01/12/2017

Observation des processus électoraux, la Russie se prépare

Capture d’écran 2017-12-01 à 11.53.13.png

Selon le grand quotidien russe Izvestia de ce 29 novembre dernier, la Russie s’apprêterait à réduire le nombre et les pouvoirs d’observateurs occidentaux dans le cadre des élections présidentielles de 2018.

Les Etats-Unis n'autorisent ni les observateurs russes ni les autres observateurs à assister aux élections présidentielles et législatives. Avec toute notre ouverture et notre volonté de coopération internationale, ne nous laissons pas emporter à inviter ceux qui sont déjà du matin au soir, sans interruption pour le déjeuner, à pénétrer dans nos affaires intérieures, a déclaré le sénateur Andreï Klimov.

Sur son blog, la juriste Karine Bechet-Golovko explique comment a évolué ce mécanisme d’observation des processus électoraux dont la première apparition date de 1857.

Autant dire que dans pareil contexte où la Russie est sans cesse montrée du doigt, sa réaction se conçoit.

Il y a longtemps qu'ici, j’ai tenté de faire comprendre qu’à force de provoquer ce pays, l’Occident aurait la réponse.

Mais il est vrai que, pour autant d’esprits avisés, toute personne qui ose se démarquer du discours qui tend le plus souvent à disqualifier la Russie, ce qu’elle observe ne peut résonner que comme seul écho du Kremlin.

Qu’à cela ne tienne, la Russie vivra et nos penseurs émérites auront, quoi qu’il en soit, matière à dire et à redire...

29/09/2017

Neuf ans de prison pour deux journalistes

Capture d’écran 2017-09-29 à 11.33.45.png

                                                                                   capture d’écran: СТРАНА.UA

Voici une information qui ne semble pas vraiment faire les unes de nos médias et pourtant, une condamnation de journalistes à neuf ans de prison devrait les mobiliser, eux qui sont toujours prêts à dénoncer tout abus ou autre injuste privation de liberté.

Il faut dire, à leur décharge, que la sentence vise deux journalistes ukrainiens qui ont eu l’audace de s’intéresser à ce qui se passait dans le Donbass, cette région infestée de séparatistes quand ils ne sont carrément pas qualifiés de terroristes.

Cette Union Européenne qui a fait tant rêver celles et ceux qui se sont pressés sur le Maïdan pour renverser leur président, cette Union Européenne qui a fermé les yeux sur les exactions commises par autant de bataillons de la mort et autres Néo-Nazis, cette Union Européenne qui n’hésite pas à imputer tous les maux de l’Ukraine à sa grande voisine russe qui l’aurait envahie, cette Union Européenne admettra-t-elle enfin ce qui se passe dans la démocratie que serait devenue l’Ukraine?

Tandis qu’en France, une enfant de 11 ans, abusée par un adulte de 28 ans laisse la justice indifférente ou peu s’en faut, d’autres se chargent de condamner sans autre deux journalistes à neuf ans de prison pour avoir collaboré avec des séparatistes du Donbass.

Plus belle, l’Europe, on ne peut mieux!

 

28/08/2017

Le monde comme il va ... permis de tuer

Capture d’écran 2017-08-28 à 14.28.47.png

 

Les enfants, ici commémorés pour avoir été tués, les enfants, là non désirés et accompagnés de doléances sur la difficulté de faire valoir les droits à leur suppression, ainsi va le monde.

Comparaison n’est pas raison et de comparaison, d’ailleurs, il n’est pas question mais d’aperçus relatifs à des actualités diverses.

Le droit à la vie, à la mort ou à tout ce que les sociétés qui en proposent et en revendiquent, lorsqu’il est confronté à la réalité, c’est tout une histoire, on le sait bien.

Preuve en sont les témoignages ci-dessus évoqués par Franceinfo en relation avec la difficulté de les faire valoir pour avorter.

Quant au droit de tuer des enfants par les armes, il nous est souvent rappelé par nos médias.

Ce fléau ne peut demeurer sélectif dans son évocation tandis qu’il touche autant de régions du monde où sévit toujours la guerre.

Tel est le cas du Donbass, dans le Sud-Est de l’Ukraine et dont il a été à de très nombreuses reprises question sur ce blog.

 

26/08/2017

Oligarchie, démocratie, difficile conciliation?

Capture d’écran 2017-08-26 à 14.00.17.png

Aïe, voici qui ne va pas arranger les affaires de ce pays dont on a tant souhaité le voir -enfin- sortir des griffes de son ours de voisin russe.

L’oligarchie en place dans cette Ukraine pourtant en voie de démocratisation, à en croire tous les efforts réalisés en ce sens, ne s’illustre pas vraiment avec pareil comportement de l’un des siens.

Qu’à cela ne tienne, elle en a connu d’autres tout aussi « genevois » que cet oligarque dont il est question ici.

Et même, aurait-on presque envie de voler à son secours tandis qu’il a droit à cet article qui parle d’un accident de la route, autrement dit, de ce qui relève de la rubrique des faits divers. Sauf que, bien sûr, cela se complique d’un délit de justice s’il a fui celle de son pays.

Que Genève abrite ou ait abrité s’il n’y réside plus -ce qu’on n’a jamais pu savoir- un de ses compatriotes dont le rôle de grand défenseur de sa patrie a été souvent relevé ici, est autrement plus conséquent.

