20/04/2018

Imaginer Sisyphe heureux, c’est subvertir l'arbitraire

Capture d’écran 2018-04-20 à 15.35.49.png

Souvent, je me suis demandé comment, face à une souffrance, agissait l’empathie.

Il y a de très fortes chances qu’une fois ou l’autre, chacune et chacun d’entre nous ait été confronté à un mal vécu de l’intérieur ou partagé de l’extérieur s’il a touché un tiers.

De fait, chacune et chacun de nous aura sans doute connu l’empathie pour en avoir été gratifié ou l’avoir prodiguée.

Pourquoi évoquer, ici, cette problématique?

Parce que, nombre de sujets sensibles ont été traités sur ce blog et que, sauf à mener d’action dite engagée, celle qui se limite à commenter relève de l'opinion qualifiée de publique. 

Savoir quelle influence celle-ci est en mesure d’exercer face à un pouvoir qui dispose de moyens pour l’ignorer, laisse à penser qu’elle n’a de droit que d’exister.

Doit-on, pour autant, plonger dans le pessimisme et se détourner de situations face auxquelles se mobilisent nos sensibilités?

Telle apparaît la question à se poser au vu du crédit limité -quand il ne rejoint pas le mépris- apporté à celle ou à celui qui use de son droit d’expression face à une situation qui lui paraît devoir mobiliser l’attention.

Que ledit droit d'expression soit d’ordre légal, son destin semble, parfois, tracé d’avance.

Dans ce cas, lutter en faveur de causes qui exigent qu’on y revienne sans cesse alors que tout se met en place pour les rendre d’autant plus indéfendables, peut s’apparenter à la tâche qui fut imposée à Sisyphe.

Albert Camus a proposé de l’imaginer heureux. 

C’est là une attitude philosophique. Qu’on y souscrive ou pas, elle est une manière de résister et confirme, par là-même, sa force qui transcende l’arbitraire.

  

18/03/2012

Sisyphe?

 

Et voici qu'après Dominique de Villepin, François Hollande lui aussi, évoque Sisyphe.

Au Salon du livre, c'est sa persévérance qu'il met en avant pour se comparer au héros.

S'approprier un mythe pour justifier de difficultés d'une candidature à la présidentielle, c'est convoquer la littérature et en détourner la portée.

C'est aussi se démarquer - sinon rejeter- tant d'êtres privés d'accès à la culture par le labeur de vies quotidiennes bien plus proches de celle d'un Sisyphe sur sa montagne que de celles de candidats soi-disant à la peine.

La misère d'une campagne c'est quand Narcisse, éperdu et perdu, se prend pour Sisyphe.

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/articl...