25/08/2017

Soumis, dit ce célèbre psychiatre

 

Capture d’écran 2017-08-25 à 16.26.51.png

                                                               Amchide

Fous, pas fous mais soumis, autant d’avis s’expriment sur ce que seraient ces terroristes qui assassinent en toute bonne foi et conscience au sein de nos villes.

Qu’il s’agisse d’Amchide, Ouagadougou, Marseille, Barcelone, Nice, Kaboul, Paris, Berlin, Stockholm, Londres, Saint-Pétersbourg et tant d’autres lieux encore frappés par la mort, les responsables d’actes visant à tuer le plus de personnes possible ne relèveraient de loin pas tous de la psychiatrie.

Dans une interview, Boris Cyrulnik expose un point de vue qui met en lumière autant de comportements au regard de précédents, tels ceux de nazis dont il s’est avéré qu’il s’agissait de personnes connues aussi comme respectables pères de famille.

Les monstres ne sont donc pas ceux que l’on croit, ou disons qu’ils le sont aux yeux de qui ne se laisse pas emporter par une doctrine, une idéologie ou une religion qui les fanatiserait.

C’est, en effet là qu’intervient ce que le célèbre psychiatre appelle la soumission. Celle qui fait basculer un être doué de raison dans une croyance au nom de laquelle tuer devient positif.

Après tout, ce raisonnement rappelle ces interviews de voisins ou de proches auxquels on demande de parler de tel ou tel terroriste et qu’on apprend combien la personne en question avait toujours semblé si discrète voire gentille ou bienveillante qu’on en revient pas de découvrir de quoi elle s’est révélée capable.

De là à estimer que derrière tout être bon se cache un assassin, il y a un pas à ne pas (encore) franchir peut-être et souhaitons-le!

 

 

06/02/2016

Soumission?

testosterone_690x350.jpg

Décidément, certaines parties de l'anatomie masculine semblent prisées pour définir ce que serait un chef d'Etat.

On se rappelle le pas de testicules, pas de cerveau d'Oliver Delamarche à propos d'Alexis Tsipras:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/07/20/pas-de-testicu...

Voici que Michel Onfray évoque la testostérone du chef de guerre, hélas! -précise-t-il- argument électoral.

Dans un article paru sur le site du Point.fr, le philosophe dénonce l'attitude guerrière de l'Occident qui aurait tué des millions de musulmans et justifierait, selon lui, la réaction des concernés.

Or juste avant cela, le silence observé par notre élite journalistique et mondaine, intellectuelle et parisienne au sujet des agressions sexuelles de Cologne le fait estimer que nous vivrions déjà sous le régime de la soumission

En ceci, indique-t-il, il rejoindrait Michel Houellebecq.

Soit.

Mais à le lire, il semble difficile de saisir où se situe le philosophe.

Car la testostérone du chef de guerre, argument électoral, serait-elle une expression de ce régime de la soumission?

Etrange.

Mais apparemment à l'image d'autres contradictions, au regard du narcissisme égotiste et de l'hédonisme trivial dont il affuble l'occidental.

Doit-on le préciser, Michel Onfray ne s'y reconnaît pas. Non, il serait, lui, un homme d'éthique et de conviction:

http://www.lepoint.fr/chroniques/michel-onfray-houellebec...