Mais bon, on sait bien que notre ville, notre pays mettent toujours tout en oeuvre pour lutter contre toute forme d’injustice et de corruption. 

Dans ce cas, une mort ou des milliers sinon des dizaine de milliers, Genève, ville de tant d’institutions internationales qui ont pour mission de pacifier notre monde bien turbulent, trouvera sans doute comment faire au mieux pour que son sol ne tienne pas lieu de refuge douteux.

 

29/06/2017

Ces grands humanistes pourfendeurs de la Russie et de son président

Capture d’écran 2017-06-29 à 16.45.09.png

Il aura suffi d’un documentaire consacré à Vladimir Poutine pour mettre autant de personnalités de tous horizons à cran au point de sortir l’artillerie lourde. On ne compte, en effet, plus le nombre d’articles qui dénoncent, ici, des soupçons d’assassinats, là, le système Poutine, à l’instar de la célèbre écrivain biélorusse nobélisée en 2015.

Quand, comme elle et en son temps, on a su porter au pinacle le fondateur de la Tcheka devenu KGB et désormais FSB, ne serait-on pas bien inspiré de s’interroger sur soi-même plutôt que de pourfendre un homme dont tant d’experts se plaisent à rappeler le passé kagébiste?

Que l’on tourne à ce point sa veste comme s’y emploie Svetlana Alexievtich la regarde. Mais dans ce cas, qu’elle nous explique le chemin qu’elle a parcouru pour arriver à une telle prise de conscience qu’elle lui permette, désormais, de s’afficher en défenderesse de droits humains dont Félix Dzerzhinski n’a pas vraiment fait grand cas...

Que ressent-elle à se relire lui adresser un tel éloge? Est-elle allée se recueillir comme elle l’annonçait, sur la tombe de cet homme dont le charisme ne doit sans doute pas avoir été vécu de la même manière par tous?

A poursuivre ainsi la diabolisation du président russe au nom de valeurs soi-disant humanistes, c’est l’humanité elle-même qui est mise en danger par autant de personnalités si bien inspirées qu’elle ne sont que de sinistres et fourbes va-t-en guerre.

 

27/04/2017

Emmanuel Macron, au-delà des rumeurs, les limites en cas de victoire

Capture d’écran 2017-04-27 à 15.18.56.png

Avant même les résultats du 1er tour de l’élection présidentielle française et dans le cadre d’une discussion, quelqu’un disait se réjouir d’avoir, je cite, un président homosexuel.

Outre le relai d’une rumeur qui a été démentie par le concerné alors qu’il avait, jusque là, préféré l’ignorer, le fait d’accorder un tel intérêt à la personne, voire à son orientation sexuelle, montre à quel point le programme éventuel de l’intéressé passe à l’as.

En l’occurrence, même s’il a été souvent reproché au candidat en marche d’avoir tardé à révéler ses propositions, prendre connaissance du parcours d’Emmanuel Macron est déjà assez significatif.

Voici un article à prendre avec recul tandis que son auteur insiste, néanmoins, sur la fiabilité de ses sources. A le lire, il ressort que le succès du mouvement créé par le prétendant à l’Elysée ne tient pas qu’à son seul éventuel charisme.

Le fait est que lorsque François Fillon a parlé de coup d’Etat tandis qu’il était jeté en pâture pour des pratiques qui ont surtout réussi à salir son image tandis qu’il était pressenti remporter l’élection présidentielle, on comprend d’autant comment certaines prises de pouvoir s’opèrent.

On l’a vu à de nombreuses reprises, ne serait-ce qu’en Ukraine où la corruption dont on a chargé le président élu pour lui en substituer un autre qui ne tient rien d’un Monsieur Propre a réussi à mettre le pays à feu et à sang par une soi-disante révolution bâtie sur des rêves et des idéaux vite déçus.

Cela dit, les interventions, ce 26 avril au soir dans le cadre de l’émission Infrarouge, de Thomas Guénolé et de Paul Ackerman méritent qu’on y prête attention.

 

19/02/2017

Conférence de Munich pour la sécurité, Donbass, Crimée, OTAN...

Capture d’écran 2017-02-19 à 15.46.31.png

                                                                             capture d’écran: Le courrier du soir

Tandis que se tient jusqu’à ce soir, à Munich, la Conférence pour la Sécurité, un accord de cessez-le-feu au Donbass a pu être négocié dans le cadre du format Normandie.

Il entrera en vigueur ce 20 février tandis que de violents affrontements avaient repris entre indépendantistes de Luhansk et de Donetsk et forces gouvernementales de Kiev.

Cependant, après la demande de Donald Trump à la Russie de restituer la Crimée à l’Ukraine, il semble que le chemin vers la paix soit encore parsemé d’embûches.

Pour rappel et s’agissant de l’intention exprimée en 2014 déjà par Petro Poroshenko de récupérer la péninsule qui avait choisi de rejoindre la Russie par referendum, les avis exprimés étaient le plus souvent clairs et sans ambages. Il en avait été question ici

Sur cette problématique des Etats à l’indépendance sinon au statut controversés, cette analyse est particulièrement éclairante.

On y lit, en tous les cas, la complexité de situations aussi sensibles qu’explosives mais tout autant, les intérêts que certains ont à les entretenir.

Et cependant, à Munich, on discute et on signe.

