urss

  • Les prévisions météo, du temps soviétique et sur un air de Marie Laforêt

    Imprimer Pin it!

    Suite au décès de Marie Laforêt et parmi les nombreux articles qui ont été publiés avec vidéos à l’appui, il en est deux que je souhaite partager avec vous.

    L’un des deux a été porté à ma connaissance par un ami qui se reconnaîtra et que je remercie vivement tant les documents sont de véritables pièces d’archive.

    Le premier rend compte des prévisions météo de la télévision soviétique données sur l’air de « Manchester et Liverpool », chanson bien connue de Marie Laforêt. 

    La presse russe, qui a évoqué la mort de l’artiste, n’a pas manqué de rappeler comment avait été utilisée l’une de ses chansons comme fond musical des prévisions météorologiques. 

    Au-delà du fait, on profitera aussi de l’occasion pour relever comment les rues de Moscou, pour ne citer que cette grande capitale, apparaissaient à l’époque. Je l’ai personnellement connue, cette époque et oui, les rues étaient bel et bien ainsi.

    On y découvrira aussi d’autres capitales des anciennes républiques socialistes soviétiques, Kiev par exemple. Temps révolu comme on le sait, avec des conséquences aussi complexes que douloureuses.

    L’autre vidéo que je tiens également à partager ici est cet interview que Marie-laforêt avait accordée à l’ancienne TSR, devenue Radio Télévision suisse (RTS).

    Retrouver pareils instants télévisuels plonge dans des univers pourtant pas si lointains qu’ils devraient nous paraître à ce point étrangers...

  • Une approche de la nausée

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2019-03-24 à 22.41.37.png

                                                                                 capture d’écran Ras le blog de la bêtise ambiante!

     

    Pour vous détendre un peu, je vous propose comme lecture ce sujet de blog qu’au hasard d’internet, je viens de découvrir.

    Vous y prendrez connaissance de la prose d’un de mes commentateurs. De longue date, ses interventions sur mon blog sont connues de qui le lit.

    Son propre blog, par contre, l’est peut-être moins, raison pour laquelle je vous invite à y jeter un oeil.

    Vous y trouverez son approche de la nausée. Autant le dire d’emblée, on est assez loin de celle de Sartre. N’est pas philosophe qui veut.

    Quoi qu’il en soit, remercions celui qui, sur son propre blog aussi, se présente comme « Déblogueur ».

    Par sa contribution, en effet, l’Histoire retrouve toute sa dimension. Pour le reste, souhaitons-lui un bon rétablissement! 

  • A 15 ans ...

    Imprimer Pin it!

    Capture d’écran 2018-12-21 à 10.49.07.png

    Hier soir, dans le cadre du Journal de 20 heures de TF1, Gilles Bouleau a consacré un sujet à ce que diverses personnalités vivaient ou avaient vécu à l’âge de 20 ans.

    On y découvre aussi quelques personnes interrogées dans la rue.

    Pour ce qui me concerne, à 20 ans, je découvrais Moscou, la Place Rouge, l’ex-URSS, les jardins d’enfants, les usines, les musées, la vie menée par autant de citoyennes et de citoyens soviétiques.

    J’effectuais un séjour linguistique dans le cadre de mes études de russe.

    A cette époque, les immenses avenues moscovites étaient à peu près vides sauf de rares voitures qui y circulaient.

    Tout comme étaient à peu près vides aussi, les rayonnages de l’impressionnant magasin ГУМ, GUM, en caractères latins.

    Que de changements depuis lors, en bien ou pas, ils sont là.

    A 20 ans, découvrir Moscou, comment vous dire, c’est le résultat d’un amour qui m’a saisie à l’âge de 15 ans pour la Russie et qui ne m’a plus jamais quittée.

    Cet amour, il est né à travers la littérature et la musique.

  • "Back in URSS"

    Imprimer Pin it!

    51CCSXGg31L._SX355_BO1,204,203,200_.jpg

    Dans cet ouvrage, composé de 28 chapitres qui s'articulent en quatre parties, Ira de Puiff ne vise pas l'exhaustivité. 

