajoute une quête de vérité dont l'issue restera le plus souvent condamnée.

    Quand les raisons des uns ne rejoignent plus celles des autres, la raison s'y perd.

    Dans ce cas, les voeux deviennent bien vite pieux de vouloir accéder à la "vérité".

    Et pourtant, qui ne la souhaite?

    Si des raisons d'Etat doivent dominer, l'avouer serait-ce les trahir?