17/02/2017

La Crimée, l’Ukraine et le mémorandum de Budapest

Capture d’écran 2017-02-17 à 10.35.52.png

Entendre ou lire en boucle que la Russie a envahi l’Ukraine, occupé la Crimée pour, ensuite, l’annexer semble ne pas déplaire à nombre de rédactions de médias en tous genres.

Pas plus tard encore que ce 15 février, un journaliste sportif se mêlait d’une affaire qui n’avait strictement rien à voir avec le sujet qui rassemblait les invités d’un plateau de télévision.

Le débat tournait autour de l’opportunité ou non d’organiser les JO 2026 en Suisse et voici ce chef de la rubrique des sports évoquer la Crimée occupée après avoir bien précisé que les JO de Sotchi avaient été un désastre.

Mais heureusement que, parmi mes compatriotes, il s’en trouve encore à ne pas porter ce même regard buté sinon volontairement orienté sur une situation autrement plus complexe.

Il va de soi que l’appréhender avec d’autres paramètres que purement idéologiques, nécessite un recul que le temps ou l’intérêt médiatique semblent refuser.

Parler de liberté d’expression, en l’occurrence, sera peut-être revendiqué mais quand elle se fait l’alliée de pure désinformation, on est en droit de s’interroger sur les intérêts qu’elle poursuit.

Alors, pour qui souhaite en savoir un peu plus sur ce qu’il en est de la Crimée, voici un article fouillé et référencé

16/02/2017

Ukraine, un écrivain russe au front

Capture d’écran 2017-02-16 à 12.08.16.png

                                                              capture d’écran: Agoravox, Lettre de Donetsk

De l’aspiration au dialogue entre parties adverses à la passe d’armes, on reste encore dans l’échange, même musclé.

Mais lorsqu’on en arrive à la prise d’armes et à la commande de bataillon, c’est un pas conséquent qui est franchi.

Un célèbre écrivain russe dont je vous invite à découvrir le parcours peu banal, fait réagir une bonne  partie de l’intelligentsia de son pays et d'ailleurs tandis qu’il a décidé d’aller se battre dans le Donbass.

Comment considérer un tel acte? Pour certains, il peut relever du courage, pour d’autres, de la soumission à un pouvoir en place.

A lire l’article que consacre « Le Temps »  à cet événement, car il en est, il y a de quoi rester perplexe.

Que la lauréate du Nobel de littérature 2015 condamne l’engagement de Zakhar Prilepine en dit long sur cette femme.

En son temps, fervente laudatrice du fondateur de la Tcheka, ancêtre du KGB et de l’actuel FSB elle a tout de même réussi à renier tout ce passé pour outrager un pays.

 

14/02/2017

Quand le Kremlin est servi à tout va

 

A toutes celles et ceux qui considèrent ce qui se publie sur ce blog comme pro-russe, mieux, propagande au service du Kremlin avec, comme cela est parfois mentionné, avantages à la clé, quelques rappels semblent à nouveau s’imposer.

Si écrire pour partager un autre regard sur une actualité que d’aucuns s’ingénient à présenter selon le prisme qui leur convient, revient à être à la solde du Kremlin, c’est dire comment sont formatés les cerveaux d’autant d’analystes s’ils en sont.

En ce moment, à quelques heures de vol de nos capitales, une guerre qui n’a jamais cessé, détruit des vies. Rendre sensible à ce désastre, c’est être pro-russe?

Réduire l’approche autre de ce qui se passe, en ce moment, tout près de chez nous, à de la propagande, c’est afficher une bien étrange conception de l’humanisme dont on brandit à toute occasion les droits à défendre.

Ce qui se passe dans le Donbass est autrement plus complexe que ce que nous en rapportent nombre de nos journalistes.

Merci, encore une fois, à Karine Bechet-Golovko de rendre compte d’une situation qui ne souffre aucune indifférence et encore moins d’approximation:

http://russiepolitics.blogspot.ch/2017/02/zakhar-prilepin...

 

16/01/2017

1000 jours

 

Capture d’écran 2017-01-16 à 14.52.54.png

On parle souvent des 100 jours, dans la vie politique. Ici, il s’agit de dix fois plus. Voici 1000 jours, en effet, que dure la guerre qui a coupé l’Ukraine en deux.

Comme nombre d’autres conflits meurtriers dans le monde, celui qui sévit encore dans le Donbass ne fait pas l’actualité de nos médias.

Alors, par solidarité envers un peuple qui a vu son pays se scinder en deux camps ennemis au nom du régime démocratique qui devait y être instauré, voici:

https://www.youtube.com/watch?v=nrIiBTL65Tc&index=1&a...

De part et d’autre de la ligne de front, se déchirent des familles dont les membres défendent la cause d'un partie ou d’une autre de ce qui constitue leur patrie.

De l’aide et du soutien, nombre de bénévoles en ont apporté.

Parmi eux figurait la Doctoresse Liza qui apparaît sur la photo qui illustre ce sujet. Figure emblématique de la Russie, le 25 décembre, elle a été enlevée aux siens et à toutes celles et ceux auxquels elle s’est donnée sans compter:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/12/25/au-dela-d-un-c...

Parler de tragédie est un euphémisme.

 

28/12/2016

Désinformation: les experts européens (sur)veillent.