    Elle y évoque la Russie des siens, celle de son enfance et de sa jeunesse.

    Vu ainsi de l'intérieur, sans prétention ni complaisance, son pays d'origine se révèle bien au-delà des habituels clichés dont ne nous épargnent pas même nombre de spécialistes.

    A travers son récit, Ira de Puiff livre un témoignage personnel. Poignant, parfois, il donne au lecteur de découvrir nombre d'aspects de la vie quotidienne soviétique et postsoviétique.

    Le récit du putsch de Moscou, en août 1991 y est raconté tel que l'a connu Ira, de même que les bouleversements qui ont touché ses compatriotes.

    Back in URSS a été publié une première fois en France en 2011. Il est désormais aussi disponible chez Libranova:

    http://www.amazon.fr/Back-URSS-Ira-Puiff-ebook/dp/B01DDXWCG0/ref=sr_1_2/280-6787503-6312636?ie=UTF8&qid=1458851379&sr=8-2&keywords=back+in+urss

     

  • #pasdamalgame

    Imprimer Pin it!

    Poutine-de-Frédéric-Pons1.jpg

    On connaît la formule surtout depuis que l'Etat Islamique ou Daesch ou Isis ou tout autre groupement terroriste frappent au nom de l'Islam.

    Mais pasdamalgame aurait-il soudain vocation à se limiter au seul Islam à ne pas confondre avec un autre?

    Non, bien sûr, dans ce cas, merci aux amateurs du pasdamalgame de prendre conscience que la Russie actuelle n'est pas l'Union Soviétique.

    Or combien de fois ne cherche-t-on à faire comprendre à qui le veut bien que l'une est l'équivalent de l'autre?

    Preuve à l'appui, on se fend d'une citation dont on omet, bien sûr, de préciser qu'elle a été amputée de moitié.

    Puisque tout le monde croit savoir combien le Président de l'actuelle Fédération de Russie regretterait l'URSS, voici ce qu'il en a dit:

    Celui qui ne regrette pas l’URSS n’as pas de coeur, celui qui souhaite sa restauration n’a pas de tête.

    Frédéric Pons, dans son ouvrage en photo ci-dessus, dresse un portrait du président russe que les amateurs du pasdamalgame seraient bien inspirés de lire pour rester fidèles à leur credo.

     

  • La Dame de Fer et L'Etoile rouge

    Imprimer Pin it!

     

    Parmi les hommages rendus à  Margaret Thatcher, certains rappellent l'origine du surnom qui a contribué à façonner sa réputation.

    La Dame de Fer  doit son origine  à  L'Etoile rougejournal soviétique, qui le lui attribue en janvier 1976.

    Le journal ne manque pas de le rappeler dans un de ses articles, mentionnant le fait que le surnom na pas vexé Margaret Thatcher mais qu'elle l'a pris avec le sourire.

     

    http://www.redstar.ru/index.php/component/k2/item/8482-britaniya-skorbit

     

  • La fille de Staline

    Imprimer Pin it!

     

    Svetlana Iossifovna Allilouïeva était connue aussi sous le nom de Lana Peters.

    Née à Moscou en 1926, elle vient de mourir dans le Wisconsin, état du Middle West des Etats-Unis.

    Seule fille de Joseph Staline, elle était issue d'un second mariage avec Nadejda Allilouïeva-Staline.

    Il a été écrit de celle-ci, qu'elle s'était suicidée, Svetlana était alors âgée de 6 ans quand elle a perdu sa mère.

    Sa vie a été mouvementée, déchirée autant sur le plan affectif que géographique.

    Svetlana a été mariée trois fois et a eu trois enfants de ses maris successifs. Un fils et deux filles.

    En 1967, elle fuit l'URSS et demande l'asile politique aux Etats-Unis dont elle obtient la nationalité. En 1984, elle revient en URSS mais regagne les Etats-Unis deux ans plus tard, en 1986.

    Svetlana est décédée des suites d'un cancer du côlon dans l'anonymat sinon l'indifférence.

    http://www.lefigaro.fr/international/2011/11/29/01003-20111129ARTFIG00459-la-fille-unique-de-staline-meurt-aux-etats-unis.php