Capture d’écran 2016-12-28 à 18.45.02.png

capture d’écran: http://www.asatours.com.au/the-red-heart-of-russia/

Qu’un journal suive une ligne russophobe lui appartient et nombreux sont les médias à s’aligner sur une certaine vision de la Russie qui énonce jour après jour ou peu s’en faut, tout le bien qu'elle en pense.

Certains journalistes, il est vrai, tentent encore de distinguer le pays de son président, comme si sa grande popularité n’indiquait strictement rien, pis, une seule manipulation de l’opinion sinon des sondages..

Car à lire ce que publie aujourd’hui Le Temps, grand quotidien suisse autrefois appelé de référence, on comprend tout ce qu’inspire ce pays et ses plus de 146 millions d’habitants, peut-être perçus par nos bien-pensants comme d’innocentes victimes d’un régime souvent comparé à une dictature ou à ce qui s’y apparente.

Va pour autant de citoyens de ce vaste espace qui s’étale sur neuf fuseaux horaires mais voici que pour nous autres, Occidentaux, plane la menace. Preuve en sont les moyens mis par Le Temps pour nous alerter!

Dans son édition de ce 28 décembre, une pleine page de sa rubrique Temps fort donne le ton. Son titre: Désinformation, l’offensive russe est sans ambages.

Ainsi, après l’Ukraine qui aurait été la cible de campagnes de désinformations pilotées par le Kremlin, c’est au tour des Etats européens d’êtres visés.

Telle une arme (...) au coeur de la nouvelle doctrine militaire russe, elle mobilise les experts européens de la sécurité qui tirent la sonnette d’alarme.

Ouf, nous voici sauvés.

On a échappé au péril rouge, on ne va tout de même pas tomber comme des mouches intoxiquées par le Kremlin!

A ses agents et autres trolls de bien se tenir!

 

 

29/11/2016

Fourest-Shevchenko, même inculture assassine de mémoires.

Capture d’écran 2016-11-29 à 13.47.27.png

 

Quand Caroline Fourest s’exprime, c’est tout en finesse et en doigté.

La voici qui monte au créneau de la laïcité pour tacler la porte-parole de François Fillon.

Il est vrai qu’en tant qu’ancienne compagne de la scieuse de croix, devenue Marianne du Président encore en place en 2013, Caroline Fourest supporte mal ce signe:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/07/14/temp-e02b65eb6...

Or si elle avait, au préalable, pris la peine de s’entretenir avec Valérie Boyer, celle-ci aurait sans doute pu lui expliquer le sens de cette croix qui renvoie à un pan d’Histoire.

Cette croix, Valérie Boyer la porte en mémoire du génocide des Arméniens que la Turquie s’obstine à ne pas reconnaître.

Alors Madame Fourest, grande défenderesse de droits d’humaines personnes, devrait se réjouir de trouver en Valérie Boyer une femme du même bord.

Au lieu de quoi, comme son ancienne compagne qui avait scié la croix érigée en mémoire des victimes torturées et assassinées par la TCHEKA-NKVD entre 1920 et 1930,  Caroline Fourest vilipende celle qui tient à la mémoire du peuple arménien.

Triste inculture ou triste femme ou les deux ensemble.

 

11/10/2016

Syrie, Ukraine, le monde comme il va

Capture d’écran 2016-10-11 à 22.03.47.png

capture d’écran de: http://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/vladimir-poutine-a-...

Et voilà!

On a à nouveau eu droit à l’annexion illicite de la Crimée et à l’implication de la Russie, tant en Syrie qu’en Ukraine.

A Strasbourg, devant l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, François Hollande n’a pu s’empêcher de pointer la responsabilité de la Russie dans deux guerres dont les victimes, à l’entendre, seraient presque toutes à lui être imputées.

Il faut lire le sujet que Jean-S. Gowrié a publié sur son blog, hier 10 octobre, sur le bombardement de l’hôpital d’Alep:

http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2016/10/0...:

Et puis, se rappeler comment ce Président, soutenu par l’Occident, a été perçu par autant de victimes dont Monsieur Hollande estime qu’elles seraient le fait de son homologue russe:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/07/13/pourquoi-est-c...

Après quoi, on se dira qu’on a de la chance de vivre dans des pays où n’existe aucune propagande mais une véritable information.

 

Sujet paru en page 13 de l'édition papier de La Tribune de Genève du 14 octobre 2016 sous le titre: « Comment parler du conflit syrien? » 

22:36 Publié dans Air du temps, France, Russie, Syrie, Ukraine | Tags : hollande, cpi, strasbourg | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

06/10/2016

L’Ukraine et le Donbass, regards sur une guerre qui n’en finit pas

Capture d’écran 2016-10-06 à 15.55.57.png

capture d’écran de: http://www.investigaction.net/entretien-avec-petro-simone...

Voici que l’on reparle du sud-est de l’Ukraine dans quelques médias mainstream.

Il semble que le point de vue soit soudain plus nuancé.

C’est, à en croire Xavier Moreau, analyste français vivant à Moscou, que le narratif occidental qui a dominé jusqu’à maintenant, serait mis à mal.

Le fait est que la libération du journaliste Ruslan Kotsaba qu’il évoque dans cet interview accordée au Think Tank Katehon est révélatrice:

https://www.youtube.com/watch?v=9ka1FXW1M1M

Menacé d’une peine susceptible d’aller jusqu’à 22 ans de prison, le journaliste ukrainien s’était exprimé sur l’image que son pays donnerait de son arrestation. Il en avait été question ici:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/17/la-democratie-...

Sur l’ensemble de la situation, le point de vue de Petro Symonenko indiqué en lien sous l’image qui illustre ce sujet ne manque pas d’intérêt non plus.

L’interview de ce secrétaire général du parti communiste d’Ukraine se déroule en deux parties.

A lire pour comprendre comment l’ensemble des enjeux a été escamoté sinon masqué par nombre de médias occidentaux.

Le rappeler n’est certes qu’un euphémisme.

16:16 Publié dans Air du temps, Guerre, Humanité, Occident, Politique, Ukraine | Tags : ukraine, donbass, guerre | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

19/09/2016

9’640 morts et 22’431 blessés plus tard, la démocratie en Ukraine

Capture d’écran 2016-09-19 à 12.14.20.png

                                                       Mort à la Russie, entre autres amabilités...

Bien sûr que la violence n’est jamais que d’un seul côté en cas de guerre ou de tout autre situation qui met aux prises deux parties.

Bien sûr que l’on peinera, parfois, à déterminer les circonstances exactes qui ont déclenché un conflit. En l’occurrence et pour celui qui se prolonge dans l’est de l’Ukraine, ses habitants n'ont pas forcément souhaité avoir à se battre.

Mais défendre leur terre et leur langue les a engagés au combat.

Depuis le début de la guerre qui divise un pays au chevet duquel a volé l’Union Européenne pour l’aider à y installer un régime démocratique, ce ne sont pas moins de 9’640 morts et 22’431 blessés que le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a enregistrés au 15 septembre 2016.

On sait comment a été couvert ce conflit par les médias occidentaux, souvent plus prompts à dénoncer l’envahisseur russe et ses victimes que celles d’un pouvoir qui a tout de la démocratie retrouvée grâce au célèbre Maïdan.

Le fait est que certains citoyens de cette récente démocratie font montre de bien étranges pratiques envers les citoyens russes qui se sont rendus aux urnes, ce 18 septembre dernier.

Mais peut-être que nos journalistes et autres droitsdel’hommistes en traiteront dans un article ou communiqué quelconque.

D’ici-là, voici comment les forces de l’ordre ukrainiennes ont -enfin- daigné intervenir pour débloquer l’entrée de l’ambassade de Russie à Kiev:

https://fr.sputniknews.com/international/2016091810278033...

 

 

18/08/2016

A celles et ceux qui ne reviendront plus

Capture d’écran 2016-08-18 à 11.02.02.png

Les images qui défilent sur la video indiquée en lien ci-dessous ont été prises non loin de nos terres de plus en plus hantées de déséquilibrés.

Que la folie meurtrière soit le lot d’une humanité qui se projette pourtant avec d’autres idéaux, tel semble être bien là une réalité difficile à occulter.

Les scènes proposées ci-dessous ont été tournées dans le Donbass, au sud-est de l’Ukraine.

Partisanes ou non, devraient-elles, pour autant, ne pas être montrées?

Les visages qu’on y voit défiler seraient-ils à ce point ennemis qu’on doive les cacher?

Six minutes d’une chanson empreinte de nostalgie ne changera pas la face du monde.

Mais se priver de sa diffusion non plus.

Dans ce cas, voici:

https://www.youtube.com/watch?v=jB2UwBL0QmI&feature=y...

 

16/08/2016

Une journaliste arrêtée en démocratie...

Capture d’écran 2016-08-16 à 17.26.41.png

Burkini par ci, burqa par là, l’actualité se poursuit avec son lot d’informations passées sous silence, c’est selon.

Il faut dire que ce qui semble plus que tout passionner les foules se déroule en bord de mer ou en vue de prochains scrutins.

En Ukraine, pendant ce temps-là, mieux vaut ne pas s’opposer à la Voix de son Maître.

Et comme ledit Maître a conquis le pouvoir au nom de la démocratie, largement soutenu par l’Occident des droits humains, autant ne pas être trop bavard sur ce qui se passe dans ce pays où règne enfin la liberté d’expression.

L’info a été relayée sur quelques sites en russe et en anglais, on la trouve ci-après en français:

http://alawata-rebellion.blogspot.ch

Pour avoir osé dénoncer les crimes commis par des néo-nazis ukrainiens, cette femme publiciste, journaliste et écrivain a été arrêtée.

Il faut dire, aussi, qu’elle défend le statut officiel de la langue russe en Ukraine et s’est montrée favorable au retour de la Crimée à la Russie.

Dans cette démocratie que serait devenue l’Ukraine grâce au Maïdan, cette manière de penser ne semble donc pas recommandable.

 

20/07/2016

Explosion d’une voiture et mort d’un journaliste

578f1ee6c3618885708b485b.jpg

                                                                                     source photo: RT/Sputnik

Dans cette démocratie que serait devenue l’Ukraine depuis le désormais célèbre Maïdan et la guerre qui s’en est suivie, certains semblent avoir moins de chances que d’autres.

Rien de plus normal, diront d’autres, tandis que l’égalité des chances demeure le fer de lance de tout régime démocratique, récent ou éprouvé de plus ou moins longue date.

Cependant voilà, serait-ce la faute à pas de chance, comme on dit?

A Kiev, un journaliste russe, célèbre, a trouvé la mort au volant d'une voiture qui a explosé:

https://francais.rt.com/international/24088-ukraine-journ...

Pour rappel et comme ladite communauté internationale condamne ce qu’elle qualifie de meurtre, voici qui pourra peut-être inspirer sa réflexion:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/08/11/ukraine-pays-o...

 

18/07/2016

Bruxelles, démocratie et autres rappels

 

bruxelles000_d8437.jpg?itok=zJ8-6LCX

Dans le cadre de la réunion des ministres européens des affaires étrangères agendée, ce jour, à Bruxelles, les déclarations d’intention et autres propos de circonstances se suivent et s’enchaînent:

http://www.boursorama.com/actualites/les-usa-et-l-ue-aler...

Rappeler ce qu’est la démocratie n’est pas nouveau de la part d’autant d’élus ou autres tenants de pouvoirs.

Combien de fois n’a-t-on entendu s’élever telle ou telle autorité instituée au nom de la démocratie?

Il n’est, par exemple, que de songer à l’Ukraine et à autant de personnalités mobilisées pour y installer la démocratie.

Le résultat se connaît.

Avoir cautionné un gouvernement qui évacue toute trace susceptible d’évoquer un passé pour le remplacer par un autre ô combien démocrate ne s’invente pas.

Renommer une avenue de Kiev du nom de celui qui a tué et massacré, sans doute au nom de la démocratie, signe peut-être une ouverture sinon une grandeur d’esprit, allez savoir:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/07/11/d-un-dimanche-...

10/07/2016

OTAN, Bandera et langue de bois

fzer-620x330.jpg

                          http://www.lecourrierderussie.com/dossiers/euromaidan-dos...

Tandis que l’OTAN renforce ses troupes à l’Est de l’Europe, Kiev donne le nom de Stephan Bandera à une avenue autrefois appelée avenue de Moscou.

A lire la manière dont nombre de médias occidentaux rendent compte de ces deux faits, il apparaît que la langue de bois oeuvre à merveille.

Ainsi, pour autant les commentateurs du sommet de l’OTAN à Varsovie que pour ceux qui expliquent qui était Bandera, découvre-t-on une narrative bien rodée.

Tout cela n’est pas nouveau, certes.

Mais s’habituer à ce constat, c’est se rendre complice de duplicité.

Dans une interview, Tadeusz Isakowicz-Zaleski, historien, écrivain et publiciste polonais, livre un point de vue qui doit être entendu. 

Parce que les mémoires existent, parce que le destin de chacune et de chacun de nous est concerné:

https://www.youtube.com/watch?v=TtBzonLgywY&index=1&a...

 

28/06/2016

La France à l’épreuve de ses valeurs

hollande_9_0.JPG

Une proposition de résolution du groupe UDI sera soumise, ce mercredi 29 juin, aux députés de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Ladite résolution n’a pas l’heur de plaire à certains, plus précisément à l’Ambassadeur d’Azerbaïdjan en France et au député Les Républicains, Jean-François Mancel.

Quant à la présidente de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, elle semble avoir été, elle aussi, d’un activisme douteux quant à se manière d’y avoir réagi:

http://www.lcp.fr/afp/quand-un-projet-de-commission-denqu...

Pour rappel aussi sur le sens démocratique aigu de l’Ancienne garde des Sceaux, ministre socialiste de la Justice, on se rappellera comment elle avait contribué à soutenir l’EuroMaïdan en se rendant à Kiev avec tant d’autres défenseurs de droits humains.

Certes, Madame Guigou ne pouvait prévoir qu’après les milliers de morts qu’ont entraînés les suites de l'EuroMaïdan, le Président Obama en admettrait la part de responsabilité de Washington:

https://fr.sputniknews.com/analyse/201502021014264655/

 

07/06/2016

La vie, la langue, la culture

?c=isi&im=%2F4696%2F85244696%2Fpics%2F3217469875_1_2_foXtS7A4.png&w=760

Le 3 juin dernier, j’étais l’invitée de la librairie PAYOT Rive-Gauche à Genève pour présenter et débattre de mon ouvrage Eclipse d’un poète solidaire.

https://www.payot.ch/Detail/eclipse_dun_poete_solidaire-h...

A cette occasion, un bouquet de fleurs m’a été remis de la part d’un ingénieur français. Celui-ci, dans le cadre de sa profession, s’était rendu à Donetsk dans le Donbass, en 2015.

Sachant qu’il avait été invité à la présentation de mon livre, un député de la République de Donetsk avec lequel il est resté en relation, l’a chargé de me remercier de la mobilisation dont j’ai fait preuve en faveur d’une information autre que celle qui était majoritairement diffusée sur le Donbass.

Les fleurs qui m’ont été offertes, l’ont donc été de la part de cet élu.

Mon engagement dans le cadre de la guerre en Ukraine a toujours été accompagné du voeu de voir la diplomatie l’emporter sur les armes. Je m’en suis souvent ouverte dans mes diverses interventions dont la dernière encore, au Club suisse de la presse, le 2 mars 2016.

Ce soir, je suis invitée à m’exprimer sur Dostoïevski dans le cadre d’une soirée consacrée à l’épilepsie et l’expression artistique:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/06/04/ce-%C2%A0haut-...

Entre l’approche que j’ai livrée de Dominique de Villepin, mon engagement dans le cadre de la guerre en Ukraine et mes interventions sur Dostoïevski, le lien passe par la relation qu’entretiennent entre elles la vie, la culture et la langue.

 

02/05/2016

In memoriam

astakhov.jpg?width=400&height=266&width_format=pixel&height_format=pixel

https://blogs.mediapart.fr/segesta3756/blog/300416/kiev-m...

 

En 2012, le Prix Nobel de la paix a été décerné à l’Union Européenne.

Cette attribution, on s’en souvient, avait suscité nombre de réactions, favorables et moins sinon pas enthousiastes du tout.

A lire ce que Wikipedia énonce des origines de ce Prix pour la paix -traduit en français du testament d’Alfred Nobel*- il devait être décerné à une personne qui aura accompli le plus grand et le meilleur travail pour la fraternité entre nations pour l’abolition ou la réduction des forces armées et pour la tenue et la promotion de congrès pour la paix.

A une personne...

A l’évidence, l’Union Européenne n’en est pas une, de personne. Et non seulement elle n’en est pas une mais elle se comporte sans la moindre considération des personnes.

Combien de décisions n’ont-elles été prises par cette institution, qui n’ont pas tenu compte des peuples qu’elle a soi-disant conduits vers la paix?

L’Union Européenne, Nobel de la paix, par ailleurs, s’est rendue complice de bains de sang non loin de ses frontières.

L’Union Européenne, en ce 2 mai, jour anniversaire du massacre d’Odessa, n’a pas honoré la paix dont le comité Nobel l’a distinguée.

En mémoire des victimes d’une guerre menée au nom de la démocratie, merci de lire avec attention l’article indiqué en lien sous la photo qui illustre ce sujet.

 

http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fnobelp...

20/04/2016

Ouf, encore un sujet sur ces riches Russes...

Elles nous manquaient ces émissions consacrées aux riches Russes qui viennent placer leur argent en Occident.

En voici une qui a plutôt pour habitude de traiter de sujets locaux. Or voici qu’elle délègue un de ses reporters à Londres! 

http://www.rts.ch/play/tv/toutes-taxes-comprises/video/kl...

Déduction aura sans doute été faite d'estimer très utile pour le téléspectateur suisse de savoir ce qui se passe dans la capitale du Royaume Uni.

Il est vrai que les citoyens qui financent cette chaîne publique sont sans doute passionnés par le fait de savoir comment vivent de riches Russes ou autres Ukrainiens proches des séparatistes du Donbass!

Il faut bien admettre que le crime organisé et soutenu par l’Occident au nom de la démocratie est sans doute moins porteur à l’écran. En tous les cas moins flatteur à montrer pour cette chaîne publique qui s’est tant réjouie de voir tomber le président Ianoukovich!

La suite, on ne la connaît que trop.  En voici un des aspects:

https://www.youtube.com/watch?v=de8Z1sfNLRk&feature=y...

 

00:28 Publié dans Air du temps, Avaries, Finance, Politique, Pouvoirs, Russie, Ukraine | Tags : rts, russie, ukraine, donbass | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

08/04/2016

Tortures, témoignages et "papers"

 

tour-de-londres-coquelicot-guerre-mondiale-10.jpg

J'ai publié, ici, deux interviews de victimes de guerre:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/03/28/torture-le-rec...

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/04/06/natacha-une-hi...

Comme cela a été mentionné, le CICR est au courant de ce que subissent nombre de civils dans le Donbass. Cependant, leur devoir de réserve, sans doute, les réduit au silence.

Ainsi, ne lira-t-on jamais en une d'aucun journal ce qu'ont vécu Vitali ou Natacha pour ne parler que d'eux.

Cependant, voici les précisions apportées par Laurent Brayard en relation avec le témoignage qu'il a recueilli de Natacha:

Bonjour, je suis l'auteur de l'article d'origine, pourquoi je ne filme pas Natacha et pourquoi ai-je changé son nom ? Mais parce qu'elle a de la famille en zone occupée par les Ukrainiens... Pourquoi sait-elle qu'il s'agissait de Pravy Sektor ? Parce ce qu'une unité de ce parti occupait son village et que les bourreaux lui ont dit. Pourquoi sait-elle qu'il s'agissait de vitamines ? C'est ce que les bourreaux lui ont dit, mais ce que je n'ai pas dis dans l'article c'est qu'elle avait l'impression qu'il s'agissait d'une drogue car elle indique qu'elle s'est trouvée indisposée et dans un brouillard à plusieurs reprises. Cette femme a été présentée à la délégation française et à l'avocat Jean-Josy Bousquet lorsqu'il est venu dans le Donbass, son témoignage est confirmé par "MOscou", il a été officiellement mis en page par la commission des crimes de guerre de la République populaire de Donetsk. Pourquoi ai-je choisi Natacha ? Par hasard, il fallait changer son nom. Encore une fois, elle a de la famille encore dans la zone occupée. Mais bien sûr, ceux qui ne veulent pas croire le peuvent et penser que je ne suis qu'un menteur, j'en ai l'habitude et j'accepte ces insultes, cela fait partie de ma mission dans le Donbass, avaler des témoignages terrifiants et être pris pour un dingue ou un menteur par des gens à l'autre bout du monde, c'est ainsi, mais je continuerai tant que je trouverai les forces.

Pendant ce temps-là, la fouille des papiers de Panama suit son cours...Il y a tant à chercher encore que le Donbass et ses crimes de guerre attendront!

  

06/04/2016

Natacha, une histoire et beaucoup de silence

1830727-Fond-rouge-sang-Sheer-couches-de-rouge-les-uns-sur-les-autres--Banque-d'images.jpg

Tandis que les officines et leurs relais médiatiques s'activent pour dénoncer abus et corruptions, des femmes, des hommes subissent viols et tortures de la part de milices qui ne mettent aucun media en ébullition.

Voici un nouveau témoignage qui a été recueilli par d'autres personnes que celui qui l'a publié dans l'article indiqué en lien ci-dessous.

Ces personnes, informées, sont, pour certaines peut-être, au bénéfice d'un devoir de réserve.

La remarque a déjà été faite ici à propos de ce que peuvent et ne peuvent pas révéler les délégués du CICR, pour ne parler que d'eux.

Soit.

Dans ce cas et pour les laisser à l'abri de leur devoir, la victime serait-elle pour autant obligée, elle aussi, de garder une réserve?

Un principe quelconque interdirait-il à une femme ou à quiconque qui a vécu et vu l'horreur en action, d'en témoigner?

Ce que Natacha a connu, ce qu'elle a subi, nul ne le saura si personne n'en relaie le récit qu'elle en rapporte ici:

https://dnipress.com/fr/posts/natacha-survivante-des-geol...

 

 

28/03/2016

Torture, le récit à Charline, Suissesse de la Croix-Rouge

cvnvtkzuaaadxqj.jpg

La torture, où qu'elle se pratique mobilise nombre d'organisations gouvernementales ou pas.

Certains pouvoirs en place sont pointés du doigt, certains procès qui s'y déroulent sont médiatisés, les choix qui sont opérés pour traiter de tel ou tel sujet relèvent de critères variables.

Le fait est qu'où qu'elle sévisse, la violence aveugle choque.

Ci-dessous, un entretien avec un prisonnier, réalisé par Laurent Brayard, interviewé ici à diverses reprises pour son engagement dans le Donbass.

L'homme qu'il interroge lui fait part de ce qu'il a vécu. A la fin de son récit, il évoque une Suissesse prénommée Charline.

Cette femme l'a questionné sur les conditions de sa détention, il lui a tout raconté, déclare-t-il à Laurent Brayard. Et de préciser que Charline travaille à Donetsk pour la Croix-Rouge.

Puisse le récit de Vitali à Charline avoir déjà trouvé son écho en Suisse! Car de précédents prisonniers torturés et libérés lui avaient aussi parlé de leurs conditions de détention...

https://dnipress.com/en/posts/lukraine-des-tortures-abjec...

 

06/03/2016

Honneurs rendus, appel émis

ces-personnages-controverses-qui-ont-perdu-la-legion-dhonneur.jpg?itok=H8FxF7It

On l'a vu, la France décore.

Elle décore le Prince d'un pays qui exécute sans trop de problèmes.

En 2015, ce ne sont pas moins de 153 personnes, un chiffre inégalé depuis 20 ans selon l'AFP, qui ont été condamnées à mort par l'Arabie saoudite.

Depuis le début de cette année, la 70e personne vient d'être décapitée au sabre ce dimanche.

Après tout si la légion d'honneur revient à des hauts dignitaires de pays qui exercent la justice sans trop d'état d'âme, ceux de l'Ukraine figurent peut-être déjà sur la liste des prochains récipiendaires?

Un journaliste ukrainien est retenu prisonnier depuis plus d'un an pour le seul (mé)fait d'avoir osé prendre position contre la guerre dans le Donbass.

Il en avait été question ici-même alors qu'il était encore libre. 

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/02/washington-etr...

Il a été arrêté quelques jours plus tard, le 8 février 2015.

Le document ci-dessous revient sur cette arrestation et sur l'appel lancé par Tatjana ZDANOKA, députée européenne lettone:

https://www.youtube.com/watch?v=DhO9iHmMKi8

19/02/2016

Reflets

1072051-16-destinations-a-avoir-vues-avant-de-mourir.jpg

Donc, on l'a bien compris, l'indépendance des médias en Occident est avérée et permet une liberté d'expression à nulle autre pareille ou peu s'en faut.

Ce qui, selon lesdits médias, est loin d'être le cas dans d'autres parties du monde.

Combien de fois n'a-t-on lu ou entendu évoqué le fait qu'en Russie, par exemple, le Kremlin contrôlait tout et que toute voix d'opposition était muselée?

Pour illustrer comment se déroule un débat sur une des plus importantes chaînes de télévision russe, voici:

http://www.1tv.ru/prj/timewilltell/vypusk/41242

Un des sujets de l'émission -qui date du 22 octobre 2015- porte sur l'emprunt de 3 milliards contracté par l'Ukraine auprès de la Russie et que la première s'est déclarée dans l'impossibilité de rembourser.

Pour en parler, la chaîne de télévision Pervij Kanal a invité, entre autre, une journaliste ukrainienne -qui apparaît à la minute 28- et Maxim Yushin, du journal d'opposition Kommersant.

Certes, les échanges y sont en russe mais ils sont vifs sinon musclés. A travers les seules images, les non-russophones auront de quoi se faire une idée de ce qu'est un débat sur un sujet sensible dans ce pays qualifié de dictature par certains grands connaisseurs.

Pour rappel, en France, toute personne estimée tenir des positions trop favorables à la Russie n'est tout simplement plus invitée sur aucune chaîne de radio ni de télévision.